Tekken 7 preview Sony PS4

[Pré Test] Tekken 7 : destins croisés, Akuma et Unreal Engine 4


Poursuivons notre série de previews post-Gamescom 2016 avec, chez Bandai Namco, le très convoité Tekken 7 qui apporte son lot de nouveauté, tant du côté des personnages que du Gameplay. Après une présentation par le Senior Game Designer du soft, nous avons ensuite eu la possibilité de tester le soft ainsi qu’une pléthore de personnages parmi lesquels, Akuma (nouveau venu en provenance de Street Fighter), Heihachi et Kazuya.

Tekken 7 : l’ Unreal Engine 4 porte ses fruits

Première arrivée, celle de l’ Unreal Engine 4, qui débarque donc de manière inédite dans la série Tekken. Concrètement, l’utilisation de l’un des moteurs les plus en vogue apporte un vrai plus en matière de visuel, notamment au niveau des décors, plus travaillés, détaillés et jolis que jamais. Appréciable, les impacts au sol générés par les attaques des combattants, ainsi que les différentes interactions possibles avec le décors, destructions permettant, sur certains niveaux, de changer d’aire de jeu.

Du côté de l’histoire, cette pré-version nous permettait de jouer soit Akuma, soit Heihachi, l’idée étant de croiser les destins de ces deux hommes, emblématiques de leurs séries respectives (d’autres arcs seront disponibles). L’occasion aussi de prendre en main le maître de Ryu qui, tout en s’adaptant au gameplay à la Tekken (foule de combos, parades et autres), conserve une prise en main proche d’un SF et toutes ses attaques connues dans le soft de Capcom, avec des manipulations identiques à celles que nous connaissons déjà par coeur.

Heihachi Mishima a adopté Lee Chaolan pour qu’il soit le rival de son fils Kazuya. En tant que frère adoptif de Kazuya, Lee a reçu la même éducation que le reste du clan Mishima. Après avoir été renvoyé de la Mishima Zaibatsu pour des raisons inconnues, Lee a fondé Violet Systems, une entreprise de technologie spécialisée dans le développement de robotique humanoïde qui a rencontré un certain succès.

Peu après, le monde est devenu témoin d’un conflit entre la Mishima Zaibatsu, gérée par Heihachi Mishima et la G Corporation, secrètement contrôlée par Kazuya Mishima. Pendant que le reste du monde suivait attentivement en essayant de choisir quel camp soutenir, Lee avait son propre plan puisqu’il nourrissait une haine extrême envers Heihachi et Kazuya. La méthode qu’il a choisie pour assouvir sa soif de vengeance envers son père et son frère était de secrètement soutenir Lars Alexandersson. Celui-ci s’était retourné contre la Mishima Zaibatsu, mais ce n’est que le début de ce qu’il réservait au clan Mishima.

Justement, niveau gameplay, de nouvelles possibilités font leur apparition comme le Rage Mode, qui permet d’infliger d’avantage de dégâts via des dérivés d’attaques et combos connus, ainsi que de nouveaux « Rage Arts », plus destructeurs et accessibles lorsque la barre d’énergie du combattant déclencheur est au plus bas, avec de petites séquences animées en guise de récompense si vous parvenez à sortir le coup en question. Enfin la « Power Crush » se résumé à un enchaînement d’attaques qui ne peuvent être stoppées par l’adversaire mais ne rend pas invincible pour autant, votre opposant ayant tout le même la possibilité de vous infliger des dégâts pendant son déroulement.

Concrètement, manette en main, difficile de tester et surtout, de sortir toutes ces nouvelles techniques mais la prise en main demeure immédiate, avec parfois cette tentation de réaliser de simples combos (toujours aussi jouissifs et efficaces) et quelques projections histoire d’atomiser son adversaire, l’ I.A ne faisant pas preuve de beaucoup de résistance dans la version testée. Des combats pêchus, plutôt addictifs, dans des décors vraiment séduisants, notre première impression était, donc, plutôt positive, d’autant que le bestiaire s’annonce plutôt pas mal avec, par exemple, des nouveaux venus comme « Violet » et Lee Chaolan.

Tekken 7 : Joli et fun, reste à confirmer l’intérêt des nouveautés de Gameplay

Côté date de sortie, nous nous contenterons d’un début 2017 alors que l’arrivée d’une édition collector nous a également été confirmée. Une première bonne impression qu’il nous faudra confirmer lors du test définitif, lorsque nous maîtriserons toutes les facettes du gameplay et que nous aurons eu l’occasion de faire le tour du mode histoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *