Le Fanatec GT DD Pro Test

Test du Fanatec GT DD Pro (PS4) : Que vaut le direct drive sur consoles ?


Fiche jeu

Avec le GT DD Pro, Fanatec frappe un grand coup dans l’écosystème des volants simracing sur consoles, grâce à la technologie direct drive. Voici notre test de ce volant.

Voilà plusieurs années que, sur le marché des volants de jeu sur consoles, Logitech et Thrustmaster rivalisent. À coups de partenariats, de nouvelles technologies, ou en produisant des volants plus ou moins accessibles, ces derniers monopolisaient quelque peu le marché. Mais avec la sortie de Gran Turismo 7, un nouvel acteur décide de frapper un grand coup sur ce marché.

Il s’agit de Fanatec. Autrefois axé sur le matériel haute performance pour les gamers, la firme allemande s’ouvre de plus en plus au grand public. Preuve en est faite avec ce tout nouveau GT DD Pro, fruit d’un partenariat avec Gran Turismo, pour la sortie de GT7.

Fanatec perd en qualité sur les finitions, avec son GT DD Pro

Cela se remarque notamment par le logo GT trônant au milieu d’un volant au diamètre de 28 centimètres. Avec un design proche du Thrustmaster T-GT (volant officiel de Gran Turismo Sport), ce dernier est recouvert d’une gomme dure et de ce que l’on pourrait à première vue prendre pour du métal, mais qui se révèle en fait être un plastique brillant.

Car pour faire chuter les prix entre 969,85€ et 699,95€, le Fanatec GT DD Pro rogne quelque peu sur les finitions. Rien de bien méchant, et dans les faits, la gomme dure se révèle un bon grip. Le constructeur allemand a néanmoins habitué à mieux. Et sur ce point là, les T-GT, cerclés de cuir, s’avèrent d’une meilleure qualité.

En revanche, Fanatec brille sur la qualité du serrage du volant. Très simple, le système se révèle également solide, fiable. Une fois serré, c’est simple, le volant ne bouge plus. Un point fort, par rapport au T-GT.

Le système de serrage du Fanatec GT DD Pro

Le système de serrage sur le volant vient s’enrouler autour de la base

En piste, le Fanatec GT DD Pro fait merveille

Et tant mieux, car une fois en marche, le ressenti n’en est que décuplé. Avec la version de base (comportant une alimentation à 90 Watts et une force limitée à 5 Nm pour le moteur et le frein de base), la technologie direct drive de ce Fanatec GT DD Pro fait merveille. Sur Gran Turismo 7 notamment, les premiers instants de jeu sont marqués par la franchise des coups que l’on peut ressentir. En allant explorer le bac à graviers aussi bien qu’en étant percutant un mur, ou en allant au contact avec un adversaire, le volant réagit de manière franche.

En poursuivant le test, la performance sur le long terme se remarque également. Au bout de plusieurs heures de jeu, les volants équipés d’un système à courroies peuvent quelque peu perdre en précision. Ce n’est pas le cas de ce Fanatec GT DD Pro, qui permet de garder un style de conduite très similaire du début à la fin de chaque partie. Le tout avec une grande précision, sans générer de vibrations incohérentes (par exemple en pleine ligne droite). Ce qui arrive parfois avec d’autres volants (notamment le T-GT).

L’entrée de gamme a ses limites

Notre test ayant été effectué avec la version de base, des limites apparaissent toutefois assez rapidement. Le volant manque globalement de force. Régler le retour de force plus fort peut corriger quelque peu ce manquement, mais quid de la fiabilité sur le long terme? D’un autre côté, en dehors des jeux Gran Turismo, il s’avère nécessaire de calibrer le volant, ce qui nécessite divers tests.

Enfin, le placement des boutons sur le volant s’avère décevant. Au contraire des molettes du T-GT, ces derniers sont des boutons fixes. Le toucher est loin d’être agréable, mais leur placement fait également que leur accessibilité n’est pas aisée. On est bien loin du T-GT, parfaitement étudié, sur ce point. Le bouton permettant d’entrer dans les menus de réglages du volant est en fait le plus simple d’accès de ce Fanatec GT DD Pro.

Le pédalier reste décevant

Le pédalier reste également assez décevant sur cette version. Fait de métal, il ne comporte d’abord que deux pédales, qui sont finalement assez peu réalistes. Malgré un ressort mécanique, le frein reste en effet trop long et mou.

Le gros avantage de ces deux pédales et de ce pédalier en général reste la liberté de déplacer ces dernières. Il est en effet possible d’éloigner ou de rapprocher les pédales, ou encore de les élever ou les abaisser.

La base, un bijou de style et de technologie

Le dernier élément important de ce Fanatec GT DD Pro reste la base en elle-même. En forme de cube, d’environ 15 centimètres de côté, elle allie efficacité et style. Tout y est simple, y compris l’installation, qui peut se faire avec une fixation de table fournie.

L’aspect extérieur de ce volant est également pourvu d’ailettes, qui permettent également de fixer le volant sur un cockpit ou un support de type Wheel Stand. On peut ainsi serrer le volant par dessous sur le côté, via un système de glissières. Notez toutefois que la visserie de fixation n’est pas fournie avec le volant.

Pour conclure, l’arrière de la base comporte un port USB et un port alimentation. Quatre ports RJ12 complètent le tableau, l’un correspondant au pédalier, un autre pour un frein à main. Les deux restants officient pour des leviers de vitesse. Quant à l’avant, on retrouve un simple bouton marche/arrêt.

L'arrière de la base du Fanatec GT DD Pro

L’arrière de la base du Fanatec GT DD Pro

Compatibilités multiples

Ce dernier présente toutefois une double utilité, puisqu’il permet aussi de choisir ses différents modes de compatibilité. Le Fanatec GT DD Pro présente en effet le grand avantage de fonctionner sur Xbox ou PC.

Une simple pression sur le bouton marche arrêt permet de passer d’un mode à un autre. Ces derniers se comptent au nombre de quatre : à savoir les PS4/PS5, PS4 Comp, PC et PC Comp. Pour la Xbox, il faut en revanche passer à la caisse, puisqu’il faut s’équiper d’une roue compatible.

L’écosystème Fanatec permet également d’explorer diverses options de personnalisation. En premier lieu, il est par exemple possible de s’offrir une troisième pédale. D’autres pédaliers sont également au rendez-vous, ainsi que des roues et diverses pièces. Un matériel qui s’avère toutefois coûteux, puisque la firme allemande fait dans le haut de gamme.

Points positifs

  • Prix modéré
  • Technologie direct drive
  • Les options de personnalisation
  • Les différentes compatibilités
  • Les sensations en piste
  • Le système de serrage
  • L'ergonomie et le style de la base
  • La liberté du pédalier

Points négatifs

  • Les finitions
  • Le manque de force du volant en entrée de gamme
  • L'ergonomie des boutons
  • Le pédalier à deux pédales en entrée de gamme
  • Le pédalier peu réaliste
  • Un volant comportant des menus un peu complexes pour des débutants

Note

Plaisir d'utilisation 92%
Finitions 60%
Ergonomie 75%
Options de personnalisation 90%
Rapport qualité prix 93%
Conclusion

Le Fanatec GT DD Pro est donc, sans surprise, un excellent volant, surtout lorsqu’il s’agit de jouer à des jeux de l’univers Gran Turismo. Bien que les finitions soient discutables, la robustesse et les sensations en piste sont d’un niveau supérieur à ce que l’on peut retrouver avec la gamme T-GT. Son prix, à partir de 699,95€, reste également modéré. Même si cela peut vite grimper pour des versions plus améliorées, à 849,90€ et 969,95€.

Dommage, toutefois, que les boutons soient si mal placés sur le volant et que certaines limites brident l’expérience. Notons également que pour un volant d’entrée de gamme, le fait d’avoir un menu interne de réglages peut également être déroutant et complexe.

Note finale 82% Un DD accessible

Un commentaire sur Test du Fanatec GT DD Pro (PS4) : Que vaut le direct drive sur consoles ?

  1. Pingback: Test. Gran Turismo 7 (GT7) : expérience ultime sur PS5, un ode à la course auto - Le Mag Sport Auto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.