Moto Racer 4 test Test

Test : Moto Racer 4, retour réussi ? [PS4]


Test de Moto Racer 4

  • Editeur:Microïds
  • Developpeur:Artefacts Studio
  • Supports:PC, PS4, Xbox One
  • Genres:racing
  • Nombre de joueurs:1 à 10
  • Date de sortie:4 novembre 2016

Quand une ancienne licence fait son retour on est tout de suite partagés entre un réel enthousiasme assez enfantin et une certaine crainte. C’est encore plus vrai quand ce n’est pas les créateurs originaux de la série qui s’occupent du développement du nouvel épisode. Après 15 ans d’absence, Moto Racer fait son grand retour. Bonne ou mauvaise idée ? Découvrons-le tout de suite avec notre test de Moto Racer 4.

Moto Racer 4 : Souffrance à deux roues.

Dans ce nouvel opus de Moto Racer les développeurs proposent un mode « carrière », un mode partie rapide, un mode écran partagé et un mode en ligne. Chacun de ces mods reposent sur les différents types de courses (élimination, slalom, course, championnat, time-attack…). Enfin, il existe deux catégories de motos : Motos de ville et motocross. De quoi varier les plaisirs donc. Penchons-nous sur le mode carrière qui est le gros morceau de ce Moto Racer 4.

Sauf que dès le départ on déchante : pas de mise en scène, on arrive sur un écran avec le « tableau des compétitions ». On voit ce qui est disponible et ce qui ne l’est pas, et on choisit là où l’on souhaite commencer. Si dans beaucoup de jeux de course c’est comme ça, il y a une ambiance ou un minimum de présentation/organisation qui donne l’impression d’entrer dans une réelle compétition. Là non… On lance sa première course sans trop faire attention aux options et on la termine facilement premier. Et là, on est surpris d’obtenir qu’une seule étoile… Retour au menu et découverte de ce qui nous attend réellement. Vous allez souffrir !

Moto Racer 4_carriere

Imaginez, dans ce Moto Racer 4 vous ne choisissez pas un mode de difficulté via un menu option (comme sur WRC 6) ou lors du lancement du jeu (comme F1 2016). Il faut le faire à chaque course. A chaque course vous devez sélectionner (avec le joystick gauche si vous jouez sur console… les flèches directionnelles ne servent pas dans les menus… on cherche encore pourquoi) votre objectif. Cet objectif est une sorte de pari. Vous mettez en jeu la récompense (en étoiles). Mais attention, si vous n’atteignez pas votre objectif vous perdez le nombre d’étoiles mis en jeu ! Idéal pour se retrouver à 0 étoiles même en remportant d’autres courses dans la compétition. Le hic c’est que les objectifs une étoile sont très faciles à atteindre… mais au delà c’est un autre son de cloche ! Le deux étoiles (niveau intermédiaire dirons nous) est assez délicat à obtenir mais alors le trois étoiles (niveau difficile) est un véritable parcours du combattant !

Si on ne peut qu’apprécier la volonté de mettre du challenge dans un jeu vidéo à une époque où les jeux sont de plus en plus facilités, il aurait été bon de le faire avec doigté. Ici l’IA passe de « à l’arrêt » à « meilleure que Valentino Rossi ». En 3 étoiles, l’IA vous rattrape avec une facilité hallucinante et maintien un niveau impressionnant sans faire de fautes (ou vraiment très très rarement). Et même avec une moto boostée au maximum vous pouvez avoir un mal fou à remporter la moindre épreuve. Rageant et rédhibitoire ! Moto Racer est un jeu vidéo arcade et donc logiquement fun, mais cette difficulté bien trop poussée et mal dosée est tout sauf fun. Beaucoup de joueurs risquent d’être vraiment déçus et d’être bloqués dans leur avancée dès le premier niveau. Un comble ! On ne peut que souhaiter que les développeurs se rendent compte de leur terrible erreur et patche ça rapidement. Car cette difficulté casse tout le plaisir que l’on aurait pu prendre avec ce Moto Racer 4. Et c’est bien dommage, car derrière on sent qu’il y a de quoi s’amuser.

Si vous parvenez à évoluer dans les niveaux vous allez vite vous rendre compte que le jeu est assez répétitif, comme beaucoup de jeux de ce genre. Sauf qu’ici ça se voit vraiment. Car en dehors de débloquer des personnalisations et des bonus, l’évolution dans le jeu ne se ressent pas. Dans DriveClub (Bikes y compris) on évolue de niveau et on obtient de nouveaux lieux à parcourir et de nouvelles autos. Ici, juste des bonus et quelques motos (enfin look) différentes. Dommage. Encore plus dommage qu’il n’y a pas de sentiment d’évoluer dans quelque chose. La compétition n’est pas mise en scène et même pas présentée. Seuls les écrans de chargements nous font comprendre qu’il y a d’autres « personnages » et qu’ils ont chacun leur style et leurs compétences. Ces personnages sont dévérouillables et permettent d’obtenir des looks originaux mais trop pompés des super-héros. De plus, quand on voit le nombre de motos dans un Ride 2 ou de véhicules dans un DriveClub… Moto Racer fait ultra-light à côté. Deux catégories de motos et 10 personnages/motos. Une vingtaine de bécanes donc mais elles sont très ressemblantes. Aucune licence également. Bref, le contenu de ce Moto Racer 4 est très léger. Par conséquent, le temps passé sur le jeu et sa durée de vie ne seront pas énormes.

Moto for Speed.

Moto Racer 4_testLà où Moto Racer 4 se rattrape c’est en plaisir de jeu. Les sensations de vitesse sont très impressionnantes, assez proches d’un Burnout par exemple. Les motos « de route » foncent à une allure folle. Esquiver le trafic sera votre seul objectif pour parvenir en un seul morceau à la ligne d’arrivée. Côté motocross, le tout-terrain est plaisant et le freestyle donne un côté personnalisable aux courses. Malheureusement les sensations ne sont pas aussi grisantes que sur route. Les provocations et la possibilité de dégager un adversaire sont au rendez-vous, mais au final on fait surtout la course devant ou derrière l’IA. Du coup, les courses manquent de punch et ces options ne sont qu’anecdotiques.

Côté prise en mains, qui dit arcade dit facile à prendre en mains. Et c’est bien le cas. Les développeurs d’Artefacts Studio ont fait un bon boulot. Avec une moto de route le frein est parfois bien utile pour gérer les courbes et virages alors qu’en Motocross il est plutôt déconseillé : dérapages avant tout ! Le plaisir de jeu est là, et les sensations (surtout de vitesse) sont servies par la facilité d’appréhension du gameplay. Malheureusement tout ceci est plombé par une IA surboostée et un challenge plus élevé que dans la majorité des jeux dits de simulation ! Désolant…

Votre style sur les circuits est récompensé à chaque fin de course. Ces points seront utiles à débloquer des points d’amélioration. Un bon moyen de personnaliser sa moto et de la rendre un peu plus compétitive. Le fait que chaque personnage ait des caractéristiques précises qui influencent ses motos sont de bons points. Il convient de les connaître pour choisir la bonne moto pour la bonne course. Vitesse, maniabilité, Turbo et accélération. 4 points cardinaux qui peuvent vous faire perdre ou gagner une course.

On vient de vous parler de sensations de vitesse assez impressionnantes. Le tout est bien servi par un framerate stable et qui ne s’effondre pas quand vous allez à fond dans le trafic. Un très bon point à saluer ! Le jeu est fluide et reste fort dans des moments où tout va super vite ! La précision du gameplay conjugué à la fluidité de ce Moto Racer 4 offrent un certain plaisir de jeu indéniable.

Néanmoins, le jeu n’est pas toujours au top techniquement. Certains chargements sont plutôt longuets, surtout que les décors ne cassent pas trois pattes à un canard. Mais c’est surtout le lot de bugs qui agace. Ainsi, il est facile de rester planter dans un élément du décor (surtout en Motocross). Il est aussi délicat de voir sa moto tomber alors qu’elle passe juste à côté d’un obstacle ou d’un véhicule. Enfin, il nous est arrivé d’être projeté à retardement par un concurrent qui venait de nous doubler… Pas mal d’imperfections techniques qui peuvent avoir raison de vos nerfs, surtout quand cela vient s’ajouter à une difficulté très mal dosée.

Et la moto est restée bloquée longtemps comme ça...

Et la moto est resté bloquée longtemps comme ça…

Graphiquement parlant le jeu est clairement en deçà des références actuelles. Avec une seule caméra disponible n’espérez même pas voir le cockpit de votre moto pendant vos courses. Ici, les développeurs ont rendu une copie assez basique sans être moche. Si les effets de lumières et de couleurs sont d’assez bonne facture, le reste est assez fade. Les décors sont désespérément vides. Ils sont également assez sommaires dans l’ensemble. Néanmoins ils bénéficient d’une certaine variété. On voyage pas mal avec ce Moto Ra cer 4, c’est déjà un bon point. Sans être moche, le jeu ne tire pas vraiment profit de l’Unreal Engine 4. Il est loin de ce que l’on peut voir actuellement et même en dessous des jeux Milestone, c’est dire !

Enfin, la bande son du jeu n’est pas des plus marquantes. Les musiques en fond sont anecdotiques et parfois à peine perceptibles. Que ce soit au niveau de la mise en scène, du mode carrière ou de la musique, Moto Racer 4 manque vraiment d’ambiance. Pour ce qui est des bruitages, on est dans le minimum syndical. Rien de bien transcendant mais rien d’horripilant, heureusement.

Moto Racer 4 : conduite en casque VR.

C’est le gros gadget de l’année : le casque VR (Virtual Reality, Réalité Virtuelle en français). Bon nombre de jeux veulent proposer de la VR. Après WRC 6 (dont il faudra visiblement attendre un patch) c’est une autre production française qui essayer de profiter du phénomène pour vendre quelques copies supplémentaires. En effet, Moto Racer 4 propose une compatibilité VR. Partielle pour le moment car seulement les modes Time Attack et HotLap en Moto de route sont compatibles VR. Microïds annonce l’arrivée prochaine d’un patch pour rendre compatible d’autres modes de jeu et le motocross. Affaire à suivre donc. Mais Moto Racer 4 n’est clairement pas LE jeu qu’il faudra acheter pour sa VR. Un simple gadget donc qui rappelle la course à la 3D d’il y a quelques années… et est très rapidement passée de mode.

Moto Racer 4_xboxone

Que penser de ce Moto Racer 4 au final ? Artefacts Studio offre un retour sympathique de la série mais malheureusement son jeu est plombé (torpillé même) par une difficulté ô combien mal dosée. Pour un jeu fun et arcade (donc logiquement accessible) on est face à un challenge qui pénalise le joueur et le privé vraiment d’amusement. Or c’est bien ça le but d’un jeu vidéo : s’amuser ! MR4 voit donc sa note sanctionnée par cette difficulté mal dosée mais, si un patch venait à bien corriger ce point précis, notre verdict pourrait être plus clément. Reste que le jeu souffre également d’un contenu faible, d’une réalisation sonore anecdotique et d’une mise en scène aux abonnés absents. De plus la réalisation graphique ne fait pas honneur à ce titre. Aussi les menus manquent de lisibilité et d’instructions et l’on peut passer à côté de pas mal de détails. En somme ce retour de Moto Racer n’est pas aussi plaisant qu’escompté. Dommage car le jeu propose un gameplay idéal pour s’amuser…

Points positifs

  • Gameplay facile à prendre en mains
  • Effets de vitesse et fluidité
  • Les effets de lumières/couleurs
  • Possibilité de jouer à deux en écran splitté !!

Points négatifs

  • Difficulté très très mal dosée et challenge trop corsé
  • Cette difficulté plombe tout plaisir de jeu
  • Contenu assez maigre
  • Réalisation sonore et visuelle moyenne
  • Utilité de la compatibilité VR (en attente d'un patch en plus) ?
  • Les bugs
  • Impossible de sélectionner avec les flèches directionnelles dans les menus

Note

Graphismes 55%
Bande Son 50%
Prise en main 70%
Plaisir de jeu 35%
Durée de vie 50%
Conclusion

Moto Racer 4 est un jeu torpillé par sa difficulté bien trop mal dosée. Cette dernière casse tout plaisir de jeu. Le contenu assez mince et la réalisation sonore n’aident pas non plus. Dommage car la prise en mains, les sensations de vitesse et le mode en écran partagé sont là pour plaire et nous faire prendre du plaisir à jouer à ce jeu. Un patch pour la difficulté, vite !!

Note finale 52% Frustrant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *