Switch

Prise en main de Fire Emblem Warriors : une belle surprise ? [Preview]


Tout gamer se respectant connaît la série des « Warriors » produite par Koei Tecmo Games. Samurai Warriors, Warriors Orochi, Dynasty Warriors et quelques autres envahissent le marché vidéoludique chaque année. Outre ces jeux bien connus du public, d’autres licences se mêlent à l’univers en question. Après Zelda Hyrule Warriors, c’est au tour de Fire Emblem de se prêter au jeu avec Fire Emblem Warriors. En Europe, ce type de soft reste réservé à une audience particulière en raison de son orientation beat-them-all à l’action quelque peu répétitive. Pourtant, avec cet opus dédié à l’univers du RPG, les choses pourraient bien évoluer…

Fire Emblem Warriors : la Switch en met plein la vue !

Evidemment, lorsqu’on se rend à un événement Nintendo France post-E3, c’est avant-tout pour y découvrir les jeux sous les feux des projecteurs : Splatoon 2, Mario et les Lapins ou encore, Super Mario Odyssey. Et pourtant, un peu isolé avec une seule borne de jeu proposée aux journalistes, un titre a particulièrement retenu notre attention alors que nous n’en attendions…rien ! Vous l’aurez compris, Fire Emblem Warriors est parvenu à nous cueillir. De différentes manières, qui plus est…

Alors posons tout de même le décor pour ceux qui ne seraient pas familiers avec ce genre si particulier et particulièrement agréable à jouer après une dure journée de travail. Vous l’aurez compris, la famille des « Warriors » fait surtout office de défouloir. Des jeux qui se caractérisent par le nombre hallucinant d’ennemis à l’écran, des attaques spéciales particulièrement dévastatrices (voire, impressionnantes visuellement) et un gameplay assez simple, accessible. Du coup, le fait d’imaginer un tel genre de jeu associé à un titre aussi subtile que Fire Emblem a de quoi surprendre. Et pourtant, manette en main, le mélange fait bien plus que prendre !

Au cours de cette démo jouable d’une version E3 2017 fraîchement débarquée dans l’hexagone, nous avons eu la possibilité de jouer une vingtaine de minutes. Pas d’objectif particulier à atteindre sur cette démo, mise en place avant tout pour nous permettre de découvrir quelques personnages, leurs attaques spéciales et les qualités techniques du soft.

D’emblée, soyons clairs, nous avons pris une bonne claque ! La Nintendo Switch étant régulièrement critiquée en raison de ses limites techniques par rapport à une PS4 ou une Xbox one, nous étions à cent lieux d’imaginer une telle maîtrise, tant en matière de graphismes que d’animation. Les décors sont fins, colorés (dans un esprit manga) et clairement plus attractifs que ce que l’on peu visualiser habituellement dans un « Warriors » par Koei Tecmo. L’univers de Fire Emblem y est superbement retranscrit, chose qui se confirme également sur les textures des personnages. Les développeurs ont, non-seulement bien travaillé, mais ont aussi pris soin de rester fidèles au RPG.

Puis, vient le moment d’affronter les hordes d’ennemis. Sur ce point, pas de doute, nous sommes bien en présence d’un « Warriors » avec son gameplay ultra-simple à assimiler. Deux touches permettant d’effectuer des combos en tous genres puis deux gâchettes à utiliser pour déclencher attaques spéciales et super-attaques, chaque combattant disposant d’une de chaque. Surprise, au moment de se battre en mêlée avec une animation ultra-fluide et pas l’ombre d’un ralentissement à signaler. Bon, en moins de 20 minutes, dans un mode de jeu imposé, reste toujours le doute quant aux choix de Nintendo, les démos jouables permettant toujours de masquer d’éventuels défauts. A confirmer sur la version définitive, donc. Néanmoins, la Switch nous a surpris techniquement sur cette courte phase de jeu, sachez-le. Une petite claque, oui…

Second « effet kiss-cool », les attaques spéciales et super-attaques. Visuellement, là-encore, les développeurs ont effectué un superbe travail, si bien que l’on cherche immédiatement à découvrir les pouvoirs spéciaux de tous les combattants présents sur le champs de bataille. Des séquences cinématiques de toute beauté avec cette influence positive de l’univers Fire Emblem, donnant lieu à des passages réellement jouissifs à admirer. Et si chacun de ces personnages dispose de ses propres attaques, il est par ailleurs possible de former des duos. Dans ce cas, chaque duo formé disposera, également, de sa propre attaque spéciale, une attaque double, donc ! La classe.

Sachant que vous pourrez passer d’un combattant à l’autre via une simple pression sur une direction (l’occasion d’apprécier l’efficacité de la manette Switch sur ce jeu). Outre ces quatre personnages, d’autres héros de Fire Emblem se débloqueront au fil de la progression dans l’aventure. Citons Lianna, Rowan, Corrin, Xander ou encore, Marth. Evidemment, différentes montures, armes et compétences peuvent être récupérées, aspect que nous n’avons pas pu expérimenter durant cette courte session de jeu.

Fire Emblem Warriors : la bonne surprise

Alors, bien sûr, Fire Emble Warriors reste un titre accessible faisant office de défouloir avant-tout. Néanmoins, avec ses graphismes soignés, son animation sans faille, sa bande-son qui déchire et ses attaques spéciales très réussies visuellement, ce dernier pourrait bien séduire des joueurs n’ayant pas pour habitude de se frotter à ce type de soft. L’univers Fire Emblem y est fidèlement retranscrit, ce dernier apportant un réel plus au genre. Surtout, la Nintendo Switch nous a surpris, cette dernière démontrant au passage qu’elle en a quand même dans le ventre…Petit coup de coeur, de notre côté.

Rendez-vous cet automne pour le test complet.

Nous avons joué à FIFA 18 sur Nintendo Switch : nos impressions [Preview]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *