Test

Test de Lego Les Indestructibles sur PS4 : moins fouillis, plus fouillé


Fiche jeu

Les Indestructibles 2 envahissent nos écrans en ce début d’été caniculaire pour le plaisir des petits et des grands. La suite de ce film d’animation Pixar est attendue par le plus grand nombre et c’est avec surprise qu’on apprenait qu’une adaptation made in Lego sortait conjointement au film. L’occasion pour nous de plonger dans l’univers de la famille Parr et des super-héros animés.

Des changements positifs

Nous n’allons pas évoquer le scénario du jeu puisque celui-ci est calqué sur le film qui vient de sortir et contiendrai des spoilers. Sachez juste que le jeu contient 12 niveaux : 6 pour Les Indestructibles 2 et 6 pour le premier film. Et c’est dans cet ordre là que vous allez les jouer. Cela peut paraître étrange mais TT Games a dû vouloir jouer la carte de l’attrait de la nouveauté en plongeant le joueur directement au cœur du second film.

Pour ce qui est des mécaniques du jeu on est toujours sur le même schéma : un open-world rempli d’activités annexes, de briques à récolter, de courses et de personnages à sauver. La première chose qui saute au visage, pour les habitués de la série des jeux Lego, c’est la taille de la map. Celle-ci est considérablement plus petite que celles des jeux précédents, type Batman, Marvel Super-Heroes, etc. On pourrait donc être en droit de grogner mais finalement, est-ce une si mauvaise chose ?

Pas sûr, puisque ce parti pris permet de rendre l’expérience de jeu moins fouillis qu’auparavant. Finies les cartes regorgeant d’icônes à ne plus savoir qu’en faire, un cauchemar pour les complétistes qui devaient passer des heures et des heures à faire des activités similaires en boucle. TT Games a décidé d’organiser son propos et c’est une très bonne chose car ça rend nos actions plus claires. Par exemple la ville est découpée en quartiers. Jusque là rien d’anormal. Dans chacun d’eux il y a des briques à ramasser, des gens à aider, bref : des petites missions. Sachez que vous ne pourrez pas faire le ménage dans la ville dès le début du jeu. En effet, il faut nettoyer les quartiers des vagues de crimes un par un, dans l’ordre que le jeu vous impose, pour accéder aux icônes des quêtes annexes. Après rien ne vous empêche de les faire en cherchant par vous-même, mais ça va prendre beaucoup plus de temps.

C’est, pour ma part, une excellente idée je trouve car elle permet de structurer le jeu là où jusqu’alors on avait droit à un bac à sable foutraque dans lequel on ne savait pas par où commencer. Après on peut critiquer que les activités liées aux vagues de crimes soient toujours les mêmes : éteindre des incendies, désamorcer des bombes et taper sur des méchants. Mais ça n’a pas la même saveur en jeu quand c’est bien présenté et ça passe plus facilement manette en main. Les collectibles également sont moins nombreux, moins longs à ramasser. Là où avant il fallait résoudre des mini-énigmes pour débloquer l’accès à une brique dorée, par exemple, aujourd’hui elle est juste posée sur la carte.

Un jeu plus familial

Volonté de TT Games de simplifier le jeu à destination des plus jeunes ? Ou de le rendre moins rébarbatif à parcourir pour que même le joueur moins jeune s’y promène avec plaisir ? Quoi qu’il en soit il faut saluer l’initiative car c’est vraiment un plaisir de parcourir les rues de la ville sans se dire qu’il reste whatmille choses à faire pour compléter le jeu à 100%. Les niveaux solos ne sont pas en reste et ont subi un petit coup de polish également : moins longs, plus diversifiés et avec quelques bonnes idées de mise en scène (combat filmé par une caméra embarquée dans un hélicoptère) : on en a pour son argent. On regrettera juste cette sensation que les développeurs ont eu une (bonne) idée et la réutilise jusqu’à la trame, comme les labyrinthes.

Après c’est par petite touche de-ci de-là qu’on s’aperçoit que la formule évolue au fil des titres. Il est par exemple possible de filtrer les personnages disponibles selon qu’on recherche une capacité précise. Autre changement : les briques rouges qui servent à booster ses capacités en jeu (multiplicateur de pièces, invincibilité, etc.) ne sont plus payantes ! Il suffit de les trouver dans le jeu, généralement dans une construction familiale Pixar. Et dans cette phrase normalement il y a deux choses que vous n’avez pas comprises.

Tout d’abord la construction familiale, qu’est-ce que c’est ? Que ce soit en mode histoire ou dans l’open world, il y a de grosses dalles qui requiert un certain nombre de briques spéciales pour démarrer une construction. Et si celle-ci est familiale, c’est parce que toute la famille Parr y participe. Comment ça fonctionne : mettez votre curseur et martelez rond pour faire monter une jauge jusqu’en haut. Une fois qu’elle est pleine, passez au personnage d’à côté et ainsi de suite. Mais la jauge du premier personnage se vide doucement donc il faut aller vite et revenir sur les jauges pour toutes les maintenir à niveau. Quand elles sont toutes pleines, victoire, vous pouvez faire votre construction géante et ramasser un max de pièces.

Ensuite, s’il y a des constructions « Pixar », c’est parce qu’elles font chacune référence à un long métrage d’animation du studio. La maison de Carl dans Là-Haut, le Pizza Planet de Toy Story, la cabane de la sorcière dans Rebelle, le massif de corail dans Le Monde de Nemo… Et une fois qu’ils sont construits non seulement vous gagnez le personnage qui leur est associé (Russel, Woody, Merida, Dory…) mais vous gagnez également la fameuse brique rouge qu’il suffit ensuite d’activer dans les options pour bénéficier de ses bonus.

Mais du coup à quoi servent les pièces Lego que l’on ramasse en jeu ? Et bien dans les niveaux vous trouverez des sachets de personnages et pour les ouvrir il faudra les acheter. Il en va de même pour débloquer les véhicules du jeu. Ce système est beaucoup plus simple et moins prise de tête qu’avant où il fallait économiser plusieurs millions de pièces avant d’acheter la brique rouge x2, puis recommencer pour acheter la x4, x6, x8 puis x10. Bref, là ça va plus vite, c’est mieux et on s’amuse tout autant.

Les rides commencent à se voir

Malgré toutes les qualités de ce titre qui permet de redonner un petit coup de jeune à une franchise qui s’essouffle un petit peu, on sent que les mécanismes du jeu datent d’un autre âge. La caméra a toujours du mal à se positionner correctement, notamment quand il faut se placer sur un passage étroit sans tomber. Quelques bugs assez incompréhensibles sont apparus dans l’open world lors du test : à un moment les courses n’apparaissaient tout simplement pas dans le jeu. Lorsqu’on se rendait sur le point d’intérêt indiqué par la carte : rien. Heureusement qu’après avoir fait un niveau du mode Histoire le tout est revenu parce que sinon ça aurait été drôlement handicapant.

Le moteur du jeu, même s’il est joli parce qu’il n’affiche « que » des Lego sent quand même un peu le vieux. Lorsque vous faites exploser plein de caisses et que des dizaines de pièces Lego apparaissent simultanément, le framerate a tendance à faire de la chute libre sans filet. Par contre bon point pour la VF du jeu qui reprend majoritairement les voix officielles des films, pour notre plus grand plaisir.

Au final on retire beaucoup de positif de ce Lego Les Indestructibles : même s’il est plus court et contient moins que ses prédécesseurs, l’expérience du joueur en ressort améliorée. On prend plus de plaisir à évoluer dans un environnement structuré où les choses doivent se faire une par une pour ensuite passer à la suivante. Qui plus est l’univers des Indestructibles est un régal qui se prête bien à la transposition en mode Lego. Attention toutefois si vous ne voulez pas vous faire spoiler à aller voir le film avant de jouer au jeu car le mode Histoire commence par le 2. Bref une bonne pioche nous concernant, en espérant que LEGO DC Super-Vilains qui sort à la fin de l’année continue dans cette lancée.

Points positifs

  • Plus structuré
  • Les personnages Pixar
  • L'humour des LEGO
  • Une VF au poil

Points négatifs

  • La caméra toujours aux fraises
  • Un moteur vieillissant malgré tout

Note

Graphismes 65%
Bande-son 80%
Prise en main 68%
Plaisir de jeu 84%
Durée de vie 75%
Conclusion

LEGO Les Indestructibles peut diviser et c’est compréhensible : moins de contenu, carte plus petite, ordre imposé à suivre… Il dénote de ses prédécesseurs et certains y verront peut-être une marque de fainéantise de la part des développeurs. Pourtant lors de ce test le jeu a paru plus sympathique, plus agréable et plus aéré qu’eux, justement. Avec ses petites touches de nouveautés jetées mine de rien au visage du joueur, ce Lego Les Indestructibles parvient à séduire malgré un contenu, il est vrai, moins riche qu’avant. Cela rend le titre plaisant à jouer si l’on arrive à passer outre un moteur un poil dépassé et une caméra parfois capricieuse qui nous fera rater quelques passages périlleux.

Note finale 74% Y'a du mieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *