Test

[Test] Ultra Street Fighter 2 Final Challengers : retour du mythe sur Switch


Fiche jeu

  • Editeur:Capcom
  • Developpeur:Capcom
  • Supports:Nintendo Switch
  • Genres:Combat
  • Nombre de joueurs:2 simultanément en local et en ligne
  • Date de sortie:26/05/2017

C’est LA sortie de cette fin de mois sur console Nintendo Switch et nombre d’amateurs de baston l’attendaient. Ultra Street Fighter 2 : the Final Challengers est désormais disponible sur la console de nouvelle génération. Une version remake de Super Street Fighter II Turbo qui apporte plusieurs éléments inédits. Ce contenu additionnel sera-t-il suffisant pour inciter les joueurs à s’offrir un titre d’apparence peu original ? Réponse dans notre test du soft de Capcom.

Super Street Fighter 2 Turbo : la suite, plus de 20 ans après…

Sorti il y a un paquet d’années, Super Street Fighter II Turbo nous revient sur console Switch dans une version revue et corrigée. Au passage, le jeu y perd son « turbo » pour y gagner un « The Final Challengers » suffisamment évocateur. Car deux nouveaux personnages rejoignent le roster à savoir, Evil Ryu et Violent Ken. Si le premier a déjà été vu dans plusieurs productions Street Fighter, le second n’avait été aperçu que dans un soft, jusqu’ici. Alors, pouvons-nous réellement parler de « nouveaux » combattants ? Non. D’autant que ces deux-là ne sont que des versions améliorées de leurs modèles originaux.

Néanmoins, l’un comme l’autre s’avèrent redoutables, au même titre que Gouki (Akuma), l’autre personnage clé du soft. D’ailleurs, ces trois hommes se révèlent rapidement un cran au-dessus des autres « fighters ». Nerveux au possible, il seront privilégiés par la plupart des joueurs, ce qui se vérifie d’ailleurs lorsque l’on prend part à des affrontements en ligne. Car c’est l’autre grosse nouveauté du soft (par rapport à l’opus original), l’ajout du jeu online. Ainsi, vous pourrez désormais défier les joueurs du monde entier. Malheureusement, les quelques parties auxquelles nous avons pu participer n’ont pas été à la hauteur de nos attentes. Et pour cause, les combats s’avéraient saccadés, nous empêchant de profiter du gameplay si jouissif de Street Fighter. Dommage, d’autant que le ranking constitue un beau challenge. Certes, le lieu de connexion en ligne aura un impact sur cette vitesse de jeu mais compte-tenu de l’architecture du soft, fondée sur un titre sorti il y a bien longtemps, nous étions en droit d’espérer mieux. A titre d’exemple, un jeu comme Mario kart 8 Deluxe tourne parfaitement bien en ligne, quel que soit le mode de jeu sélectionné…Néanmoins, en optant pour le mode graphique « oldschool », vous y gagnerez en fluidité. Reste à apprécier les pâtés de pixels, bien entendu…Attention toutefois, via ce dernier mode, nous avons noté de régulières déconnexions en plein combat.

  

Autre arrivée, celle du mode « la voie du hado ». Là encore -mais nous nous y attendions- la déception est de mise. Le système de détection des mouvements est assez mal intégré et, surtout, l’avancée s’avère rapidement laborieuse, ennuyeuse. Concrètement, vous incarnez Ryu en vue FPS et devez affronter des ennemis qui se succèdent. Malheureusement, ces derniers sont tous identiques et calqués sur M Bison. Peu d’attaques pour eux, comme pour Ryu, qui ne peut utiliser que ses coups spéciaux. Il faut bien l’avouer, l’intérêt de ce mode est, pour ainsi dire, nul. En clair, ce n’est pas ce contenu qui devra vous faire acheter le soft…

Reste néanmoins quelques bonus qui plairont aux fans les plus addictifs à SFII comme la riche galerie d’ Artworks (impossible de prendre des clichés avec la Switch…) qui se découvre avec plaisir. L’éditeur de couleurs offre aussi une belle opportunité de se créer une couleur propre, histoire de disposer d’un personnage quasi-unique, du moins visuellement.

  

Un petit tour par les options de jeu permet aussi de choisir de jouer à la version originale du soft, c’est à dire avec les graphismes et la bande-son de Super SF2 Turbo. Sympa, surtout pour les nostalgiques. Néanmoins, la bande-son remixée s’avère de bonne facture, de même que les graphismes « next-gen ». Les personnages ont été largement améliorés pour offrir un rendu proche d’un Street Fighter Alpha alors que les décors s’enrichissent d’une foule plus « moderne » visuellement, avec un style manga actuel franchement rafraîchissant. Concrètement, ces retouches graphiques sont les bienvenues, c’est un fait. Appréciable par ailleurs, la revisite des menus, illustrés d’images inédites dans un style comics/manga pas repoussant. Enfin, la possibilité de gagner de très nombreux « titres » peut constituer un -petit- atout supplémentaire, histoire de rallonger un peu la sauce, sans forcer.

  

Prise en main plus ou moins bonne, selon la configuration

Concernant la prise en main, le jeu au pad classique Pro est à privilégier. Car en mode console portable, par exemple (donc avec les joy-con fixés de part et d’autre de la machine), les crampes se font assez vite sentir et l’absence de la croix multidirectionnelle originale se fait sentir. Le joystick s’avère, en effet, trop sensible. Question d’habitude ? Sans aucun doute. D’ailleurs, les plus jeunes joueurs s’y accommoderont probablement sans sourciller. Par contre, pour certains quarantenaires ayant passé des journées entière sur le SF original, l’affaire demandera un certain temps d’adaptation.

Toutefois, toujours en mode portable, le jeu avec la manette classique (les joy-con fixés à leur support de manette) se montre plus confortable. Appréciable aussi, le fait de pouvoir batailler avec un pote sur le petit écran de la console, en utilisant chacun un joy-con. Pas d’achat de manette supplémentaire nécessaire, donc, ce qui constitue aussi un bel atout. Et puisque nous évoquons le jeu multi, difficile de ne pas apprécier le mode coop. Ici, vous devrez affronter une succession de personnages en 2vs1 ! Trois personnages à l’écran, donc, ce qui s’avère particulièrement jouissif. Ken et Ryu en équipe face à Gouki ou Bison, c’est la classe ! Et si vous n’avez pas de joueur humain sous la main, vous pourrez toujours coopérer avec un combattant géré par la console. Fun ! Bien sûr, ce mode est accessible tant sur un écran TV qu’en usage « nomade ».

  

L’occasion de vanter les mérites des petits joy-con, individuellement qui, une fois tournés à la verticale offrent une prise en main étonnamment bonne. A condition de faire abstraction de la petite taille des accessoires, ce qui pourrait poser des problèmes à ceux disposant de « paluches » aux dimensions importantes. Mais, très clairement, c’est via ce mode de contrôle que vous vous rapprocherez le plus des commandes Super Nintendo de l’époque. A titre d’exemple, les hadoken sortent nettement plus facilement en utilisant un seul joy-con. Bon, il s’agit d’un sentiment personnel qui ne peut en aucun cas faire office de règle. A essayer…

Car c’est cette façon de jouer « partout » au plus mythique des Street Fighter qui pourrait faire la différence auprès des joueurs. Passer à la caisse ou pas, voilà la question à se poser sachant que l’usage nomade apporte un énorme plus au soft, facturé 30 euros. Cher ? Oui et non. Compte-tenu des ajouts, un fan absolu de SF ne devrait pas regretter son achat, surtout en cas de déplacements hebdomadaires en train/rer, qui plus est si vous disposez régulièrement d’un autre joueur humain sous la main. Au bureau, entre midi et deux, après le repas et en savourant un bon café, clairement, certains vont adorer. Idem, le soir, avant de tourner de l’oeil, confortablement installé dans son lit. Après, reste la question morale de savoir si Capcom n’a pas, à nouveau, un peu abusé avec cette énième extension de son jeu de combat…

Points positifs

  • Les excellentes retouches graphiques et sonores...
  • ...et la possibilité de jouer au mode "oldschool" (son et graphismes)
  • Le jeu à deux, sur le petit écran de la Switch !
  • Le mode coop (2vs1)
  • Street Fighter reste une référence...
  • Moins de 30 euros...

Points négatifs

  • Le nouveau mode "la voix du hado"...nullissime !
  • Jeu en ligne (saccades, déconnexions) pas encore au point
  • 2 nouveaux personnages...pas vraiment nouveaux !
  • On aurait apprécié l'ajout de persos cachés vraiment inédits !
  • La prise en main au pad Switch n'est pas idéale

Note

Graphismes 80%
Bande-son 81%
Prise en main 71%
Plaisir de jeu 80%
Durée de vie 78%
Conclusion

Faut-il s’offrir Ultra Street Fighter 2 sur Nintendo Switch lorsque l’on a déjà joué et usé USFII Turbo ? Tout dépend quelles sont vos attentes. Si le jeu en ligne ou le nouveau mode la voix du Hado constituent vos principales motivations, oubliez de suite. En revanche, si vous avez besoin d’un bon jeu de baston durant vos déplacements (surtout en multi) tout en profitant de graphismes « modernes » et d’un gameplay parmi les meilleurs existant, franchement, pour moins de 30 euros, il serait dommage de s’en priver.

Si le jeu en ligne n’est pas encore au point, que le mode Hado est une catastrophe sans nom et que le contenu inédit reste, tout de même, limité en intérêt, Ultra Street Fighter II Switch n’en demeure pas moins un grand jeu de fight disposant de 19 personnages (et autant de fins à admirer…), de pas mal de possibilités en multi et d’un très beau relissage graphique (et sonore…). Ainsi, même si vous avez déjà usé vos paddles sur les précédentes versions, pour prendrez plaisir à le redécouvrir sur Switch, bien que la manette de base ne soit pas ultra-adaptée. Enfin surtout si vous cherchez un jeu de combat pour un usage nomade. D’autant que pour l’heure, sur cette console, il n’y a pas grand choix.

Bien sûr, si vous n’avez jamais joué à la version initiale ou que vous la connaissez peu, vous apprécierez d’autant plus cette version « The Final Challengers ». Une valeur sûre qui, compte-tenu de son prix « mini », n’est pas dénué d’intérêt, en dépit du manque de nouveautés réellement attractives.

 

Note finale 78% Indémodable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *