Test F1 2017 Test

Test de F1 2017, le plaisir à son maximum


Fiche jeu

  • Editeur:Codemasters
  • Developpeur:Codemasters
  • Supports:PC, PS4, Xbox One
  • Genres:racing
  • Nombre de joueurs:1
  • Date de sortie:25 août

WRC, MotoGP, FIFA, … des sports qui sont aussi des jeux vidéo annualisés. F1 l’est depuis 2009. Le jeu officiel de la Formule 1 est revenu sur le devant de la scène il y a 7 ans, désormais chez Codemasters. C’est le neuvième jeu F1 par l’éditeur/développeur anglais (sans compter un spin-off à la Mario Kart en 2012). Ce F1 2017 marque également le retour des monoplaces historiques, ce qui était réclamé depuis 2013. Mais, ce retour sera-t-il suffisant pour offrir un opus de qualité ? La réponse avec notre test de F1 2017.

F1 2017, le plus complet ?

Il y a deux ans, on pouvait commencer à craindre pour la licence F1. Codemasters ne proposant plus qu’un mode carrière et quelques modes annexes. Mais, depuis l’an dernier, les développeurs anglais ont su se reprendre. Cette année, c’est encore plus flagrant ! Le contenu est le plus important jamais vu dans la série ! Mode championnats, mode carrière, contre-la-montre, GP rapide, et bien sûr online. Le tout ajouté au retour dans monoplaces historiques et l’on a un contenu gargantuesque.

Le mode carrière s’étale désormais sur 10 saisons (soit 200 GP + les courses sur invitations). Mais ce n’est pas le plus gros morceau du jeu. En effet, le mode championnats offre un grand éventail d ‘épreuves. D’une part, il propose de revivre la saison 2017 et d’incarner son pilote préféré. Mais il propose également de nombreux petits championnats basés sur des critères spécifiques. Ainsi, l’on peut faire un championnat avec les anciennes monoplaces. Un championnat de circuits courts, un championnat asiatique, un championnat en ville, etc etc… Si le tout devient vite redondant à la fin, il faut tout de même souligner l’effort. Comme dans DiRT 4, Codemasters gonfle la durée de vie de manière artificielle, mais, ici, la sauce prend ! La variété des circuits, des thématiques et des monoplaces offre une certaine variété à ces répétitions.

Il y a plein de championnats à faire dans F1 2017 !

Comme chaque année, le mode carrière débute par la création de son personnage. Cette année, on peut choisir entre différents avatars dont certains de femmes ! Une bonne chose. Si votre profil de F1 2016 peut être repris, la création de son pilote est à peine plus poussée que l’an dernier, dommage.

Le mode carrière n’a jamais été aussi complet et axé sur le travail de R&D. Ainsi, via l’arbre R&D (Recherche et Développement) on a la possibilité de développer sa monoplace. Les points glanés en carrière sont très importants car ils permettent d’acheter des améliorations sur cet arbre. Développer la longévité des pièces plutôt que la châssis peut être un atout. En effet, la durée de vie des pièces de votre monoplace a une réelle importance et une réelle incidence dans F1 2017. Ainsi, nous avons vu la victoire nous échapper à quelques mètres de l’arrivée car notre moteur a rendu l’âme… Ses composants étant usés. Réaliste et tout aussi rageant. Dans le même temps, l’arrivée de nouvelles pièces se fait ressentir. De ce fait, une McLaren (avec beaucoup de travail) pourra arriver au niveau des Ferrari et autres Mercedes. Impensable en vrai. Bref, il n’a jamais été aussi primordial de rouler pour remplir les objectifs R&D. Cela parce que le développement de sa F1 a de réelles conséquences dans le jeu.

Malheureusement, comme dans les précédents opus, les 10 saisons sont en fait 10 fois la saison 2017. On regrettera de ne pouvoir jouer toutes les saisons depuis 2010 avec toutes les monoplaces développées par Codemasters. Ou de devoir faire les catégories inférieures (Formule Renault, GP3…) avant d’arriver en Formule 1. Après tout, on voit ce type d’évolution dans les WRC ou les MotoGP. Mais bon, il y a sûrement des questions de droits et de licences dans ce choix des développeurs. Au final, c’est le seul point négatif du mode carrière. Ce dernier reste passionnant et intéressant. L’ajout du pôle R&D est un plus non négligeable. Aussi, l’arrivée des courses historiques sur invitation est très intéressant. Il permet de redynamiser les saisons tout en augmentant la durée de vie. Ces courses nous proposent de dépasser des adversaires, de tenir le plus longtemps sur la piste ou de disputer une course courte. C’est une petite interlude très sympathique.

Jeff, la véritable star de ce F1 2017 !

Une volonté de renforcer l’immersion et le réalisme est visible dans le jeu. Ce F1 2017 se veut le plus réaliste de l’univers F1. Malheureusement, il manque encore un peu de vie dans et autour du circuit. Ainsi, on notera l’absence des Grid Girls. Les paddocks font un peu vides tout comme les replay en « retransmission TV ». Il est dommage de ne plus avoir les séances d’interview d’avant ou d’après courses. Enfin, les PNJ sont les mêmes d’une écurie à l’autre, seuls la couleur de leurs vêtements changent en fonction de votre équipe.

Aussi, le mode eSport et le mode online viennent offrir une excellente durée de vie en multijoueurs. Dans ce dernier, rien de bien nouveau. Néanmoins, il reste tout aussi attrayant et prenant pour les amateurs de jeu en ligne. Par contre, il devient irritant de constater que Codemasters ne daigne toujours pas proposer un mode écran scindé sur la même console ! Près de 10 ans que cela dure et c’est tout aussi énervant que regrettable !

Pendant longtemps, la série F1 a eu une orientation plutôt arcade. On se souviendra même des épisodes EA où l’on pouvait jouer au Destruction Derby pour gagner. Si Codemasters a compris qu’un jeu vidéo sous licence se doit d’être accessible à tous, les développeurs ont tout de même voulu rendre une copie un poil plus réaliste. Ainsi, et même avec des aides à la conduite, le pilotage demande plus de technicité et d’attention. Le tête-à-queue est tout aussi aisé que la sortie de piste. Il convient de bien gérer le freinage, son point de corde et sa sortie. La gestion de la vitesse est également importante dans les virages qu’ils soient serrés ou rapides. De plus, les nombreux réglages possibles ont une vraie incidence sur votre conduite et vos temps. On peut facilement gagner jusqu’à 4s au tour avec un réglage dédié à la vitesse, mais la monoplace devient plus sensible aux à-coups. A vous de connaître votre style de pilotage. Êtes vous plutôt Lewis Hamilton ou Sergio Perez ? Se connaître est un bon moyen d’obtenir des résultats dans F1 2017. Preuve que le pilotage demande toujours plus de doigté sans renier sur son accessibilité. Une grande qualité en somme. Beaucoup de studios de jeux de courses devraient s’inspirer de Codemasters !

Toujours au niveau du gameplay, Codemasters a su offrir des monoplaces historiques au comportement bien différent. Chaque F1 possède son comportement, et diffère des 2017. D’ailleurs, d’une 2017 à une autre le comportement peut évoluer un peu. Au final, on peut même trouver les « anciennes » plus sympathiques et plus fun à piloter. Les anciens pilotes de F1 devaient même plus s’amuser au volant que les actuels. On aurait même adoré avoir des monoplaces d’avant les années 80 ! Idéal pour se rejouer le duel Lauda-Hunt par exemple. Peut-être pour F1 2018 ou pour des DLC qui sait… En tout cas, Codemasters a fait un superbe boulot de ce côté-là. Le gameplay est au top !

Baisse d’Ego pour Codemasters.

Au final, le principal point négatif de F1 2017 vient du moteur graphique. L’EGO Engine, lancé pour la génération PS360, commence vraiment à montrer des signes de fatigue. S’il reste toujours au dessus de la majorité des autres jeux de racing (WRC, MotoGP, …) il fait pâle figure par rapport aux autres gros jeux de cette génération. Si, de nuit et sous la pluie, il s’en tire vraiment très bien, en plein jour ça n’est plus trop ça. Pire, les logos et autres marques pixelisés ne font pas très professionnels. Comme pour DiRT 4, la réalisation graphique n’est pas à la hauteur… du moins pour les décors et environnements. L’aliasing est encore bien trop présent. Parfois, ça choque même (surtout lors des replay). Nous n’avons pas pu tester le jeu sur PS4 4K ou Xbox One X pour voir si c’était également le cas sur ces versions.

Car, pour les monoplaces, on peut dire que les développeurs offrent une copie de grande qualité. Les différentes F1, de 2017 ou les anciennes, sont modélisées avec soin et détails. De même, les circuits sont retranscrits avec qualité. Si on aurait aimé encore plus de détails (particules, graviers, public, paddock…) on reconnaît très bien les circuits que l’on voit à la télévision les dimanches de Grand-Prix. Un bon point pour un jeu sous licence officielle. A propos de licences, les puristes regretteront l’absence des marques de cigarettiers sur les monoplaces historiques. De même, certains sponsors ne figurent pas dans le jeu, que ce soit sur les anciennes ou les F1 actuelles.

Comme avec DiRT 4, la gestion et la modélisation des dégâts est de qualité. Elle est même la meilleure sur les jeux de racing actuels. Les dégâts sont bien liés et modélisés en fonction de là où a eu lieu l’impact. On regrettera cependant un léger manque de détail dans les dégâts et certaines pièces encore trop robustes lors des gros crashs. Le monde du jeu vidéo a encore des progrès à faire de ce côté-là… Est-il normal que GTA V offre une meilleure modélisation des dégâts que les jeux de racing ? Non !

Techniquement parlant, F1 2017 est bon. Pas de crashs, pas de gros bugs et quasiment pas de ralentissements ! Le framerate subit néanmoins de grosses chutes lors des ralentis. En effet, si l’on décide d’accélérer les replay, ça devient plus délicat. L’IA a été repensée également. Ainsi, elle est bien plus compétitive que dans les anciens opus. Elle est même un peu plus agressive que par le passé. Malheureusement, elle bénéficie d’un traitement de faveur de la part du jeu. Ainsi, elle n’est quasiment jamais pénalisée ! Et pourtant, elle réalise des manœuvres bien plus dangereuses que celle d’Ocon et de Perez à Spa cette année. De même, si le joueur peut être pénalisé pour un changement de boîte ou de moteur sur la grille, ce n’est pas le cas pour l’IA. Aussi, certains virages légèrement coupés vous donneront le droit à une pénalité… mais l’IA reste encore intouchable dans ce domaine-là. Dommage. En monoplaces historiques, le fait de ne jouer que contre des F1 d’une date inférieure ou égale à la votre rend les choses plus faciles également. Regrettable.

Symphonie motorisée pour fans de F1.

Terminons en évoquant la bande son de ce F1 2017. Celle-ci est excellente. Chaque monoplace possède son propre son. Pour les F1 de 2017 on peut entendre les différences entre le moteur Renault, le moteur Honda, le moteur Ferrari et le moteur Mercedes ! Mais, le plus agréable et la véritable symphonie proposée par les modèles historiques. La qualité de la modélisation des bruits de moteurs de ces anciennes monoplaces offre aux joueurs un véritable voyage dans le temps. Une réelle réussite. On se rend bien compte de l’évolution sonore des F1, et du son « aseptisé » des monoplaces actuelles.

Les anciennes monoplaces, c’est juste exquis !

De même, les différents bruitages qui peuplent le jeu renforcent l’immersion et confirme la qualité sonore du jeu. La voix de Jeff ne change pas, malheureusement. Cependant, il fait moins d’erreur qu’avant. C’est déjà-ça. On aurait juste apprécié avoir plus de musiques/thèmes musicaux dans le jeu. Mais là, on chipote.

Points positifs

  • Durée de vie colossale
  • Le retour des F1 historiques
  • Les sons
  • Les courses sur invitation
  • Tout est sous licence
  • Les courses de nuit ou sous la pluie
  • Gameplay technique mais accessible
  • Des femmes pilotes/avatar

Points négatifs

  • 10 fois la saison 2017 en mode carrière
  • Le moteur graphique qui fatigue d'année en année
  • L'IA avantagée
  • On aurait voulu plus de monoplaces historiques
  • Toujours pas d'écran splité !!!

Note

Graphismes 75%
Bande Son 90%
Prise en main 95%
Plaisir de jeu 95%
Durée de vie 95%
Technique 75%
Réalisme 80%
Conclusion

Au final, ce F1 2017 est encore mieux que ce que l’on aurait pu imaginer. Cette année, Codemasters nous offre le plus grand contenu jamais vu dans un jeu vidéo sur la F1. Le mode carrière est peaufiné même s’il ne change pas vraiment, à notre grand regret. Néanmoins, l’importance du pôle R&D et l’arrivée des différentes courses sur invitation le rende plus intéressant. Le retour des monoplaces historiques est un réel plaisir, pour les oreilles, les yeux et le plaisir de jeu. Un pur régal ! Les différents championnats bonus terminent de grossir la durée de vie colossale de cette cuvée 2017. On regrettera juste que le rendu visuel commence à fatiguer ; avec le moteur ; et que l’IA soit favorisée par le jeu. L’absence d’écran splitté se fait, une fois de plus, bien ressentir ! Cependant, ce F1 2017 est le meilleur de toutes les versions développées par Codemasters ! A ne pas rater donc !

Note finale 86% Excellent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *