Test

Test de Yakuza 0 sur Sony PS4


Yakuza 0 : Le test

Onzième titre de la série toutes consoles confondues, Yakuza 0 nous ramène dans le passé, bien avant que Kiryu Kazuma ne devienne le très respecté Dragon de Dojima et que son meilleur ennemi Majima Goro ne devienne le célèbre psychopathe des épisodes précédents. Ce nouvel opus nous plonge dans un Japon des années 80 et dévoile un peu plus sur les origines des deux protagonistes. Yakuza 0 sortira le 24 janvier 2017 exclusivement sur PS4 et PS3. Est-il meilleur que ces prédécesseurs? La réponse dans notre test.

Yakuza 0 : La légende commence

Nous sommes en décembre 88 à Kamurocho, quartier bouillant de Tokyo et également territoire des Yakuza. Alors que la capitale nipponne est en plein essor économique, l’immobilier fait l’objet de toutes les convoitises et se retrouve régulièrement au centre des rivalités entre clans. Kiryu et son meilleur ami de toujours Nishikiyama, sont deux orphelins recueillis par le patriarche d’un clan Yakuza. Malgré une ambition évidente, leurs activités principales se traduisent essentiellement par la distribution de mandales et la collecte de dettes au nom de la pègre. De jeunes gangsters vivant selon les lois et les codes d’honneur des Yakuza.

Comme dans certains volets précédents, Yakuza 0 permet d’incarner plusieurs personnages. Si dans les derniers épisodes on pouvait contrôler 4 ou 5 protagonistes, les développeurs ont décidé, pour cette fois, de réduire le nombre à deux ce qui est clairement un atout pour le rythme du jeu. Kiryu Kazuma, le personnage le plus récurant de la série est un jeune Yakuza ambitieux vivant dans un quartier chaud de Tokyo tandis que Majima Goro, un borgne sociopathe rendu célèbre par les épisodes précédents est gérant d’un cabaret à Osaka. Ces deux personnages seront incarnés à tour de rôle tout au long de la partie. Après avoir complété deux chapitres avec l’un, le jeu vous impose de jouer deux chapitres avec l’autre et ainsi de suite. Entre coupé de flashbacks permettant de garder le fil de l’histoire de chaque protagoniste, Yakuza 0 est doté d’un excellent scénario qui n’est pas sans rappeler un bon vieux long métrage de gangsters façon Takeshi Kitano. L’ambiance mafieuse nipponne froide, les dialogues lents et agressifs parsemés de longs silences inquiétants ainsi que l’intensité de l’intrigue liée à chacun des deux héros contribuent largement au succès du scénario qui se révèle comme l’un des meilleurs de la série. Tout au long de l’aventure, la comparaison avec l’exceptionnel « Aniki, mon frère » – mon film Yakuza préféré, était inévitable et a permis de renforcer d’avantage l’immersion dans l’univers violent et si particulier de la pègre japonaise.

Une histoire de gangsters comme on les aime

Le jeu réuni parfaitement tous les ingrédients nécessaires à une bonne histoire : trahison, complots, vengeance, pouvoir et kidnappings s’assemblent parfaitement pour livrer un beat them all captivant et divertissant. Comptez un peu plus d’une vingtaine d’heures pour atteindre la fin de l’histoire principale mais sachez que cette durée de vie peut être considérablement allongée si on prend le temps de profiter du nombre hallucinant d’activités annexes proposées. Malheureusement ou heureusement diront certains, les dialogues sont en version originale japonaise sous-titrée en anglais, la barrière de la langue peut s’avérer problématique pour la compréhension de l’intrigue. Le jeu propose de suivre les aventures de Kiryu Kazama avant qu’il ne devienne un Yakuza légendaire mais en parallèle on assistera aux évènements qui ont fait de Majima Goro le célèbre psychopathe de la série Yakuza.

Des activités annexes à foison

Courses de petites voitures, investissement dans l’immobilier, soirées karaoké, salles d’arcades, catch féminin dans la boue, tournois permettant de combattre dans une arène, poker, black jack et bien plus encore sont à disposition à chaque coin de rue. A noter que les salles d’arcades par exemple permettent de jouer à des vrais jeux d’avant comme par exemple Virtua Fighter 2, Fantasy Zone, Outrun et bien d’autres, les bars proposent fléchettes et billard pour se détendre alors que les casinos permettent de jouer au poker et au black jack entre autres. Bref de quoi passer d’innombrables heures à profiter de tous les divertissements que propose Yakuza 0.

Un Japon des années 80 comme si on y était

L’ambiance des années 80 est réussie et se ressent partout, que ce soit dans les détails des environnements, dans les vêtements arborés par les nombreux passants ou dans les activités proposées, Yakuza 0 réussi haut la main le voyage dans le temps et plonge brillamment le joueur dans un Japon froid et violent en plein boom économique. Les rues grouillent de petits détails croustillants et les passants aussi nombreux que variés contribuent grandement à la vie et à la personnalité donnée aux différents quartiers. On a véritablement l’impression que chaque PNJ à son histoire et bon nombre d’entre eux déclenchent des petites quêtes secondaires assez originales et plutôt comiques voire carrément absurdes. Par exemple on peut vous demander de vous faire passer pour un faux petit ami ou un producteur d’émissions de télé tout comme on peut vous demander de conseiller un groupe de métal sur comment avoir l’air hardcore sur scène ou bien de demander à une collégienne de ne plus vendre ses sous-vêtements à de vieux pervers dénués de morale.

Une mise en scène digne d’un grand film

Si les missions annexes ne sont pas du tout sérieuses globalement, les missions principales concernant chacun des deux personnages réservent une ambiance plus sombre et violente. Les objectifs principaux sont indiqués sur une minicarte simple et efficace présente dans le coin inférieur gauche de l’écran et une grande carte est disponible en appuyant sur le pad central de la manette PS4. Chaque personnage a son histoire et par conséquent un destin et une aventure qui lui sont propres. Kiryu, victime d’un complot visant à déshonorer son clan, doit tout faire pour prouver son innocence et faire tomber le responsable de cette mascarade tandis que Majima doit, quant à lui, retrouver son honneur afin de réintégrer les yakuzas et venger la mort de son frère. Afin de parvenir à leur fins, Kiryu et Majima devront traverser de nombreuses épreuves toutes plus violentes et intrigantes les unes que les autres. Étant donné que la violence ne résout pas toujours tout, les deux personnages se verront contraints parfois d’enquêter afin d’obtenir les réponses nécessaires à la bonne progression de leurs quêtes de vengeance respectives. Le jeu est divisé en chapitres, un peu comme dans certains films de Tarantino et les chapitres se terminent souvent par l’affrontement d’un boss où la complétion d’une mission. Tous les deux chapitres on alterne entre Kiryu et Majima ce qui évite une éventuelle lassitude au profit d’une variation des plaisirs tant au niveau scénaristique qu’au niveau des styles de combat propres à chacun.

Alors qu’ils arpenteront les rues de Kamurocho pour Kiryu et Osaka pour Majima, les deux ex-yakuza auront souvent le plaisir de tomber sur différents types de malfrats et de membres de gangs agressifs prédisposés à attaquer lâchement et en surnombre le plus souvent. Si généralement ce type d’agresseurs ne fait pas le poids, il faut savoir qu’un personnage atypique, énorme et fauché du nom de Mr Shakedown arpente également les rues à la recherche de quelqu’un à racketter. En début de jeu, il vaut mieux éviter le géant qui n’hésitera pas à vous bastonner avant de prendre tout l’argent que vous avez sur vous à ce moment-là. Le mastodonte, est cependant visible d’assez loin ce qui laisse pas mal de temps pour fuir en prenant une ruelle perpendiculaire ou en courant dans le sens opposé. Lorsque vous estimez votre personnage assez fort pour affronter le géant, il est possible de récupérer l’argent qu’il vous a dérobé et plus encore en cas de victoire. D’ailleurs à chaque fois qu’il est dans les parages on peut voir au-dessus de sa tête, le montant qu’il a sur lui ce qui permet de décider ou non de tenter sa chance.

Un gameplay fluide et jouissif

Côté gameplay, on reste sur les mécanismes déjà présents dans les épisodes précédents si ce n’est qu’on les sent mieux maitrisés et plus fluides. Les combats peuvent être assez techniques et plutôt riches en action. Chacun des personnages débute avec son style de base mais très rapidement d’autres styles viennent s’ajouter pour offrir au final, la possibilité de jongler avec 4 styles de combat différents par personnage. Pour changer de style pendant le combat, il suffit d’appuyer sur la croix directionnelle correspondant au style désiré et enchainer les attaques. A noter que le dernier et quatrième style de chacun n’est disponible qu’après avoir terminé l’histoire principale. Trois barres de HEAT se remplissent durant les combats permettant alors d’exécuter des coups spéciaux jouissifs mis en scène par des cinématiques délicieusement violentes. Kiryu commence avec le style Délinquant plutôt équilibré, puis obtient le style Rush basé sur des coups très rapides et esquives ensuite il apprend le style Destructeur plutôt lent mais idéal pour terrasser les adversaires à l’aide des objets du décor.
Majima quant à lui, possède le style Baston plutôt équilibré, le style Batteur qui le dote automatiquement d’une batte de baseball expéditive puis le style Danseur qui incorpore quelques mouvements de break dance ressemblant à une sorte de capoeira. Après avoir terminé l’histoire avec l’un et l’autre, Kiryu se voit attribuer le style Dragon de Dojima déjà présent dans les précédents volets tandis que Majima se voit attribuer le style Chien enragé de Shimano, également connu des épisodes précédents.

 

Afin de regagner de la vie et booster les barres de HEAT suite aux affrontements, il est possible d’acheter et consommer de la nourriture ou des boissons énergisantes. Ces éléments peuvent être achetés dans les nombreux restaurants ou bars à proximité mais également dans les différents types de magasins présents dans le jeu. Certains magasins peuvent vendre des armes, de l’équipement ou des accessoires extrêmement utiles pour renforcer les personnages. Il y a une multitude de bâtiments et magasins a explorer.

Money, money money…

L’argent est un élément clé dans Yakuza 0 et il est important d’en avoir un maximum afin de profiter de tout ce que le jeu peut offrir de mieux. L’argent gagné dans Yakuza 0 peut être utilisé de diverses manières et l’une d’entre elles consiste à acheter et débloquer de nouvelles capacités disponibles pour chaque style de combat. Les habilités de chaque style commencent à un prix raisonnable puis deviennent de plus en plus onéreuses. Si les bastons de rue suffisent à récolter assez d’argent pour débloquer les premières habilitées de chaque style, très rapidement il faudra trouver de nouveaux moyens de gagner plus d’argent et plus rapidement afin de débloquer les capacités plus couteuses. Plus vous êtes riche et plus forts deviennent vos personnages. L’argent peut également être investi dans l’immobilier par exemple ou dépensé dans un but plus divertissant lors des différentes activités annexes. Il est vivement conseillé de trouver des moyens de faire fructifier son argent afin de mettre toutes les chances de son côté et devenir Le Yakuza.


Points positifs

  • Les personnages charismatiques
  • Le scénario probablement le meilleur de la série
  • Gameplay fluide et maîtrisé
  • Des combats violents et jouissifs
  • Une durée de vie énorme grâces aux activités annexes
  • De nombreuses activités annexes divertissantes
  • Une mise en scène digne d'un bon film de gangsters

Points négatifs

  • De trop nombreux dialogues parfois ennuyants
  • Beaucoup de quêtes secondaires inintéressantes
  • Ateindre certains objectifs peut devenir lassant
  • Petits bugs dus au moteur de jeu trop obsolète

Note

Graphismes 80%
Bande-Son 75%
Prise en main 90%
Plaisir de jeu 99%
Durée de vie 90%
Conclusion

Yakuza 0 est clairement l’un des meilleurs jeux de la série Yakuza et on peut dire que le scénario et la mise en scène y sont pour beaucoup. Si les deux personnages Kiryu et Majima sont charismatiques et dotés d’un excellent jeu d’acteur, ce sont surtout le scénario, certainement le meilleur de la série et la mise en scène qui élèvent le jeu au rang de véritable film mafieux interactif. Malgré un moteur de jeu un peu vieillot, Yakuza 0 regorge de cinématiques dignes d’un film de Takeshi Kitano et d’un scénario aussi intense que captivant. Le gameplay en 60 fps est très fluide et assez simple à prendre en main tout en restant jouissif et tendu notamment lors des affrontements de bosses. Les différents styles de combat sont évolutifs grâces aux capacités à débloquer et permettent de varier les plaisirs tant ils sont différents les uns des autres. Les rues de Tokyo et Osaka sont ultra détaillées et grouillent de vie grâces aux nombreux personnages très diversifiés et aux différents jeux de sons et lumières utilisés. La durée de vie de la trame principale est plus que convenable bien qu’alourdie par de trop nombreux dialogues parfois soporifiques. Cependant, la grande quantité de quêtes secondaires et activités annexes sont plus que bienvenues et proposent d’innombrables heures de divertissements divers.

Note finale 87% Intense, jouissif, brutal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *