Test

Test de Yakuza Kiwami, Kiryû fait son comeback


Fiche jeu

L’épisode Yakuza 0, sorti début d’année en Europe avait été encensé par la communauté des fans et la presse de par sa profondeur ( et son côté totalement décomplexer à faire rougir un Saint Row). Et c’est toujours avec plaisir plaisir que nous partons à la découverte d’un nouvel opus du jeu de malfrats bien ancré dans la culture nippone. Longtemps inédit au Japon il faut toujours attendre un certain temps pour les voir apparaître sur nos consoles occidentales. En effet et une fois n’est pas coutume, Yakuza Kiwami sorti en janvier 2016 au pays du soleil levant, débarque en Europe en cette fin d’été. Kiwami signifiant littéralement « Extrême » sommes-nous en droit de nous attendre à une explosion visuelle et scénaristique ?

Yakuza Kiwami offre un aller simple pour un Kamurochô 2.0

Nous revoilà à Kamurochô et nous avons tant de joie à parcourir ses belles allées dévergondées, bondées de saoulards et de bagarreurs. A l’instar de ses congénères GTA Like, offrant une expérience open world gigantesque, Yakuza Kiwami fait un pied de nez volontaire pour démontrer qu’un jeu ne vit pas uniquement sur la quantité de kilomètres parcourus lors de l’aventure. Et ça il le fait très bien. Vous n’imaginez pas tout ce qu’il se passe dans les rues et ruelles d’une ville comme Kamurochô. Nous nous laissons guider par ce décor fantasque des bas fonds d’un Japon tel qu’on peut l’imaginer en occident. Un art de la mise en scène rarement vu dans les jeux nous propulse dans un scénario digne des meilleurs films de gangsters. Toujours avec une pointe d’humour apportée par des personnages loufoques, mais aussi en abordant des thèmes plus sérieux basés sur la loyauté et le courage.

Mais ne vous y trompez pas, Yakuza Kiwami est un remaster du premier épisode. Cette réédition reprendra donc la structure scénaristique du premier épisode sorti en 2005 sur PS2. Le jeu est entremêlé de cinématiques faisant très largement penser à un film. Il est donc un plaisir de pouvoir les revoir à souhait dans le menu dédié et pourquoi pas se faire l’intégrale d’une traite pour ne pas manquer un morceau?

Un Remake plutôt qu’un simple remaster

Remaster certes mais aussi Remake de qualité. Juste après un épisode arborant fièrement un côté kitch « so 80’s », nous voilà dans les années 90, bien avant que l’histoire nous emmène à Okinawa et Hokkaidô. Même si les fans sentiront une impression de déjà vu, nous retournons avec plaisir aux prémices de ce qui annonce une belle saga. Sega n’imaginait certainement pas un tel succès à l’époque. Mais revenons-en à nos moutons, ce scénario qui amènera habilement une suite à Yakuza 0 et qui tournera autour de Kiryû, Yumi et Nishikiyama. Ces trois protagonistes ont été recueillis à leur plus jeunes âge par un parrain local. Embrigadé dans la pègre votre destinée vous mènera à commettre de menus larcins, jusqu’au jour où vous vous accuserez d’un meurtre que vous n’avez pas commis pour protéger vos amis.

Kiryû toujours au top de la forme ?

Notre aventure débute avec un Kazuma Kiryû sur-vitaminé. Disposant de tout son panel de techniques de combat hautement évoluées et d’une barre de vie sans fin, vous trouverez un malin plaisir à déglinguer la tête de vos adversaires à coup de pieds bien placés. Cette étape donne une belle idée de ce qu’il sera possible de faire au terme de l’aventure. Nous arrivons rapidement à l’heure de notre incarcération – Nous éviterons de rentrer dans les détails du scénario pour ne pas spoiler. Quelques altercations en prison et 10 ans plus tard nous sommes libérés. Une décennie durant laquelle beaucoup de choses ont changé. Une décennie durant laquelle nous n’avons pas pu nous entraîner. Il vous faudra donc tout réapprendre.

C’est donc au cours d’une aventure principale d’une dizaine d’heures environ que vous pourrez faire progresser Kiryû afin de débloquer à nouveau ses techniques dévastatrices.  Et c’est sous la forme d’un petit sphérier découpé en quatre catégories que nous avons la possibilité de nous spécialiser. Pour trois des catégories, il suffira de compléter des quêtes principales et secondaires, ou encore d’affronter des ennemis qui se dresseront sur votre chemin. Ces éléments de gameplay vous permettent alors d’emmagasiner de l’expérience faisant évoluer une jauge au-dessus des points de vie. Pour chaque niveau vous débloquerez un point pouvant être attribué à une des catégories. Pour le dernier sphérier il vous faudra affronter le plus déjanté des personnages de la saga. Le bien nommé Gorô Majima vous attendra sur votre parcours pour vous proposer des combats avec toujours plus de challenge. Tout cela afin de vous permettre de regagner votre Mojo perdu, le style du Dragon qui avait fait votre renommée 10 ans plus tôt. Ce Majima Everywhere est une des nouveautés apportées par ce Kiwami permettant de mettre plus en avant le personnage psychopathe de Gorô tellement populaire à la série.

 

Des combats dynamiques et interactifs

Si la progression se fait dans une zone assez réduite, nous sommes séduits par tout ce qui peut se passer dans une si petite map. Bousculer un PNJ entraînera souvent un affrontement dans lequel vous serez ravis de participer. Les phases de combats sont en effet assez jouissives et utiliser les éléments de décors pour démonter votre adversaire vous donnera un fort sentiment de liberté. Une pression sur la croix directionnelle permet de passer d’une posture de combat à une autre. Le Brawler axe vos techniques sur la polyvalence, Rush sur la vitesse d’action des coups et Beast sur les techniques de saisie tout en sachant qu’il faudra être un peu patient pour profiter de l’ensemble des finishs dévastateurs que propose le Dragon Style – et ça c’est la petite carotte au bout du bâton. Il faudra aussi bien penser à remplir son inventaire de nourriture si vous ne voulez pas tomber rapidement à cours de points de vie (cette dernière ne remonte pas automatiquement). Il est néanmoins possible de sauvegarder votre progression où vous le souhaitez.

Une technique aux petits oignons

Yakuza Kiwami est aussi l’occasion pour le studio Ryû ga gotoku d’éprouver son nouveau moteur graphique. Un moteur monté en exclusivité pour la PS4 qui atteint d’ores et déjà une certaine stabilité. Avant de pouvoir profiter pleinement du Dragon Engine dans Yakuza 6 prévu pour mars 2018, ce moteur offre un avant-goût assez prometteur propulsant une résolution en 1080p en 60 fps sans broncher. Une réussite assez significative en terme de modélisation de personnages qui propose des visages hyper réalistes avec un lip synch assez bluffant. Les expressions des acteurs talentueux capturées par motion design sont elles aussi bien retranscrites. Cerise sur le gâteau et pour servir une immersion maximale, Yakuza Kiwami est intégralement doublé en japonais et sous-titré en anglais. Nous regrettons de ne pas pouvoir avoir de sous-titres en français comme le proposait l’épisode original sur PS2.

Quelques activités annexes

Une fois l’aventure principale bouclée vous serez invité à continuer de parcourir les ruelles de la ville en quête de complétion, d’activités annexes et de mini-jeux. Bien loin de ce que proposent les derniers épisodes sortis, vous pourrez néanmoins profiter de quelques actions comme la drague, le base-ball ou encore la pêche. Rien de très folichon et nous n’aurons pas le plaisir de participer à des jeux d’arcade comme Virtua Fighter ou Space Harrier. Seul une borne est disponible avec un Battle Bug Beauties Mesu King inspiré d’un Shifumi, en plus évolué. Un petit plaisir qui a le mérite d’exister et qui permet d’augmenter un peu la durée de vie du titre.

Points positifs

  • Un Remake d'une belle qualité plus qu'un Remaster
  • Le Majima Everywhere apportant un focus sur le personnage de Gorô
  • Un affichage 1080p/60fps réussi offert par le moteur
  • La qualité des personnages tant dans la modélisation que l'animation
  • Le activités annexes
  • Un scénario passionnant
  • Une immersion offerte par la ville et le doublage en japonais
  • La sauvegarde libre
  • Le prix
  • Les combats

Points négatifs

  • Les combats qui interrompent un peu l'exploration
  • Un peu court au niveau de la trame principale
  • Pas de sous-titre en français
  • Les activités annexes moins nombreuses que dans les derniers épisodes
  • Le quartier un peu redondant

Note

Graphismes 87%
Bande-Son 85%
Prise en main 95%
Plaisir de jeu 95%
Durée de vie 75%
Conclusion

Clairement d’avantage un Remake qu’une simple version remasterisée du premier opus sorti en 2005 sur PS2, Yakuza Kiwami offre une nouvelle expérience de jeu dans un univers bien connu des fans. Le studio ne s’est donc pas limité à améliorer les graphismes, tout le jeu a été retraité gommant les inégalités de l’original et en proposant de nouveaux éléments. La scénarisation et la mise en scène associées aux doublages japonais de qualité offrent une expérience immersive et complète dans ce jeu d’aventure action. Nous regrettons l’absence de sous-titres en français et sommes un peu tristes d’avoir plaqué la trame principale en une dizaine d’heures. Néanmoins l’investissement valait le coup, rien que pour redécouvrir ce premier opus avec un nouveau regard plus actuel et plus rythmé. Avec toujours des phases de combat dynamiques et explosives et un bon mélange d’humour et de sérieux.

Note finale 87% Palpitant, excitant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *