dbz kakarot Sony PS4

DBZ Kakarot : le test progresse, notre avis à chaud (plus gameplay)


DBZ Kakarot est donc disponible (ou presque, sa sortie officielle étant prévue pour le vendredi 17 janvier) et notre Playstation 4 tourne à plein régime pour vous pondre un test le plus rapidement possible. Aussi, comme nous souhaitons prendre le temps de bien éplucher le soft avant de publier un verdict définitif et une note, cette review ne devrait pas être en ligne avant deux semaines environ.

DBZ Kakarot, un verdict « flash » en attendant le test définitif

D’où ce premier article avec nos sentiments à chaud, après environ 5 heures de jeu. Tout d’abord, évidemment, le fait de profiter des musiques officielles et originales est un véritable plus. Cela offre à l’histoire un côté nettement plus réaliste qui nous replonge sans mal dans nos années d’enfance/adolescence, lorsque nous regardions le dessin-animé le mercredi…(voir/écouter ci-dessous)

Au-delà de cet aspect positif, nous avons apprécié la nouvelle approche du gameplay pendant les combats. Certes, il faut un certain temps pour se faire à la prise en main, surtout pour qui aura passé beaucoup de temps sur la série Xenoverse. Ainsi, de nouvelles approches en matière de protection/garde sont à signaler, de même que des attaques spéciales combinées avec un personnage de soutien (vidéo plus bas), que l’on peut faire intervenir de temps à autre. Par contre, ces attaques spéciales auraient peut-être gagné à être plus impressionnantes…Mais notre vision n’est-elle pas perturbée par le passage entre-temps de FighterZ, dont l’action 2D permet une meilleure gestion visuelle de ces super-attaques ? Peut-être. A confirmer (ou pas) dans le test définitif.

Visuellement, le jeu est plutôt joli, sachant que la map se présente de façon assez ouverte (mais Bandai Namco se défend d’avoir produit un « open world »). Devons-nous pour autant crier à la claque visuelle ? Non. satisfaisant, mais sans plus. D’autre part, le framerate est parfois pris à défaut avec des ralentissements récurrents observés (pendant les combats). Attention toutefois, ces petits pépins techniques étant susceptibles d’être rapidement corrigés. A observer malgré tout.

L’aspect RPG, un atout apparent

En revanche, nous avons fortement apprécié la composante RPG avec cette nouvelle approche de la vie de San Goku et de sa famille. De la sorte, on se retrouve à chasser, pêcher, cuisiner, faire préparer des recettes à Chichi ou encore, collecter des fruits, comme dans le manga, en somme. Et depuis que les jeux DBZ existent, ils s’agit d’une première. Très rafraîchissant. Reste à définir si cet aspect du gameplay tiendra en haleine les joueurs sur le long terme. Mais pour l’heure, cela constitue un atout manifeste. Tout comme la carte/map, assez vaste, claire et fonctionnelle. Sachant que nombre d’actions secondaires peuvent y être réalisées, en marge de la trame principale. Agréable.

Un mot, aussi, sur la difficulté du soft, dont certains combats (très tôt dans le jeu, par exemple face à Raditz) offrent un degré de challenge à ne pas négliger. Ce qui entraîne une préparation digne de ce nom, c’est à dire en engrangeant et en assignant des objets de récupération au préalable. Sur ces deux aspects, d’ailleurs, Kakarot se rapproche grandement de Xenoverse.

Voilà pour ce premier avis/retour en attendant notre test complet de DBZ Kakarot. Voici enfin quelques vidéos de gameplay qui vous donneront une idée du résultat final. Et, pourquoi pas, en vue de vous aider à prendre une décision quant à l’achat éventuel du soft, en attendant notre chronique complète. Restez connectés…

Dragon Ball Z Kakarot : du gameplay vidéo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *