Test

Verdict : Team Sonic Racing Switch, c’est un hérisson qui driftait, qui driftait…


Fiche jeu

  • Editeur:Sega
  • Developpeur:Sumo Digital
  • Supports:Nintendo Switch, PC, PS4, Xbox One
  • Genres:Course
  • Nombre de joueurs:1-4 joueurs (local et en ligne)
  • Date de sortie:21 mai 2019

Alors que Mario Kart se pavane tranquillement en tête des charts de jeu de courses un peu casual, voilà qu’un hérisson bleu bien connu fait son apparition. Sonic et ses amis débarquent dans Team Sonic Racing, un titre qui comme son nom l’indique fait la part belle au team play. Ses qualités (et ses défauts) arriveront-ils à lui faire faire jeu égal face à la concurrence ? Notre verdict sur les chapeaux de roues.

Un esprit sain dans un corps bleu

Ne nous attardons pas sur le scénario qui n’est qu’un prétexte, pas très bien écrit d’ailleurs, pour réunir tous nos amis du lore Sonic. Pour faire bref ça parle d’un être qui rassemble tout le monde pour s’affronter sur des circuits. Voilà. Vous l’aurez compris, nous retrouvons donc un grand nombre de personnages issus de l’univers de Sonic (pas de crossover ici) parmi lesquels Tails, Knuckles, Amy, Ruby, Silver, Eggman, j’en passe et des meilleurs.

Avant de passer aux courses, faisons un détour par les menus afin de se rendre compte de ce que le titre propose. Il y a d’abord un mode aventure/histoire où vous allez passer une bonne dizaine d’heures à rouler sur moults circuits pour débloquer des étoiles et des clés afin de progresser. En plus des circuits classiques et leur pendant miroir, il y a des pistes défi où il faut ramasser des rings, déraper ou sortir tout le monde du circuit pour gagner.

On a ensuite le mode course arcade où on peut faire chaque circuit en équipe ou en survie. Là il est possible de jouer en local avec ses potes. Vient enfin le mode en ligne qui permet d’affronter des joueurs du monde entier, toujours en équipe. Ici on a le choix de jouer classé ou pour la détente. Les serveurs ne tournent pas trop mal mais peuvent se retrouver peu fréquentés en fonction du moment de la journée.

On a ensuite le garage où l’on peut personnaliser les véhicules. Cela va des couleurs de la carrosserie aux éléments de la voiture eux même. Vous pourrez complètement changer l’apparence des bolides afin de combler les carences ou renforcer les points forts de chacun. Car les équipes composées de trois conducteurs sont réparties ainsi : un axé vitesse, l’autre technique et le dernier puissance. Forcément ils ne peuvent pas être bon partout, en tout cas de base. Il vous revient donc de les améliorer avec les pièces débloquées grâce aux crédits gagnés en courses.

Esprit d’équipe

On l’a dit en introduction, le jeu fait la part belle au jeu en équipe et on s’en rend vite compte en lançant le jeu. Arriver premier ne suffit pas pour remporter la course, il faut aussi que vos coéquipiers soient bien classés parce que la distribution des points à la fin d’une course se fait en fonction de ça. Ceux en bas du tableau ont moins de points que ceux d’en haut et le cumul total donne le classement final. Il va donc falloir s’entraider sévèrement et pour ça plusieurs moyens sont mis à votre disposition.

Tout d’abord pendant la course il y a le principe d’aspiration. Celui de votre trio qui se trouve être le plus devant laisse derrière lui une traînée jaune. Il vous suffit alors de vous placer dessus pendant plusieurs secondes et d’en sortir pour déclencher un boost qui pourrait vous faire gagner de précieuses places.

Autre mécanique importante : l’échange d’objet. Tout comme dans Mario Kart il est possible de ramasser des items sur le terrain pour les balancer sur vos adversaires. Sauf que parfois vos petits camarades (ou vous) à la traîne derrière en ont plus besoin que vous. Dans ce cas là une pression sur un bouton suffit à proposer votre objet en cours ou, si vous n’en avez pas, à en demander un à vos coéquipiers. Cela permet d’établir des stratégies pour une remontada de derrière les fagots qui vous assurera une place sur le podium. D’autant plus que chacune de ces actions remplira une jauge de boost qui, une fois au max, vous permettra de déclencher une maxi accélération commune pendant laquelle vous et vos amis êtes invincibles.

Vitesse pas si folle

Lors du mode histoire en plus des courses en équipe vous aurez parfois des petites épreuves qui viennent diversifier un peu le gameplay. Par exemple il y a des courses où il faut exploser des bots pour gagner des points, ramasser des rings, faire du slalom/drift ou encore des mini-championnats où il faut enquiller 4 courses à la suite pendant lesquelles les points sont cumulés. Bref de quoi s’amuser pendant quelques heures mais au final on a cette désagréable sensation de tourner en rond.

Normal pour un jeu de courses me direz-vous mais passé un temps, l’ennui pointe un peu le bout de son nez. Cela est dû notamment à des circuits qui, à mon sens, manquent un peu d’originalité. Certes il y a des passages cachés ou réservés à certaines catégories de pilotes sous peine de malus, mais au fond les tracés sont parfois un peu plats. Plats et avec pas mal de lignes droites qui desservent la sensation de vitesse du jeu, ce qui est dommage pour du Sonic. Certes les drifts sont sympas, les stratégies d’équipe aussi, mais on a trop vite l’impression de faire les mêmes choses, peu importe les circuits.

Cela peut venir de moi et peut-être que les aficionados y trouveront leur compte, c’est tout le bien que je leur souhaite. Mais pour quelqu’un qui se met aux jeux de courses arcade de façon occasionnelle, j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose. Cela n’empêche pas de passer de bons moments et d’essayer de choper un maximum de pièces pour débloquer tous les morceaux de tuning. Et lancer une ou deux courses de temps en temps fait du bien car le jeu est très accessible et sans prise de tête.

Pour conclure ce Team Sonic Racing est un jeu de bonne facture qui loupe de peu l’excellence. La faute à des circuits peu inspirés et une sensation de vitesse moindre. Le mode histoire n’est qu’un prétexte pour enchaîner les courses et les challenges différents afin de débloquer toutes les équipes et les pièces du garage. On apprécie de pouvoir se mesurer aux autres joueurs en ligne ainsi que de pouvoir emmener le jeu partout sur Switch, la version portable ne souffrant d’aucun ralentissement par rapport à la version dockée.

Points positifs

  • Le système de jeu en équipe
  • Les éléments à débloquer
  • Un mode histoire conséquent...

Points négatifs

  • ... malheureusement inintéressant
  • Les musiques répétitives
  • Une sensation de vitesse moindre

Note

Graphismes 76%
Bande son 63%
Prise en main 67%
Plaisir de jeu 71%
Durée de vie 74%
Conclusion

Team Sonic Racing surprend en bien avec son système de jeu en équipe qui ne garantit pas la victoire à celui qui termine une course en premier. Cela amène à repenser sa façon de courir et mettre en place des stratégies afin de propulser ses coéquipiers en tête de classement. Cet approche atypique est vraiment bien gérée et rend le jeu extrêmement plaisant à parcourir. Les circuits sont autant de clins d’œil à la saga avec des décors connus. On regrette la disparition des passages où les voitures deviennent des avions/bateaux et une sensation de vitesse peu présente malgré les boosts disponibles. Les différents types de courses viennent diversifier le gameplay et font qu’on relance le jeu le temps d’un tour de circuit plaisant même si redondant.

Note finale 70% Vroum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *