Switch

Nintendo Switch : une console qui va définitivement briser les codes


Alors que la Switch vient tout juste de fêter son anniversaire (déjà 1 an de commercialisation…), la question de sa remplaçante se pose déjà. Du moins, cela intéresse certains journalistes. C’est le cas de l’un des membres du Wall Stree Journal, qui semble détenir des informations. Rien d’officiel, néanmoins.

Selon le Wall Street Journal, la remplaçante de la Nintendo Switch ne serait pas à l’ordre du jour. Rien de réellement nouveau sur ce point, la firme de Kyoto ayant déjà annoncé (précédemment) vouloir offrir au moins 5 à 6 ans de durée de vie à son hardware. En revanche, le média en question croit savoir que Big N a prévu une stratégie basée sur la production régulière de nouveaux périphériques et accessoires. Le cas de Nintendo Labo illustre parfaitement cette pensée.

Switch : la réalité virtuelle au programme ?

Mais d’autres « ajouts » pourraient débouler chaque année, afin de rallonger la durée de vie du hardware hybride. De quel ordre ? Faisons confiance à Nintendo, lorsqu’il s’agit d’innover. Mais nous savons aussi que la Réalité Virtuelle reste une perspective, évoquée par le Père Mario, en amont de la sortie de sa Switch. Pour l’heure, il juge ce marché trop restreint pour lancer son propre casque. Néanmoins, la console a été conçue de manière à laisser la porte ouverte à un tel système. D’ailleurs, les joy-con semblent particulièrement adaptés à des jeux en V.R. La voie est donc ouverte…

Un « upgrade » en matière de puissance « brute » ?

En dehors de cette perspective, nous pouvons aussi imaginer un périphérique qui boosterait les capacités de la console, même si cela semble relativement opposé à la philosophie de Nintendo. Oui mais, les cadres de Kyoto ont évolué ces derniers mois et leur stratégie aussi alors, pourquoi pas…Car, si Nintendo n’a jamais eu besoin de hardwares surpuissants pour proposer des jeux exceptionnels, c’est la coopération avec les éditeurs tiers qui pourrait, à un moment ou à un autre, « coincer ». En effet, certains d’entre-eux comme EA ou encore, Activision, ont tendance à ne produire leurs titres que sur des supports « dernier cri ». Ainsi, les arrivées hypothétiques des remplaçantes des Xbox One et PS4 pourrait faire du mal à la Switch.

Nintendo va-t-il inciter les éditeurs tiers à innover ?

Ceci étant dit, si le potentiel de créativité des têtes pensantes de Nintendo parvenait à s’exprimer au mieux par le biais de nouveaux accessoires vraiment « révolutionnaires », alors les éditeurs en question pourraient, eux aussi, suivre le pas pour proposer des expériences inédites aux joueurs. Et si la Switch continue de s’écouler aussi bien qu’actuellement alors tout le monde devrait s’engouffrer dans la brèche potentiellement lucrative. Pousser les éditeurs les plus « paresseux » à prendre des risques, voilà, peut-être, le prochain grand défi de Nintendo…