The Quarry titre Test

Test de The Quarry sur PS5 : une formule classique mais efficace


Fiche jeu

The Quarry marque le grand retour de Supermassive Game à un jeu solo d’envergure, après l’excellent Until Dawn d’il y a quelques années. Si entre temps le studio s’est illustré avec l’anthologie Dark Pictures, les joueurs attendaient de pied ferme une nouvelle aventure dantesque. C’est chose faite avec The Quarry, disponible sur consoles et PC depuis le 10 juin 2022.

The Quarry pour les amoureux de cinéma d’horreur

The Quarry, tout comme Until Dawn, raconte les mésaventures d’une bande de jeunes livrés à eux-mêmes au milieu d’une nature aussi hostile que sombre. Si dans Until Dawn on nous narrait un week-end entre potes dans un chalet à la montage, The Quarry change d’ambiance. Ici les héros sont des moniteurs d’un camp de vacances en pleine forêt, et la saison prend fin.

The Quarry groupe

Il est donc temps pour eux de rentrer, mais un événement dont nous vous laissons la surprise fait que vous devez rester une nuit de plus à Hackett’s Quarry. La nuit de trop. Le directeur du camp, incarné à l’écran par David Arquette (Dewey dans la série de films Scream) ne semble pas ravi que vous restiez une nuit de plus et s’en va chercher de l’aide en vous recommandant fortement de vous barricader dans un chalet

Cette bande de jeunes ne va bien sûr pas du tout l’écouter et va ainsi organiser une dernière soirée autour d’un feu de camp au bord du lac. Et c’est là que les ennuis commencent. Le joueur amateur de films d’horreur va tout de suite prendre ses marques. The Quarry démarre comme un vibrant hommage à Vendredi 13, de par le lieu de l’action. Mais, et toujours sans spoiler, se transforme vite en film de la Hammer interactif, pour notre plus grand plaisir.

La formule Supermassive Games qui fonctionne bien

Supermassive Games réutilise sa formule déjà vue dans Until Dawn et les Dark Pictures. À savoir une aventure narrative bardée de QTE dans laquelle le joueur est plus souvent spectateur qu’acteur. Qu’à cela ne tienne, les joueurs sont prévenus et cela n’empêche pas le titre d’installer une atmosphère stressante au possible avec son petit lot de jump scares. Même si le studio semble s’être calmé par rapport aux précédents titres.

The Quarry prologue

Tout comme les QTE sont simplifiées au possible : il suffit ici d’orienter le joystick droit ou gauche dans la direction indiquée à l’écran pendant un laps de temps raisonnable. Parfois il vous faudra marteler un bouton plusieurs fois très rapidement. Ou encore rester appuyer longuement sur le bouton X afin de retenir votre respiration pour ne pas vous faire repérer.

Et bien sûr, la substantifique moelle des jeux Supermassive Games : les embranchements narratifs. Vos choix de dialogue, de direction, d’action et même l’accomplissement ou non de certaines QTE va vous emmener sur des chemins narratifs différents. Au bout de ceux-ci, la possible survie de tout le groupe, ou la mort de certains de ses membres. Tout dépend de vos choix et de leur rationalité vis-à-vis de la situation dans laquelle vous les faites.

The Quarry : toujours le syndrome Uncanny Valley ?

Par son aspect graphique et sa velléité de cinéma, The Quarry tente l’approche la plus réaliste possible avec ses personnages. Ainsi, en scrutant les détails, en tout cas sur PS5, on ne peut qu’être admiratif de pouvoir scruter chaque détail du grain de la peau des personnages. La moindre tâche de boue ou de sang est bien rendu, les effets visuels sont très jolis, que ce soit sur les vêtements ou la peau.

The Quarry bouche

Toutefois, on ne peut s’empêcher d’avoir quelques passages un peu “Uncanny Valley” lorsqu’on voit certaines animations. Notamment au niveau des yeux et de la bouche des personnages. Yeux qui roulent dans tous les sens, bouche ayant tendance à montrer trop souvent les dents des personnages : ces défauts qui émaillaient déjà Until Dawn et The Dark Pictures Anthology ont été atténués mais pas gommés. C’est dommage car les comportements physiques tendent vers le réalisme, avec une pointe de rigidité tout de même.

À noter que The Quarry est intégralement doublé en VF. Certains acteurs retrouvent même leur VF officielle, comme Ariel Winter. L’actrice prête ses traits à Abigail dans le jeu, et sa doubleuse française est celle que l’on peut entendre dans l’excellente série Modern Family. Si la qualité du doublage est inégale, elle reste plus que convaincante tout au long de l’aventure et accentue l’aspect teen movie tendance nanardesque lors de certains échanges un peu clichés entre les adolescents.

Quid du multijoueur ?

À l’heure où nous écrivons ces lignes, The Quarry n’a pas encore reçu son patch permettant le multijoueur en ligne. Mais ce que nous en avons compris, il s’agira d’une simple feature permettant à des amis spectateurs du jeu de voter pour vos décisions dans le jeu. Il n’est pas question ici de vivre une aventure en coop comme c’est le cas dans les jeux The Dark Pictures Anthology.

The Quarry mini-jeu de la respiration

Il est cependant possible de jouer en coop locale, avec autant de joueurs qu’il y a de personnages à l’écran. Chaque joueur choisit son personnage préféré en début de partie et le jeu vous invite à passer la manette de main en main au fil des chapitres afin que tout le monde puisse prendre part à l’aventure. Une bonne idée pour une soirée canapée entre amis ayant envie de se donner des frissons.

Enfin, il est également possible d’opter pour un mode Cinéma. Cette option est pour celles et ceux désireux de profiter de l’intrigue sans s’embarrasser des QTE et des choix. Il suffit de choisir si vous voulez que tout le monde survive ou meurt puis de lancer The Quarry. Et il ne vous reste plus qu’à profiter du spectacle comme si vous étiez au cinéma.

Quelques zones d’ombre malgré tout

Dans l’ensemble, The Quarry est plus que convaincant. Les acteurs, le scénario, les références aux grands classiques de l’horreur, les moments de tension, le dénouement, l’envie de recommencer une partie pour changer ses choix : tout est là. Mais il plane toujours une zone d’ombre, ou en tout cas assez mal expliquée pour nous : les cartes de tarot.

The Quarry la voyante

Dans The Quarry, tout comme dans Until Dawn et The Dark Pictures Anthology, vous avez un narrateur. Ici il s’agit d’une narratrice, une diseuse de bonne aventure qui vous accueille dans sa roulotte entre chaque chapitre. Si vous avez trouvé des cartes de tarot dans le niveau, vous pourrez vous faire prédire l’avenir pendant quelques secondes et entrevoir le destin, funeste ou non, d’un des personnages pour le chapitre à venir. À vous ainsi d’anticiper les événements pour éviter, ou non, que cela n’arrive.

Mais ces moments sont trop fugaces et assez mal expliqué par le jeu afin qu’on n’y comprenne quelque chose. Les passages avec la voyante sont excellents car l’actrice colle parfaitement à l’ambiance du jeu. Mais l’intérêt de choisir entre l’une ou l’autre des cartes trouvées est assez flou. Tout comme les visions qui sont trop courtes et oubliées aussi rapidement qu’elles sont apparues. Mais cette idée doit plaire car elle existe depuis Until Dawn et ses totems, tout aussi cryptiques.

Notre conclusion sur The Quarry

N’y allons pas par quatre chemins : The Quarry remplit complètement son office. Les fans l’attendaient et le jeu ne déçoit pas. Véritable expérience narrativo-cinématique, elle est à la fois un hommage réussi aux films de genre ainsi qu’un jeu qui met les personnages face à des dilemmes moraux parfois compliqués. Le gameplay est parfois un peu rigide, mais les moments de stress font très vite oublier ce détail et on se plonge dans l’ambiance dès le prologue, très réussi.

The Quarry peur

Certes le jeu a quelques défauts, quelques lenteurs. Mais finalement l’ambiance qui s’en dégage est tout ce qu’on pouvait attendre d’un nouveau Supermassive Games d’envergure. Si vous avez aimé Until Dawn et que vous avez fait les Dark Pictures sans y retrouver le frisson du premier : il faut absolument faire The Quarry. Vous allez retrouver tout ce qui a fait le sel du premier jeu, avec une absence de temps de chargement, des personnages on ne peut plus réalistes et une histoire palpitante remplie de clins d’œil à foison à la pop culture.

Points positifs

  • Une ambiance horrifique maîtrisée
  • Un casting cliché mais au poil
  • De bons moments de stress

Points négatifs

  • L'utilité de la map ?
  • L'utilisation des cartes de tarot, trop floue
  • L'animation facial des personnages

Note

Graphismes 72%
Bande-son 81%
Prise en main 76%
Plaisir de jeu 96%
Durée de vie 80%
Conclusion

The Quarry était attendu au tournant et il réussit son pari. S’il n’est pas exempt de défauts, il cumule suffisamment de qualités pour nous les faire oublier. On s’amuse, on a peur et on vit l’aventure avec les personnages, du début à la fin. Les embranchement scénaristiques et les choix poussent à relancer une partie dès que la première est terminée, afin de voir toutes les fins possibles et les interactions entre les personnages si l’un ou l’autre meurt en court de route. Le jeu réserve son lot de jump scares, de gore et d’action pour contenter tout le monde. Plus accessible, moins buggé que les jeux précédents, vous ne pourrez pas pester contre l’apparition tardive des QTE pour justifier la mort d’un de vos personnages. À noter qu’il est possible de revenir sur trois morts de personnage pendant l’aventure, mais il est déconseillé de se servir de cette option afin de la vivre pleinement. Bref, The Quarry est pour tous les amateurs de cinéma interactif friands d’horreur : vous en aurez pour votre argent !

Note finale 81% Flippant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.