assetto corsa competizione, le test Test

Assetto Corsa Competizione : notre avis sur LA référence de la sim-console


Fiche jeu

  • Editeur:505 Games
  • Developpeur:kunos simulazioni
  • Supports:PS4, Xbox One
  • Genres:Simulation Automobile
  • Nombre de joueurs:1 en local + online
  • Date de sortie:23/06/20

En grands amateurs de course automobile que nous sommes, au sein des rédactions de Le Mag, nous attendions avec impatience cette version console d’Assetto Corsa Competizione. Et pour cause, la simulation en question avait réussi un joli coup, lors de sa sortie sur PC. Notamment visuellement, avec un vrai progrès par rapport au précédent opus, sans faire pour autant office de référence sur ce support. Alors, ACC a-t-il perdu de sa superbe sur consoles ? Réponse dans ce test.

Assetto Corsa Competizione sous licence officielle

Avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelons que le titre de 505 Games exploite la licence officielle SRO Motorsports. Ce qui permet de jouir de superbes GT, issues de différents championnats. Audi, Lexus, Porsche, Bentley, Ferrari, Lamborgini, Aston Martin ou encore, BMW, il y a de quoi s’amuser avec des véhicules très différents les uns des autres.

ACC : un jeu conforme aux attentes ?

Réalisé sur Playstation 4 avec un volant/pédalier Thrustmaster, ce test d’Assetto Corsa Competizione a, finalement, été assez conforme au résultat que nous attendions. A savoir, des sensations de pilotage hors norme (rappelons que nous jouissons d’une petite expérience en course automobile « réelle ») mais des graphismes perfectibles. Et bien ces deux points se sont vérifiés, sur PS4 « classique ». Néanmoins, outre ces deux aspects, nous avons aussi constaté un framerate en deçà de celui observé sur PC. Normal, cette génération de consoles arrivant à terme. Alors face à des PC en évolution permanente, il reste impossible de suivre ce rythme effréné.

Aussi, ces deux aspects qui peuvent être considérés comme négatifs (graphismes et framerate) demeurent suffisamment constants pour ne pas nuire à l’expérience. Car avec AAC, oui, nous nous devons de parler « d’expérience ». D’ailleurs, lors de notre test d’Assetto Corsa « classique », nous avions lâché le mot de « simulateur ». Terme qui reste parfaitement adapté, dans le cadre de la version « Competizione ».

Attention, les pilotes du dimanche vont souffrir !

Effectivement, avec le titre de 505 Games, soyons clairs d’emblée, il n’y a pas de place pour les pilotes du dimanche. Même en activant toutes les aides, le jeu reste très difficile à maîtriser, pour les non-initiés. Et même pour ces derniers, la bonne approche des différents modèles de GT présents nécessite beaucoup d’entraînement. Des heures de roulage, même. Car, les sensations de conduite sont telles que l’on ressent toutes les différences de comportement d’une voiture à l’autre. Aussi, avant de se lancer dans une carrière, mieux vaudra passer par un mode de jeu rapide pour débusquer la perle rare, celle qui conviendra le mieux à votre style de pilotage.

A moins que, pour vous, un vrai pilote doive prouver sa valeur en s’adaptant à n’importe quel véhicule. Auquel cas, vous pourriez opter aussi bien pour la très pointue Aston Martin, qui demande une réelle patience et une application proche de la perfection. Car le simple fait de l’inscrire dans les courbes et les chicanes engendrera travail et concentration. Evidemment, son poids sur la balance n’y est pas innocent. A l’inverse, une Ferrari s’avérera beaucoup plus « joueuse ». Cette dernière fera donc le bonheur des attaquants nés, ceux appréciant les amorces de dérives, avec un comportement finalement plus accessible, plus permissif que celui se sa collègue britannique. Nous n’allons pas toutes les passer en revue mais par exemple, une Lexus ou une BMW offriront une attitude en piste plus équilibrée.

Le pilotage à l’état pur…et quel son !

Alors évidemment, lorsque l’on est passionné de pilotage et de voitures, cette facette s’avère vite passionnante, prenante et donc, chronophage. Sachant que lorsque vous vous lancez dans une heure de course, avec un volant, attendez-vous à suer, à être fatigué après-coup. Tant physiquement que mentalement. Oui, cette expérience ACC vous videra de votre énergie !

Mais revenons à ce réalisme exceptionnel, que les gars de Kunos Simulationi savent délivrer comme personne. Alors, certes, il y a ce réalisme en matière de pilotage. Mais pour l’aspect plus immersif, c’est la bande-sonore qui nous a subjugué ! Quel réalisme ! Ainsi, le moindre son que l’on peut entendre dans un habitacle de voiture de course a été retranscrit à la perfection. Si bien que dès les premières secondes, sans même s’en rendre compte, on se met dans sa bulle, en pleine concentration, comme si nous participions à une véritable compétition. Bluffant ! Littéralement bluffant !

Autre aspect réaliste, la gestion des dégâts, des stratégies et de l’usure (et la préparation) des gommes. De même que les réglages des voitures, ultra-pointus (là encore, mieux vaut savoir ou l’on met les pieds !). Chaque choc en piste a ses conséquences et est susceptible de modifier l’équilibre de votre voiture. De plus, les gommes doivent être gérées avec intelligence, pour délivrer de la performance mais aussi -surtout en Endurance- pour effectuer de longs relais.

assetto corsa competizione

Même souci du détail au niveau des actions que le joueur doit réalisé comme le fait de démarrer son moteur, de mettre le contact, de régler en live l’ABS ou autre. Néanmoins, ce degré de précision souffre sur console. Car le pad comme le volant ne disposent pas de suffisamment de touches pour assigner toutes les commandes possibles. Et oui car sur PC, il y a le clavier, qui joue parfaitement son rôle. Du coup, on y perd forcément un peu. Avec la nécessité de supprimer certaines actions, qui seront donc gérées automatiquement par la console.

Le contenu, vache maigre d’Assetto Corsa Competizione

Passons maintenant à l’aspect contenu. Une fois encore, si vous cherchez un jeu riche en voitures, vous serez déçu. Car seule une vingtaine de modèles compose le soft avec des déclinaisons en fonction des équipes (car toutes les écuries réelles sont de la partie) ou de la saison. En effet, vous avez la possibilité de choisir la campagne de 2018 ou celle de 2019. Puis, une fois en carrière, il est possible de choisir entre les courses « sprint » ou d’endurance. Ou même de faire les deux, lors de chaque week-end.

Côté circuits, avec seulement 13 pistes (les officielles), il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Mais un passionné s’en contentera largement, du fait de l’ultra-réalisme du jeu en général. Et puis, le fait de dompter une seule piste prend déjà tellement de temps, qu’il y clairement matière à rouler pendant des heures, sans lassitude. Mais il faut être un fan absolu, pour apprécier…

Une carrière prometteuse…qui ne tient finalement pas ses promesses !

Pour ce qui concerne les modes de jeu, pas grand chose à se mettre sous la dent non plus. Il y a le jeu en ligne, assez complet un mode défi/challenge plutôt sympa, vous invitant à battre des records. Puis, en dehors des traditionnels modes de jeu rapide (entraînement, chronos, etc.) il y a ce mode carrière, qui aurait pu être tellement palpitant. « Qui aurait pu » car les promesses du début ne sont pas tenues.

Au démarrage, le joueur se trouve dans la peau d’un jeune pilote devant faire ses preuves. Ainsi, vous êtes propulsé dans une voiture, avec différents objectifs à réaliser. Le but étant, évidemment, de décrocher un volant, dans une équipe que vous pourrez choisir parmi une petite sélection et selon vos performances (qui sont notées) réalisées lors des tests d’évaluation.

Malheureusement, une fois propulsé dans la saison, les essais et courses s’enchaînent, sans permettre au joueur de développer son équipe, sa monture. Non, ici on se concentre sur le pilotage, les réglages et la performance en piste et c’est tout ! Suffisant pour un aficionados ? Oui, mais une fois de plus, il faut être un vrai mordu pour apprécier…

Points positifs

  • Une PURE simulation, terrible de réalisme (pilotage)
  • Immersif à souhait, grâce aux bruitages exceptionnels
  • Les réglages
  • Des GT hallucinantes à piloter...
  • Le sentiment de vivre des courses comme dans le réel

Points négatifs

  • Des menus manquant de clarté
  • Impossible d'assigner toutes les actions sur console
  • Graphiquement moyen
  • Framerate limite, même si ça passe
  • Contenu logiquement assez faible
  • Inadapté aux néophytes

Note

Graphismes 66%
Bande-Son 98%
Prise en main 96%
Plaisir de jeu 90%
Durée de vie 75%
Conclusion

Oui, Assetto Corsa Competizione est bien LA simulation ultime que nous attendions, sur console. Et si cette adaptation PS4/One souffre graphiquement et en matière de framerate, elle n’en reste pas moins un petit bijoux de réalisme. Une pure simulation, qui dégoûtera très vite celles et ceux pensant « juste » s’amuser, sans prise de tête.

En revanche, pour les autres, le véritable monde de la course automobile s’offrira à eux. Des bruitages hallucinants d’immersion, un toucher de volant/pédale d’un réalisme éblouissant et un comportement des véhicules diablement bien retranscrit. Au point que le moindre réglage ou accident en piste peut avoir une conséquence sur l’équilibre des GT.

Pas de fioritures (notamment niveau contenu), ACC est un pur simulateur, capable de délivrer de l’adrénaline, quasiment comme dans le réel. Incontournable pour les adorateurs de pilotage pointu…

Note finale 85% LA simulation ultime