Test

Test de Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau sur Switch – un coup sur le Musô


Fiche jeu

  • Editeur:Nintendo
  • Developpeur:Koei Tecmo, Omega Force
  • Supports:Nintendo Switch
  • Genres:beat'em all
  • Nombre de joueurs:1-2 joueurs en local
  • Date de sortie:20 novembre 2020

L’Ère du Fléau n’est pas la première itération de Hyrule Warriors. En effet, l’incursion de l’univers The Legend of Zelda dans le Musô remonte au premier HW paru sur Wii U, Nintendo DS puis également sur Switch. Cet opus a pour particularité de raconter les événements qui se sont déroulés 100 ans avant Breath of the Wild, le dernier jeu canonique en date. Mais ici, adieu l’aventure et bonjour aux combats épiques avec des dizaines de mobs à l’écran. Alors, le jeu en vaut-il la chandelle ?

L’Ère du Fléau : pas très canon

L’Ère du Fléau nous narre les événements qui se sont déroulés 100 ans avant Breath of the Wild. En ça, on pourrait croire que le jeu s’inscrit dans la timeline officiel de The Legend of Zelda. Mais il est important d’apporter un petit bémol d’entrée de jeu à cet état de fait. En effet, si effectivement le début du jeu pourrait s’apparenter comme étant canonique, un événement que nous ne spoilerons pas change la donne au cours du jeu. Cela est en partie dû à un petit robot gardien que l’on rencontre dans l’intro du jeu et qui remonte le temps pour prévenir Zelda des dangers à venir.

Nous retrouvons donc le royaume d’Hyrule, Link, Zelda, Impa, Daruk et bien d’autres personnages dans ce Musô coloré. Si vous ne connaissez pas le genre du Musô, il a été popularisé par la franchise Dynasty Warriors. Vous y incarnez un personnage assez puissant qui doit combattre des dizaines d’ennemis en même temps. Les combats y sont généralement bien chorégraphiés. Et un grand choix de personnages est disponible. Qui plus est, le gameplay de chacun varie. Il y a les pros de l’épée, ceux qui utilisent des lances, des armes de jet, etc. Un choix qui peut surprendre pour un jeu Zelda, mais dont la recette fonctionne plutôt bien.

L’Ère du Fléau se déroule donc sur les terres d’Hyrule. Ganon ne les pas encore ravagées mais la situation n’est pas gaie pour autant. Zelda doit donc trouver les quatre Prodiges et leur Créature Divine afin de tenter de sauver la situation. Le reste appartient au scénario que nous ne dévoilerons pas ici. Attendez-vous donc à des similitudes à Breath of the Wild. Mais aussi quelques divergences qui font que L’Ère du Fléau ne peut pas s’inscrire totalement dans sa timeline.

Le Musô pour tous

Concrètement, comment se déroule le jeu ? Vous avez la carte d’Hyrule sur laquelle apparaissent différents points. Il y a les batailles liées au scénario, les combats annexes, les points de cuisine, les relais, les marchands, les points personnages, la forge et le centre de formation. Pour les missions scénarisées : vous faites progresser l’histoire en les jouant. Ça vous amène sur des champs de bataille dans les décors de Breath of the Wild. Ce sont de vastes espaces reliés par des couloirs où la guerre fait rage. Le but est non seulement de prendre les points clés mais aussi d’affaiblir les forces adverses en prenant des postes d’observation. Cela vous rapporte de l’XP, des objets et des rubis qui vous seront bien utiles après.

Les missions annexes sont plus courtes, parfois chronométrées, et permettent de faire gagner de l’XP a un personnage en particulier. Vous pouvez alterner les personnages avant le combat. Et, si vous en jouez plusieurs, vous pouvez en changer sur le terrain avec les flèches haut/bas. Ces missions n’ont pas d’impact sur l’histoire mais peuvent être rejouées à l’infini afin de looter. C’est important car le loot est utilisé pour débloquer les points personnages, les recettes et les marchands.

Une progression par étape

Les points personnages débloquent des aptitudes pour vos héros. Les recettes permettent de cuisiner des plats avant un combat pour s’octroyer des bonus. Et les marchands permettent d’acheter certaines denrées, si vous n’avez pas envie de vous refaire des missions pour les looter. À noter que vous pouvez utiliser la tablette Sheikah pour trouver dans quelle mission se trouvent les ingrédients qui vous manquent.

La forge est le lieu ou vous pourrez, entre deux missions, changer/améliorer vos armes. Pendant et après chaque mission, vos personnages gagnent des armes, avec des attributs particuliers. Et bien à la forge, il est possible de choisir l’arme que tient votre héros. Et de fusionner jusqu’à cinq autres armes dans son inventaire afin d’en augmenter la puissance. Cela se fait au prix de rubis, et bien entendu, de la disparition des armes fusionnées. Enfin, le centre de formation permet de faire gagner des niveaux à certains personnages, moyennant paiement. Très utile si vous avez délaissé un personnage qui n’a pas beaucoup d’XP.

L’Ère du FPS

Parlons un peu technique, maintenant. À commencer par le fait que le jeu retrouve sa VF de qualité. Grosse mention à Adeline Chetail qui reprend son rôle de Zelda, personnage central de l’Ère du Fléau. Link multiplie les moments de bravoure mais reste désespérément muet. Les autres personnages sont aussi doublés en français, et le résultat est d’une grande qualité. Le jeu bénéficie de cinématiques et cut-scenes avec les assets de Breath of the Wild, donc côté ambiance : nous sommes dedans. Il est temps maintenant de plonger au cœur des batailles.

Dans L’Ère du Fléau, vous allez arpenter les terres d’Hyrule et les décors de chaque région. Et vous allez y affronter tous les méchants iconiques du jeu originel. Moblins, sorciers, lézards, etc. Ils sont tous là, et en masse. Ce qui fait beaucoup de monde d’affiché à l’écran. D’autant que tout ça va être mis à mal sous vos coups, donc ils vont voler dans tous les sens. Il faut savoir que vous pouvez, en plus de vos armes, manier les mêmes pouvoirs que dans Breath of the Wild. Il est possible de lancer des bombes, d’utiliser Cinetis, Cryonis et Magnetis. Ces pouvoirs vous seront bien utiles pour lutter contre les boss, et il faudra les utiliser à bon escient pour contrer leurs attaques.

Le résultat est qu’il se passe beaucoup de choses à l’écran. Et la console a parfois du mal à suivre. Si elle arrive à afficher un FPS constant de 30, celui-ci chute affreusement quand les monstres sont légions à l’écran. Et c’est pire si vous vous mettez à utiliser vos pouvoirs. Le jeu se met à ramer et vous tomber facilement sous les 15 FPS. Cela est sûrement dû à la puissance limitée de la Switch, mais c’est bien dommage, surtout pour un genre comme le Musô. Néanmoins le jeu profite de belles idées de mise en scène, notamment lors de combos ou de coups fatals, avec des ralentis et des angles de caméra vraiment intéressants.

Pour qui est L’Ère du Fléau

En conclusion, nous avons trouvé L’Ère du Fléau beaucoup plus réussi que le premier Hyrule Warriors. Mieux construit, avec une progression plus organique sur la carte d’Hyrule, il se parcourt avec un vrai plaisir. Néanmoins, la tension induite par ce style de jeu fait qu’on y passe des sessions courtes, car on est très vite crispé sur les joy-cons. On a vite fait d’y revenir afin de suivre cette aventure inédite dans le monde de Zelda, vrai-faux prologue à Breath of the Wild.

Si vous êtes des fans hardcores du matériau de base, nous vous mettons en garde de nouveau. Il ne s’agit pas des « vrais » événements se déroulant avant le jeu, mais plutôt d’une version revisitée. Cela n’empêche pas l’expérience d’être vraiment prenante et intense, pendant une vingtaine d’heures que dure le scénario.

Rajoutons qu’il est possible de jouer en duo, mais que cette partie est tout bonnement ratée. Rien n’est lisible à l’écran, la console rame comme jamais… Donc il est préférable de vivre cette expérience en solo, pour votre bien et celui de la console. Bref, Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est un très bon Musô avec le prisme de The Legend of Zelda. On s’y amuse autant qu’on s’y énerve, mais c’est le principe de ce genre de jeux. Et quel plaisir que celui de faire voler des dizaines d’ennemis en même temps en enchaînant les moves les plus stylés !

Points positifs

  • L'univers de Breath of the Wild est superbement utilisé
  • Chaque personnage a son propre gameplay
  • La VF est excellente
  • Le jeu est très nerveux

Points négatifs

  • Des chutes de FPS quand l'écran est trop chargé
  • Le multi est mal optimisé
  • Les affrontements sont parfois brouillons

Note

Graphismes 84%
Bande son 86%
Prise en main 71%
Plaisir de jeu 70%
Durée de vie 70%
Conclusion

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau comble le vide dans le coeur des fans en attendant la suite de Breath of the Wild. Par contre oubliez l’aventure épique et accueillez à bras ouverts les combats de masse. Link n’est pas le seul personnage jouable, et vous allez pouvoir contrôler les grands noms de la saga dans des batailles épiques. Il est même possible de diriger les Créatures Divines lors de phases spéciales. Le jeu est en VF, la bande-son est constituée de reprises des thèmes de Breath of the Wild… Bref, les assets du jeu de base sont très bien utilisés. Le jeu souffre de quelques ralentissements, inhérents au genre du Musô qui affiche un grand nombre de personnages à l’écran. Point négatif également, le multi local qui permet à deux joueurs de s’entraider, mais là la console est mise à genoux et c’est injouable. Mieux vaut privilégier une expérience solo pour se faire plaisir et prolonger l’aventure dans l’univers de BotW, tout en gardant en tête qu’il ne s’agit pas d’un « vrai » prologue au jeu.

Note finale 76% Convaincant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *