FIA ETRC Misano Test

FIA ETRC : (Test) Un bon début malgré des manques visibles


Fiche jeu

  • Editeur:Big Ben
  • Developpeur:N-Racing
  • Supports:PS4, Xbox One
  • Genres:Course
  • Nombre de joueurs:1-2
  • Date de sortie:Juillet 2019

Le jeu officiel du championnat d’Europe de camions, FIA ETRC est sorti il y a quelques semaines. Plutôt réussi, certains manques se ressentent fortement.

FIA European Truck Racing Championship est, comme son nom l’indique, le jeu officiel du championnat d’Europe de camions. Labellisé FIA, il contient toutes les équipes et pilotes du championnat. 45 véhicules de marquez telles que Mercedes-Benz ou Volvo y sont ainsi présents.

Avec cela, les sept circuits officiels de la saison sont jouables, y compris le circuit Bugatti du Mans. Six autres tracés iconiques (Laguna Seca, Austin ou encore Fuji Speedway) sont également inclus.

Une expérience différente des autres jeux

De quoi promettre une expérience de jeu unique? Rares sont en effet les jeux à permettre de prendre le contrôle des camions de course les plus rapides du monde. Celui-ci doit donc être différent des simples jeux de course, de voiture notamment.

La première prise en main confirme cette intuition. La conduite est différente et demande un réel temps d’adaptation. Pas question, en effet, de prendre un virage trop serré sans ralentir. L’arrière de votre machine, très léger, décroche immédiatement. Bien maîtrisé, cela donne d’impressionnantes glisses. Mal controlé, votre course se terminera hors-piste. Mais avant de penser à sortir d’un virage, encore faudra-t-il y entrer… En effet, la vitesse, le poids et la répartition de ce dernier risquent de surprendre même les plus habitués des gamers. L’anticipation est de mise, au risque de ne pouvoir tourner et, à nouveau, sortir du circuit.

D’autant que, si vous choisissez de pousser la simulation, il vous faudra faire attention à vous freins. Arrêter un monstre de 5 tonnes n’est pas une mince affaire pour vos plaquettes, disques,…  Leur température doit donc rester sous contrôle, afin d’éviter une surchauffe et de les abîmer. Ne les refroidissez néanmoins pas trop, au risque de perdre en efficacité.

Le mode carrière travaillé

Le pilotage de ces machines est donc un savant mélange, très plaisant à découvrir et expérimenter. Repousser ses limites, tout en restant dans celles du circuit, n’est pas simple. De même, il est compliqué de rester régulier en gérant ses freins et ses trajectoires. Heureusement, les développeurs du jeu ont bien compris qu’appréhender un camion n’est pas simple. Pour vous aider dans cette tâche, plusieurs permis sont disponibles. De quoi vous permettre de prendre en main ces monstres de plusieurs tonnes.

Passée cette étape, à vous de lancer le mode carrière. Que ce soit en FIA ETRC ou en World Series, vous débuterez avec des contrats « à la pige, » pour une seule course. A vous de vous faire une réputation, progresser pour décrocher de meilleurs conditions de travail. Une mince affaire, les IA n’opposant que peu de résistance.

En effet, cette dernière possède plusieurs défauts. Un coup imbattable, un coup trop facilement derrière vous, elle est particulièrement irrégulière. De même, plusieurs bugs ponctuent ses tours de circuit. Freinages en ligne droite, au départ, sorties de piste, méfiez vous plus des adversaires devant vous qu’autre chose.

Avec tout cela, vous frayer un passage vers le sommet ne devrait pas être trop compliqué. A vous, par la suite, de décrocher un contrat avec une écurie. Enchaînez séances d’essais, réglages, qualifications, superpoles et courses pour l’emporter. Attention, néanmoins, à partir du moment ou vous signez un contrat pour une saison, il ne s’agira plus simplement de rouler. Vous devrez prendre soin de vos pièces, les réparer ou en améliorer la performance. Le but étant de faire progresser votre camion pour, bien sûr, remporter les coures et le titre.

Mais un sentiment d’abandon pour le reste

Néanmoins, le mode carrière est bien le seul à valoir la peine d’être joué. Hormis les classiques « contre-la-montre » « championnat » et « course rapide, » le reste du jeu semble quelque peu délaissé. Le mode compétition hebdomadaire est, par exemple, bloqué sans raison apparente. Mais la moins bonne expérience réside dans la partie en ligne. Malgré cinq modes différents, pas un n’était accessible lors de nos tests, personne ne jouant apparemment de ce côté. De ce fait, impossible de créer ou rejoindre une session pour essayer ce côté du jeu.

Ajoutez à cela une sensation de conduite beaucoup trop molle au volant et le test de cet opus, pourtant si bien démarré, se ternit rapidement. L’on retiendra néanmoins le mode multi-joueur en écran partagé. Un bon point, ces derniers tendant à disparaître. Malgré tout, ce jeu n’est que premier d’une (on l’espère) longue série. Le contenu est à même de fournir de longues heures de jeu. Plusieurs points forts s’en dégagent. Les points faibles sont désormais ciblés. Aux équipes du titre de réagir, maintenant.

Points positifs

  • La conduite
  • Le contenu global
  • Le mode carrière
  • Les différentes conditions météo
  • Un mode multi-joueur en écran partagé

Points négatifs

  • Les IA ne sont pas au niveau
  • La conduite inadaptée au volant
  • Hormis les modes classiques (carrière / …) le reste semble abandonné, spécifiquement le online

Note

Graphismes 80%
Bande-son 45%
Prise en main 75%
Plaisir de jeu 62%
Durée de vie 60%
Conclusion

Si vous avez l’habitude des simulations auto, FIA European Truck Racing Championship vous demandera un certain temps d’adaptation. Car, évidemment, ces mastodontes des circuits ne se pilotent pas tout à fait comme des voitures…

Doté d’un excellent mode carrière et d’un contenu satisfaisant, le soft de N-Game est plutôt réussi. Néanmoins, beaucoup d’améliorations devront être apportées sur le prochain opus, pour se mettre au niveau requis. Notamment concernant le jeu en ligne, ainsi que la prise en main via un volant. Les encouragements malgré tout.

Note finale 64% Encouragements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *