Switch

Nintendo : un bilan positif pour la Switch, après le N. direct ?


C’est à une semaine très « hot » à laquelle nous avons assisté, du côté de la Nintendo Switch. Annonce surprise de la mise en place d’un Nintendo Direct puis révélations de nombreux nouveaux titres en développement sur la console hybride (et la 3DS…), les joueurs en ont eu pour leur compte ! Alors, après cette nouvelle salve de jeux, le plombier poursuit-il sur la bonne voie ? Voyons tout cela, dans le détail.

Super Smash Bros Switch… »what else » !?

A vrai dire, pour réussir son intervention de jeudi dernier, Nintendo n’avait besoin que d’une seule chose : une grosse annonce ! A ce titre, c’est réussi. D’autant que le jeu « surprise » en question  n’était autre que le plus attendu d’entre-tous, Super Smash Bros. Et si nous n’avons rien appris sur la nature de ce jeu (remake ou pas ?) ni sur son contenu ou sa date de sortie précise (un vague 2018), cette officialisation a satisfait, a elle seule, les joueurs Switch. Une bonne partie d’entre-eux, tout du moins.

Mais Nintendo ne s’est pas arrêté là. Tout d’abord, l’annonce du développement de Luigi’s Mansion (version Gamecube) sur 3DS a conquis pas mal de fans de cette attachante licence. Il s’agissait de LA grosse annonce 3DS du jour. Pour le reste, la Switch était, bien évidemment, au coeur de l’attention avec un certain Captain Toad qui s’exporte de la Wii U. D’autres titres déjà annoncés ont également fait l’objet de précisions, à l’image de Mario Tennis Aces et Hyrule Warriors : definitive edition. Inattendue aussi, l’annonce de l’arrivée d’une extension majeure pour Splatoon 2. Du contenu payant, ce qui a suscité la grogne d’une poignée de joueurs. Pourtant, dans les faits, Nintendo n’abuse pas de ce procédé, comme le prouvent les contenus gratuits régulièrement proposés aux joueurs, par exemple sur Super Mario Odyssey et Arms. Rien de choquant, donc, selon nous.

Switch : les éditeurs tiers à nouveau présents

Outre ces annonces, c’est également du côté des éditeurs tiers que la Switch continue, lentement mais surement, son ascension. Activision, Bandai Namco, Square Enix, Ubisoft, Capcom ou encore, Grashopper Manufacture, ils sont de plus en plus nombreux à vouloir porter leurs jeux sur la console hybride. Normal car, contrairement à ce qui se produisait trop souvent sur Wii et Wii U, la dernière née de Nintendo écoule « aussi » des jeux tiers en nombre satisfaisant. Bandai Namco, Capcom ou encore, Ubisoft, s’en sont d’ailleurs fait l’écho ces derniers mois.

Parmi ces titres, évoquons tout d’abord le prometteur Travis Strikes Again, qui mettra en scène le célèbre Travis Touchdown (par le déjanté mais non moins talentueux, Suda51) dans un titre exclusif à la Nintendo Switch et jouable à deux, en coopération. On en bave d’envie…et on en trépigne d’impatience ! S’ajoutent également à ce soft des jeux déjà sortis sur d’autres supports comme South Park : l’annale du destin (Ubisoft), Okami HD (Capcom), Crash Bandicoot Trilogy (Activision), Undertale (jeu indé) ou encore, Little Nightmares : definitive edition (Bandai Namco). Pouvons-nous, pour autant, parler d’un ras de marrée de jeux tiers sur Switch ? Clairement non…Mais l’effort est palpable, d’autant qu’il s’agit réellement de bons jeux, susceptibles de plaire aux gamers.

Nintendo a changé : pour le meilleur ou pour le pire ?

Au final, sans nous bombarder d’un tir nourri de jeux, Nintendo réussit, à l’aide des éditeurs tiers, à capter une audience très large composée de différents types de joueurs. Et systématiquement, ces annonces donnent le sourire aux joueurs. Nous avons, d’ailleurs, le sentiment que la firme de Kyoto soigne tout particulièrement sa stratégie de communication en diffusant avec parcimonie ses jeux, histoire d’offrir régulièrement aux joueurs un effet de surprise. Et la méthode fonctionne puisque, après chaque Nintendo Direct, l’avis général s’avère plutôt positif.

Oui, c’est une certitude (de notre point de vue), Nintendo a changé, s’est modernisé et a évolué, mais uniquement pour le meilleur. La Switch semble, donc, particulièrement bien partie pour signer une seconde année « record ».

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *