Test

Test de Destiny Connect : Tick-Tock Travelers sur Switch – le mini RPG pour les grands


Fiche jeu

  • Editeur:Nippon Ichi Software
  • Developpeur:Nippon Ichi Software
  • Supports:PS4, Switch
  • Genres:RPG
  • Nombre de joueurs:1
  • Date de sortie:25 octobre 2019

Nippon Ichi Software est un éditeur de jeux japonais qui s’est notamment fait connaître chez nous avec des titres comme Disgaea, la série des Ys, Penny-Punching Princess ou encore les Yomawari. Ils reviennent aujourd’hui avec un RPG au look particulier qui s’éloigne des classiques du genre, surtout venant du Japon. Ici il est question d’enfants, de jour de l’an, de robots et de voyage dans le temps. Voyons ce que vaut ce Destiny Connect.

Moshimoshi Destiny Connect

L’histoire de Destiny Connect : Tick-Tock Travelers commence dans la petite ville de Clocknee. Nous sommes en 1999 et la ville s’apprête à fêter la nouvelle année. Dans sa maison, la jeune Sherry attend impatiemment son père, parti travailler il y a 6 mois et censé revenir ce soir. Seulement voilà, celui-ci ne semble pas vouloir pointer le bout de son nez. Sherry, résignée, va tenter de se remonter le moral en assistant au feu d’artifice du 31 décembre.

Mais en plein milieu de la célébration, le temps s’arrête. Les fusées et explosion dans le ciel, les gens, tout… Sauf Sherry et son jeune ami Pegreo qui se demandent ce qu’il se passe, lorsque soudain ils se font attaquer par des appareils d’électroménager qui ont pris vie. Très vite ils vont se retrouver accompagnés d’Isaac, un robot fabriqué par le père de Sherry dont la mission est de protéger sa fille et ses amis. Puis ils vont tomber sur le Professeur Cheatstein qui va leur expliquer que la cause du problème se trouve sûrement dans le passé. Voici en quoi consiste la première heure de Destiny Connect : Tick-Tock Travelers sur Switch.

Destiny Connect : Un jeu au look étonnant

Si on vous dit RPG japonais, tout de suite dans votre tête vont jaillir des images de jeux tels que Final Fantasy, Xenoblade Chronicles, Dragon Quest, j’en passe et des meilleurs. Mais vous n’aurez certainement pas des images de ce à quoi ressemble Destiny Connect. En effet le parti pris graphique ressemble à un dessin animé occidental, voire même à du dessin animé américain. Les personnages ont un petit côté Jimmy Neutron avec une tête un peu plus grosse que leur corps et des yeux disproportionnés. Mais passé l’étonnement, le rendu est plutôt sympathique et on se plaît à évoluer dans Clocknee et ses alentours avec ce look de dessin animé 3D atypique.

La ville de Clocknee est tentaculaire et vous en parcourerez les artères principales dans plusieurs époques. La ville a un petit côté Professeur Layton dans son design, avec un filtre sépia en permanence sur l’écran qui lui donne un petit côté vieillot. Et même si on se promène sans déplaisir dans la ville, toutes les maisons finissent par se ressembler et on fini par ne plus y prêter attention au bout d’un moment. Notamment parce que les interactions avec elles sont inexistantes.

Des mécaniques simples

Vous l’aurez compris, au fil du jeu nous allons combattre des appareils électroménagers qui ont pris vie et qui vous en veulent. Pourquoi ? Vous découvrirez ceci en parcourant l’histoire. Les ennemis se promènent librement sur votre chemin en suivant le même pattern : ils suivent la même ligne avec un mouvement d’aller/retour. Vous pouvez choisir de les affronter mais sachez que s’ils vous voient, ils fonceront sur vous pour lancer le combat. Et si vous arrivez dans leur dos, vous pourrez lancer le combat et porter quelques coups supplémentaires avant d’en prendre.

Car oui, qui dit RPG dit combat au tour par tour. Pour ça, une ligne sur l’écran représente l’ordre dans lequel les personnages, amis comme ennemis, vont attaquer. Cela permet d’établir une stratégie et de prévoir les coups que l’on va porter. Vos personnages peuvent porter des coups classiques ou utiliser leur « skills », des coups spéciaux qui consomment une barre de SP et qui peuvent être élémentaires. Il existe trois classes de skills qui consomment une, deux ou les trois barres SP en fonction de leur puissance. Vous pouvez augmenter la puissance de vos skills avec des éléments ramassés sur vos ennemis. Et vous débloquez de nouvelles skills en montant de niveau.

Isaac le robot n’est pas le protagoniste du jeu mais il en est l’élément central. En effet pendant les combats, si les autres personnages meurent, vous pouvez les ramener à la vie avec l’objet adéquat. Par contre, si Isaac est mis hors-jeu, c’est le Game Over assuré. Faites donc en sorte que le robot reste en vie lors des combats. D’ailleurs celui-ci dispose d’options de personnalisation plus avancés que les autres personnages. Si vous ne pouvez pas lui changer ses vêtements comme les autres héros, il peut en revanche se transformer si vous trouvez les engrenages adéquats. En fonction de ses formes il pourra endosser les rôles de guérisseur, tank, spécialiste du feu, de la glace, etc. Il y a 6 formes en plus de sa forme de base à débloquer.

Un jeu contradictoire

Destiny Connect : Tick-Tock Travelers est un titre sympathique sur lequel on revient avec plaisir. Toutefois on se rend compte très vite qu’il est axé pour les plus jeunes joueurs. Déjà par son graphisme, très enfantin, mais pas seulement. La durée de vie du titre également, d’environ 12h, est un peu faible, surtout pour un RPG. Notez en plus qu’il n’y a pas de quêtes annexes, de bestiaire à compléter, de secrets à débloquer, etc. Vous évoluez dans de grands couloirs avec la possibilité de vous téléporter d’un point à un autre à n’importe quel moment. Les ennemis ne sont pas surpuissants et avec un minimum de leveling vous n’en ferez qu’une bouchée. Les skills se débloquent facilement et vous trouverez des matériaux un peu partout.

Cela pourrait ne pas poser un problème, pour un jeu orienté vers les plus jeunes, si celui-ci n’était pas totalement en anglais. Eh oui, le problème avec les jeux de NIS (Nippon Ichi Software) c’est qu’ils n’ont pas le rayonnement nécessaire par chez nous pour profiter d’une traduction française. Ce qui est bien dommage car seules les personnes avec un niveau d’anglais correct pourront profiter de leurs jeux, et en particulier de celui-ci. Donc à moi de jouer accompagné d’une personne leur traduisant tout, les plus jeunes devront se contenter d’être spectateurs du jeu ou alors passeront leur chemin. Après, les joueurs plus âgés pourront très bien s’amuser avec ce petit RPG mignon, mais ils ne sont clairement pas le cœur de cible de ce produit.

Mis à part ça, le jeu ne dispose d’aucun doublage vocal, les textes sont tous écrits. Ce qui nous laisse avec des cinématiques un peu bizarres où les personnages parlent mais aucun son ne sort de leur bouche. Quelques problèmes de clipping viennent aussi égayer l’aventure, avec des bâtiments qui popent sous nos yeux. Enfin, la caméra est un petit peu trop sensible et on a du mal à l’orienter correctement pour pouvoir voir ce qu’il se passe autour de nous. Dommage, car le titre ne manque pas de qualités qui le rendent attachants. Il n’en reste pas moins un jeu honnête que nous vous conseillons le temps d’un week-end emmitouflé sous la couette.

Points positifs

  • Les personnages sont mignons
  • On progresse facilement
  • Les transformations d'Isaac

Points négatifs

  • Intégralement en anglais
  • Des problèmes de clipping
  • La caméra, trop sensible
  • Pas de voix

Note

Graphismes 70%
Bande son 68%
Prise en main 72%
Plaisir de jeu 75%
Durée de vie 50%
Conclusion

Destiny Connect : Tick-Tock Travelers ne révolutionne en rien le genre du RPG. Toutefois le titre propose un design original, très occidental, avec des mécaniques de jeu simples. De ce fait le titre est clairement orienté vers les jeunes qui veulent découvrir cet univers, à condition toutefois de parler anglais. Il s’agit là du gros point noir de ce jeu, à nos yeux très sympathique au demeurant. En tant qu’adulte nous avons pris du plaisir à y jouer n’étant pas fan de RPG hardcore nécessitant des heures de farming et de leveling pour progresser.

Là, avec un minimum de ces activités nous avons pu avancer dans cette histoire enfantine et joliment faite. Si vous êtes comme nous, ce titre devrait vous plaire. Ne vous attendez pas à une aventure qui va vous embarquer sur 100h de mystères, ici au bout du 12h le générique pointe le bout de son nez. Il s’agit donc d’une aventure courte, sympathique, un peu buggée, en anglais, qui plaira aux plus jeunes ou à ceux qui recherchent un petit jeu sans prise de tête.

Note finale 67% Amusant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *