Test

Test de Star Wars Battlefront II sur PS4 : la Force est puissante en lui


Fiche jeu

  • Editeur:Electronic Arts
  • Developpeur:Dice
  • Supports:PC, Playstation 4, Xbox One
  • Genres:Action, FPS
  • Nombre de joueurs:2 en local, 40 en multi
  • Date de sortie:17 novembre 2017

L’effervescence Star Wars bat son plein et alors que le monde entier attend la sortie au cinéma de l’épisode VIII, EA débarque avec Battlefront II. Désireux de gommer les erreurs de son aîné et malgré un démarrage houleux (nous y reviendrons), il est temps de voir ce qui se cache sous le capot de ce titre tant attendu.

Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Les promesses avant la sortie de ce titre étaient nombreuses. Un mode solo fourni, pas de Season Pass, des DLC gratuits… Sur le papier tout cela sonne bien et les joueurs, enthousiastes, étaient prêt à se replonger dans un Star Wars made in EA. Malheureusement à une semaine de la sortie éclatait une polémique sur les micro-transactions (dont les principaux faits sont résumés ici) entachant la réputation du jeu. Depuis EA a fait machine arrière et en attendant de trouver une solution a mis en pause les micro-transactions.

Malgré tout ça le titre est sorti et ce qu’il a à offrir devrait satisfaire les fans de Star Wars, de FPS, de multi et de solo. Commençons d’ailleurs par ce dernier. En effet EA a décidé d’incorporer un mode solo avec une histoire s’imbriquant parfaitement dans le canon cinématographique.

L’histoire commence à la fin du Retour du Jedi, l’Empire est en déroute sur Endor et doit se replier. Vous incarnez Iden Versio, membre de l’escouarde Inferno à la solde de l’Empire, et autant dire que c’est chaud pour vos fesses. En effet vous avez été capturée par l’Alliance Rebelle et vous êtes prisonnière sur leur vaisseau. Sans spoiler le scénario, sachez que le jeu s’étend (avec une grosse ellipse temporelle) jusqu’au tout début de l’Episode VII.

Le mode scénario a été conçu comme un véritable hommage à la saga car les différentes missions proposées vous permettent d’explorer des lieux bien connus. Mieux encore, parfois vous aurez la possibilité d’incarner d’autres personnages que Versio, et croyez-moi le fan service est à son paroxysme. La campagne se parcourt en 5/6h selon votre niveau de difficulté et on alterne entre niveaux à terre et batailles spatiales.

Ces dernières sont particulièrement jouissives et l’action y est intense. C’est un véritable rêve de gosse que d’évoluer aux manettes d’un X-Wing parmi les ruines d’une Etoile de la Mort fraîchement détruite. D’ailleurs c’est un peu ce que l’on ressent tout au long de la campagne, des moments de bravoure entrecoupés de cinématique du plus bel effet. Le scénario quant à lui n’est pas avare en révélations que nous tairons ici afin de préserver le suspens lorsque vous y jouerez.

Viens on va se taper

L’autre gros mode de jeu que les joueurs attendaient au tournant c’est bien sûr le multi. 40 joueurs se tirant dessus au blaster sur des maps gigantesques, ça peut faire rêver !

Le multi se décline en plusieurs modes : Il y a tout d’abord l’affrontement classique, celui dont nous parlions au-dessus. Deux équipes de 20 se font face et doivent remplir des objectifs afin de remplir la partie. Premier constat par rapport au premier Battlefront : plus de timer pour définir la fin de la manche. A la place un compteur de soldats qui diminue à chaque fois qu’il y a un mort dans l’un des deux camps. Si vous ne réussissez pas à remplir l’objectif avant que vos effectifs ne tombent à 0, c’est la défaite. C’est assez vicieux car cela implique qu’il faut faire attention au moindre de ses mouvements car le moindre frag peut être fatal à toute l’équipe.

Pour chaque combat (et entre chaque respawn) il faut choisir la classe de son personnage : le commando qui est un soldat polyvalent, le soldat lourd qui peut faire du gros dégât avec son arsenal, l’officier qui peut s’occuper de son équipe pour la soigner et la booster et enfin le spécialiste qui s’apparente au sniper. Chacun de ces classes dispose d’emplacements de carte à remplir mais nous y reviendrons plus tard. Sachez aussi qu’il est possible d’incarner des personnages spéciaux et des héros en dépensant les points que vous gagnez en cours de partie. Ainsi, si vous avez réussi une belle série de frags avant de passer l’arme à gauche, il sera possible d’investir dans Luke Skywalker au prochain tour pour incarner le légendaire Chevalier Jedi. Ce qui peut paraître injuste car cela revient à récompenser les meilleurs joueurs avec des personnages encore plus puissants.

L’autre grosse partie multi ce sont les batailles spatiales. Ici, deux équipes de douze joueurs se font face dans le vide intersidéral. Le principe est le même que pour l’Assaut Galactique (le premier mode) c’est-à-dire qu’il y a des objectifs à remplir et un compteur de troupes qui descend à chaque mort. Il faut donc choisir son type de vaisseau en fonction des munitions et des bonus disponibles et là aussi il est possible de leur attribuer des cartes afin de booster leurs performances.

Autre mode multi : l’affrontement héroïque. Là pas de soldat de base, on tape directement dans le héros : Luke Skywalker, Rey, Dark Vador, Han Solo, Kylo Ren, Yoda… A vous de choisir parmi les figures emblématiques des sept films afin de constituer deux équipes de quatre qui vont devoir s’écharper. Dans une arène plus petite que celles des Assauts Galactique, une cible (un des joueurs) sera désignée aléatoirement. Les membres de son équipe devront alors la protéger tandis que les quatre autres devront lui faire la peau.

Enfin deux autres modes multi bien sympathiques sont aussi présents : Frappe et Escarmouche dans lesquels les joueurs s’affrontent lors de scénarios. Tout cela est bien sympathique mais alors que reproche-t-on à Star Wars Battlefront 2 ?

Micro-transactions, crimes et châtiments

C’est bien simple, ce que l’on reproche au titre c’est qu’il faille, pour tout débloquer, ouvrir des coffres dans le menu principal. Ces coffres contiennent, aléatoirement, des héros, des cartes, des unités pour acheter d’autres coffres et du matériel pour construire et améliorer ses cartes. Car oui, si une carte vous manque (et tout est dépeuplé) il est possible de se rendre dans le menu « Collection » pour fabriquer ses propres cartes. Le problème est que, même si on peut ouvrir des coffres à l’occasion avec les gains de chaque partie online, il est aussi possible de se les procurer avec de l’argent sonnant et trébuchant. En effet, en plus des crédits nécessaires à leur achat, il est possible de passer pour des micro-transactions pour les débloquer plus vite. Vous comprenez le problème ?

Bien vite le multi va se retrouver complètement déséquilibré et à deux vitesses. Sur les serveurs se côtoieront les fifous de la CB qui vont claquer un PIB pour débloquer toutes les cartes maxées et de l’autre les petits joueurs occasionnels qui voudront se détendre. Sauf qu’au lieu de prendre du bon de temps les seconds vont se prendre des branlées monumentales par les premiers qui, au final, se retrouveront entre eux au bout d’un moment. EA n’a pas grand intérêt à ce que cela arrive car cela signifierait une désertion des serveurs et donc une énorme perte financière.

Donc en attendant de trouver une solution qui satisferait tout le monde, et sans pour autant abandonner les micro-transactions, EA a décidé de les suspendre jusqu’à nouvel ordre. Donc en ce moment les joueurs qui s’affrontent en ligne le font à la régulière avec les cartes gagnées à la force de leur manette. Bien sûr on trouve toujours des idiots qui squattent les parties en ligne sans rien faire, juste pour farmer de l’XP. On voit surtout ça en mode Bataille de Héros, et croyez-moi qu’en 4vs4 quand il y en a un, voire deux, qui ne font rien, c’est vite pénalisant. Espérons qu’EA nous permette très vite de dénoncer ces comportements abusifs.

Bref, refermons la parenthèse des micro-transactions et parlons du troisième mode de jeu proposé dans Star Wars Battlefront II.

Arcade fire

Dernier pan du jeu et pas des moindres, le mode Arcade. Celui-ci se divise en trois volets : le solo, la coop et le versus.

Le premier, comme son nom l’indique, regroupe une série de missions à réaliser en solo contre l’IA. Cela ressemble à ce qui se fait en multi, à savoir des affrontements en arène, sauf que là vos coéquipiers sont dirigés par la console. Pareil, il faut gérer ses renforts et donc sa stratégie pour ne pas se faire déborder. Chaque niveau peut se jouer trois fois, en augmentant à chaque fois le niveau de difficulté.

Pour les deux autres modes de jeu, vous l’aurez compris il s’agir de coopération et d’affrontement à deux sur un écran scindé. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ça fait plaisir qu’EA ait pensé aux personnes qui ne veulent pas forcément aller se prendre une baffe en ligne et qui veulent gentiment jouer entre potes, en se poussant la manette. Qui plus est cela peut faire en plus office d’entraînement supplémentaire avant d’aller se frotter aux têtes brûlées du Live.

Parlons peu parlons technique

Terminons ce test sur une note plus technique et parlons de l’aspect graphique et sonore du jeu. Déjà on s’en prend plein les yeux via le mode solo et ses paysages plus imposants les uns que les autres. Les niveaux couloirs dans les bâtiments ne bénéficient pas du même soin mais restent tout de même plaisants à parcourir. Non, là où le jeu révèle son potentiel c’est lors des scènes extérieures, que ce soit en solo comme en multi.

La scène de combat sur Jakku, où l’on comprend pourquoi la planète est jonchée d’épaves de Destroyer, est juste saisissante. Le ciel est surchargé de vaisseaux qui se font une guerre enragée et on a vraiment l’impression d’être minuscule à côté.

C’est pareil en ligne, les combats sont épiques et même si on a du mal à apprécier le paysage car on est trop occupé à survivre, on voit bien que les décors sont fidèlement reproduits.

Côté casting si on retrouve des personnages de la première trilogie et du dernier film, les voix ne sont pas les officielles. Toutefois pas d’inquiétudes à avoir, la VF reste d’excellente facture et l’immersion dans le jeu est parfaite. Iden Versio est un personnage très bien travaillé et on suit son aventure jusqu’au dénouement avec grand plaisir. Surtout en sachant que des DLC gratuits (souvenez-vous, la promesse d’EA) sont à venir et viendront poursuivre l’histoire.

Au final ce Star Wars Battlefront II aura pâti d’une mauvaise aura au moment de sa sortie et c’est bien dommage. Car même si le système de micro-transactions est perfectible et qu’il manque un peu d’équilibrage en ligne encore aujourd’hui, le jeu a beaucoup de potentiel et propose énormément de contenu en l’état. Il serait dommage de passer à côté car l’histoire fait le pont entre les épisodes VI et VII et n’est pas avare en révélations. Et le multi, s’il a encore besoin de quelques améliorations, propose de grands instants de bravoure et de tactique, autant sur terre que dans les airs. Alors si l’aventure vous tente ne boudez pas votre plaisir, EA bosse sur les problèmes connus. En attendant, l’appel des étoiles se fait entendre !

Points positifs

  • Les graphismes à couper le souffle
  • Un scénario intéressant et dynamique
  • Des combats spatiaux intenses
  • Les sons originaux de Star Wars

Points négatifs

  • Les micro-transactions
  • Un multi pas très équilibré
  • La campagne solo un poil trop courte

Note

Graphismes 92%
Bande-son 93%
Prise en main 79%
Plaisir de jeu 82%
Durée de vie (solo) 68%
Conclusion

Star Wars Battlefront II est indéniablement un bon jeu. Dommage que sa sortie soit entachée de la sorte, même si nous comprenons bien les raisons de la colère. Cependant EA s’attelle à réparer le problème et on attend de voir ce qu’ils vont sortir. Mis à part cela, le jeu propose un scénario avec des phases épiques durant lesquelles vous rencontrerez les personnages emblématiques de la saga. Mais aussi un multi riche et varié qui pousse à se surpasser pour gagner de nouvelles récompenses. Visuellement et sonorement excellent, il offre suffisamment de modes de jeu pour contenter un large public. Et si EA tient sa promesse de délivrer du contenu gratuit dans l’année à venir, cela ne peut que servir la licence.

Note finale 83% Puissant

2 commentaires sur Test de Star Wars Battlefront II sur PS4 : la Force est puissante en lui

  1. jax--59

    je vous trouve relativement indulgent… notamment en ce qui concerne le mode solo. vous indiquez 5/6 heures. je vous invite à regarder sur yo….be, j’ai vu une vidéo ou le joueur fini le solo (avec les cinématiques et sans se presser) en 2h07.

    • Benjamin

      C’est votre avis et je le respecte. Après le solo je l’ai fait en plusieurs fois, je me suis promené pour voir un peu les contours des maps, chercher les collectibles, et 2h07 me paraît bien exagéré. Pour le reste, j’ai vraiment pris du plaisir à jouer et je ne m’en cache pas, si j’avais eu une mauvaise expérience je l’aurai dit aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *