Test

[TEST] Arms révolutionne le jeu de combat en multi (Nintendo Switch)


Fiche jeu

  • Editeur:Nintendo
  • Developpeur:Nintendo
  • Supports:Nintendo Switch
  • Genres:Combat
  • Nombre de joueurs:Jusqu'à quatre simultanément
  • Date de sortie:16 juin 2017

L’arrivée du jeu de baston Arms sur Nintendo Switch était très attendue. Pour quelle raison ? Et bien parce que le soft en question incarne le premier véritable blockbuster de Nintendo conçu spécifiquement pour la console hybride. Une toute nouvelle licence, qui plus est, qui tire partie d’une bonne partie des spécificités de la console. Mais l’innovation et l’audace sont-ils toujours gages de succès ? Réponse dans notre test d’ Arms sur Nintendo Switch.

Largement mis en avant ces dernières semaines par Nintendo, Arms est désormais disponible sur console Nintendo Switch. Avec cette nouvelle licence, pensée spécialement pour la console hybride, la firme au plombier va enfin nous permettre d’entre-apercevoir les capacités particulières du hardware. Nous parlons, en l’occurrence, de la technologie de détection de mouvements, notamment.

Arms : détection de mouvements précise, pari tenu !

Ne faisons pas durer le suspense éternellement au sujet de l’efficacité espérée de la détection de mouvements de la Switch. Lors de notre preview -quelques semaines auparavant- nous avions été séduits par la précision et l’excellente retranscription des actions du joueur a l’écran. Un sentiment positif confirmé avec ce test. Le spectre de la Wii et de ses quelques softs loupés sur ce plan est donc loin derrière nous. Joy-con et cameras fonctionnent donc de concert et à merveille. Positif pour le futur de la console, surtout après l’inquiétude suscitée par le très mauvais mode « la voie du Hado » d’ Ultra Street Fighter : the final challengers.

Mais pour ceux qui n’auraient pas encore découvert le concept d’Arms, petite session de rattrapage. Le principe est assez simple. Ce jeu de combat met en scène des fighters disposant de membres (et on ne parle que des bras, hein, bande de coquins…) capables de s’allonger d’avantage que la normale. Un peu dans l’esprit d’un Dhalsim (Street Fighter), pour vous donner une idée plus concrète de la chose. Toutefois, en comparaison avec un jeu de baston traditionnel, ici, vous disposez d’une vue de type FPS, de derrière, donc. L’idée étant de permettre aux gamers de se sentir littéralement dans la peau de leurs combattants. Car, et c’est là la grosse originalité du soft, c’est à vous de donner les coups en effectuant les mouvements à l’aide des joy-con, afin de frapper l’opposant ! Basique ? Pas temps que cela, puisque vous aurez la possibilité d’effectuer différents effets et changements de trajectoires vers la droite, la gauche, le haut ou le bas selon plusieurs degrés. Et en pratique, la façon dont répondent les combattants (ou plutôt, leurs bras) est littéralement bluffante !

  

En plus de ces mouvements, vous pourrez aussi vous protéger, saisir votre adversaire pour effectuer une projection, sauter (double-saut possible), déclencher une sorte de séquence « furie » ou, encore, détruire et vous aider des éléments du décor. En plus de ces actions, le gameplay s’articule aussi et surtout autour de la sélection d’armes. De nombreux accessoires sont en effet disponibles sachant que vous pourrez effectuer autant de combinaisons que souhaitées afin de disposer d’un duo d’armes personnalisé. Tir de lasers, bombes, électricité, de nombreuses compétences sont au programme.  Enfin, chaque combattant dispose d’un élément (sept au total), ce qui lui permettra d’avoir l’avantage ou, au contraire, d’être désavantagé en cas de frappe de poings simultanée.

Abordons maintenant le contenu plus global puisqu’il s’avère, de prime abord, assez conséquent et que, encore une fois, il y a de l’originalité au programme. Le mode Grand-Prix représente le mode histoire (sans en être un…) et permet donc de finir le jeu avec chaque personnage, tour à tour. Ce dernier intègre des combats classiques et des phases plus originales à savoir « Volley » et « Basket-ball ». Deux formats qui sont également disponibles en tant que modes de jeux à part entière, en marge de ce mode G.P.

  

Le match de Volley vous invite à frapper une balle explosive à l’aide de vos bras et vous contraint, parfois, à faire usage d’effets. Le but, marquer des points exactement selon le même modèle que l’activité sportive s’y rapportant. A ceci près que le ballon peut exploser à tout moment. Côté Basket-ball, vous affrontez un combattant et le fait de le saisir pour ce qui, en tant normal, est une projection, vous permet de smasher votre pauvre victime dans un filet ! Très fun, surtout à plusieurs. En solo, l’intérêt reste nettement plus limité. Evoquons aussi le mode cible. Dans ce dernier, chaque joueur est bloqué derrière un muret. Deux objectifs, frapper son adversaire pour le vaincre mais aussi, dézinguer des cibles au passage, histoire de marquer le plus de points possibles. Pas ultra-passionnant à la longue mais original.

  

Arms : Pour la 1ère fois, quatre joueurs en split-screen sur console portable !

Un mode survie est également de l’aventure ainsi qu’un mode versus. Et c’est au sein de ce dernier que Nintendo a fait TRES mais alors TRES TRES fort ! Souvent à l’origine de nouvelles idées en matière de convivialité, les développeurs de Kyoto ont conçu un mode vs jouable à quatre simultanément sur le même écran de TV, via un screen scindé en quatre ! Comme pour un Mario Kart 8, en somme…Probablement une première, sur consoles, pour ce type de jeu. Mais là ou Nintendo va encore plus loin, c’est en proposant cette même fonction en mode nomade (ce que MK8 Deluxe n’avait pas osé faire…). Vous ne rêvez pas, il est possible de se battre avec trois potes, sur Arms, en utilisant uniquement l’écran portable de la console ! Un seul joy-con, une paire de joy-con ou même, une manette classique, toutes les combinaisons sont possibles selon vos moyens du moment.

  

Car, il est temps de le préciser, Arms est également jouable comme un jeu de combat traditionnel, c’est à dire en utilisant les boutons des manettes pour réaliser les différentes actions. De la sorte, seul ou à plusieurs, chacun pourra décider d’exploiter les motion-controllers ou non. Brillant, d’autant que côté animation, bien qu’il y ait une perte logique de fluidité, le soft continue à bien tourner en mode portable, avec les quatre écrans scindés. Pour être complet, sachez aussi qu’Arms dispose de modes de jeux en ligne et qu’il est par ailleurs possible de connecter plusieurs Switch nomades entre-telles, pour jouer à plusieurs. Vous l’aurez compris, en multi, Arms est juste une pure tuerie. Bon, évidemment, le framerate chute au passage de 60fps à 30fps, ce qui semble logique sur écran nomade, à plusieurs.

  

Arms : contenu léger et gameplay redondant

Evidemment, son point faible vient plutôt du mode solo. Comme beaucoup de jeux de baston nous direz-vous, ce qui n’est que partiellement vrai. On aurait aimé un véritable mode histoire, qui aurait permis de s’attacher d’avantage aux personnages, tout d’abord. Mais, aussi et surtout, le manque de combattants se fait très vite ressentir. 10 personnages de base, clairement, c’est très faible, comparé aux standards du genre, bien qu’il soit compliqué de comparer Arms à un « standard ». Bien heureusement, Nintendo ajoutera régulièrement de nouveaux protagonistes, totalement gratuitement, qui plus est. De quoi faire oublier ce défaut, donc, du moins en partie. Car, pour l’heure, le manque de choix en la matière reste problématique, selon nous. Côté challenge, si le soft -mode Grand-Prix- se termine rapidement en difficulté la plus faible, dès que l’on commence à monter la barre, les affrontements se corsent et contraignent à sérieusement travailler son approche. « Bourriner » comme un damné en faisant plus ou moins n’importe quoi ne marchera plus, à partir d’un certain stade. Une bonne chose, car cela force le joueur à s’investir d’avantage en matière de gameplay.

  

Passons, enfin, à l’aspect réalisation. Côté bande-son, le résultat est de bonne facture. Une ambiance sonore déjantée, des voix loufoques, des musiques dynamiques, pas grand chose à redire sur ce point. Visuellement, il faudra tout d’abord adhérer au style, déjanté lui aussi. Entre le manga et le comics, le caractère graphique d’Arms est indéniable. Reste à l’apprécier, chose qui appartiendra à chacun, selon ses propres goûts. De notre côté, nous l’avons trouvé fort rafraîchissant sur ce point. Et malgré les bras qui s’allongent à tout va, les explosions et les quelques éléments de décor à détruire, la fluidité reste de mise. Il n’y a pas à dire, les développeurs maîtrisent leur sujet à tous points de vue…Mention spéciale, aussi, pour les arènes, toujours agréables à découvrir et généralement originaux.

  

Pour conclure, la durée de vie globale est sujet à discussion. L’intégration d’un système de monnaie permettant d’acheter de nouvelles armes (moins d’une trentaine par combattant !) est une bonne idée en soi. Malheureusement, le temps nécessaire pour récolter suffisamment d’argent en vue de s’offrir toutes les armes a été exagérément rallongé, histoire d’offrir du challenge. Problème, jouer en solo devient vite redondant, si bien que la motivation pourrait faire défaut au bout de 10 à 12 heures de jeu. Car, outre son contenu solo un peu léger (en terme d’intérêt brut), le gameplay du soft s’avère quelque peu répétitif, à la longue. Que l’on joue avec ou sans les motion-controller, les combattants manquent quand même d’attaques propres et de variété. Une palette de coups assez faible, donc, supposée être compensée par la variété des armes et la possibilités de les coupler. Sauf que compte-tenu du temps nécessaire pour débloquer tout le contenu, certains lâcheront l’affaire en route.

Arms Nintendo Switch chez Amazon : Arms

 

Points positifs

  • 4 joueurs simultanément sur écran nomade...ça déchire !
  • Concept rafraîchissant
  • Détection de mouvements au top
  • Réalisation sans faille
  • Beaucoup d'idées novatrices

Points négatifs

  • Gameplay redondant
  • Seulement 10 combattants...de base (personnages additionnels et gratuits à venir)
  • Contenu global et intérêt en solo limités

Note

Graphismes 90%
Bande-son 88%
Prise en main/Gameplay 71%
Plaisir de jeu 80%
Durée de vie solo 53%
Durée de vie en multi 80%
Conclusion

Techniquement, il n’y a pas à dire, Arms assure. Graphismes, bande-son, animation, maniabilité avec/sans détection de mouvements, c’est un sans faute pour Nintendo. Par contre, côté durée de vie, le soft pêche un peu, principalement en solo. Pas de réel mode aventure, un système de monnaie ne permettant pas de débloquer régulièrement du contenu, seulement 10 personnages, des coups peu variés, on en fait vite le tour, malgré l’ajout à saluer de modes de jeux inédits comme Basket-Ball, Volley et Cibles. Du coup, si vous comptiez investir uniquement pour jouer seul, mieux vaudra garder vos sous et attendre Splatoon 2 ou autre…

Par contre, si vous cherchez un jeu fun, déjanté, unique en son genre, dans le but d’organiser des soirées jeux vidéo entre potes pendant ces vacances, BINGO ! Car, aussi bien sur un écran de TV que sur la partie nomade de la console (les vacances à la campagne, dans une maison munie d’un poste datant de la préhistoire…), vous pourrez jouer à quatre simultanément, via l’écran scindé. Et si le fait de gesticuler dans votre salon en plein été (avec des températures excessives…) vous fait peur, vous pourrez même y jouer de manière plus classique, c’est à dire en utilisant uniquement les boutons d’action.

Enfin, sachez que Nintendo a prévu d’enrichir le contenu d’Arms en ajoutant des personnages gratuits via des DLC. Un jeu à ne pas louper si (et seulement si…) le multi local est votre priorité !

Note finale 77% Indispensable en multi seulement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *