Reportage

Gran Turismo Championship : Lexus et un français sur le toit du monde


C’était samedi dernier (le 17 novembre 2018) à Monaco, Lexus a remporté la première victoire de l’histoire des Manufacturers Series sur Gran Turismo Sport.
Composé du trio Vincent Rigaud (Oscaro_SkyPikmin, de France), Tyrell Meadows (GT_Academy2013, des USA), Kanata Kawakami (Kawakana222, du Japon), l’équipe est allée chercher une victoire de haute volée.

Une course extrêmement serrée

Après une qualification marquée par une pole autoritaire de BMW, Lexus aura su se jouer des déboires des différentes marques et des nombreuses stratégies pour aller s’imposer. Profitant des erreurs de deux des trois premiers de la grille, la voiture japonaise prenait tout d’abord la tête dès les premiers kilomètres de la course.

Mais ce n’était que le début et la suite de la compétition allait être un véritable mano a mano entre tous les pilotes engagés. Si la bagarre faisait rage, quelques marques commençaient néanmoins à se détacher pour la place de leader.

Ainsi, Lexus, Toyota, Porsche, Dodge et Volkswagen allaient notamment livrer bataille pour le top5. Si la dernière nommée allait malheureusement lâcher, les autres continuaient, au gré des différentes stratégies, à s’échanger leurs positions.

Décidant de passer les mediums lors de son premier arrêt, la Porsche allait gagner la tête et créer un écart de plusieurs secondes avec les voitures équipées des gomme dites « hard » (NRLR : les plus dures). Mais pas d’excitation du côté des autres leaders. Sachant que leur temps viendrait. Ces derniers se contentaient, alors, de faire leur course, gérant leurs pneus et tâchant de se gêner le moins possible.

Tout se joue au finish

Le dernier relais de la course aura probablement été l’un des plus marquants de l’histoire de Gran Turismo. La Porsche, alors en tête, devait en effet s’arrêter une dernière fois, et passer aux pneumatiques durs. Plus lente, cette dernière allait néanmoins rester deuxième à ce moment.

Derrière, tout était très instable. En effet, alors que la Toyota se rapprochait de la Porsche, elle était talonnée par la Nissan, l’Aston Martin, la Mitsubishi et la Chevrolet. Une fin de course exceptionnelle se dessinait et cette dernière n’allait pas décevoir.

Sur un rythme absolument exceptionnel, c’était d’abord Igor Fraga qui s’emparait de la 3ème place aux dépends de la Toyota conduite par Tomoaki Yamanaka. Mais à l’entrée de la dernière boucle et alors que le brésilien entrait dans son 3ème tour du Nordschleife (Nurburgring) avec les pneus « soft » (NDLR : tendres), la Nissan allait quelque peu bouchonner ses adversaires.

Si le classement, dans la « boucle Nord » (Nordschleife) était figé, tout se jouait presque littéralement dans la dernière ligne droite. Finalement revenue sur la Porsche toujours seconde, la GT-R prenait l’aspiration, suivie par la Toyota, l’Aston Martin et la Mitsubishi. A trois de front en pleine ligne droite, Tomoaki Yamanaka se jouait de ses adversaires pour prendre la seconde place, tandis que l’Aston Martin forçait le passage dans « Antoniusbuche », pour le gain de la 3ème place. Derrière, la Mitsubishi complétait le peloton de tête, alors que la Porsche finissait 5ème, quelques secondes plus loin. Pour Nissan, en revanche, la déception était grande. Classés au dixième rang, le parcours des trois champions régionaux Mikail Hizal, Igor Fraga et Ryota Kokobun s’achevait bien plus loin qu’espéré.

La Team Baguette au plus haut

Vainqueur avec ses équipiers Kawakami et Meadows, Vincent Rigaud amenait donc le drapeau français sur la plus haute marche du podium. « C’était la course la plus importante que j’ai jamais faite et on a fait du super travail (…) Kawakami nous a donné la voiture en deuxième position et avec Tyrell, on s’est dit qu’on ne pouvait pas tout ruiner ». Détaillant quelque peu son relais, ce dernier nous avouait que son « but était de gérer l’écart avec la Toyota. On savait qu’ils étaient aussi rapides que nous et c’était le danger ». Enfin, le nouveau champion dédiait son titre à tous ses équipiers (aussi bien du weekend que de la Team Oscaro Esports) : « On s’entraîne ensemble, on se donne des conseils et c’est un peu grâce à eux que je suis là ».

Représentant également la France, l’on retrouvait un autre tricolore sur la seconde marche du podium. En effet sur la Toyota se trouvait Rayan Derrouiche. Si celui que l’on connaît sous le pseudo RC_Miura regrettait les quelques erreurs commises par son équipier Agustin Cajal, il tenait surtout à retenir sa seconde place de vice-champion. Mais revanche dès l’an prochain, n’est-ce pas?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *