Gran Turismo World Tour 2019: New York - FIA Nations Cup Sony PS4

Gran Turismo : Fraga, vainqueur controversé à New-York


Igor Fraga s’est imposé au World Tour Gran Turismo de New-York, catégorie Nations Cup. Un succès polémique, le champion du monde en titre étant pénalisé.

Comme au Nürburgring, Igor Fraga a été chahuté mais a su jouer des coudes pour aller chercher la victoire en Nations Cup. Un peu trop, même, puisque le brésilien a écopé de cinq secondes de pénalité après course pour des actions de défense trop rudes.

S’il a été l’auteur de plusieurs manoeuvres particulièrement brillantes, « IOF_Racing17″ (de son gamertag) a en effet aussi empêché Mikail Hizal de le dépasser lors de la finale, en relâchant partiellement l’accélérateur dans le Raidillon. Une action jugée litigieuse par les commissaires, qui lui ont attribué cinq secondes de pénalité, après la course. Juste assez pour qu’il conserve sa victoire, devant Hizal.

Hizal et Fraga survolent les demi-finales, Derrouiche se qualifie

Dommage pour l’Allemand, car depuis le début, ce dernier avait dominé la compétition. Arrachant le meilleur temps lors de la superpole, « TRL_LIGHTNING » remportait largement sa demi-finale. Disputée sur le rapide tracé de Willow Springs, en Fittipaldi EF7, Cody Nikola Latkovski, Takuma Miyazono et Coque López se qualifiaient également directement pour la finale.

Présent dans l’autre demi-finale, Igor Fraga s’imposait sur le tracé court de Autopolis, en Groupe B (voitures de rallye). Derrière lui, Nicolas Rubilar et le Français, Rayan Derrouiche, s’écharpaient pour la 2e place. Sur une stratégie complètement décalée, le pilote de la Race Clutch attaquait sans relâche le vainqueur du premier World Tour 2019, à Paris. Si cela ne portait pas ses fruits, Derrouiche décrochait néanmoins son ticket pour la finale. Ryota Kokobun complétait, enfin, le top4 qualificatif.

Baptiste Beauvois éliminé au repêchage

Avec d’ores et déjà huit pilotes qualifiés pour la finale et quatre définitivement éliminés (les 11e et 12e de chaque course), il restait encore quatre spots à pourvoir pour la finale. Pour ce faire, un repêchage complètement fou attendait 12 simracers. Une course disputée en Super Formula, sur l’ovale de Blue Moon Speedway.

5e de la demi-finale A, Adam Suswillo était en pole position. En tête au départ, son avantage ne durait pas longtemps tant la course était animée. A plus de 300 km/h, en train de monoplaces, parfois à quatre ou cinq de front, la course était difficilement lisible. Les pilotes pouvant passer de 4e à 11e, ou inversement, en un virage, tout changeait constamment.

La tête de cette manche se stabilisait néanmoins vers la mi-course. Prenant le leadership, Manuel Rodriguez parvenait à garder cette position grâce aux drafts (poussettes en ligne droite) de ses adversaires. Dès lors, plus personne n’osait ou ne parvenait à le dépasser, de peur de perdre des positions.

Dans sa roue, Baptiste Beauvois occupait une position idéale, convoitée de tous. Forcé de se défendre, le Français faisait merveille et entamait le dernier tour second, virtuellement qualifié. Mais tout changeait dans le dernier virage. Se décalant subitement, TRL_TSUTSU perdait l’aspiration de son coéquipier Espagnol de la Team Redline. Seul pour affronter la dernière ligne droite, il passait 2e, puis 3e, 4e et franchissait finalement la ligne 5e, éliminé pour deux dixièmes. Devant, Rodriguez, Brooks, Solis et Wong gagnaient, eux, leur place en finale.

Hizal/Fraga, bataille à distance en début de finale

Une dernière manche qui devait se tenir sur le tout nouveau circuit de Spa-Francorchamps. Ajouté au jeu à l’occasion de ce World Tour, les simracers devaient effectuer 20 tours du tracé belge, en Red Bull X2019 Competition. A gagner, rappelons-le, une qualification aux Finales Mondiales de Monaco, pour le vainqueur.

En pole position pour cette dernière course, Mikail Hizal négociait le premier virage en tête. Derrière lui, Igor Fraga défendait rudement sur Nicolas Rubilar, afin de garder sa seconde place. En pneus tendres dès le départ, le brésilien prenait rapidement l’avantage sur Hizal, en mediums. Sa stratégie était claire : creuser l’écart le plus possible avant le premier arrêt.

Et Fraga allait s’y employer. Enchaînant les tours, il devançait le germano-turque de près de 20 secondes lors de son premier arrêt, au début du tour 10. Désormais tous deux en pneus durs pour le second relais, Hizal parvenait à contenir l’écart, avant de s’arrêter de nouveau au début du tour 11. Fraga l’imitait, un tour plus tard et les deux hommes se retrouvaient avec quelques secondes d’écart, Hizal en soft, Fraga en medium.

A noter qu’à ce moment, en tête de la course, c’est un surprenant japonais, Takuma Miyazono, que l’on retrouvait. Ayant passé les mediums, puis les softs très tôt, « Kerokkuma_ej20 » menait avec plus de 10 secondes d’avance sur le second. S’il devait s’arrêter, encore, pour remettre de l’essence, il ressortait proche des leaders avec des pneus tendres neufs. Le podium était clairement envisageable pour le nippon. Sauf qu’un obstacle australien allait fortement le ralentir. Au ralenti après un tête-à-queue, Cody Nikola Latkovski fermait violemment la porte d’un virage à Miyazono, le poussant dans l’herbe. C’en était fini de ses espoirs, ainsi que de ceux du vainqueur des Manufacturer Series, qui prenait 10 secondes de pénalité.

Duel au corps-à-corps

En tête, donc, Mikail Hizal comblait, cette fois, l’écart sur Igor Fraga. L’incroyable duel entre ces deux extraterrestres de Gran Turismo avait finalement lieu, dans le cadre magique de Spa. Rattrapé, le Brésilien usait de toute son intelligence de course pour contenir le membre de la Team Redline. Effectuant plusieurs mouvements splendides, les deux hommes menaient un mano a mano dicté par la consommation d’essence.

Hizal poussant pour passer en tête, l’effet sur sa consommation s’en ressentait véritablement. Jouant avec la limite, le point de non-retour était atteint au tour 17, lorsque Fraga ralentissait en plein Raidillon. Surpris, Hizal ne pouvait l’éviter, lui rentrait dedans et ratait encore une occasion de passer en tête. C’en était trop, pour l’Allemand, qui devait sauver son essence.

Trop juste pour revenir en fin de course, Mikail Hizal franchissait donc la ligne 5’9 secondes derrière Igor Fraga… Un écart qui tombait à 9 dixièmes, lorsque le brésilien recevait une pénalité pour son action au sommet du Raidillon. De quoi laisser un Hizal dépité monter, à nouveau second, sur le podium, Coque Lopez bouclant le top3.

Igor Fraga signait, lui, une victoire controversée mais validée en World Tour. Il s’agit de son second succès en 2019, après le Nürburgring. A noter également la belle performance de Rayan Derrouiche, 9e au final. Le Français, qui sera présent à Salzbourg, en Autriche, dans 3 semaines avec Baptiste Beauvois, tentera tout pour remonter à nouveau sur le podium.

Le classement de la Nations Cup Gran Turismo de New-York

  1. Fraga
  2. Hizal
  3. Lopez
  4. Miyazono
  5. Kokobun
  6. Latkovski
  7. Wong
  8. Brooks
  9. Derrouiche
  10. Rubilar
  11. Solis
  12. Rodriguez


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *