Test

Test : le savoureux Mega Man 11 transcendé sur console Switch ?


Fiche jeu

Après le divin Mega Man 10 (sorti sur Wii, PS3 et Xbox 360), la légendaire série Mega Man -dans sa forme initiale- passe enfin à la nouvelle génération en quittant les visuels 8-Bit. Mega Man 11 est désormais disponible sur consoles Playstation 4, Xbox One et Nintendo Switch. Découvrez notre test de ce nouvel opus, réalisé sur la console hybride de Big N.

Mega Man 11 : un patrimoine lourd à porter ?

Si Mega Man 11 est identique en tout point, quelle que soit la plateforme de jeu, nous avions un faible, au moment de faire notre demande de version à l’éditeur (Capcom), pour la version Switch. Car, profiter des aventures de Rockman (Mega Man) alternativement sur console de salon et sur support nomade, le concept était, logiquement, séduisant. Mais encore fallait-il que cette suite réponde à nos attentes alors que quelques fans s’étaient montrés réticents quant à l’amélioration graphique, susceptible de dénaturer la série. Soyez rassurés de suite sur ce point, il n’en est rien ! De notre point de vue, tout du moins.

Mega Man 11 : une évolution graphique subtile, mais savoureuse

D’emblée, après avoir sélectionné la difficulté du jeu (niveau le plus facile fortement déconseillé aux puristes !) puis le stage de son choix (parmi huit, au démarrage), le travail accompli des développeurs séduit. Car, si Mega Man 11 est bel et bien passé à une autre génération de consoles, graphiquement parlant, Capcom n’a pas abusé des effets en tout genre, se contentant d’utiliser les nouvelles technologies de hardware à bon escient et de manière subtile. En clair, ce que l’on voit à l’écran aurait très bien pu tourner sur la précédente génération de consoles. Et c’est une excellente chose, une évolution trop flagrante de l’ambiance visuelle cher à nos coeurs aurait probablement mis à mal l’ADN de Mega Man.

Au lieu de partir dans cette mauvaise voix, les développeurs ont su doser à la perfection ce paramètre graphique. Si bien que les habitués de la série ne se sentiront pas dépaysés tandis que les plus jeunes joueurs auront envie de se plonger dans l’aventure et de découvrir cette licence mythique. D’autant que les 8 premiers niveaux (et les 4 à débloquer) regorgent de petites trouvailles en matière de level design, histoire de titiller nos cellules grises (gentiment), tout en nous offrant quelques petits effets spéciaux, aussi réussis que mesurés. Pile dans les clous, encore une fois.

Appréciable par ailleurs, les lieux visités, très différents les uns des autres, riches en couleurs mais aussi, en adversaires spécifiques. Et on ne parle même pas des boss, tous réussis et plus ou moins sensibles à certains pouvoirs. Car, pour celles et ceux qui ne seraient pas familiers de cette licence, Mega Man récupère, progressivement, les capacités de tous les boss de fin de niveaux exterminés. C’est d’ailleurs-là l’essence de cette série vidéoludique…

Mega Man 11 : gameplay, prise en main, toujours les points forts

De plus, notre héros dispose de ses propres armes avec un tir classique déclinable dans sa version chargée, un double gear ou encore, un compagnon canin lui servant de trampoline, histoire de débusquer les items et autres objets inaccessibles. Oui car, dans Mega Man, vous pouvez vous attarder un peu, afin de récupérer bonus de vitalité ou de pouvoir (deux jauges étant liées à ces deux paramètres). Attention néanmoins, cet aspect-là du gameplay reste nettement plus superficiel que dans un jeu de plateforme façon Mario, Donkey ou Yoshi, par exemple. Car nous sommes dans un registre différent avec une prise en main plus nerveuse. Point en commun entre les deux styles, malgré tout, la nécessité de faire preuve du bon « timing », par exemple en canardant sur un adversaire tout en bondissant, en vue d’ atterrir sur la prochaine plateforme.

L’occasion de saluer l’excellent travail de Capcom sur ce point aussi. En effet, la prise en main de Mega Man est immédiate, intuitive, franche et surtout, jouissive ! Et même s’il reste difficile de se prononcer à la place d’un néophyte (puisque nous ne le sommes pas…), la maniabilité plaira aux adeptes de la vieille école comme aux joueurs « next-gen ». Selon nous.

Pour poursuivre dans le chapitre des louanges, évoquons aussi la bande-son, réalisée avec beaucoup de maîtrise. Côté musiques, les vieux de la vieille apprécieront certains thèmes remixés rappelant la « grande époque » de la Nes mais les développeurs ne se sont pas contentés d’un remake musical. Non, des mélodies originales ont été composées spécialement, toutes avec talent. Même constat d’excellence au niveau des bruitages, qui apportent leur pierre à l’édifice, sans trahir l’oeuvre originale (entendez par là, les précédents opus).

Une durée de vie un peu « Light », Docteur !?

Alors, pensez-vous probablement, ce Mega Man 11 est-il parfait ? Non, pas totalement. Son principal défaut vient de sa longévité. En effet, en ligne droite, le soft ne tiendra que 5 ou 6 heures, suivant votre niveau de jeu. En cause, le fait que les niveaux soient un peu trop courts, individuellement. En même temps, avec des vies infinies, des check points et quelques autres artifices « modernes », difficile d’obtenir un soft aussi punitif que l’orignal. Bien heureusement, il vous restera la possibilité d’opter pour le niveau de difficulté maximal, ce qui changera quelque peu la donne. Il en résultera, même, quelques passages bien ardus…

Mais c’est principalement du côté du contenu additionnel qu’il vous faudra vous pencher, si vous souhaitez rallonger la sauce. Et dans le domaine, grâce au mode défi, il y aura clairement de quoi faire. Ainsi, vous pourrez rejouer tous les niveaux débloqués en choisissant préalablement l’un des formats comme « contre la montre », « terrain de jeu », carnaval des ballons » ou encore, « jambes en plomb ». Il y en a neuf, au total, chacun d’eux donnant accès à dix niveaux.

De plus, un système de récompenses a été pensé, chose particulièrement appréciable sur console Switch, laquelle ne disposant pas de système de trophées. Enfin, une galerie d’images regroupant les ennemis ou boss s’enrichira progressivement au gré de votre progression, en plus d’une section « classements ».

Terminons sur un aspect propre à la console Switch, la portabilité. Car Mega Man 11 représente à 100% le type de jeu que l’on a envie de parcourir pendant ses déplacements, en train ou dans le bus/métro. Alors, oui, Mega Man 11 est encore meilleur sur console hybride, de ce fait.

Points positifs

  • Evolution graphique tout en subtilité pour un rendu...idéal !
  • Prise en main irréprochable
  • La Bande-son...
  • Le mode "extra"
  • Le plaisir Mega Man...intacte !
  • Valeur ajoutée bien réelle, sur Switch, avec le jeu en nomade

Points négatifs

  • Les niveaux sont trop courts

Note

Graphismes 80%
Bande-Son 88%
Prise en main 96%
Plaisir de jeu 95%
Durée de vie 75%
Conclusion

Quel retour ! Sans dénaturer la série originale, Capcom est parvenu à améliorer son jeu, notamment visuellement et en matière de bande-son pour un résultat exceptionnel de justesse. Quel tour de force !

Ainsi, les puristes apprécieront Mega Man 11 en y retrouvant l’ADN des précédents opus alors que les nouveaux joueurs découvriront un joyau du jeu de tir/action/plateforme. L’opération s’annonçait très complexe, pour les développeurs, compte-tenu du passé de cette série et pourtant, Capcom l’a fait.

Evidemment incontournable sur toutes les consoles, si vous avez le choix, nous vous conseillons d’opter pour la Switch. Car en mode nomade, vous découvrirez un autre plaisir de jeu, sans perdre l’essence du soft. Une vraie pépite vidéoludique qu’il ne faut louper sous aucun prétexte…

Note finale 87% Un must have !