console Switch Nintendo Switch

Nintendo Switch : des ventes comparables à celles de la Wii ?


Chez Nintendo, la console Wii fait désormais office de référence, en matière de ventes. Chacun se souvient du phénomène observé à l’époque, la console ayant vécu une forte rupture de stock durant de longs mois. Le nouveau Directeur de Nintendo France vient d’évoquer cet épisode en comparant les réservations de la Nintendo Switch, d’ores et déjà jugées bonnes par la maison mère. Plus fortes que celles enregistrées par la Wii U, selon plusieurs revendeurs. La Switch incarnerait-elle la nouvelle poule aux oeufs d’or de Big N ?

Nintendo Switch : objectif Wii !

Ce sont nos confrères du Figaro qui relayent ces propos de Philippe Lavoué, Directeur Général de Nintendo France. L’homme fort de la firme au plombier dans l’hexagone indique, ainsi, que les records établis par la Wii sont visés avec la Nintendo Switch. Irréaliste ? Peut-être pas, à en juger par les ruptures de stocks déjà observées dans plusieurs pays, autour du globe. Mais en France, les stocks sont conséquents si bien que, malgré les précommandes solides, la console reste disponible dans tous les magasins, physiques ou virtuels. Et comme nous vous l’indiquions il y a quelques heures, le hardware et ses jeux truste les premières places dans les charts (chez Amazon.fr, notamment).

“La publicité ne va pas tout faire. Il va y avoir un gros travail de démonstration en magasin. Nous cultivons notre différence avec une proposition très différente de la PlayStation 4 et de la Xbox One”. Philippe Lavoué poursuit dans les colonnes du Figaro : “Notre point de comparaison, c’est le lancement de la Wii en 2006”.

Pour atteindre ces objectifs, outre le concept de la Switch en lui même (console hybride, jouable dans son salon comme pendant ses déplacements), Nintendo va mettre en place des démos dans de multiples grandes surfaces. Des enseignes spécialisées comme Fnac et Micromania mais, aussi, de grands magasins tels Leclerc, Carrefour ou encore, Auchan. Une campagne identique à celle qui avait été réalisée à l’époque de la Wii si ce n’est que, cette-fois, les enseignes spécialisées sont également de la partie. Le but ? Faire essayer la console directement aux joueurs en vue de leur faire comprendre ce qu’apporte ce nouveau concept. Le côté convivial sera, bien sûr, mis en avant.

Et en pratique, le concept fonctionne ! J’emploie, à titre exceptionnel, la première personne, afin d’en témoigner (Julien Barthet) :

En guise de job saisonnier, j’avais été recruté par Nintendo (avant mon activité de rédacteur professionnel), à l’époque, pour effectuer les démos de la Wii en grande surface (Leclerc, Cora, Carrefour, Auchan, région Franche-Comté). Au même titre, d’ailleurs, que des centaines d’autres “animateurs”, formés à Paris par Nintendo. Sur place, des “clients” peu coutumiers des jeux vidéo qui essayaient la console repartaient, juste après, avec leur Wii sous le bras, convaincus par leur essai (Wii Sports). Le phénomène était, alors, stupéfiant, notamment face aux séniors (mais pas que…), jusque-là totalement imperméables aux jeux vidéo. Dans la plupart des cas, les joueurs repartaient avec le sourire en envisageant sérieusement l’achat. Quelques jours plus tard, la Wii était indisponible en magasin. Les conséquences du phénomène de l’achat compulsif après quelques minutes de plaisir inattendu et bienvenu, dans un tel lieu (une grande surface, à l’heure des peu stimulantes courses hebdomadaires…)

Alors, bien sûr, rien ne dit que la Switch sera capable de générer les mêmes réactions. D’autant que son concept s’en inspire sur certains points. Néanmoins, une telle campagne portera ses fruits, à plus ou moins grand échelle.  Par ce biais-là, Nintendo s’assure surtout de court-circuiter les avis de la presse et des blogueurs pour toucher directement les joueurs. Car, si les spécialistes se plaignent du faible line-up à la sortie, des joueurs plus “casual” ou moins connectés à l’univers vidéoludique pourraient être convaincus par des jeux comme 1,2 Switch ou Arms. Deux titres testés par notre Rédaction et dont nous pensons le plus grand bien. De plus, le concept de la console hybride sera sans aucun doute plus concret pour les joueurs qui auront eu l’opportunité de le tester en magasin. “Jouez partout et à plusieurs”, voilà ce que pourrait être le Leitmotiv du plombier italien. Reste que la Wii, en son temps, était vendue en pack avec Wii Sports pour 250 euros. La Switch, de son côté, se révèle moins accessible avec ses 299 euros, sans jeu. Le pari est donc osé pour Nintendo, mais le succès pourrait bien être au rendez-vous.

Il faudra cependant attendre Noël prochain pour mesurer la popularité de la Switch à moyen terme. Wait and see…

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.