PC

The Beast Inside : l’horreur a besoin de vous


Amis joueurs, si vous aimez frissonner devant votre écran alors il y a de fortes chances pour que The Beast Inside vous plaise. Seulement voilà, les développeurs ont besoin de vous.

Relâchez la bête

The Beast Inside est un jeu horrifique en vue à la première personne, uniquement sur PC et avec un rendu photo-réaliste. Oui mais voilà, The Beast Inside a besoin de financement pour être développé. Les studios Moview Games et Illusion Ray ont lancé une campagne Kickstarter afin d’aider à financer leur projet. A l’heure où j’écris ces lignes c’est plutôt en bonne voie car ils en sont à environ 23 000€ sur les 38 316€ demandés. Mais c’est toujours sympathique de soutenir un projet que l’on aime bien, on se sent investit et on a l’impression de donner une tape sur l’épaule des développeurs. Alors bien sûr votre engagement ne se fera pas sans contrepartie et vous pouvez même repartir avec une clé CD du jeu. Aller voir tout ça sur la page Kickstarter de The Beast Inside où vous pourrez suivre l’avancement du projet, à défaut de le soutenir.

Pour la petite histoire, The Beast Inside se déroule à deux époques différentes : la Guerre Froide et la Guerre Civile. Vous commencez le jeu avec Adam en pleine Guerre Froide. Celui-ci se retire dans une cabane au fond des bois afin de travailler tranquillement à décoder les codes soviétiques. Mais il va trouver le journal de Nicholas, un homme qui a vécu là pendant la Guerre Civile, et le passé va venir jouer des tours au présent… Les deux époques et surtout les deux guerres sont-elles liées ?

2 commentaires sur The Beast Inside : l’horreur a besoin de vous

  1. Marchand

    The Beast Inside ou le cliché de l’horreur (foireux)

    Après avoir fait la démo du jeu, j’en arrive au même constat que l’avis négatif sur steam. Au bout de quelques minutes, le jeu saccade de plus en plus jusqu’à en devenir injouable. Ce dernier souffre d’un énorme problème de stuttering. Il est donc injouable en l’état (tout du moins la démo). Je me demande comment ils ont eu l’audace de sortir un jeu dans un état pareil. Sur les 102 jeux de ma bibliothèque steam, j’avais jamais été confronté à ce genre de problème auparavant. Quant à la qualité du jeu en lui-même, eh bien, le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est vraiment pas fameux, c’est du déjà vu, revu et re-revu. Il ne fait qu’emprunter ici et là des éléments scénaristiques et de gameplay à d’autres survival horror bien meilleurs. En plus, les commentaires du héros et sa voix sont agaçants et stupides au possible, on y croit pas une seconde, ça sonne faut. Le personnage est pataud et la maniabilité est imprécise. Les jump scares vous laissent de marbre, ils tombent comme des cheveux sur la soupe. Autrement dit, ils sont tellement maladroitement amenés que ça prête plus à sourire que ça surprend. Les temps de chargement sont assez longs, surtout au lancement du jeu. Bref, The Beast Inside est pétri de défauts, de bugs et il manque singulièrement d’identité. Dommage qu’on ne puisse plus laissé une évaluation sur steam après avoir joué à une démo (ni autre part d’ailleurs, ex : JVC ou Gamekult). Il faut croire que les développeurs ont préféré rester dans le quasi-anonymat (quitte à peu vendre) plutôt que de se heurter à des avis négatifs. C’est leurs réponses aux avis négatifs sur steam qui me fait dire ça. D’ailleurs à ce propos, je n’ai jamais vu des développeurs répondre à autant (pour ne pas dire quasiment tous) d’avis négatifs de joueurs pour les inciter à changer d’avis. Assumer votre bouse, bordel. Je ne sais pas si ça à un lien, mais en tout cas rien d’étonnant que sa sortie c’est fait dans l’indifférence. Si vous ne les avez pas encore fait, optez plutôt pour des valeurs sûr comme : Outlast, Amnésia : The Dark Descent, Layers of Fear, les deux True fear : Forsaken Souls (dans un autre style), Soma, Condemned, Alan Wake, The Evil Within , Alien Isolation, un bon Resident Evil ou des vieux Silent Hill, mais surtout pas celui-là. On ne peut pas s’empêcher de penser à tous ces jeux qui sont infiniment meilleurs dans le genre survival horror. Heureusement que je ne l’ai pas acheté. Décevant, malgré l’impression visuel correct (sans plus) et pas du tout agréable à jouer. Tout simplement l’un des plus mauvais jeux que j’ai eu l’occasion de tester.

  2. Minimission

    The Beast Inside ou le cliché de l’horreur (foireux)

    Après avoir fait la démo du jeu, j’en arrive au même constat que l’avis négatif sur steam. Au bout de quelques minutes, le jeu saccade de plus en plus jusqu’à en devenir injouable. Ce dernier souffre d’un énorme problème de stuttering. Il est donc injouable en l’état (tout du moins la démo). Je me demande comment ils ont eu l’audace de sortir un jeu dans un état pareil. Sur les 102 jeux de ma bibliothèque steam, j’avais jamais été confronté à ce genre de problème auparavant. Quant à la qualité du jeu en lui-même, eh bien, le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est vraiment pas fameux, c’est du déjà vu, revu et re-revu. Il ne fait qu’emprunter ici et là des éléments scénaristiques et de gameplay à d’autres survival horror bien meilleurs. En plus, les commentaires du héros et sa voix sont agaçants et stupides au possible, on y croit pas une seconde, ça sonne faut. Le personnage est pataud et la maniabilité est imprécise. Les jump scares vous laissent de marbre, ils tombent comme des cheveux sur la soupe. Autrement dit, ils sont tellement maladroitement amenés que ça prête plus à sourire que ça surprend. Les temps de chargement sont assez longs, surtout au lancement du jeu. Bref, The Beast Inside est pétri de défauts, de bugs et il manque singulièrement d’identité. Dommage qu’on ne puisse plus laissé une évaluation sur steam après avoir joué à une démo (ni autre part d’ailleurs, ex : JVC ou Gamekult). Il faut croire que les développeurs ont préféré rester dans le quasi-anonymat (quitte à peu vendre) plutôt que de se heurter à des avis négatifs. C’est leurs réponses aux avis négatifs sur steam qui me fait dire ça. D’ailleurs à ce propos, je n’ai jamais vu des développeurs répondre à autant (pour ne pas dire quasiment tous) d’avis négatifs de joueurs pour les inciter à changer d’avis. Assumer votre b****, bordel. Je ne sais pas si ça à un lien, mais en tout cas rien d’étonnant que sa sortie c’est fait dans l’indifférence. Si vous ne les avez pas encore fait, optez plutôt pour des valeurs sûr comme : Outlast, Amnésia : The Dark Descent, Layers of Fear, les deux True fear : Forsaken Souls (dans un autre style), Soma, Condemned, Alan Wake, The Evil Within , Alien Isolation, un bon Resident Evil ou des vieux Silent Hill, mais surtout pas celui-là. On ne peut pas s’empêcher de penser à tous ces jeux qui sont infiniment meilleurs dans le genre survival horror. Heureusement que je ne l’ai pas acheté. Décevant, malgré l’impression visuel correct (sans plus) et pas du tout agréable à jouer. Tout simplement l’un des plus mauvais jeux que j’ai eu l’occasion de tester.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.