F1 Esports : Une Ferrari au Paul-Ricard Jeux Vidéo

F1 Esports : La COVID-19 change le format de la saison 4


La saison 2020 des F1 Esports Series, championnat virtuel officiel de la Formule 1, s’annonce. Les gamers vont s’affronter d’octobre à décembre sur le jeu vidéo F1 2020, avec un format revu suite à l’épidémie de COVID-19.

Les F1 Esports, championnat virtuel officiel de la Formule 1, sont de retour en 2020, pour une quatrième saison. Disputée sur F1 2020, cette compétition regroupe toutes les équipes réelles de la catégorie reine. Outre le jeu et les simracers, le format évolue aussi cette année, avec l’épidémie de COVID-19.

Un championnat raccourci

Habituellement, tout débute avec une Pro Draft officielle. Un événement dans lequel les gamers qualifiés en ligne plus tôt dans l’année s’affrontent sur différents chalenges (courses virtuelles, interviews, etc…). Au terme de plusieurs épreuves intenses, les écuries choisissent alors un ou plusieurs des gamers, pour défendre leurs couleurs.

Coronavirus oblige, cette année il a fallu tout simplifier pour gagner en temps. Afin d’accélérer le processus, il n’y a globalement eu aucun affrontement officiel. Les équipes ont donc évalué les gamers qualifiés en ligne par elle-même, via des courses en interne, rencontres, etc…

Cette étape organisée en août a permis à 11 des qualifiés d’être sélectionnés. Ces derniers participeront donc aux Pro Series, le championnat officiel, d’octobre à décembre 2020. Comme l’an passé, 12 courses sont au programme, réparties en quatre évènements.

On note toutefois quelques changements. Chaque manche ne fera plus 25% de la distance réelle d’un Grand Prix, mais 35%. De quoi donner plus d’importance à la stratégie. Les qualifications seront également diffusées, ce qui n’était pas le cas jusque maintenant.

Les F1 Esports à la maison

Autre nouveauté liée à l’épidémie de COVID-19, les gamers se disputeront la victoire à distance, cette saison. Exit, donc, la GFinity Esports (salle de gaming) de Londres qui accueillait les participants. C’est maintenant depuis chez eux ou une structure liée à leur équipe que les membres de chaque écurie rouleront.

Ce dernier cas sera notamment appliqué par Ferrari ou Renault Vitality.  « Nos trois gamers sont à Enstone (usine de Renault F1, Ndlr), explique Richard Arnaud, manager Renault Vitality dans ce championnat. Ils y resteront jusqu’à la fin de la saison. Cela limite les soucis de connexion. Le projet est de retrouver la fiabilité de la LAN avec le confort du « chez soi ». »

Après des mois de Virtual GP, le format sera donc à peu près similaire dans ce championat. Pour éviter toute fraude et mettre tout le monde dans les mêmes conditions, l’organisation fournira du matériel et des équipements anti-triche à chaque gamer.

750 000€ en jeu, près de 240 000 participants

Cet événement revêt un intérêt d’autant plus important que de grosses sommes d’argent sont en jeu. Cette année, la Formule 1 distribuera 750 000$ aux vainqueurs de son championnat. Si rien n’indique comment sera attribué cet argent, notons en tout cas la constante augmentation du cash-prize. En 2018, 200 000$ étaient en jeu, 500 000$ en 2019.

La progression se ressent également du côté du nombre de participants. Cette saison, près de 240 000 gamers ont tenté au moins une fois de se qualifier aux F1 Esports. L’an passé, ils étaient un peu plus de 100 000. De quoi démontrer l’intérêt envers ce championnat virtuel.

Ce dernier sera diffusé sur les réseaux sociaux de la Formule 1, en anglais. En France, Automoto la Chaine pourrait retransmettre les épreuves, comme c’était le cas en 2019. Plus d’informations devraient être distillées dans les semaines à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *