Test

Mafia Definitive Edition sur PS4 : le test d’une aventure al dente


Fiche jeu

  • Editeur:2K Games
  • Developpeur:Hangar 13
  • Supports:PC, Playstation 4, Xbox One
  • Genres:Action
  • Nombre de joueurs:1 joueur
  • Date de sortie:25 septembre 2020

Sorti en 2002 sur PC, puis en 2004 sur PS2 et Xbox, Mafia : The City of Lost Heaven est un GTA-like captivant. Plus sérieux que son mentor, il situe son action dans la ville fictive de Lost Heaven, réplique de Chicago, en pleine époque de prohibition. Et 18 ans après sa sortie, Take Two Interactive nous propose Mafia Definitive Edition, un remake complet du jeu à l’image de Final Fantasy VII au début de l’année. Nous retrouvons donc Tommy Angelo, Sam, Paulie et Don Salieri en version HD pour une aventure digne des meilleurs films de Scorsese.

Mafia Definitive Edition : il était une fois en Amérique

Lost Heaven, début des années 30. Tommy Angelo est un modeste chauffeur de taxi qui passe ses journées sur les routes. Un jour qu’il est à attendre le client tout en faisant reluire sa voiture, deux mafieux sautent dans son gagne-pain. Ils lui ordonnent de semer la police le plus vite possible s’il ne veut pas se retrouver entre quatre planches. Tommy met donc le pied au plancher et roule pour sauver sa vie et celles de ses deux passagers. Après une course-poursuite qui fait office de prologue au jeu, les mafieux Sam et Paulie remettent à Tommy une enveloppe. Celle-ci vient de la part du Don et contient une grosse somme d’argent. Elle sert pour couvrir les réparations du taxi, acheter son silence et le récompenser.

Réalisant qu’il peut se faire plus d’argent en une journée qu’en une vie entière, Tommy va donc intégrer la « famille » de Don Salieri. Et travailler aux côtés de Sam et Paulie. Leurs plus grands rivaux seront les hommes de la famille adverse, ceux de Don Morello. Vous allez donc, avec Tommy, participer à de nombreuses missions dans les rues de Lost Heaven afin de donner de l’importance au nom de Salieri, quitte à avoir les mains pleines de sang.

C’est Tommy qui raconte son histoire, à un policier qui plus est. Ceci n’est pas un spoil puisqu’on le voit dès le début du jeu. Tommy et un policier ont rendez-vous dans un diner et le héros veut échanger ses informations sur la pègre contre l’assurance d’une protection par les forces de l’ordre. À la manière d’Entretien avec un Vampire, le film avec Tom Cruise et Brad Pitt, Mafia se déroule sous la forme d’une confession où chaque mission est un souvenir de Tommy. Des missions qui vont vous mener jusqu’au final, connu des joueurs de la première heure et de ceux qui ont fait aussi Mafia II.

Une aventure narrative bien ficelée

Avant de passer aux qualités de ce remake, arrêtons-nous quelques instants sur l’univers de Mafia. Celui-ci pioche son inspiration dans diverses œuvres, dont les plus flagrantes sont bien entendu Le Parrain pour l’ambiance et GTA pour le style. Pour ce qui est du Parrain, pas besoin de rentrer dans les détails : des familles mafieuses rivales, des fusillades, des enlèvements, du trafic, la prohibition… L’ombre de Scarface plane en permanence sur Mafia.

Pour ce qui est du style du jeu, il s’agit d’un open-world à la troisième personne, tout comme l’est Grand Theft Auto. Attention toutefois, car la comparaison pourrait s’arrêter ici. Si GTA brille par son côté bac à sable, le mode Histoire de Mafia, lui, est très balisé. Ne vous attendez pas à pouvoir vous promener dans Lost Heaven entre deux missions, ou encore vous amuser à renverser des piétons et braquer des épiceries. Mafia est très réaliste dans son ton, ainsi vous avez plutôt intérêt à respecter le code de la route en conduisant.

Il faut céder le passage, s’arrêter aux feux, laisser la priorité… Car si vous faites n’importe quoi devant un agent ou une voiture de police, vous êtes bons pour une poursuite. Vous avez le choix de fuir (mais les voitures des années 30 ne sont pas des flèches). Ou de vous arrêter sur le bord de la route et accepter de recevoir une amende pour vos écarts.

Il n’y a d’ailleurs pas de gestion d’argent dans le jeu. En début de mission on vous fournit des armes. Ensuite vous allez trouver des munitions sur les corps de vos ennemis ou dans des caisses cachées dans les lieux visités. Cela permet au jeu de se focaliser entièrement sur son aspect narratif. C’est une excellente chose car l’histoire de Mafia est vraiment prenante et le destin de Tommy Angelo devient rapidement le nôtre. N’espérez d’ailleurs pas débarquer dans les missions tel un cow-boy en arrosant tout ce qui bouge. Le jeu est sévère, mais juste. Il va falloir jouer avec les couvertures et surtout viser juste. Vous ne pouvez pas vous promener avec des chargeurs plein les poches.

Le monde ouvert de Mafia Definitive Edition

En parallèle du mode Histoire, il est possible de lancer, via le menu principal, un mode Libre. Via celui-ci, vous pourrez vous promener librement dans Lost Heaven et accéder à une douzaine de missions secondaires. Elles sont plus décalées que les missions scénario et permettent de passer un moment un peu plus détente, même si, pour certaines, elles restent assez corsées. Il y a également des collectibles à trouver et ramasser dans le jeu. Il y en a qui ne se trouvent que dans les missions scénarisées. D’autres qui peuvent se trouver en mode Libre. À vous d’ouvrir l’œil et de passer Lost Heaven au peigne fin afin de tous les trouver.

Vous pouvez aussi collectionner les voitures et les motos, que vous retrouverez à votre garage. Il suffit de vous y rendre afin de changer de véhicule. Vous pouvez aussi passer par l’armurerie pour vous équiper afin de vous défendre. Ou pour faire un carnage parmi les passants, même si ce n’est pas franchement l’esprit du jeu. En effet, les mafieux à l’époque et dans le jeu étaient très respectueux de leurs contemporains. Ils mettaient un point d’honneur à laver leur linge sale en privé. Et à de rares exceptions, dont on peut voir des exemples dans le jeu, il y aura des victimes parmi les civiles. Donc en mode libre, faites ce que vous voulez. Mais attention car la police sera rapidement à vos trousses quoi qu’il arrive.

Cela permet donc d’aborder le jeu de deux façons différentes. Car le mode Histoire est un tunnel scénarisé n’autorisant aucun écart. Tandis qu’en mode libre vous pouvez arpenter la ville en vous imaginant un Tommy Angelo sur son temps libre. En RTT de la pègre, qui se promène et visite un peu une Lost Heaven entièrement refaite en HD. Car, et il faut bien l’avouer, en mode histoire vous aurez tendance à suivre les indicateurs de mission et à ne pas trop vous repérer dans la ville.

Un remake convaincant

Coupons court au suspens : cette Definitive Edition de Mafia est une franche réussite. La version 2020 des graphismes est magnifique (même si on a rencontré quelques chutes de framerate sur notre PS4 classique). La ville s’ouvre devant nous, avec ses buildings, ses rues étroites, ses boulevards, ses ponts, ses habitants… L’ambiance des années 30 est là. Les personnages sont bien modélisés, le doublage français est de qualité… Bref, quand on lance le jeu on est vraiment dans le pseudo Chicago des années 30.

Les graphismes ne sont pas les seuls à avoir subi un petit coup de jeune. Le scénario, même s’il reste globalement le même, a été approfondi sur certains points. Nous pensons notamment à l’intrigue amoureuse de Tommy. Celle-ci est plus profonde, afin de faire atteindre à la fin du jeu une toute nouvelle dimension émotionnelle. Les joueurs de la première heure seront ravis de retrouver des passages cultes du jeu de l’époque. Comme la célèbre course de voiture sur circuit. Celle-ci avait d’ailleurs été patchée car jugée trop dur. Un raccourci avait alors fait son apparition pour faciliter la mission. Et bien sachez que ce raccourci est toujours présent dans la Definitive Edition. Et il y a même un trophée pour finir la mission en mode de difficulté Classique.

En plus des trois modes de base (facile, intermédiaire, difficile), il y a un mode Classique qui permet de jouer comme en 2002. Et là le jeu est encore plus impardonnable que jamais. Mais encore une fois, tout est fait pour favoriser le réalisme et l’immersion du joueur. Bref, Mafia Definitive Edition est un remake dans ce qui se fait de mieux, avec une histoire remaniée juste ce qu’il faut, des graphismes dignes de 2020 et un plaisir de jeu intact. Si vous aimez les jeux narratifs dopés aux phases d’actions nerveuses, vous pouvez foncer les yeux fermés sur cette petite pépite.

Points positifs

  • Une ville magnifique que l'on prend plaisir à parcourir
  • Une aventure narrative et une action soignée
  • Les améliorations du scénario
  • L'ambiance des années 30

Points négatifs

  • Une difficulté parfois corsée
  • Les phases de poursuite en véhicule un peu laborieuses

Note

Graphismes 75%
Bande-son 73%
Prise en main 77%
Plaisir de jeu 83%
Durée de vie 74%
Conclusion

Mafia Definitive Edition fait honneur au matériau d’origine et aux consoles actuelles. Que vous le découvriez ou que vous soyez fan du jeu de base, vous allez assurément passer un bon moment. Certes, vous n’aurez pas autant de liberté que dans un GTA, mais généralement quand on joue à Mafia on sait qu’on n’est pas là pour voir des voitures volantes. Plus réaliste, sombre et grave que le modèle dont il s’inspire, Mafia parvient à créer sa propre identité tout en rendant hommage à tout un pan du cinéma de gangster, du Parrain à Casino en passant par Scarface.

Le héros est attachant, ses acolytes aussi, et on remonte le fil des événements avec la boule au ventre quand on voit la tournure que prennent les événements. Comptez environ entre 8 et 10h pour boucler le mode histoire, et bien plus si vous voulez récupérer tous les collectibles du jeu. Celui-ci est intégralement traduit en français, textes et voix. Les acteurs sont convaincants et nous embarquent rapidement avec eux. Quant à la musique, les thèmes sont jazzys comme à l’époque et participent grandement à notre immersion. Bref, un grand crû comme on aimerait en voir plus souvent.

Note finale 76% Excellent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *