Test

Test : Super Mario Odyssey, le digne héritier de Mario 64 (Nintendo Switch)


Fiche jeu

  • Editeur:Nintendo
  • Developpeur:Nintendo
  • Supports:Nintendo Switch
  • Genres:Plateforme
  • Nombre de joueurs:1-2 en local
  • Date de sortie:27 octobre 2017

Quelle était attendue cette aventure inédite Super Mario ! D’autant qu’après notre preview, nous avions détecté en ce nouveau Mario un potentiel exceptionnel, de nature à en faire une référence vidéoludique, dans le temps. Alors, après The Legend of Zelda Breath of the Wild, Nintendo est-il parvenu à secouer une deuxième fois la planète jeux vidéo avec un jeu parfait ? Réponse dans ce test de Super Mario Odyssey, sur Nintendo Switch.

Super Mario Odyssey : chronique d’un mythe annoncé

Alors qu’elle n’est disponible que depuis quelques mois, la Nintendo Switch fait déjà partie intégrante de la légende vidéoludique. Une console dont les records feront date et seront, probablement, cités d’ici 20 ou 30 ans. Car au-delà des chiffres de ventes -supérieurs, pour le moment, à la « championne » Wii– la console hybride a marqué la planète gamers grâce à son excellentissime The Legend of Zelda Breath of the Wild. Un jeu parfait selon 95% des journalistes. Oui mais, car il y a un « oui mais », ce titre n’était pas exclusif à la Switch. Partagé avec la Wii U, le jeu d’aventure -aussi exceptionnel soit-il- ne pouvait être 100% associé au nouveau hardware.

Mais avec Super Mario Odyssey, nous tenons peut-être le premier jeu mythique spécialement conçu pour la Nintendo Switch. C’est dire si la pression était énorme sur les épaules du frêle Mario. D’autant qu’avec des débuts aussi puissants dans les charts, la console de Kyoto ne pouvait se permettre de se planter en cours de route sur un jeu aussi important en matière d’image. Qui plus est à quelques semaines des fêtes de fin d’année.

Et bien, rassurez-vous, Super Mario Odyssey pénètre bel et bien dans le giron des meilleures productions de l’histoire des jeux vidéo. De notre point de vue, il marche même sur la référence -jusqu’ici- du jeu de plateforme 3D, Mario 64. Pourtant, cette nouvelle aventure offre une richesse probablement jamais connue dans un tel jeu.

Super Mario Odyssey : richesse et variété à tous les étages

Qu’il s’agisse de la variété des environnements visités, des mécaniques de jeu ou du gameplay, les possibilités sont si vastes qu’il serait difficile de les énumérer dans un simple test. La grande nouveauté de cet opus réside dans l’utilisation d’une casquette « magique », permettant à Mario d’incarner bon nombre d’objets ou êtres vivants agrémentant les niveaux. Du coup, jamais Mario n’avait disposé d’autant de pouvoirs et de capacités. Sachant que l’ ADN de la licence repose précisément sur cette possibilité d’obtenir de nouveaux pouvoirs, vous imaginez que cet opus anéanti littéralement tout ce qui s’était fait en la matière, depuis la création du plombier italien.

Diriger un véhicule radiocommandé en entrant dans la peau d’un humain, conduire un scooter, manoeuvrer un T-Rex (kiffe assuré !) ou un tank font partie des possibilités, chacune d’entre-elles générant inévitablement un sourire aux lèvres, tant ces prises de pouvoirs s’avèrent jouissives. Mais c’est aussi et surtout le fait de prendre possession d’ennemis mythiques de Mario qui nous a transposé au septième ciel avec, par exemple, les fameux champignons Goomba (que vous pouvez empiler les uns aux autres pour accéder à de nouvelles zones), les poissons Cheep Cheep (quel pied !) et même, les fameuses torpilles ! De quoi se balader librement dans les airs ou exploser des briques afin de découvrir bonus et autres passages secrets.

Et comme vous vous en doutez, le level design a été étudié en conséquence. Ce qui offre une multitude de possibilités en matière de recherche et quêtes secondaires au sain de chaque niveau. Sous terre, dans l’eau, dans les airs ou dans des étendues glacées, le champs des possibles s’est considérablement étendu. Et pour le meilleur, bien entendu. Ainsi, ce sentiment d’avoir à faire à un jeu anthologique dès les premières secondes de jeu se confirme durant toute la progression et au gré des découvertes.

« Découverte », c’est probablement le terme qui résume le mieux Super Mario Odyssey. Qualificatif commun avec Zelda Breath of the Wild, d’ailleurs. Mais comment diable les développeurs de Nintendo s’y sont-ils pris pour sortir la même année deux « ogres » vidéoludiques de la sorte, qui plus est sur la même machine ? L’inspiration semble effectuer un retour gagnant, chez les cerveaux de Kyoto.

Mario Odyssey Switch : parlons technique

Techniquement, bien sûr, l’on reste bouché béé de A à…X ! Mention spéciale pour la vile de Donk et ses taxis jaunes, qui offre un visuel réaliste rapprochant l’univers du plombier du notre. Cela permet de resserrer, encore, les liens nous unissant à l’un des héros les plus emblématiques de notre jeunesse, aux côtés de Mickey. En conséquence, cette impression qui émanait de notre preview se confirme. Mario a enfin rattrapé des années de retard pour rejoindre les fans avec lesquels il a grandi, pas toujours en harmonie. Plus mature tout en conservant na naïveté et cette énergie positive indescriptible mais salvatrice, Mario Odyssey joue dans la cour des chef-d’oeuvres de manière discontinue.

Graphismes colorés bien entendu, mais non moins détaillés, riches en effets (transparence, explosions, etc.) et surtout, d’une variété à pleurer. D’un niveau à l’autre, on a parfois l’impression de passer d’un jeu vers un autre. Une forêt stylisée, un monde sous-marin, une plage riche en animations, un somptueux château ou encore, des étendues volcaniques, l’on se croirait dans une galerie d’art offrant moult tableaux, tous plus séduisants les uns que les autres…grandiose ! Mais pourquoi « de A à X », alors ? Et bien car certains niveaux demeurent un tantinet en-dessous de la qualité générale, notamment sur petit écran. Rien de grave mais cela ne passe pas inaperçu tant l’excellence s’illustre dans de nombreux domaines du soft. On notera, donc, quelques petits effets d’escalier (aliasing) en mode nomade. Nous aurions préféré que tout soit parfait, mais même un génie dispose de ses faiblesses !

Mêmes imperfections niveau framerate ! Que vous jouiez seul ou en coopération (le second joueur incarne alors la casquette magique de Mario), sur l’écran de votre téléviseur, globalement, le soft n’est pas pris à défaut. Cependant, c’est toujours lors du passage au mode portable que le résultat s’avère légèrement moins bon. Nous avons noté, en effet, quelques petites chutes de framerate, ici et là. En clair, Mario Odyssey s’appréciera d’avantage sur la TV, bien que le résultat reste au-dessus de la moyenne des jeux Switch, sur tablette.

Concernant la bande sonore, Super Mario Odyssey joue d’avantage dans un registre proche d’un Super Mario 64 que d’un Super Mario Galaxy. Moins « monumental », donc, mais plus proche de l’esprit originel de Mario donc en parfaite adéquation avec l’ensemble. Des musiques « justes », c’est à dire pile à leur place, ni plus, ni moins. Chacune d’entre-elles mettra donc en valeur le niveau auquel elle correspond. Great Job.

Nous gardions une autre marque de fabrique de la firme de Kyoto de côté, la prise en main. Car, que serait un Mario sans sa maniabilité incisive et fun à la fois ? Super Mario Odyssey ne déroge pas à la règle avec cette intuitivité qui se dégage d’emblée, lorsque l’on prend pour la première fois le soft en main. Avec cette double sensation -assez étonnante- de prendre part à une nouvelle aventure (et l’excitation qui en découle) tout en ayant le sentiment d’être familier avec les commandes…C’est cela, la magie de Nintendo ! Dépayser, tout en rassurant le joueur.

Et niveau challenge nous direz-vous ? Clairement, pour finir ce Mario en ligne droite, 11 à 12 heures de jeux seront suffisantes. Toutefois, comme tout Mario se respectant, cet opus Switch dispose de nombreuses zones et niveaux bonus (et une foule de costumes et accessoires à récupérer en boutique, avec la monnaie en vigueur !). D’ailleurs, même une fois le jeu terminé, vous aurez le bonheur d’accéder à de nouveaux lieux. De plus, la quête des lunes s’apparente à celle des étoiles dans Mario 64. Autrement dit, il vous faudra faire preuve de patience et d’agilité pour terminer le soft à 100%. Et, croyez-nous, le jeu en vaut réellement la chandelle…

Téléchargez gratuitement notre appli sur Google Play (Android) ou App Store (iOS)

Points positifs

  • Des environnements d'une variété à pleurer
  • Jamais gameplay n'avait été aussi riche dans un jeu de plateforme
  • Bande-sonore "aux petits oignons"
  • "Replay value" gigantesque (et contenu caché...)
  • Prise en main sans failles
  • LE Mario que tout le monde attendait, héritier naturel de Mario 64

Points négatifs

  • Le mode coop, rigolo deux minutes mais sans plus
  • Un peu d'aliasing, qualité en baisse sur tablette

Note

Graphismes 100%
Bande-Son 100%
Prise en main 100%
Plaisir de jeu 100%
Durée de vie 100%
Conclusion

Alors que The Legend of Zelda Breath of the Wild avait loupé la note parfaite, Super Mario Odyssey, lui, ne s’est pas manqué. Au passage, c’est la toute première fois que nous accordons un tel score à un jeu vidéo, sur Le Mag Jeux High Tech.

Note méritée, en dépit de défauts mineurs comme les légers problèmes d’ aliasing et de framerate en mode tablette. En dehors de cela, il faut bien avouer que Super Mario Odyssey atteint la perfection, à de nombreux égards. Bande-son d’une justesse stupéfiante, prise en main jouissive au possible, durée de vie exceptionnelle, variété dans les visuels comme dans le gameplay, cet opus est une authentique découverte, un appel au voyage.

Après Zelda, soyez-en certains, vous allez à nouveau vous prosterner devant la maestria des équipes de Nintendo. Car, depuis Mario 64, jamais un jeu de plateforme n’avait atteint un tel niveau d’excellence et, surtout, d’innovation. Vous disposez d’une Switch ? Alors foncez ! Nous n’en avez pas encore une ? Alors passez de suite à la caisse, avant que la rupture de stock ne vous frustre des semaines durant !

Le digne héritier de Mario 64, c’est un fait, et LE chef d’oeuvre que nous attendions…

Note finale 100% Tout bonnement mythique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *