Preview Gravel Paris Games Week Sony PS4

Paris Games Week : Preview de Gravel


Après une année 2017 consacrée à la moto, Milestone s’apprête à revenir avec un jeu dédié aux quatre roues. Gravel se veut la nouvelle référence du fun et de l’arcade. Les vidéos, les déclarations des développeurs et les images publiées donnaient la foi en ce projet. Néanmoins, il convient de mesurer son enthousiasme après une première cession de jeu, effectuée à la Paris Games Week.

C’est Gravel docteur ?

Dans Gravel, on vous propose différentes catégories de véhicules à piloter sur différents types de circuits et dans des contrées assez dépaysantes dans un jeu de courses automobiles. En gros, c’est un peu comme Motorstorm… Un peu. Ici, tout est divisé en quatre visions : Cross Country, Wild Rush, Stadium et Speed Cross. Pour prendre plus de plaisir, les italiens (auteurs de WRC, MotoGP 17, MXGP 3, Sebastien Loeb Rally Evo…) ont voulu proposer une grande variété de véhicules. Ainsi, on peut passer d’une Toyota Celica Gr.A (version Safari) à une Mini JCW Supercar sans oublier le Volkswagen Touareg ou la Ford RS200 Gr.B. Une variété très appréciable et qui est un atout du jeu de Milestone.

Mais derrière, c’est un peu plus délicat. Si le studio veut un jeu facile à appréhender (« Easy to play, hard to beat » comme nous l’expliquaient les développeurs lors de notre session de test), il ne faut pas s’attendre à une promenade de santé. Si vous êtes un joueur aguerri dans le genre, finir premier ne devrait pas vous poser trop de problème. La plus grosse difficulté ne vient pas de l’IA, mais du comportement des véhicules. Si, celui-ci, varie d’une voiture à l’autre (même au sein d’une même catégorie), le comportement n’est pas aussi plaisant que dans les références du genre ou que dans un WRC 3-4 de Milestone. Les réactions sont parfois aléatoires, et c’est bien dommage.

Au sujet du gameplay, si on vous parlait de MotorStorm un peu plus tôt, la grosse inspiration vient de Forza Horizon 3. La nouvelle référence du jeu de courses automobiles orienté arcade, est clairement utilisée comme source d’inspiration dans Gravel. La preuve avec ce système de points quand on effectue des actions (grande vitesse, drift, saut, etc…). Certains environnement font, également, penser au jeu de Playground Games.

A propos de l’IA, on nous assurait qu’elle n’était pas du tout représentative de ce qu’il y aura dans le jeu finale. Les développeurs nous ont promis une IA plus intelligente, moins bourrine, moins rude et plus respectueuse des trajectoires des autres. Tant mieux. On a déjà hâte de voir l’évolution. En Speed Cross (du Rallycross en fait, avec certains circuits issus du WorldRX), c’est là où l’on voit le plus les défauts de cette IA, présente dans la démo.

Gravel-land, varions les plaisirs !

L’atout de Gravel, ce sont ses 4 types de courses (Cross Country, Wild Rush, Stadium et Speed Cross) et ses nombreuses catégories de véhicules. Le Cross Country vous fera voyager dans de vrais lieux, afin de faire des courses en « monde semi-ouvert », où il faut aller de checkpoint en checkpoint. Le Wild Rush proposera des courses dans des carrières à ciel ouvert. Le mode Stadium vous fera disputer des courses dans de vrais stades modélisés pour l’occasion. Enfin, le Speed Cross n’est autre que du rallycross. Une bonne diversité de lieux et de courses, c’est un bon point.

Graphiquement, le jeu est, là aussi, très varié. On voit la maîtrise de Milestone sur les effets de boue (MXGP oblige) alors que Gravel est peu reluisant en mode Speed Cross par exemple. Si, le jeu tourne sous Unreal Engine 4, l’ensemble est inférieur à un WRC 7 (présent sur le même stand à la Paris Games Week) par exemple. C’est bien dommage. La nuit semble plutôt bien gérée, et le fait de pouvoir choisir le moment de sa course est appréciable. Par contre, on ne sait pas encore si la météo sera de la partie ou non. Logiquement oui, mais rendez-vous dans quelques mois pour vérifier tout ça. La modélisation des voitures est plutôt correcte à l’extérieur même si, là encore, Kylotonn fait mieux, mais l’intérieur est très austère et peu reluisant pour un jeu qui va sortir en 2018.

Du côté de l’audio, le point faible de Milestone depuis des années sur les jeux de courses automobiles, ce n’est pas encore ça. Le son, en vue cockpit, du Volkswagen Touareg était d’assez mauvaise qualité, peu réaliste de surcroît. Espérons que tout ça soit corrigé d’ici la sortie du jeu.

On attendait beaucoup de ce Gravel et, au final, ce premier aperçu effectué à la Paris Games Week ne nous a pas laissé la meilleure des impressions. Certes, comme nous l’ont expliqué nos hôtes, cette démo date de plusieurs mois et beaucoup de choses évoluent depuis. Si, graphiquement, il ne risque pas d’y avoir d’évolution significative, on espère que le studio italien arrivera à revoir sa copie d’ici la sortie du jeu afin de proposer une expérience vraiment plaisante. On a hâte de tester une nouvelle version du titre dans le but de savoir s’il évolue dans le bon sens. Il y a une bonne base, à Milestone de concrétiser en peaufinant son bébé !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *