WRC Esports : Hydro sur son téléphone aux FIA Gran Turismo Championships en 2019 Jeux Vidéo

Hydro à la découverte des WRC Esports


Streamer reconnu du monde du simracing, Julien Cizabuiros, alias Hydro (ou Idreau) franchit un cap. Du 5 au 8 février, il va en effet faire ses grands débuts aux WRC Esports avec Race Clutch, sur le jeu WRC 9. Une compétition qu’il prend au sérieux et dans laquelle il espère bien faire.

LMJHT – Tu vas participer aux WRC Esports 2021 pour Race Clutch, qui est l’équipe championne en titre. Première interrogation : pourquoi ce choix ?

L’idée est venue des dirigeants et des pilotes de Race Clutch. Leur roster est très solide, avec quatre gamers parmi les meilleurs du jeu. Comme je fais partie de l’équipe depuis septembre, ils se sont dit que je pourrais compléter ce line-up de cinq pilotes. Le but, c’est de me donner la chance d’apprendre et de rouler avec l’équipe sur WRC 9, parce que je me suis mis à ce jeu récemment. L’idée m’a plu et on se lance ce défi.

LMJHT – Tes équipiers sont certains des meilleurs gamers de la scène WRC Esports. Ils t’ont donné des conseils, mais toi, leur en as-tu aussi donné ?

Alors sur le jeu pas du tout, mais on échange beaucoup. C’est eux qui m’apprennent, me montrent, m’expliquent comment gagner en vitesse. En retour, c’est vrai qu’à part de la visibilité, je n’ai pas grand chose à leur apporter. J’ai peut-être quelques notions sur la gestion des émotions (rires). Après, le rallye, c’est particulier car on roule chacun de notre côté et on échange juste sur la préparation. Mais je ne vais pas leur apprendre leur travail.

LMJHT – L’un de tes surnoms c’est « spinmaster » (maître des tête-à-queue). On nous a aussi dit que tu fais beaucoup de 360° en entraînement. Et tu es également connu pour te porter à toi-même la guigne. Comptes-tu faire honneur à cette réputation aux WRC Esports?

Alors c’est vrai que j’ai réussi -et je ne pensais pas que c’était possible- à faire des spins avec des voitures de rallye ! Mais le but est clairement de réaliser les meilleures prestations possibles et voler des petits points sur la saison. Je vais faire ça correctement et me donner les moyens pour sortir de bonnes prestations. Parce que même si mes équipiers sont au sommet, j’aimerais bien assurer aussi de mon côté.

LMJHT – Pour atteindre cet objectif, as-tu fait la paix avec le karma?

(Il se marre) Alors, on va laisser le karma tranquille, on verra en fin de saison. Moi, je ne joue plus avec lui. Je l’ignore, je sais qu’il est là mais je le laisse tranquille !

LMJHT – As-tu un rituel d’avant-spéciale ?

Alors avant de rouler, j’aime bien mettre de la musique pour m’ambiancer. J’écoute de tout. Je vais sur Spotify et je prends une playlist. Ça peut être du rap, du hip-hop, du jazz, tout me convient. Entre chaque spéciale, j’essaye surtout de me vider l’esprit et de me concentrer parce que je pense toujours à trop de choses en même temps. Et en rallye, si tu rates une indication, c’est foutu. Donc je me vide l’esprit.

LMJHT – Tu es sous pression ou plutôt relax à l’abord de ce championnat ?

Je ressens un mix des deux. D’un côté, je suis relax car pas je sais que je ne suis pas au niveau de mes coéquipiers et des meilleurs gamers. Mais j’ai la pression dans le sens où je veux bien faire, aller chercher quelques points et faire une belle perf’. Mais ce n’est pas une pression qui me terrorise.

LMJHT – Quelle est ta voiture préférée?

La Hyundai i20 !

LMJHT – Justement en parlant de Hyundai : le compte France du constructeur te taquine pas mal sur les réseaux sociaux. Tu les attends au tournant ?

Oui, mais c’est compliqué actuellement. Ils m’ont viré dans le mode Carrière du jeu. Donc là, ça ne va pas fort entre nous (rires). Plus sérieusement, c’est marrant de voir que d’un seul coup, ils se sont mis à suivre mes aventures. Mais bon, je pense que malheureusement, je n’ai pas grand chose à leur offrir en matière de performances…

LMJHT – As-tu reçu des consignes de la part de ton équipe ou es-tu totalement libre dans ton pilotage ?

En soi, je suis libre. Après, le but reste de faire du mieux possible. Mais je n’ai pas de consignes sur ce que je dois faire ou dire. L’ambiance dans l’équipe est très agréable, on s’entend bien donc on ne se restreint pas. Après, les « consignes » c’est les éléments de base, à savoir aller au bout quoi qu’il arrive ou aider les équipiers dès qu’on trouve un petit quelque chose.

LMJHT – Redoutes-tu la longue spéciale de plus de 20 kilomètres ?

Non, honnêtement ça va. Le Monte-Carlo on l’a déjà fait il y a quelques semaines, avant son report et je ne m’en étais pas trop mal sorti. Il faut voir ce long chrono comme trois spéciales d’affilée. Ça revient à gérer les trois par coeur, plutôt qu’un long tronçon. Le secret, c’est d’être pleinement concentré, ne pas abimer la voiture dans les premiers kilomètres et aller au bout.

LMJHT – Fais-tu une préparation spéciale pour cet événement ?

Quand je stream, parfois je découvre les spéciales en direct. Aux WRC Esports, je passe quelques heures dessus la veille, je joue de temps en temps, j’essaye de connaître les spéciales. On se partage aussi les clips et les informations entre équipiers. Tout est bien plus sérieux.

LMJHT – Enfin, où pourra-t-on te retrouver et suivre tes épreuves?

Les épreuves ne seront pas diffusées en direct, car c’est un format de contre-la-montre. Je mettrai sans doute mes performances sur YouTube. Mais pour suivre l’avancée du championnat, on prépare une émission sur les réseaux sociaux de Race Clutch. On pourra voir comment se déroule la compétition et ça permettra de faire vivre le championnat autour des épreuves.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *