Test

Test de Secret Files 3 sur Switch : Nina et Max versus la fin du monde


Fiche jeu

  • Editeur:Deep Silver
  • Developpeur:Animation Arts / Creative GmbH
  • Supports:Nintendo Switch
  • Genres:point'n'click
  • Nombre de joueurs:1 joueur
  • Date de sortie:3 septembre 2020

Secret Files 3 est la conclusion d’une trilogie initiée en 2006 avec Secret Files : Tunguska. Il s’agit d’une série de point’n’click mettant en vedette une héroïna, Nina Kalenkov, puis de son ami et compagnon Max Gruber. Ce troisième volet, sorti initialement en 2012, est le dernier à sortir sur Switch dans une version lissée et adaptée au gameplay de la console. Que vaut le jeu par rapport à ses prédécesseurs, et cette version Switch est-elle à la hauteur ? Le Mag Jeux High Tech a pu compléter Secret Files 3 et vous livre ses impressions.

Secret Files 3 : chroniques de la fin du monde

Souvenez-vous, nous avons chroniqué ici Secret Files : Tunguska, et sa suite Secret Files 2 : Purita Cordis. Deux excellents point’n’click portés sur Switch où nous suivions les aventures de Nina Kalenkov. Dans le premier, elle enquêtait sur la disparition de son père sur fond de faits réels (l’événement de la Toungouska, une grande explosion en Sibérie le 30 juin 1908, probablement due à la chute d’un objet céleste). Dans le second elle investiguait sur une organisation secrète soupçonnée de vouloir provoquer la fin du monde. Eh bien dans Secret Files 3, la fin du monde est imminente !

Nina et Max doivent se marier mais ce dernier est enlevé avant la cérémonie. Ses récentes recherches en archéologie l’ont amené près d’un secret bien gardé, mêlant le chiffre Pi, Léonard de Vinci et des gardiens de la Terre. Le scénario embrasse totalement son côté science-fiction et nous emmène dans plusieurs lieux du globe et même sous la mer lors d’un passage en sous-marin. Pour sa formule, il s’agit d’un point’n’click classique : vous déplacez le personnage, résolvez des énigmes (de plus en plus ardues) et vous combinez des objets entre eux, parfois en défiant toute logique, afin de trouver comment progresser.

Il n’y a pas de réelles difficultés dans la progression, sauf peut-être un peu vers la fin ou la logique de certains casse-têtes est un peu tirée par les cheveux. Heureusement, vous disposez dans votre inventaire d’un livre qui fait aussi bien office de résumé des événements précédents qu’aide pour ceux du futur. Vous avez ainsi une solution pas à pas de toute la progression, en fonction de là où vous vous trouvez. En combinant votre matière grise et cette aide précieuse, vous devriez venir à bout de ce point’n’click en quelques heures. Non seulement vous aurez le fin mot de l’histoire, mais vous aurez un générique dans la veine des films de 2010. Vous aurez ainsi droit à un « que sont-ils devenus » avec tous les personnages du jeu. Et aussi un bêtisier présentant des prises ratées dans le jeu, comme si les personnages étaient des acteurs.

Secret Files 3 : tout le malheur du monde

Secret Files 3 propose une histoire intrigante que l’on se plaît à démêler, même si parfois nous avons eu une impression de surenchère. Comme si les développeurs, sachant qu’ils livraient là leur dernier jeu, avaient tenté de caler tous les poncifs du genre. Fin du monde, scientifiques fous, civilisation perdue, combat de robot, rêve prémonitoire, voyage dans le temps… Si vous faites le jeu d’une traite, vous allez devoir digérer toutes ces informations en peu de temps. Et c’est dommage car cela va trop vite malgré quelques bonnes idées.

Nous pensons notamment au passage dans les rêves de l’héroïne. Celle-ci revit en tant que spectatrice une lointaine époque. Elle peut interagir avec le décor sans que les protagonistes ne la repèrent. Et quand elle est coincée, le temps remonte afin que Nina tente autre chose. Bien sûr tout ceci est scripté et il n’est pas possible de voyager dans le temps façon Prince of Persia comme bon vous semble. Mais ce procédé n’est utilisé qu’une fois, certes pendant une séquence assez conséquente, dans tout le jeu.

On enchaîne ainsi les tableaux, avec la possibilité de faire apparaître les zones interactives pour ramasser tous les objets. On les combine, on les utilise sur le décor pour débloquer une nouvelle pièce et on continue. La routine du point’n’click. Et malheureusement, Secret Files 3 a du mal à nous embarquer dedans. Le côté foutoir de son scénario, qui part un peu dans toutes les directions, la répétitivité des scènes… Un certain ennui s’installe au bout d’un moment et on se surprend à ne plus envie d’avoir trop envie de réfléchir : on ouvre le livre pour savoir quoi faire et on continue. C’est dommage, car les deux précédents Secret Files étaient d’excellente qualité. Mais ce troisième se perd un peu, fait des tentatives d’humour qui tombent un peu à l’eau et finalement n’accroche pas vraiment le joueur.

Que vaut ce portage Switch ?

Parlons un peu du portage du jeu en lui-même. La première chose que l’on peut dire, c’est que nous n’avons constaté aucun bug bloquant ou problème de sauvegarde dans ce titre. Là où dans les précédents nous avions eu quelques soucis. Notamment avec une énigme buggée qui nous avait obligé à recommencer le jeu par trois fois. Et aussi par une porte fermée qui, pour s’ouvrir, nous obligeait à passer le jeu en anglais. Avec Secret Files 3, pas de soucis de ce genre, l’aventure se fait sans encombre du début à la fin. Petit coup de cœur pour le questionnaire au début du jeu qui nous permet d’avoir un menu principal à notre image en fonction des réponses que l’on donne.

Parlons ensuite de quelque chose qui nous saute aux yeux tout de suite : le jeu n’est pas en français. Un patch va-t-il sortir prochainement ? Le fait est que pour l’instant, le jeu est jouable en anglais ou en allemand. Alors que les deux premiers étaient intégralement sous-titrés en français. Cela peut poser un problème pour ceux à qui la langue de Shakespeare n’est pas familière. Et décevoir ceux parmi eux qui ont aimé les deux premiers et souhaitent faire le troisième. D’autant que l’aide pour progresser est en anglais approximatif, ce qui accentue les énigmes plutôt que de les résoudre.

Enfin, graphiquement, le jeu est plutôt joli, que ce soit en docké ou en mode télé. Il faut garder en tête qu’il date de 2012, que ce n’est pas un remaster ou un remake, mais juste un portage. Il permet à la nouvelle génération de découvrir la conclusion d’une saga mine de rien culte. Et aux vieux briscards du point’n’click de se replonger dans les ultimes aventures de Nina et Max face à une énième menace sur le monde. Secret Files 3 est donc un jeu en demi-teinte, que ce soit dans le fond ou dans la forme. Il reste toutefois un indispensable si vous avez fait les deux premiers et apporte une conclusion satisfaisante à cette épopée par Animation Arts et Creative GmbH.

Points positifs

  • un scénario surprenant mais plaisant
  • quelques bonnes touches d'humour
  • le générique de fin est très rigolo

Points négatifs

  • le jeu est sous-titré en anglais ou allemand seulement
  • la trame scénaristique cumule tous les clichés du genre
  • même la traduction anglaise est approximative
  • le jeu est court, même sans utiliser l'aide

Note

Graphismes 68%
Bande-son 72%
Prise en main 64%
Plaisir de jeu 66%
Durée de vie 51%
Conclusion

Secret Files 3 vient conclure une trilogie commencée en fanfare et poursuivie avec succès. Ce troisième portage Switch des aventures de Nina et Max est plaisant mais peine à convaincre. La faute à un scénario qui cumule tous les clichés et poncifs du point’n’click et des scénarios catastrophes. Société secrète, fin du monde, complot au CERN, rêves prémonitoires, voyage temporel… Il y a même une improbable séquence de combat de robots où vous pouvez changer l’arme de votre véhicule pour dessouder celui d’en face. Mais mine de rien on se laisse porter par l’aventure, si tant est que l’on ai une assez bonne compréhension de l’anglais. Mention honorable au générique de fin qui joue la carte de la dérision en mimant ceux des films, avec bêtisier et séquence « que sont-ils devenus » qui nous aura bien fait rigoler.

Note finale 64% Suite et fin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *