Test

Test : est-ce un oiseau, est-ce un avion, non, c’est Bionic Bird !!


Fiche produit

  • Marque:Xtim Bionic World
  • Modèle:BB1
  • Poids: 8.85 g
  • Dimensions:17 cm pour une envergure de 33 cm
  • Prix:99 euros
  • Date de sortie:Disponible
  • Autonomie de batterie:8 minutes

Cocorico, Bionic Bird est un oiseau…Français ! Issu d’une start-up tricolore, Xtim Bionic World, ce dernier a vu le jour grâce à une campagne de collecte de fonds, sur Indiegogo. Le concept est assez génial -ou en tout cas, novateur- puisque vous allez pouvoir prendre les commandes d’une machine visuellement proche d’un oiseau véritable. Mais, comme vous l’aurez compris, il s’agira en réalité d’un engin « radiocommandé ». Son vrai plus, la reproduction des battements des ailes d’un vrai volatile. Une telle curiosité high-tech ne pouvait échapper à notre labo-test. Voici donc notre avis sur le Bionic-Bird !

Un packaging soigné

Au beau milieu d’une horde de drones qui envahissent, chaque année, le marché, Xtim Bionic World fait preuve d’innovation. Bionic-Bird, comme son nom le laisse supposer, se présente comme un jouet high-tech imitant la silhouette d’un oiseau. Bien sûr, de près, vous ne vous y tromperez pas mais une fois en vol, le volatile réussit son effet ! Toutefois, avant de rentrer dans le vif du sujet, un mot sur le packaging.

Très soigné, l’emballage invite clairement à l’ouverture et contribue au sentiment d’exclusivité. Et l’ouverture de l’écrin tient ses promesses, avec un produit vraiment élégamment intégré à son compartiment, au même titre que les différents accessoires. Pourtant, Bionic Bird n’est pas si coûteux que cela, puisqu’il vous en coûtera moins de 100 euros. Autre spécificité, la présence, en plus du câble USB pour la recharge, d’une paire d’ailes de rechange, d’une petite brosse et surtout, d’un « oeuf » qui fait office de chargeur de poche. L’idée est franchement lumineuse puisque, une fois chargé (comptez 1H30/2H), il vous permettra de disposer d’une source d’énergie additionnelle pendant vos séances de vol.

Autrement dit, une fois les 8 minutes d’autonomie écoulées, vous profiterez d’un énorme sursis d’environ 1 heure (une douzaine de sessions de recharge). Un gros plus par rapport aux concurrents. Un système d’aimants permet de le positionner très facilement sur son socle ovale, à ces fins. Original, esthétique, pratique, endurant c’est du beau travail, une fois encore. Par contre, côté finitions du Bird en lui-même, en y regardant de plus près, le design reste assez grossier. En clair, vous ne l’admirerez pas sur une étagère, dans votre salon, mais en plein vol, avec plusieurs mètres de recul. Pas ultra-gênant. Mais à savoir tout de même…

I Like a bird…

Passons maintenant au test à proprement parler. Sachez tout d’abord que nous n’avons pas épargné Bionic-Bird, qui a affronté, au cours de nos sessions, des températures oscillant entre -1 et 9 degrés selon les cas. Mais aussi, vent, pluie et neige. Des conditions loin d’être idéales, en somme, d’autant que la gestion des mouvements de notre volatile du futur se fait uniquement par le biais d’un Smartphone ou d’une tablette tactile (iOs et Android).

Dans le domaine, après avoir téléchargé l’application adéquate (Bionic Bird alias Flying app), deux modes de contrôles vous sont proposés. Le premier vous permet d’utiliser votre mobile tel un volant alors que le second vous invite à exploiter l’écran tactile en vue de maîtriser les gaz et mouvements latéraux. Les « gaz » où plutôt, devrions-nous dire, les battements des ailes. Concrètement, une fois l’ensemble connecté via le bluetooth, il faut lancer le mouvement des ailes mais aussi, orienter l’inclinaison de la queue. Un réglage qui permet de jouer sur la vitesse de battement des ailes selon 5 niveaux bien distincts. Une fois ces dernières en mouvement, il suffit de lancer l’oiseau (comme l’on pourrait le faire avec un avion en papier), puis de prendre le contrôle avec un smartphone/tablette. A noter d’autrepart, la sensibilité est réglable selon plusieurs indices à savoir, angle inclinaison min. et max., puissance moteur direction et course curseur gaz. N’hésitez pas à prendre le temps de vous y pencher, cela rendra votre découverte plus agréable.

Premier constat, le mouvement des ailes est diablement réaliste ! Tant visuellement que sur le plan sonore, le rendu est tout bonnement bluffant ! Et comme nous adorons, sur Le Mag Jeux High Tech, aller au bout des choses, nous l’avons confronté à un autre animal, de race canine cette-fois (et un vrai !), amateur de volatiles de type pigeons et tourterelles (et quelques autres…). Là encore, résultat à la hauteur, notre complice du jour ayant cru au subterfuge, l’espace de quelques secondes. Rassurez-vous, notre Bionic Bird en est sorti indemne…mais d’un cheveu !

Par contre, l’usage en intérieur suggéré par le fabricant n’est quasiment pas envisageable. Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la nécessité de disposer d’une surface suffisamment importante pour lancer l’oiseau avant d’en prendre le contrôle. Alors, à moins de fêter ses anniversaires à Chambord…Autre souci, la gestion des mouvements via un téléphone. Jusqu’à présent, nous n’avons jamais été en mesure de dégoter un jouet High-Tech (dans cette gamme de prix) profitant de contrôles irréprochables, en comparaison avec une commande classique. Le Bionic Bird ne déroge pas à la règle, bien que le résultat soit plutôt bon, dans l’absolu…mais en extérieur !

Bien sûr, les intempéries et en particulier, le vent, sont de parfaits ennemis pour l’engin qui, comme ses collègues faits de chair et de sang, est sensible à la force des éléments naturels. Mieux vaut, donc, effectuer vos séances dans de bonnes conditions météorologiques. Si tel est le cas, la bonne maîtrise de Bionic Bird vous prendra tout de même une bonne heure c’est à dire, plusieurs sessions, compte-tenu de la limitation de durée liée à l’autonomie. Mais après tout, tant sur le plan de l’endurance que du temps de prise en main, l’on reste dans les normes de ce qui se fait dans l’univers des drones…Sauf qu’avec Bionic Bird, le chargeur de poche vous évitera les aller-retours chez vous, pour recharger l’engin ! Et ça, c’est vraiment très appréciable, pour qui connaît l’autonomie très limitée d’un drone, toujours par comparaison.

Smartphones compatibles Apple ou Android : Apple iOS 7 ou au-delà
iPhone (6 Plus, 6, 5s, 5c, 5 & 4s) – iPod touch – iPad (Air, Mini, 3rd & 4th gen)
Android 4.3 et au delà.

Points positifs

  • Autonomie cumulée exceptionnelle (batterie de poche)
  • Très réaliste (visuel et son) une fois en vol et à distance
  • Une concept original pour un plaisir de vol...inédit !
  • Bel effort sur le packaging, sobre mais élégant
  • Rapport qualité/prix/plaisir plus que correct
  • Encaisse bien les chocs inévitables des premières minutes
  • Nombreux réglages possibles

Points négatifs

  • Les finitions restent assez moyennes, design un peu grossier
  • Très sensible au vent, en raison de son poids réduit
  • Contrairement à ce qui est suggéré, injouable en intérieur

Note

Installation
Autonomie
Maniabilité
Finitions
Innovation
Plaisir de vol
Rapport qualité/prix
Design
Conclusion

Les Français de Xtim Bionic World peuvent être fiers de leur Bionic Bird ! Un engin high-tech et volant complètement original, qui arrive à point nommé pour bousculer les sempiternels drones. Elegant, raffiné et ultra-léger, il reproduit très fidèlement les battements d’ailes d’un véritable oiseau.

Coté prise en main, il vous faudra un certain temps pour l’apprivoiser d’autant que son poids « plume » le rend particulièrement sensible aux rafales de vent. Attention toutefois, pour les contrôles via écran tactile, nous vous conseillons vivement de jouer sans protection d’écran, à moins que cette dernière ne soit particulièrement fine.

Autre atout de l’oiseau bionique, la présence d’un chargeur de poche (peu encombrant), qui vous permettra de sérieusement prolonger vos sessions, une fois que les batteries du volatile auront rendu l’âme. Une bonne heure de réserve, il n’y a pas à dire, cela vous fera gagner du temps précieux histoire de passer au plus vite de l’apprentissage au plaisir de vol…

Au final, au dépit de finitions passables et d’un design un peu grossier, le Bionic Bird fait parfaitement le job. Plaisir de vol, prise en main « à part », autonomie « cumulée » exceptionnelle, il bouscule un marché trop fréquenté par les drones. De quoi oublier les défauts de conception pour voler, libre comme l’air…

Note finale 3.8 Un oiseau de bon augure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *