Test

Test de Skylanders Imaginators…vu par un enfant !


Fiche jeu

SKYLANDERS IMAGINATORS : je rêve d’un monde où…

Et si, pour une fois, nous laissions la place aux enfants? Quoi de plus normal, après tout, lorsque l’on teste le jeu d’une licence qui leur est clairement adressée depuis de nombreuses années. Trop nombreuses, diront certains. Pourtant, cette nouvelle cuvée Skylanders révolutionne l’ensemble du concept, avec une idée toute simple, mais tellement géniale pour les plus jeunes: la création de ses propres Skylanders.

Depuis 2011, les adultes crient au scandale. « Vous ne vous rendez-pas compte, tout cet argent dépensé pour de simples bons hommes qui s’animent à l’écran? » , oubliant parfois leurs tonnes de figurines et autres CDs qui croupissent au fond du grenier.

« C’est du vol. On nous oblige à avoir tous les personnages pour avancer dans l’histoire. » Cela fait beaucoup de bruit pour pas grand chose, et surtout les arguments avancés sont bien souvent malhonnêtes.

« Moi, j’ai 7 ans, et je m’amuse beaucoup avec tous ces personnages magiques. C’est marrant de les voir bouger sur la télé. Et en plus, je peux même jouer avec eux par terre, comme des bonhommes achetés au magasin. »

Un nouvel argument recevable, merci Cassiel. Car oui, les Skylanders peuvent aussi être de sympathiques jouets. Par contre, tu éviteras de faire la bagarre entre eux, ils perdent un peu vite de leur superbe si tu les accroches…


Un peu d’histoire: Kaos et ses nouveaux Doomlanders veulent anéantir les Skylanders au cours de dix chapitres qui peuvent être rapidement bouclés.

 » Ca, c’est le scénario? Non mais, tu te moques de moi? »

“Bah oui, c’est rigolo et en plus il y a plein de missions supplémentaires.”

Il est bon ici de rappeler que les enfants peuvent multiplier la durée de vie d’un jeu par 12, tant ils referont les mêmes choses avec un plaisir toujours renouvelé. Et sans pour autant que cela ne soit abrutissant. Skylanders reste un investissement, oui. Mais largement rentabilisé pour les enfants.

Donc, deux informations livrées par Cassiel en une accroche.
L’humour est également présent, tout à fait, jeune Padawan. Une constante, les dialogues en français sont vraiment bien interprétés, avec les doubleurs de la série Netflix.

« Mais bien sûr, il va falloir s’abonner à Netflix, maintenant? On croit rêver! » Les adultes sont souvent ennuyeux…

« Tu as vu? Je peux même encore utiliser tous mes anciens Skylanders des autres jeux! » Un bon point encore, il est fort, ce Cassiel. Quand je vous disais que l’investissement était rentabilisé…Effectivement, tous les anciens personnages sont parfaitement jouables dans Imaginators.

Par contre, point de supers pouvoirs pour ces anciens Skylanders. Pour apprécier toutes les nouveautés qui font aussi le sel de ce nouvel épisode, il faudra passer à la caisse.

“Mais tu vas te taire, oui, tu vas te taire? Tu veux qu’on aille vivre sous les ponts, c’est ça? Tu veux ruiner ton père?”

Il faudra donc acheter les bien nommés Senseis. Des maîtres Skylanders pour la faire courte. Comme toujours et au grand désarroi des vieux schnocks, il faudra parfois disposer du Sensei adéquat pour pénétrer sur une zone réservée.

« Ah, vous voyez, c’est cher, je l’avais dit, c’est horriblement cher »
Pourtant:
« Moi, ça me fait une belle collection et les figurines sont vraiment au top. Et pas besoin d’avoir tous les personnages de feu ou de l’eau, un seul suffit pour entrer dans le monde de l’eau ou du feu. » Bien envoyé.

Bien évidemment, la grosse nouveauté d’Imaginators reste la possibilité de créer son propre personnage. Pour cela, il faut posséder un cristal de création, assigné à un élément particulier. Oui, il faudra acheter ce cristal de création (moins de 10 euros). Un cristal par élément. Un seul personnage par cristal.

“La note monte vite. On en parle ou pas?”

Oui, mais là, le plaisir est infini pour les enfants. Ils peuvent laisser libre court à leur imagination et quasiment tout personnaliser. L’intégralité de son corps, son armure, la voix du héros, son intonation, sa phrase fétiche, sa musique favorite, les bruitages de combats, avec de multiples combinaisons possibles hilarantes (pour eux, tais-toi l’adulte).
Au fil de l’aventure, de nouveaux objets sont débloqués et peuvent être positionnés sur le Skylander de leurs rêves.

“Je l’ai appelé Huracan, comme le manège de Bellewaerde! Je trouve que ça colle bien pour un sorcier! Regarde ses yeux qui tournent, je les ai mis en noir et blanc pour qu’il fasse encore plus peur!”

Par exemple, pour débloquer de nouveaux éléments de costumes, l’enfant sait qu’il peut participer à de nombreux minis-jeux et accéder ainsi aux coffres d’Imaginite.

“Mais, moi, l’adulte, je suis certain qu’il y a possibilité d’acheter des coffres au prix fort, euros trébuchants, pour aller plus vite dans une personnalisation complète, non?”

Oui, et alors? Il y a déjà largement de quoi faire avec les éléments que l’on déniche en cours de jeu, pour oublier ces achats dispensables. Et rassurez-vous, impossible d’acheter des coffres in-game, il faut obligatoirement passer par le xbox live.

“J’aime bien aussi faire des courses avec mes nouveaux Skylanders”

Malin le Cassiel, il assène le dernier coup. Les douze circuits de Skylanders Superchargers sont librement accessibles depuis l’écran d’accueil. Et ce sans avoir à acheter le moindre véhicule!

“Ah bah voilà qu’ils me font des cadeaux maintenant. On aura tout vu. Cela cache forcément quelque chose…”

 

Points positifs

  • “Beau et drôle”
  • “Je crée mes Skylanders”
  • “Je peux aussi jouer avec mes anciens Skylanders”
  • “J'ai aussi un jeu de courses”
  • “Je ne m'ennuie pas”

Points négatifs

  • Les adultes et/ou gamers invétérés n'accrocheront sans doute pas...

Note

Graphisme 90%
Bande-son 90%
Prise en main 95%
Plaisir de jeu 95%
Durée de vie 95%
Conclusion

Des notes donnés sur 100 par un petit garçon de 7 ans, celui qui prendra le plus de plaisir devant sa télé. Les aigris, les défenseurs du budget familial, passez-votre chemin. On le sait Skylanders, c’est onéreux, mais il est tout à fait envisageable d’avancer dans le soft sans posséder l’intégralité des Senseis. Un par élément et c’est tout à fait jouable. Souvenez-vous de vos collections de cartes panini spéciales football immondes, de vos Maîtres de l’Univers achetés à prix d’or par vos parents, de vos jeux Megadrive en import japonais, de vos figurines Star Wars qui coutent un bras trônant sur l’étagère devant vous, et fermez-la. Bande de vieux c…

Note finale 93% Vos enfants vont adorer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *