Test

[Test] Torment Tides of Numenéra, différent et “vielle école” (PS4)


Fiche jeu

  • Editeur:Techland
  • Developpeur:InXile Entertainment
  • Supports:PC, PS4, Xbox One
  • Genres:RPG
  • Nombre de joueurs:1
  • Date de sortie:28 février 2017

Clairement, avec l’arrivée de Torment Tides of Numenéra, ce sont les joueurs de la première heure qui pourraient être comblés. Non pas que les plus jeunes gamers doivent s’en désintéresser mais sa conception, inspirée de RPG vieille école -dans un style proche d’un Planetscape- ne le pré-destine pas à n’importe qui. Car, ici, le soft se concentre en premier lieu sur le scénario, ses dialogues et les influences découlant des choix réalisés par le joueur. Et si les combats sont bel et bien, également, au programme, le gameplay s’éloigne en partie de ce qui se fait dans un RPG plus “traditionnel”. Choix audacieux, donc, des développeurs. Une telle prise de risque sera-t-elle récompensée ? Réponse à l’issue de notre test de Torment Tides of Numenérasur console Sony PS4.

Torment Tides of Numenéra : Le RPG en dehors des clous

Dès le lancement de Torment Tides of Numenéra, l’on ressent d’emblée que les codes actuels des RPG ont volontairement été cassés. Pendant une longue chute du ciel, le héro se pose un tas de questions. Comment doit-il retomber, que lui est-il arrivé, que doit-il faire, à quoi peut-il penser, c’est à vous que reviendra la lourde tâche de l’orienter, en choisissant parmi plusieurs possibilités. Cette introduction a le mérite de mettre immédiatement dans le bain, tout en donnant le ton de l’aventure. Car dans le soft développé par InXile Entertainment, longs dialogues et multiples choix seront régulièrement au programme, au gré du déroulement de l’aventure.

Mieux vaut prévenir, car certains n’adhéreront pas au concept, d’autant que la vue de dessus 3/4 peut perturber, de prime abord. Ici, seuls les joueurs affectionnant les textes riches et précis seront aux anges, l’occasion de saluer le remarquable travail d’écriture. L’action est, par ailleurs, assez lente, ce qui exige du joueur un maximum de concentration et de patience. Torment Tides of Numenéra se joue seul, dans un espace ou règne sérénité et calme. Visuellement, ne le cachons pas plus longtemps, la console n’est pas exploitée à son plein potentiel. Si les décors sont plutôt réussis et parfaitement adaptés à l’ambiance souhaitée par les développeurs, une certaine inégalité d’un tableau à l’autre se fait très vite remarquer. Gênant ? Oui et non. Car, encore une fois, le joueur en quête de ce type de soft n’y prêtera qu’une attention secondaire. Pas de quoi gâcher l’expérience, donc.

Torment: Tides of Numenera_20170403110738

Et puisque nous n’avons pas encore évoqué le scénario sachez que le soft se déroule sur terre dans un contexte d’évolution des technologies, du mental et des connaissances des différentes races. Saupoudrez le tout d’un brin de spiritualité et vous obtenez Torment Tides of Numenéra, mélange d’éléments futuristes et plus anciens, un peu comme si les intelligences avancées passées et futures s’étaient réunies au même moment. Bien sûr, visuellement, cela nous donne des environnements parfois surprenants mais pas dénués de charme, en dépit de cette inégalité de niveau évoquée plus haut.

Après avoir opté pour l’une des trois classes présentes dans le jeu (chacun d’entre-elles donnant lieu à différentes variantes scénaristiques) vous pourrez, au gré de la progression, vous constituer une équipe. Evidemment, RPG oblige il est possible d’améliorer vos équipements et armes, notamment en passant par la case “marchand” dans les villages. Chaque élément de votre équipe disposera, lui aussi, de sa propre histoire, afin d’étoffer encore un scénario pourtant déjà très bien ficelé. Les amateurs de destins croisés et autres complexités liées aux questions portant sur l’existence humaines seront ravis…

Par ailleurs, tous les personnages pourront disposer de différentes compétences bien utiles dans des situations précises. A vous de développer telle ou telle facette en vue de disposer de talents spécifiques selon votre façon de jouer et vos besoins. Car, une fois encore, ce sont vraiment vos choix, votre caractère voire, votre intuition qui conditionneront une partie du déroulement de l’aventure.

Torment: Tides of Numenera_20170403111242

Torment Tides of Numenéra : quelques défauts tout de même

Evidemment, les combats sont au programme également. Déception sur ce point, avec un déroulé tour par tour bien classique et manquant sérieusement de challenge et d’intérêt. Comparées aux autres séquences du jeu, ces périodes de combats font grise mine et ont, même, tendance à casser le rythme. A vrai dire, nous nous en serions bien passés, compte-tenu du manque d’excitation en résultant. Bien heureusement, ces affrontements resteront assez rares, le soft se reposant avant tout sur ses dialogues, notions de choix et phases de recherche.

D’ailleurs, les décors fourmillent de choses à inspecter, en vue de faire avancer la trame, l’enquête et votre compréhension des événements. D’où l’importance de ne jamais perdre le fil. Sur consoles, toutefois, la prise en main nous est apparue parfois quelque peu approximative. Un certain manque de précision et des assignations de touches pas forcément intuitives pénalisent un peu l’avancée. Les soucis de ralentissements (sur PS4 pour ce test) y mettent aussi, parfois, leur grain de sel, ce qui oblige le joueur à appuyer plusieurs fois sur la même touche en vue d’interagir, dans certaines situations. Côté visibilité, certains tableaux plus sombres mettront à mal vos mirettes si vous ne disposez pas d’un grand écran à domicile.

Torment: Tides of Numenera_20170403111651

Enfin, il faut bien avouer que le soft, aussi bien ficelé soit-il, a tendance à se laisser glisser très progressivement dans une forme de routine, de redondance. De quoi fatiguer le joueur, l’aventure perdant, finalement, en intérêt, au fil de l’évolution dans l’histoire. Bon, rassurez-vous, ce sentiment demeure subtile, rien de traumatisant, donc. Mais clairement, des phases de combats plus originales et attractives auraient été salvatrices, précisément en vue de redonner du “peps” à l’ensemble.

Par contre, si vous adhérez réellement à ce type de RPG, vous y passerez de longues heures (comptez une quarantaine d’heures de jeu) et rentabiliserez votre achat sans aucun problème. D’autant que rien ne vous empêchera de recommander à zéro en optant pour d’autres choix, une fois le jeu terminé.

 

Points positifs

  • Le scénario
  • Les notions de choix
  • Les dialogues
  • La durée de vie

Points négatifs

  • Techniquement inégal
  • Manque de fluidité sur PS4
  • Les combats, peu attractifs

Note

Graphismes 70%
Bande-son 71%
Prise en main 65%
Plaisir de jeu 80%
Durée de vie 91%
Conclusion

Torment Tides of Numenéra ne décevra pas les fans de ce type de RPG, bien à part au beau milieu des titres traditionnels. Les joueurs apprécieront son scénario complexe et bien ficelé, les notions de choix et leurs influences sur le déroulé du soft, de même que les longs dialogues. Un univers pensé avec soin offrant un aspect recherche assez poussé.

Au chapitre des points négatifs, la version PS4 souffre d’une animation pas toujours très fluide, d’une prise en main imparfaite et d’une légère sensation de redondance due, notamment, aux combats. Ces derniers dénotent avec le reste du soft en apportant rien de neuf au genre. Heureusement, les affrontements demeurent assez rares, le soft misant tout sur son scénario et ses dialogues. Il y aurait aussi à redire côté graphismes, avec des visuels assez inégaux d’un tableau à un autre. Toutefois, l’ensemble reste suffisamment correct pour ne pas choquer les mirettes.

Un bon jeu, à ne pas placer entre toutes les mains cependant.

Note finale 75% Plaisant mais pour public averti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.