Switch

[Pré-test] Nous avons testé Pokken Tournament Switch : impressions


Avec ses airs de Tekken (et pour cause, Bandai Namco étant développeur du soft !), Pokken (Pokémon qui fusionne avec Tekken) Tournament DX se développe sur Nintendo Switch. Après une version Wii U qui n’avait, logiquement, pas réalisé de ventes extraordinaires -compte-tenu de l’audience limitée sur ce hardware- Pikachu et ses potes retentent donc le coup via un remake optimisé pour la nouvelle console hybride. Alors, qu’en est-il vraiment, manette en main ? Début de réponse dans notre preview de Pokken Tournament DX sur Nintendo Switch.

Nintendo Switch : la baston sauce Pokémon

C’est au cours de notre déplacement sur l’événement Nintendo de Paris Post-E3 2017 que nous avons eu l’opportunité de nous essayer à ce Pokken Tournament DX. Petite déception, d’entrée, puisque a démo proposée n’était jouable qu’avec la manette dédiée, sortie à l’époque du lancement de la version Wii U. Dommage car il aurait été intéressant de tester le gameplay du soft avec le pad et les joy-con de la Switch…

Néanmoins, le paddle en question ayant été optimisé pour le soft, la prise en main se fait très vite. Visuellement, il faut noter une évolution graphique et un passage aux 60FPS côté Framerate. Maintenant, soyons clairs, l’upgrade ne saute pas aux yeux, ce à quoi nous nous attendions, compte-tenu des performances pas si éloignées entre une Wii U et une Switch au début de sa vie (donc exploitée, maximum, à 30% de ses possibilités). Concrètement, niveau contenu, on y gagne un nouveau combattant totalement exclusif à savoir, Archéduc  et 4 Pokémon issus de la version arcade (et absents de l’opus Wii U) à savoir, Darkrai, Cizayox, Cradopaud et Pingoléon. 2 nouveaux Pokémon de soutien rejoignent par ailleurs l’aventure, tous deux issus de Pokémon Lune et Soleil. De plus, le mode solo a été enrichi de nouveaux éléments mais nous n’avons pas d’avantage d’informations à ce sujet, pour le moment. Enfin, un mode « combat en équipe » offre le loisir de combiner plusieurs attaques spéciales de Pokémon.

Concrètement, l’expérience reste donc très similaire à celle connue sur Wii U. Il aurait été intéressant d’essayer le soft en version nomade mais, là encore, cela n’était pas prévu au programme. Du coup, nous nous contenterons d’un avis sur la prise en main basique du soft. Lors des combats, selon la distance séparant deux personnages, la caméra jongle entre une vue 2D ou 3D. Le passage de l’un à l’autre se fait avec fluidité et dynamise quelque peu les affrontements. Outre les coups classiques et combos, vous avez la possibilité de déclencher une attaque spéciale et de faire appel à l’un des Pokémon de soutien sélectionné. La prise en main est particulièrement rapide et les premières parties délivrent une bonne dose de plaisir.

Pokken Tournament DX : un bon jeu de combat un brin répétitif

Bon, clairement, passées les premières minutes de jeu et l’effet visuel des attaques spéciales (vraiment agréables à admirer), on tourne en rond assez rapidement, comme cela était déjà le cas sur Wii U. Nous sommes en présence d’un jeu de combat honnête à la réalisation correcte qui gagne surtout, lors de son passage sur Switch, en matière de contenu, avec 5 nouveaux personnages, un mode de jeu inédit et deux ou trois éléments additionnels, ce qui n’était clairement pas un luxe ! Néanmoins, le soft conserve son aspect un peu répétitif. Si bien que seuls les fans absolus de Pokémon n’ayant pas encore acquis la version Wii U seront tentés de s’offrir de remake. Reste, aussi, l’intérêt de jouer en mode nomade et à deux sur le même écran…

[TEST] Arms révolutionne le jeu de combat en multi (Nintendo Switch)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *