zelda link's awakening switch Test

Test de Zelda Link’s Awakening, la légende renaît, 26 ans après…[Switch]


Fiche jeu

  • Editeur:Nintendo
  • Developpeur:Nintendo
  • Supports:Nintendo Switch
  • Genres:aventure
  • Nombre de joueurs:1
  • Date de sortie:20 septembre 2019

Si un jeu vidéo Zelda inédit et exclusif à la Nintendo Switch n’est pas encore pour tout de suite, avec Zelda Link’s Awakening, les fans du héros elfique devraient avoir de quoi patienter. C’est donc un remake que nous propose la firme de Kyoto, 26 ans après la sortie de l’original, sur Gameboy (puis sur GameBoy Color avec une version « DX »). Et si le soft a été complètement revu en termes de réalisation, le contenu reste strictement identique. Alors, tant d’années après, Link n’a-t-il pas un peu vieilli ? Réponse dans notre test de The Legend of Zelda : Link’s Awakening.

zelda awakening

Zelda Link’s Awakening : il y a bien longtemps, sur une île perdue…

Amis rétrogameurs, oyez ! Car c’est directement à vous que Nintendo s’adresse, par le biais de Link’s Awakening. Cela signifie-t-il pour autant que « les autres » (joueurs plus jeunes) ne sont pas concernés ? Pas nécessairement…D’autant qu’un Zelda reste un Zelda c’est à dire, une licence efficace développant une mécanique de jeu toujours très similaire, d’un opus à l’autre. Juste que, dans le cas présent, la réalisation mise à part, on reste sur une mécanique/action simple, face à ce qui se fait de nos jours.

Alors, forcément, pour celles et ceux qui n’auraient pas connu l’original, le sentiment d’avoir à faire à un jeu d’un autre âge pourra apparaître, de temps à autres. Cela nuit-il pour autant à l’efficacité du soft ? Pas le moins du monde. Car, âgé ou pas, cet opus est excellent. Et le passage sur Nintendo Switch, avec des graphismes plus actuels, est pleinement réussi. Franchement, chapeau bas à la direction artistique, qui a su faire évoluer le jeu dans une direction séduisante, sans dénaturer l’original.

link's awakening link's awakening link's awakening link's awakening

Remis au goût du jour, ce Zelda est sublime

Ainsi, on découvre un Link au rendu proche de celui des Lego, en plus nippon (ni mauvais…). Alors, certes, cela ne plaira pas à tout le monde. Aussi, si un premier coup d’oeil sur le soft a eu un effet répulsif sur vous, n’insistez pas, ce Zelda n’est pas fait pour vous. Pour les autres, c’est un vrai régal pour les yeux qui va se dérouler devant vous. Surtout hors des donjons, avec une représentation de l’île de Cocolint -luxuriante à souhait- vraiment réussie, colorée et très esthétique. D’autre part, les phases en 2D prennent, ici, une dimension supérieure. Sur Switch, c’est un véritable régal, tant pour les mirettes qu’en matière de « fun ».

Même constat de grande maîtrise en matière de bande-son. Oui, l’on se prend à redécouvrir les musiques originales, réorchestrées avec talent. Pour un peu, nous verserions même une petite larme….Un beau travail, qui contribue à ce sentiment de bien-être perpétuel, lorsque l’on parcourt Link’s Awakening. Dès lors, dommage que cela ne dure pas plus d’une douzaine d’heures. Car si, à l’époque, cela passait largement sur Gameboy, sur Switch, vu le tarif des jeux, il y a matière à râler un peu. Et c’est à ce moment précis qu’on balance LA critique que tout le monde attendait, le manque de contenu additionnel.

En effet, excepté l’éditeur de donjon (franchement dispensable car basique et lassant), absolument rien de neuf à signaler. On aurait pourtant aimé quelques paysages supplémentaires, un ou deux donjons inédits ou, pourquoi pas, une difficulté accrue avec des boss d’avantage récalcitrants. Mais rien de tout cela n’a été imaginé. Du coup, même si l’aventure est magique et envoûtante, l’aspect rapport durée de vie/prix peut faire réfléchir.

link's awakening link's awakening

Chutes de framerate, sur Switch, le bât blesse…

Et puisque nous évoquons l’aspect négatif du soft, impossible de ne pas remarquer les chutes de framerate, assez récurrentes. Au point que, parfois, on se retrouve à perdre un coeur bêtement, en chutant dans un trou par exemple. Franchement, sur Switch, compte-tenu de la console d’origine (la GameBoy), nous étions en droit d’attendre un résultat parfait. Or ce n’est pas le cas, dommage. Noté aussi, un petit rendu d’aliasing sur écran TV. Mais rien de méchant, ni de réellement flagrant.

Prise en main exemplaire, « made-in » Nintendo

Toutefois, pour terminer sur une note positive, évoquons la prise en main de ce Zelda : Link’s Awakening. Intuitive au possible, elle a été légèrement aménagée. Par exemple, il est maintenant possible d’assigner quatre objets. Du fait du nombre de touches, plus important sur Switch que sur GB/GBC. Aussi, en mode nomade, la prise de plaisir est optimale. Car c’est probablement via ce mode de jeu que ce remake prend toute sa dimension. Bien que le plaisir soit intacte sur grand écran. En même temps, avec Nintendo, il aurait été surprenant que le soft se loupe dans ce domaine, gros point fort de la firme de Koyoto par rapport à la concurrence. Alors, compte-tenu que Link’s Awakening était un modèle du genre sur GB, aucune raison que cela ne soit pas le cas sur Switch.

Points positifs

  • Visuellement sublime, lifting réussi !
  • Musiques savamment réorchetrées
  • Prise en main efficace
  • Une aventure toujours aussi agréable à vivre

Points négatifs

  • De belles (et régulières) chutes de framerate
  • Pas de contenu additionnel
  • Un brin d'aliasing (TV)
  • Editeur de donjons anecdotique
  • Un peu court, à ca tarif-là

Note

Graphismes 94%
Bande-son 96%
Animation 65%
Prise en main 91%
Plaisir de jeu 85%
Durée de vie 70%
Conclusion

Link’s Awakening : perfectible mais indispensable

Pour conclure, si The Legend of Zelda Link’s Awakening aurait du être parfait, sur le plan technique, le soft trébuche deux ou trois fois, de manière plus ou moins flagrante. Néanmoins, il nous sera difficile de ne pas vous le conseiller, tant l’aventure se vit avec délectation. Que l’on connaisse, ou non, la version initiale. En revanche, l’éditeur de donjons, grande nouveauté annoncée, nous a clairement déçu.

De plus, à ce prix-là, la douzaine d’heures de jeu nécessaire pour terminer l’aventure passe mal. Surtout de nos jours, sur une console next-gen. Ceci étant dit, ce Zelda n’en demeure pas moins incontournable. En attendant la suite de Breath of the Wild ou, pourquoi pas, un remake de A Link to the Past…

Note finale 84% Excellent mais...