Test

Test : Fire Pro Wrestling World PS4, la NJPW fait-elle le job ?


Fiche jeu

  • Editeur:Spike
  • Developpeur:Spike
  • Supports:Playstation 4
  • Genres:Combat
  • Nombre de joueurs:1 à 4, en local et en ligne
  • Date de sortie:28 septembre 2018

Mine de rien, les fanas de catch (et ils sont nombreux, en France aussi…) n’ont pas tant de choix que cela, lorsqu’ils recherchent une adaptation vidéoludique, sur consoles tout du moins. Alors, forcément, lorsque débarque un Fire Pro Wrestling World sur Playstation 4, difficile de ne pas lui porter attention. D’autant que c’est Spike Chunsoft qui est aux commandes…Alors, que vaut de nouvel opus de la série, adapté sur console (après un passage sur PC) ? Réponse dans notre test.

Fire Pro Wrestling World : des graphismes « nippon, ni mauvais » ?

Pour celles et ceux qui ne seraient pas familiers avec le monde du catch, Fire Pro Wrestling World met en scène une ligue pas forcément représentée dans nos jeux vidéo, habituellement, la NJPW. Il s’agit de la ligue japonaise, désormais presque aussi puissante que son équivalence américaine, du moins en matière de popularité. Les catcheurs japonais sont, d’ailleurs, de véritables stars au Pays du Soleil Levant. Outre cette ligue, le jeu vidéo pensé par Spike intègre aussi une ligue imaginaire comprenant des personnages américains et européens, histoire de parler à tout le monde. Evidemment, ces derniers ne sont pas sous licence officielle mais dans certains cas, ils rappellent des stars de la réalité…

Le décor étant posé, place au descriptif de ce jeu, particulièrement riche en contenu. Mais avant d’évoquer cette facette, parlons technique. Car, dans le domaine, les chasseurs de réalisme visuel et sonore vont faire grise mine. En effet, ici, on prend le parti de miser sur des graphismes oldschool, ainsi que des animations et bruitages du même acabit. Question de budget, sans aucun doute, mais aussi d’effet de mode, le rétro revenant très fort depuis quelques années. De plus, les fans de Pro Wrestling ayant joué cette licence à ses débuts, notamment sur Nes, sont habitués à ce rendu moins réaliste, opus après opus. Car, cette licence ayant toujours privilégié le gameplay, cette « suite » ne déroge pas à la règle.

Le gameplay, point d’orgue du soft…

Aussi, si vous êtes capable de passer outre cet aspect technique daté, vous allez découvrir un jeu très pointu dans quasiment tous les domaines. Commençons avec le contenu. Outre les différentes catégories de catcheurs représentées, vous avez la possibilité de créer vos propres combattants via un éditeur…particulièrement riche ! Trop même, peut-être…Car la navigation n’est pas forcément ultra-intuitive, avec un enchaînement d’innombrables éléments de création « balancés » comme ça. Pourtant, il est possible de trier ces « éléments » (sexe, race humaine ou non, couleur de peau, visage, cheveux, masques, etc.) par catégories, mais cela reste un peu longuet à notre goût. Donc, pour créer son propre catcheur, le joueur devra s’armer de patience s’il veut passer en revue toutes les possibilités offertes par l’éditeur. Cela ne conviendra pas à tout le monde, mais les puristes, eux, seront littéralement propulsés au nirvana ! Ainsi, aucune chance de rencontrer, en ligne, un combattant ressemblant au votre…

Cette customisation est, par ailleurs, applicable aux rings puisque le jeu vous donne aussi le loisir de créer votre propre aire de combat. Dans le domaine, on aurait aimé d’avantage de diversité, cet éditeur s’avérant un peu succinct à notre goût. Rien de grave néanmoins, compte-tenu du nombre gargantuesque de formats de combats et de règles qu’il est possible de choisir et de mixer entre-elles. Cela comprend, bien sûr, le nombre de catcheurs puisque vous pourrez vous retrouver en tête à tête avec un adversaire ou, carrément, avec un total de 8 catcheurs sur le ring !

Côté prise en main, il faut bien avouer que ce Fire Pro Wrestling Pro n’est pas très intuitif, ni très précis, au début. Ainsi, il vous faudra un peu de temps afin de vous adapter aux commandes qui, bien que plutôt basiques de prime abord, demandent un timing « de la mort qui tue » ! Joueurs occasionnels, nous vous conseillons de vous détourner de ce soft, à moins d’être particulièrement pugnaces.

…mais, de patience, vous armer, il faudra !

Concrètement, durant les premiers matchs, on passe son temps à marteler les boutons du pad pour tenter de fracasser ses adversaires. « Tenter » est le terme juste car 9 fois sur 10, les coups de pieds ou de poings passent à côté. D’où ce temps d’adaptation nécessaire. Ensuite, il faut savoir que les catcheurs disposent de trois types de frappes à savoir, faible, moyenne et forte. Et pour gagner un duel face à un adversaire, il vous faudra appuyer sur la bonne touche, pile au bon moment, sous peine de vous faire rétamer. Et, encore une fois, les premières parties peuvent décourager, tant l’on a l’impression de ne pas toucher une bille. En réalité, l’expérience aidant, on finit par maîtriser ces subtilités pour, petit à petit, s’améliorer et gagner, enfin, des matchs. Punitif, donc, mais cette facette semble plutôt positive pour les puristes du catch, amateurs de technicité. Car, clairement, le « bourrinage » en règle ne suffira pas…D’autant qu’une notion d’endurance entre en jeu et complique la tache !

Bien sûr, en plus des frappes évoquées plus haut, différentes projections, prises debout ou au sol, sauts écrasants et utilisations d’accessoires viennent pimenter l’affaire et enrichir cet aspect gameplay. Et on ne parle pas des différents terrains de jeu, du ring « cage », aux cordes électrifié, etc., il y a vraiment matière à renouveler l’expérience.

Et si jamais vous galérez vraiment, le mode « mission » vous permettra d’apprivoiser cette prise en main pointue. Transition toute trouvée pour évoquer les modes de jeu, nombreux eux aussi. En plus du convivial mode multi local, vous pourrez jouer en ligne ou encore, vous lancer dans un mode histoire nommé « Fighting Road ». Là encore, les puristes du genre vont kiffer. Pas avare en challenge, ce mode vous donne le loisir de créer un combattant pour le faire évoluer progressivement, au gré des combats, ces derniers rapportant des points d’amélioration. Un système bien pensé et efficace qui vous tiendra en haleine un paquet d’heures.

Points positifs

  • Un contenu absolument astronomique !
  • Un Gameplay riche et pointu
  • Un mode "histoire" de qualité
  • Les catcheurs japonais (NJPW) officiels !
  • Le multi-local

Points négatifs

  • Le "look" rétro, qui en découragera certains...
  • Quelques bugs et du plantage, régulièrement...
  • Une prise en main complexe, les 2 premières heures
  • Un éditeur de catcheurs qui manque d'ergonomie

Note

Graphismes 65%
Bande-Son 65%
Prise en main 71%
Plaisir de jeu 80%
Durée de vie 93%
Conclusion

Avec Fire Pro Wrestling World, il y a deux éléments majeurs à prendre en compte pour vous décider sur un achat.

Tout d’abord, l’aspect technique (animations, graphismes, son) est-il crucial pour vous ? Si oui, vous pouvez quitter cette page et oublier le jeu développé par Spike. En revanche, si cela ne vous pose pas de problème et/ou que vous appréciez le look « rétro », vous venez de passer la première étape avec brio.

Seconde chose, la prise en main. Très punitive au début, cette dernière demande plusieurs heures de jeu avant d’en maîtriser les subtilités. Il en résulte une heure, voire deux, à marteler son pad sans prendre de plaisir en en pestant régulièrement. Mais si vous avez la capacité à passer ce laps de temps, alors un gameplay d’une grande richesse s’offrira à vous.

Si les deux points évoqués plus haut ne vous ont pas échaudé, alors vous allez apprécier Fire Pro Wrestling World. Doté d’un contenu exceptionnellement vaste, d’éditeurs de catcheurs et de rings pléthoriques et bien fichus (quoiqu’un peu fouillis) d’un bon degré de challenge et d’une durée de vie importante, le soft a tout pour vous captiver très longuement. Surtout si vous appréciez les stars japonaises de la discipline !

Note finale 75% Complet !