Test

Test de The Darkside Detective sur Switch : imperméable et paranormal


Fiche jeu

  • Editeur:Spooky Doorway
  • Developpeur:Spooky Doorway
  • Supports:Nintendo Switch, PC
  • Genres:point'n'click
  • Nombre de joueurs:1
  • Date de sortie:27 juillet 2017 (PC) 7 février 2018 (Switch)

A mi-chemin entre John Constantine et Dick Tracy, The Dark Detective est un jeu indé fait de pixels et blindé de références. Le titre ne manque pas non plus d’humour et ses personnages sont très vite attachants. Toutefois, ces ingrédients suffisent-ils à faire un bon jeu ? On va voir.

X-Files x Ghostbusters

The Darkside Detective, c’est l’histoire de l’inspecteur Francis McQueen et de son acolyte légèrement débile Patrick Dooley. Nos deux personnages habitent une petite ville où se manifestent fantômes et autres forces obscures. Ils sont la Darkside Division, une mini-équipe chargée d’enquêter sur les phénomènes paranormaux. Bien sûr ils sont la risée du commissariat mais cela ne les empêche pas (enfin vous, parce Dooley est un crétin fini) de résoudre les six affaires proposées dans le jeu.

En effet, au lancement du titre vous avez deux enquêtes disponibles et quatre, bloquées, qui se déverrouilleront au fur et à mesure. La première enquête sert de tutoriel et ne dure qu’une poignée de minutes, suffisantes pour voir à quoi vous attendre. Vous êtes appelé sur les lieux du crime ou d’une manifestation étrange. Il va falloir fouiller l’écran à la recherche des objets utiles, les combiner entre eux et les utiliser au bon endroit pour progresser dans vos investigations.

Le jeu n’a rien de bien compliqué et si votre niveau d’anglais est correct, vous progresserez aisément dans le titre. D’ailleurs celui-ci n’est pas bien long et il vous fera passer un après-midi des plus sympathiques. Comptez environ 4/5h pour en voir le bout en fonction de votre vitesse de progression. Mais attention, ce seront 4/5h bourrées d’humour, de référence à la pop-culture et de vannes qui fusent dans tous les sens.

Déjà parce que Francis McQueen est l’anti-héros parfait : totalement blasé, il a l’impression (à raison) d’être la seule personne un minimum intelligente dans les parages. Il faut dire qu’il n’a pas de chance, son acolyte Francis Dooley est totalement neuneu et ne vous sera pas d’une grande aide dans vos enquêtes. Mais le jeu fourmille de clins d’œil, comme par exemple la bibliothèque hantée : comment ne pas penser à S.O.S. Fantômes ? Vous allez croiser les Gremlins, leur propriétaire Mr Wang, les fantômes d’Edgar Allan Poe et H.P. Lovecraft… Et chaque dialogue donne droit à des répliques savoureuses qui vous feront pouffer devant votre écran.

Joueur qui rit à moitié dans ton lit

Vous l’aurez compris, The Darkside Detective ne brille pas par ses graphismes (d’ailleurs le jeu s’en moque dans les options en vous proposant des graphismes que votre bécane ne supporterait pas). Les affaires ne sont pas particulièrement palpitantes, ce sont les mises en scène qui sont cocasses. Lorsque vous rencontrez votre homologue de l’autre monde, du Darkside, qui lui enquête sur les phénomènes paranormaux de son côté (qui sont en fait des phénomènes venant de votre monde), vous allez voir qu’il est encore plus blasé que vous !

Le jeu est donc vraiment sympathique dit comme ça, malgré son austérité graphique, mais ce n’est malheureusement pas le seul défaut. Déjà, il est intégralement en anglais, du moins sur Switch. Il est possible que la communauté du jeu l’ai patché sur PC, mais sur l’hybride de Nintendo il va falloir s’accrocher à son dico bilingue pour y biter quelque chose. Ensuite, sa durée de vie. Comme on l’a dit le jeu ne comporte que six enquêtes dont une qui fait office de tutoriel. Les cinq autres ont une durée exponentielle mais dépassent rarement la demi-heure.

Ensuite, le fait qu’il n’y ai pas de dialogue parlé n’est absolument pas une mauvaise chose, le jeu ayant un côté rétro, des voix auraient relevé de l’anachronie. Par contre, votre personnage ne bouge pas. On passe d’un écran à un autre sans que vous ne voyiez Francis McQueen marcher. Du coup chaque tableau est fixe et vous allez devoir fouiller l’écran avec votre pointeur de souris pour y trouver les éléments nécessaires à votre enquête. D’ailleurs le gameplay est très simple : il n’y a pas de déplacement, il suffit de faire bouger la flèche de la souris et de cliquer sur l’élément qui vous intéresse. Au pire il ne se passe au rien, au mieux vous gagnez un nouvel objet dans votre inventaire.

Pour utiliser un objet de votre inventaire, il suffit de cliquer dessus avec ce même bouton et de le maintenir appuyer pour le faire glisser là où vous voulez l’utiliser. Et c’est tout : un seul bouton pour jouer. Trois ou quatre mini-jeux viennent de temps en temps faire varier le gameplay, mais ça reste du très facile et surtout du déjà-vu. Alors à ce train-là heureusement que l’écriture est là pour relever le tout sinon on se serait retrouver face à un jeu bien vide et un peu léger. Heureusement, le résultat final est plutôt satisfaisant, et si l’on en croit le message post-générique visible ci-dessous, le Darkside Detective reviendra… Si celui-ci se vend suffisamment !

Points positifs

  • L'écriture et l'humour
  • Les références culturelles
  • On ne s'en lasse pas

Points négatifs

  • Trop court
  • Intégralement en anglais
  • Un peu trop statique

Note

Graphismes 70%
Bande-son 70%
Prise en main 72%
Plaisir de jeu 79%
Durée de vie 42%
Conclusion

The Darkside Detective est un point’n’click à l’ancienne qui ne manque pas de qualité. Porté par un duo d’anti-héros un peu con-cons, eux-même servis par une écriture aux petits oignons, on parcourt le jeu de bout en bout en une poignée d’heures sans les voir défiler. Mais le titre n’est pas exempt de défaut et on regrettera sa trop courte durée de vie (à 12,99€ ça fait cher l’heure d’enquête) et des tableaux un peu trop immobiles. Malgré tout il reste un bon passe-temps et on se marre bien en y débusquant tous les clins d’œil qui s’y cachent.

Note finale 67% Rafraîchissant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *