Test

Test : The King of Fighters XIV, libérez la flamme


Fiche jeu

  • Editeur:SNK Playmore
  • Developpeur:SNK Playmore
  • Supports:PS4
  • Genres:Combat, jeu de combat
  • Nombre de joueurs:Multijoueur en local et en ligne
  • Date de sortie:26 Août 2016

Les jeux de combat sur consoles ne sont pas une nouveauté dans le monde du jeu-vidéo. Après un Street Fighter V limité et décevant c’est au tour de The King of Fighters XIV de proposer sa nouvelle mouture à la sauce next-gen. Découvrons sans plus tarder ce qui ressort de ce titre, ses points forts et bémols. Libérez la flamme qui est en vous pour devenir le King of Fighters.

Que propose cet opus de The king of Fighters XIV

De prime abord, c’est la densité qui fait mine dans ce titre. Faisant suite à la sortie d’un Street Fighter V un peu à la ramasse en terme de nombre de personnages (8 jouables de base), The King of Fighters XIV propose quant à lui une quantité assez astronomique de 50 personnages uniques et jouables immédiatement à la sortie de la boîte (deux sont à débloquer avec le mode histoire, Antonov et Verse). Les modes de jeux sont eux aussi diversifiés, nous retrouverons un mode Versus classique pour s’affronter entre amis ou avec l’IA, un mode entraînement pour perfectionner ses techniques et combos avec le personnage de son choix. S’ajoute à ces bases un menu tutoriel dans lequel Antonov, dans sa grande bonté, se propose de vous coacher pour vous apprendre les rudiments de The King of Fighters en matière de contrôle.

The King of Fighters XIV personnages

Le gameplay

Que ce soit au niveau défensif ou offensif, The King of Fighters XIV est vraiment complet et permet une grande évolution technique et tactique. En effet en proposant de nombreux contres défensifs, esquives ou attaques pouvant briser la défense adverse, le titre pallie les déceptions d’autres jeux qui permettent à certains joueurs de se contenter d’enchaîner des attaques pénibles et considérées comme de l’anti-jeu. Ici les esquives peuvent vous faire passer de l’autre côté du combattant adverse ou éviter une boule de feu, tandis qu’un contre placé au bon moment peut casser un combo adverse. En cas de chute le bon tempo vous permet aussi de vous relever instantanément pour surprendre l’adversaire et lui envoyer une attaque spéciale corsée. Au niveau offensif c’est pareil, un combo peut appeler une super attaque dans la foulée et une super attaque peut quant à elle être immédiatement annulée pour se défendre ou au contraire balancer une technique encore plus puissante. Tous ces aspects sont donc couverts au travers du tutoriel que vous pouvez refaire jusqu’à maîtriser totalement les techniques. À la manette les commandes sont correctement interprétées avec, de notre côté, une préférence pour la croix directionnelle par rapport aux Sticks, qui donne plus de précision dans les placements. Un patch doit venir avec la sortie du jeu pour le support des pads Arcade. Toutes ces possibilités promettent donc un mode compétitif en ligne hors pair et d’une grande qualité.

Un mode histoire toutefois assez court et simplifié

Si le gameplay est hyper complet, le mode histoire est par contre très simple et peut être un peu décevant pour certains, mais est-ce vraiment cela que nous cherchons dans un King of Fighters? Vous débutez la partie en choisissant 3 personnages. S’en suit une cinématique d’introduction assez dynamique sur rythme de musique punk/rock. Les combats démarrent directement après cet interlude. Le peu d’interaction que vous obtiendrez avec l’équipe adverse réside entre les personnages qui ont un background en commun et se résume à de petits dialogues de pré-affrontement. Le mode histoire consiste à éliminer une à une les différentes équipes de 3 personnages (que nous vous avons présenté dans des articles précédents), dans un total de 16 équipes, pour arriver à l’affrontement « final » du King of Fighters premier du nom à noter, Antonov. Ce mode histoire est entrecoupé de 3 ou 4 cinématiques n’ayant aucun lien avec l’équipe que vous aurez choisi. Après l’affrontement avec Antonov, les âmes maudites prennent place dans le Stade, c’est l’arrivée de Verse le boss final de The King of Fighters XIV détruisant le stade. L’affrontement en lui-même ne pose pas trop de soucis même s’il faut avouer que les coups spéciaux de Verse sont assez dévastateurs et peuvent vous toucher, même au sol. Une fois la menace éliminée, une nouvelle cinématique vient conclure le jeu mais encore une fois, sans lien avec vos personnage,s ce qui est fort dommage mais peut être du à l’importante quantité de combattants du jeu, ce qui aurait demandé un travail pharaonique à réaliser, sachant que l’équipe est composée de 3 personnages (créant ainsi un nombre de combinaisons monstrueux, à moins de les réaliser avec le moteur graphique du jeu)…

Les autres modes de jeu dans The King of Fighters XIV

Pour compléter son offre, The King of Fighters XIV dispose d’un mode Mission composé de 3 options, un premier mode pour chaque personnage vous demandant de réaliser 5 combos différents plus ou moins difficiles à réaliser. Un mode 1 contre 10 dans lequel vous devrez survivre à 10 combats avec un seul combattant et une barre de vie qui se régénère un peu entre les affrontements. Un dernier mode survie dont le but est de réussir le maximum de combats. S’ajoute à cela un menu galerie proposant quelques cinématiques et des illustrations. Il y a aussi la possibilité d’acheter différents cosmétiques pour les personnages via le Playstation Store.

king-of-fighters-15 king-of-fighters-13

Le mode Online est complet et ouvert à la compétition

Nous en arrivons enfin au mode Online qui promet de longues heures de jeu pour les joueurs avec 3 types de combats. Un versus classique en 3v3 sous forme de tournois avec élimination, un mode 1v1 en combat rapide et un mode plus intéressant en team 3v3 dans lequel chaque joueur commande sont combattant. S’ajoute à cela un mode de jeu en classé et un système de visualisation des combats pour assister aux affrontements des autres joueurs ou revoir des combats qui se sont déjà déroulés. Enfin un profil joueur public vous permet de prédéfinir votre équipe de 3 combattants, votre combattant solo et votre arène de prédilection. Votre profile enregistre aussi vos statistiques pour chaque personnage avec le nombre de combats réalisés, le nombre de victoires et une notation du combattant qui évolue au fil de vos parties.

 

Graphismes et bande-son

Dans la globalité les graphismes de The King of Fighters XIV tiennent la route mais sont loin du réalisme dont sont capables les consoles Next-Gen. Les cinématiques sont elle aussi un peu simplistes mais dynamiques et truffées d’humour grâce au charisme d’Antonov. Le but de l’éditeur est de se centrer sur l’action et la fluidité du jeu mais aussi de maintenir un aspect « manga » sans pour autant tomber dans le cell shadding comme le font de nombreux jeux, c’est un parti pris défendable… Les attaques spéciales et doublages en japonais sont, quant à eux, très bien réalisés et d’une belle qualité. Nous apprécions aussi la manette de la PS4 qui nous parle avec la voix du combattant lorsque l’on encaisse un gros combo comme si le personnage s’adressait au joueur pour lui dire « hey réveille-toi! », un peu gadget mais il fallait y penser. La bande son est globalement assez bonne, sur ces airs punk/rock même si le choix de musique pour certaines arène est un peu étrange pour un jeu de combat.

The King of Fighters

Points positifs

  • Le nombre de combattants (50)
  • La diversité de techniques offensives et défensives
  • Les effets spéciaux des attaques
  • Les doublages japonais
  • La manette qui vous parle
  • Les différents modes Online
  • Le mode 3v3

Points négatifs

  • Certaines musiques
  • Le manque de cinématiques
  • Un mode histoire peu interactif et court
  • Pas de possibilité d'échanger le personnage en combat

Note

Graphismes 85%
Bande-Son 81%
Prise en main 85%
Plaisir de jeu 91%
Durée de vie 75%
Conclusion

Cette mouture de The King of Fighters XIV confirme ses promesses en proposant un jeu complet tant au niveau des modes mais aussi des personnages en proposant 50 combattants de base sans avoir à débourser 1 cent en DLC. Bien que le mode histoire soit un peu court et peu interactif, le mode online propose quant à lui de belles heures de jeu soutenues par un gameplay des plus polyvalent tant en défense qu’en attaque pour peu que l’on maîtrise les différentes techniques de son personnages.

Note finale 83% Complet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *