Test

Test de Dishonored 2 : La mort de l’Outsider


Test de Dishonored 2 : La Mort de l'Outsider

Il y a bientôt un an Arkane Studios et Bethesda nous régalaient avec l’excellent Dishonored 2 et rapidement après sa sortie, un nouvel opus était déjà annoncé. En effet, le studio lyonnais n’a pas mis longtemps à nous proposer un troisième épisode pour la série culte. Cette fois-ci, nous retournons à Karnaca afin d’incarner Billie Lurk, l’assassin surnaturel repenti que nous avons le plaisir de croiser dans les épisodes précédents et qui servait accessoirement de capitaine de bateau dans le dernier opus. Dans ce stand alone, Billie a pour mission de secourir son vieux mentor Daud, retenu prisonnier par un groupe de fanatiques. Persuadé qu’un individu en particulier est impliqué dans les plus sombres évènements arrivés dans l’Empire des îles, Daud convainc Billie d’assassiner l’Outsider, un être mystique doté de pouvoirs quasi divins.

DishonoredDishonored

Une nouvelle héroïne pour une nouvelle aventure

Capitaine du Dreadful Wale et fidèle alliée dans Dishonored 2, Billie Lurk revient en tant que protagoniste principal cette fois. L’assassin repenti se voit obligé de reprendre du service puisque Daud, l’ancien mentor et assassin légendaire est dans de sales draps. Redevable en vers celui qui lui a tout appris, Billie se glisse une dernière fois dans la peau d’un assassin pour secourir son vieil ami et par la même occasion assassiner l’Outsider qui semble être à l’origine des souffrances subies par les habitants de Karnaca.

DishonoredDishonored

Des pouvoirs en veux tu en voilà

N’étant pas de ceux qui portent la marque maudite, Lurk ne possède pas les mêmes pouvoirs que les autres protagonistes de la série mais elle bénéficie de capacités hors du commun plutôt sympathiques qui apportent un véritable plus au jeu. Si notre assassin surnaturel ne possède pas le Blink de téléportation ou la Possession pour contrôler ses ennemis, elle peut en revanche utiliser le Displace qui crée un clone distant avec lequel elle peut intervertir de position et ainsi atteindre des zones plus ou moins accessibles. Moins rapide que le Blink, le Displace nécessite une certaine maitrise mais rend finalement l’expérience plus gratifiante en termes de gameplay. La Semblance est également une nouvelle capacité tout aussi intéressante puisqu’elle permet de prendre l’apparence d’un adversaire ou d’un civil pendant quelques secondes et ainsi franchir tranquillement des zones plutôt risquées. Usurper l’identité d’un PNG plus ou moins important peut d’ailleurs ouvrir des portes intéressantes mais il faut garder à l’esprit que si les humains sont facilement bernés, certains types d’ennemis ne tomberont pas forcément dans le panneau sans compter que l’utilisation de ce pouvoir vide la jauge d’énergie petit à petit. Le troisième et dernier pouvoir que possède Billie, est le Foresight. Ce pouvoir permet à Billie de quitter son enveloppe charnelle quelques secondes pour élever ou abaisser son esprit afin de visiter son environnement tel un fantôme. Cette aptitude permet de marquer un certain nombre de éléments du décor et met en évidence les objets précieux, les conduits, les ennemis et permet même de placer son clone pour utiliser le Displace mais une fois encore, il y a une contrepartie. En effet, pendant que l’esprit de Billie se balade dans l’atmosphère, la jauge d’énergie se vide peu à peu donc une certaine vigilance est plus que souhaitable.

DishonoredDishonored

Un arsenal à la hauteur de l’évènement

Si dans les épisodes précédents, le Cœur était un outil bien pratique pour récupérer les artefacts, charmes etc, ici on prêtera attention aux pensées des rats de Karnaca. En effet, Lurk peut communiquer avec les rongeurs de Karnaca et utiliser les informations recueillies pour en apprendre plus sur l’histoire, les objectifs à atteindre, les cibles ou encore les passages secrets dissimulés dans l’environnement. Il faut toutefois bien tendre l’oreille car les pensées émises par ces précieux alliés sont parfois incompréhensibles… ben oui ! ça reste des rats quand même. Dishonored 2 nous invitait à explorer les environs afin de récupérer de os de baleine et ainsi débloquer de nouvelles compétences. Dans La mort de l’Outsider certains aspects sont bien plus « directes » dans le sens où l’on moins besoin de faire attention à certaines ressources ou jauges. Par exemple, Billie va très rapidement acquérir l’ensemble de ses nouveaux talents et profiter de toute sa panoplie de capacités pour mener à bien sa mission. Fini les fioles de mana, puisque Billie ne porte pas la marque de l’Outsider, elle n’a pas besoin de recharger une jauge de pouvoirs comme dans les autres jeux de la série. La jauge d’énergie de Billie se régénère avec le temps ce qui lui permet de profiter pleinement de ses aptitudes sans avoir constamment à compter ses fioles ou retenir ses attaques. Plus libre que jamais, La mort de l’Outsider offre aux joueurs la possibilité de franchir les obstacles sans retenue et de profiter d’une panoplie d’armes comptant son petit lot de nouveautés. Mines à grappin, grenades à onde de choc, bras bionique tirant des projectiles paralysants ou mortels, arbalètes, pistolets, épées, doubles lames etc.

A mesure qu’on avance dans les missions, on va récupérer des capacités supplémentaires très efficaces pour la suite comme la possibilité de démanteler des charmes d’os inutilisés afin de les transformer en charmes d’os personnalisés. L’un des pouvoirs supplémentaires nous viendra d’une lame récupérée vers la moitié du jeu et cet artéfact spécial nous offre la possibilité de faire valser les adversaires au loin grâces à son pouvoir Power Void. Utilisé contre le décor le Power Void peut également servir à appâter les adversaires.

DishonoredDishonored

Back to Karnaca

A bord du Dreadful Wale, le navire slash QG déjà présent dans Dishonored 2, Billie retournera sur Karnaca une fois de plus. Toujours aussi époustouflante que dans l’épisode précédent, la ville transmet une ambiance unique qui rappelle à quel point la direction artistique est maitrisée tant en termes de level-design qu’au niveau des graphismes et leurs détails. Toujours aussi sympa à visiter, ces quartiers plus huppés de Karnaca regorgent de rues, ruelles, balcons, conduits, toitures et autres souterrains que l’on empreinte avec plaisir et avec attention puisque l’environnement est truffé de détails délicieux et de précieux objets très utiles pour la suite de l’aventure. On sent que le studio lyonnais a voulu pousser plus loin le niveau de détail et certains éléments du décor. Décidément, Arkane nous régale et nous en met plein la vue.

DishonoredDishonored

Dishonored 2 : La mort de l’Outsider, conclusion ou transition

Pendant les 5 missions que l’on terminera en 10 voire 15 heures si on prend la peine de vraiment explorer le jeu, on peut effectuer les missions principales mais également les missions secondaires. La Mort de l’Outsider ne prend pas le joueur par la main à chaque instant, c’est le cas pour les missions secondaires que l’on doit découvrir et terminer plus ou moins avec l’aide de personne. Les missions secondaires sont loin d’être banales et répétitives bien au contraire. Rien que pour les trouver, il faut se rendre sur les lieux de ventes clandestines et trouver l’endroit où sont placardés les contrats secondaires que se traduisent par des assassinats, enquêtes, résolution d’énigmes, vols etc…
Les missions annexes permettent de sortir de la trame principale pour se perdre un peu plus loin dans l’univers steampunk de Dishonored. Parfois demandant subtilité et infiltration et parfois demandant audace et force brute, les objectifs principaux et secondaires démontrent par leur diversité à quel point Arkane tient à bichonner les utilisateurs pour leur offrir une expérience riche et unique.

DishonoredDishonored

Une fois le jeu terminé, on pourrait penser qu’il n’y aurait pas de réel motif à recommencer un run si ce n’est pour tenter différentes approches. Faux ! Arkane a trouvé un moyen sympa de nous donner l’envie de recommencer le jeu direct après le générique de fin. Le mode Original Game + offre la possibilité de refaire le jeu en utilisant des pouvoirs présents dans Dishonored 2, pas mal non ? Ils sont malins chez Arkane. Si la Mort de l’Outsider offre une conclusion parfaite à la série, il est clair que nous serions plus que ravis de voir un Dishonored 3.

Points positifs

  • Un gameplay fluide et jouissif
  • Une direction artistique toujours aussi sublime
  • Une excellente maitrise du level-design
  • De nouveaux pouvoirs très complémentaires
  • Des quêtes secondaires diverses et intéressantes
  • La NG+1 avec les pouvoirs de Dishonored 2

Points négatifs

  • La relation entre Billie et de Daud trop superflue
  • Des chargements un peu trop longs
  • On aurait aimé en voir un peu plus

Note

Graphismes 90%
Bande-son 85%
Prise en main 90%
Plaisir de jeu 90%
Durée de vie 80%
Conclusion

Dishonored 2 : La Mort de l’Outsider se montre à la hauteur et offre une belle conclusion à la trame narrative initiée en 2012. Maitrisé et fidèle à la série, le soft se débarrasse d’à peu près tout ce qui dérangeait ou gênait dans l’épisode précédent tant en technique qu’en principes de base. Plus de problèmes techniques de type ralentissements et chutes de frame-rate même si on peut évoquer un temps de chargement parfois un tantinet long. Plus libre et plus direct que ses prédécesseurs, le jeu nous suggère parfois de prendre plus de risques pour mieux profiter du gameplay fluide qui a contribué à la réputation de la série. Si la trame narrative nous éclaire sur certains mystères, d’autres portes restent entrouvertes pour une éventuelle suite que l’on aimerait voir débarquer un jour ou l’autre. On retiendra une fois de plus la qualité du gameplay et la direction artistique soignée qui a su nous sublimer par sa maitrise du level design et de l’ambiance générale du jeu.

Note finale 87% Sublime, intense et maitrisé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *