Switch

Nintendo : une stratégie 2018 axée sur Super Smash Bros. Switch


Nintendo l’a confirmé en milieu de semaine, Super Smash Bros. sera bel et bien LE titre à suivre cette année, du côté de la firme de Kyoto. En effet, le jeu de baston le plus populaire au monde sera de l’aventure E3 de Los Angeles et au coeur du « show » Nintendo, retransmis en direct sur le web. Mais, évidemment, autour de ce titre, de nombreux jeux « satellites » viendront renforcer la puissance de Big N.

Nintendo : un exercice fiscal du feu de dieu !

Si le précédent exercice fiscal de Nintendo fut l’un des meilleurs de l’histoire de la firme au plombier, ce n’est pas un hasard. Tout d’abord, la console Switch a fait « choux blanc » auprès des joueurs de tout horizon. Un concept « hybride » qui a fait ses preuves, comme nous l’avons déjà évoqué dans plusieurs articles. En supplément de cela, des jeux à très forte audience sont sortis au cours de l’année (Splatoon 2, Zelda, Mario Odyssey et Mario Kart). Enfin, des jeux d’éditeurs tiers sont venus parachever l’oeuvre, tout en rassurant les gamers sur « l’ouverture » de Nintendo à ce niveau. En effet, jamais le plombier japonais n’avait fait preuve d’autant de sympathie envers des jeux « matures » comme Doom, Skyrim, Wolfenstein, Resident Evil, Payday ou core, Dark Souls.

Outre le succès « Switch », les sorties successives des Nes Mini et Super Nintendo Mini, la belle endurance de la 3DS et enfin, l’arrivée d’applis et jeux mobiles ont contribué à cette excellente santé financière de Nintendo. Evidemment une bonne nouvelle pour les joueurs et même, pour l’industrie vidéoludique dans sa globalité. Seule véritable difficulté, lorsqu’une société affiche une telle santé, maintenir le cap !

Nintendo : et après ?

Pourtant, Nintendo a de nombreux plans. Tout d’abord, la Nes Mini va être rééditée avec un nouveau carton à prévoir. Ensuite, une nouvelle console issue de cette gamme « Mini » sera propulsée sur le marché d’ici septembre/octobre (N64 Mini ?). Par ailleurs, de nouveaux jeux pour mobiles à très fort potentiel sont en cours de développement, à commencer par Mario Kart Tour, premier jeu du genre à débouler sur Smartphones. Immense carton à prévoir…

Enfin, la Nintendo Switch va s’appuyer sur un line-up 2018 particulièrement costaud. Voilà qui nous amène vers le sujet de cet article, Super Smash Bros. Switch. Un titre qui devrait, d’ici sa fin de vie, faire mieux que les précédentes licences Switch à succès (Mario, Zelda, Mario Kart). Néanmoins, l’ampleur de cet accueil dépendra d’un autre paramètre, la nature du jeu. Car si une version améliorée de l’opus Wii U réaliserait à coup sûr un carton, un tout nouveau jeu, retravaillé de fond en comble assurerait des ventes carrément pharaoniques. Nous pouvons même déjà annoncer, sans prendre trop de risques, qu’une telle production deviendrait la plus vendue de l’histoire de cette licence…

C’est pour ces raisons que Nintendo axera sa communication sur ce titre, pendant l’ E3 2018. Mais Super Smash Bros. sera accompagné par d’autres jeux forts comme Bayonetta 3 (de PlatinumGames), Metroid Prime 4, Pokémon RPG Switch, un nouveau Fire Emblem ou encore, Yoshi Switch. Avec une seconde année aussi impressionnante en matière de software, nous pouvons d’ailleurs nous demander comment procédera Nintendo en 2019, pour faire au moins aussi fort…

Nintendo enfin sur les bons rails ?

En clair, il ne fait aucun doute que Nintendo va poursuivre sur sa lancée au moins jusqu’à la fin de cette année 2018. Mais il faudra aussi surveiller l’investissement des éditeurs tiers qui, pour certains (Activision, EA, Rockstar) restent encore très timides alors que d’autres (Capcom, Bethesda, Bandai Namco, Square Enix) ont libéré la cavalerie depuis un moment déjà. Nintendo promet, d’ailleurs, de nouvelles annonces de ce côté-là…On attend, entre autres, l’annonce d’une nouvelle exclusivité de la part d’ Ubisoft.

Vous l’avez compris, si Nintendo s’apprête à donner une forte impulsion à l’ensemble de sa société grâce à la sortie de Super Smash Bros., la firme nippone ne se contente pas de son jeu de baston. A l’oeuvre sur tous les fronts (console de salon, portable, rétro, mobiles et software), cette dernière semble avoir, finalement, négocié le virage « next-gen ». Un peu après tout le monde, certes, mais de façon très « clairvoyante », paradoxalement.