Test

Test : Kick-off Revival, l’Euro 2016 mode rétro ?


Fiche jeu

  • Editeur:The Digital Lounge
  • Developpeur:The Digital Lounge et Avanquest
  • Supports:PS4
  • Genres:sport
  • Nombre de joueurs:2 simultanément, en local ou en ligne
  • Date de sortie:Disponible

Lorsqu’une licence aussi légendaire que Kick-off renaît de ses cendres, l’ensemble de la communauté de joueurs des années 80/90 ne peut qu’applaudir, tant cette série avait marqué, à l’époque, l’univers vidéoludique, en raison de son gameplay très nerveux qui lui conférait un style unique et atypique. De retour en exclusivité provisoire sur PS4 (et bientôt sur Vita…), Dino Dini’s Kick-Off Revival saura-t-il, en cette cruciale période d’Euro 2016 de Football, séduire à nouveau les joueurs en cohabitant avec les références que sont FIFA et PES (une concurrence qui n’existait pas à l’époque…) ? Réponse, dans le test de Kick-Off Revival.

Kick-off Revival : un contenu…d’époque !

Kick off revival

Kick off revival et son t-shirt édition limitée

De prime abord, lorsqu’on lance une première partie de Kick-Off Revival, le manque de contenu choque. Et puis, on se reconnecte bien vite aux fondamentaux, aux jeux vidéo de l’époque, qui se reposaient d’avantage sur un concept, une idée, une façon de jouer que tu un contenu gargantuesque. Au départ, donc, quatre choix s’offrent à nous à savoir, le jeu en ligne, la partie rapide (practice) le match de compétition ou le mode deux joueurs. Heureusement, après une première mise à jour, un mode Euro 2016 (European Cup) s’ajoute à la sélection et permet de participer à la compétition en choisissant n’importe quelle équipe selon des poules 100% fidèles à la réalité.

Cette mise à jour nous donne, d’ailleurs, l’occasion de préciser que ce Kick-off Revival se veut être un jeu évolutif, mises à jour et patchs étant prévus pour des sorties régulières, en vue d’améliorer progressivement le contenu mais aussi, la qualité du soft. Et lorsque cela se fait sans passer à la caisse, c’est agréable, d’autant que le titre de Digital Lounge n’est facturé que 10 euros en téléchargement, 20 euros en version boite, soit un investissement pour le moins léger.

Niveau gameplay, sachez-le, les premières parties peuvent décontenancer. Le toucher de balle est, en effet, très particulier, puisque cette dernière ne reste pas collée aux basques des joueurs, comme cela se fait dans un jeu de foot classique. Ainsi, à chaque changement de direction, la perte de balle menace. Pas évident, d’autant qu’un seul mouvement trop brusque avec le stick suffira à vous faire expédier le ballon en dehors des limites du terrain ! Cependant, une touche permet d’avancer tout en conservant le ballon au pied, mais en perdant les capacités de vitesse et de liberté du joueur. Un bouton utile devant le but, afin d’éviter de louper sa frappe.

Pour le reste, une seule touche (bouton X) permet de faire à peu près tout à savoir, des tacles (qui brillent par leur caractère démesuré et se révèlent souvent à l’origine de fautes et pénaltys, mais sans aucun carton, Kick-Off en étant totalement dénué), des passes, lancers de touche (avec une petite jauge permettant de doser la force) et les tirs au but ! Seules autres alternatives, les deux gâchettes gauche et droite en vue de donner de l’effet au ballon au moment de tirer vers la cage adverse. Voilà, c’est tout ce qu’il y a à savoir en matière de prise en main. Simple, mais pas accessible au premier venu, c’est là tout le paradoxe de ce soft, qui découragera les joueurs occasionnels, tout en donnant du fil à retordre aux gamers expérimentés, malgré le nombre très limité de touches et actions possibles. Caractère très affirmé, donc, ce qui est plutôt positif au final.

Vous l’aurez compris, passements de jambes, panenka et autres sont, ici, totalement absents, le gameplay se concentrant sur les mouvements de base, comme dans la version originale, fidélité au rétro oblige. Il y a bien des corners, ainsi que des pénaltys, particulièrement simples à arrêter, d’ailleurs, mais rien de plus. L’action est très vive et les aller-retours d’un but à l’autre sont légion mais, malheureusement, interrompus par de trop nombreux coups de sifflets liés à ces tacles « de la mort », parfois difficiles à placer et que l’on peut quelque fois déclencher sans l’avoir vraiment voulu, toutes les actions s’effectuant avec un seul et unique bouton. Il faudra donc, un certain temps d’adaptation, avant de trouver le bon timing.

Cette épuration du jeu passe également par les joueurs et les équipes, qui affichent tous, sans exception, les mêmes performances. Allemagne, Suisse, Pologne ou Islande, vous ne trouverez aucune différence à aucun niveau que ce soit ! Arcade pure et dure animée par un gameplay hybride (c’est à dire pas suffisamment simple pour être catalogué arcade, justement), vous voilà prévenus ! Du coup, en gardant tout cela bien en tête, ainsi que le côté clin d’oeil rétro, Kick-off Revival peut délivrer sa petite dose de fun à condition, toutefois, de vous y adonner avec un amis. Le jeu en ligne ? Mouais…le manque de spectacle et d’ambiance a tendance à le rendre moins attractif. S’agit-il d’un caprice de nos cerveaux de gamers, habitués à foule d’artifices en tous genres ? Probablement, oui, mais le jeu en ligne façon rétro, difficile d’adhérer malgré tout…Deux mondes s’entre-choquent comme dans un épisode de Retour vers le Futur et le résultat est…bizarre !


Kick off Revival: le retour du mythe sur PS4 par magjeuxhightech

Kick-off Revival trouvera-t-il son public ?

Enfin pour en revenir au mode deux joueurs en local, c’est à ce niveau que vous trouverez le principal intérêt du soft. Une fois que vous maîtriserez le gameplay, vous vous prendrez sans aucun doute au jeu dans un esprit un peu « second degré » pas si désagréable. Clairement, on se sent moins investi, moins concentré que dans un FIFA ou un PES et cela en est reposant, la défaite étant, par conséquence, plus facile à accepter (avis aux amateurs du jeté de manette après une défaite !!). Maintenant, reste à savoir si le fait de débourser 20 euros pour s’offrir la version boite (avec un t-shirt en bonus chez certains revendeurs comme Amazon) de ce soft rétro légèrement remis au goût du jour se justifie. Clairement, selon nous, la réponse sera nette et précise : NON ! En revanche, pour 10 euros en téléchargement, pourquoi pas, du moins à condition d’avoir connu l’origine de Kick-Off et de vous lancer dans la partie avec un brin de nostalgie en tête.

Par contre, pour les moins de 30 ans, clairement, un essai en bonne et due forme avant achat est très vivement conseillé ! Kick-Off Revival représente tellement un Ovni vidéoludique au milieu des productions actuelles qu’il est difficile pour nous de déterminer qui, parmi les joueurs ne connaissant pas l’original, sera en mesure d’adhérer au concept. En gros, on sèche un peu !

Sachez toutefois que les graphismes pixelisés et leurs couleurs criardes (du moins « sa » couleur criarde, le vert de la pelouse…) ne seront pas du goût de tout le monde, tout en disposant d’un charme indiscutable aux yeux de quelques autres. Côté animations, les joueurs bougent vraiment bien et vite, c’est du kick-off comme nous l’avions connu à l’époque. Bande-son ? Quelques petits bruitages par si par là, coup de sifflet, engouement de la foule, frappe de balle, c’est du basique, c’est du rétro…

Ajoutons aussi que différents éléments d’améliorations sont prévus et devraient considérablement améliorer l’expérience à savoir; tirs aux buts à l’issue des prolongations d’un match (pour l’heure, un match nul est tout bonnement rejoué…), ajout de compétences spécifiques pour certains joueurs, arrivée des replays, nouvelles équipes, nouvelles fonctions pour les gardiens (qui ne disposent que d’un simple dégagement pour le moment), arrivée des cartons rouges et jaunes et différences de sévérité entre les gardiens. Attendons de voir, donc…

 

 

Points positifs

  • Du vrai jeu rétro
  • Petit prix en téléchargement (10 euros)
  • Aspect très évolutif (gratuit) du jeu (patchs, mises à jour, ajouts multiples)
  • Fidèle à l'original

Points négatifs

  • Pour l'heure, pas mal de lacunes de gameplay (capacités identiques pour joueurs et équipes, pas de cartons, pas de tirs aux buts, etc.)
  • Prise en main très difficile au début, avec le stick PS4
  • Contenu "rétro", c'est à dire très léger (pour le moment...)
  • Ni arcade ni simulation, déconcertant
  • Jeu en solo sans grand intérêt, à ce stade

Note

Prise en main 49%
Durée de vie 36%
Plaisir de jeu (seul) 39%
Plaisir de jeu (à deux) 63%
Rapport qualité/prix (téléchargement) 57%
Rapport qualité/prix (version boite) 36%
Conclusion

Donc, pour résumer, si ce Dino Dini’s Kick-off Revival vous attire et que vous ne connaissez pas la licence, ne l’achetez pas avant de l’avoir testé une bonne heure (et si possible avec un second joueur « humain »…). Bien sûr, vous l’aurez compris, il ne s’agit, en aucun cas, d’une alternative à un FIFA ou un PES. Si un mode Euro 2016 est bien présent, celui-ci ne vous apportera, finalement, que des poules identiques au réel sans aucunes différences visuelles ou techniques entre les différentes équipes, même chose côté joueurs.

En revanche, si vous étiez tombé amoureux, à l’époque, de la licence et que vous n’avez aucun mal à vous replonger dans un univers rétro qui pique carrément les yeux (voire, les oreilles…), nous vous conseillons la version téléchargeable. Pour 10 euros, vous n’aurez pas de regret et disposerez d’un soft à sortir de temps en temps, entre « vieux » gamers !

De manière générale, nous conseillons surtout à tous les joueurs de rester attentifs aux évolutions fondamentales qui seront apportées (cartons, tirs aux buts, compétences de joueurs, arbitres, gardiens, etc.) par les développeurs dans les semaines à venir, comme ils l’on déjà annoncé. Nous vous en informerons régulièrement en mettant à jour ce test à chaque fois que cela sera nécessaire. La note finale attribuée aujourd’hui pourrait donc, peu à peu être revue à la hausse, selon l’intérêt de ces ajouts à venir…

Note finale 47% Un OVNI à essayer avant achat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *