Test Forza Motorsport 7 Xbox One Test

Test de Forza Motorsport 7, une simulation à 700 voitures !


Fiche jeu

  • Editeur:Microsoft
  • Developpeur:Turn10 Studios
  • Supports:PC, Xbox One
  • Genres:racing
  • Nombre de joueurs:1 à 24
  • Date de sortie:3 octobre 2017

Comme tous les deux ans depuis 2005, voici venu le temps du Forza Motorsport nouveau. Une série désormais divisée en deux versions et désormais annualisée. Ainsi, les Motorsport sont des simulations concurrentes directes de Gran Turismo chez l’adversaire et les Horizon sont une version arcade, fun et en monde ouvert de la série. L’une des licences qui a le plus de succès sur Xbox et qui sert de killer-ap depuis le lancement de la Xbox One, en 2013. Mais les « FM » ont un peu de mal à se renouveler, voyons voir si ce Forza Motorsport 7 arrive à faire évoluer la licence ou non.

Forza Motorsport 7, le plus grand garage au monde.

Déjà dans son casting, Forza Motorsport 7 assomme directement la concurrence. Ainsi, à son lancement, le jeu propose plus de 750 voitures ! Un chiffre astronomique et qui fait rêver. Imaginez, Forza Motorsport 6 proposait, lors de sa sortie, 460 voitures. Un sacré boost au casting bien aidé par Forza Horizon. En effet, on sent l’influence du titre de Playground Games dans le nouveau jeu de Turn10. C’est ainsi qu’on retrouve des autos off-road tout droit sorties du génialissime Forza Horizon 3. De ce fait, on retrouve des pick-ups, des 4×4, et autres véhicules plutôt destinés à l’off-road. Une drôle de surprise qui permet de gonfler le nombre de véhicules proposés dans FM7. Même si on se demande encore si la présence de certains est judicieuse, on vous expliquera pourquoi un peu plus loin.

La fameuse Porsche 911 GT2 RS 2018, exclu et star du jeu !

Quand on est un habitué de la série, on sait très bien que le nombre de voitures proposées dans le jeu va grossir au fil des mois. Ainsi, on peut aisément imaginer que le jeu va dépasser les 800 véhicules d’ici peu. Avant, on vous aurez d’ailleurs conseillé d’attendre la version « GOTY », « Complète », « Ultimate » du jeu, mais ça c’était avant. En effet, il semble que Microsoft et Turn10 se sont dit qu’il vaut mieux pousser les gens à payer pour des DLCs que de les faire attendre une version complète au risque de les perdre.

Bref, Forza Motorsport 7 est déjà un must have rien que par son casting automobile ! Plus de 750 voitures quoi ! Et les DLC Hoonigan et Fast & Furious 8 sont déjà là pour renforcer la variété du casting et faire croître le compteur du jeu. Par contre, si vous avez fait Forza Motorsport 6 et/ou Forza Horizon 3, vous risquez d’avoir l’impression de revoir encore et encore les mêmes voitures. Dommage. Toujours pas de Citroën, Seat, Skoda, Lexus, Tesla etc… Idem pour de vieilles marques disparues, comme Simca par exemple. Mais on voit tout ça avec nos yeux d’européens…

Un peu inspiré, encore, par le petit frère Horizon, ce 7e Forza Motorsport offre une nouvelle façon d’évoluer dans l’expérience. Si les niveaux de pilotes sont toujours là, ils ont moins d’importance qu’avant. Ici, tout est basé sur les niveaux de « collection ». Avec plus de 700 voitures à acheter, déverrouiller et à gagner, on peut dire que c’est un peu la chasse au pokémons à 4 roues ou aux images Panini vrombissantes. Turn10 nous propose une excellente idée avec les niveaux de collection. Chaque voiture vous rapporte des points pour augmenter votre « rang ». Bien entendu, les points donnés par une voiture évoluent en fonction de sa rareté, de sa valeur et de sa côte. De quoi exploser la durée de vie également, si l’on veut collectionner toutes les voitures du jeu. Ce système est vraiment bien pensé et bien venu. Encore un point fort pour ce Forza Motorsport 7 !

Forza Motorsport 7, une carrière plus dynamique.

Depuis le début, le mode carrière des Forza Motorsport n’a jamais été des plus palpitants et des plus animés. Forza Horizon les explose littéralement sur ce point là. Néanmoins, Turn10 a décidé de dépoussiérer et de repenser son mode carrière ! Enfin ! Ce n’est toujours pas aussi immersif que dans un F1, ou axé sur le sport mécanique comme dans un Grid, mais c’est beaucoup mieux.

Désormais, l’on peut choisir son avatar (homme ou femme!!) au début de la carrière. Ensuite, nous devrons faire face à 6 niveaux avant de devenir le champion des champions. La Coupe des Pilotes Forza est un petit scénario de carrière qui casse la monotonie des anciens opus. Un très bon point qui rend le jeu plus dynamique, plus attrayant et moins rigide. En plus, il faut un certains nombre de points pour passer d’un niveau à l’autre. Mais, on peut choisir les compétitions que l’on dispute et l’on n’est pas obligé de toutes les faire pour accéder au niveau suivant. Une bonne chose qui offre plus de liberté et plus de plaisir de jeu. Malheureusement, les points accumulés dans un niveau terminé ne sont pas reversés dans le niveau suivant. Un oubli ou un mauvais choix qui ne poussera pas les joueurs à terminer les niveaux à 100%. Dommage. De même, la durée de vie du mode carrière sera un peu moindre qu’auparavant. D’autant plus que, maintenant, l’on peut choisir la longueur des courses. Comme dans un jeu vidéo F1, on peut faire des courses courtes (5 tours max environ), des courses standard ou simulation et donc très longues. Preuve que l’expérience de jeu est personnalisable, nous y reviendrons également.

Par contre, en dehors des courses de camions et de drift, nous n’avons pas vraiment de nouveautés à nous mettre sous la dent. Pourtant, avec tous les véhicules issus de Forza Horizon 3, l’arrivée d’épreuves sur terre, de Rallycross, ou même de Rallye (comme dans Gran Turismo) auraient pu offrir un sacré vent de fraîcheur à la licence. Néanmoins, on retrouvera de l’Indycar, du Nascar, du WTCC, etc… Aussi, les défis spéciaux sont toujours là. Commentés par Ken Block, les animateurs de TopGear ou d’autres personnages du monde automobile, ils offrent de douces récréations. On retrouvera ainsi le bowling. Mais cette fois-ci avec une limousine ou la mythique Ford Crown Victoria ! Amusant. Cependant, d’une manière générale, ce Forza Motorsport 7 manque de nouveautés. Bien sûr, l’arrivée des Porsche dans la licence ravira un bon nombre de joueurs mais cela ne rend pas le jeu différent.

Les livrées de la communauté toujours au top !

Le menu principal et les différents menus proposés dans le jeu ont été repensé. Une fois de plus, les développeurs ont voulu proposer quelque chose de plus dynamique, plus moderne et plus attrayant. Dans l’ensemble c’est réussi et on reconnaîtra désormais ce Forza Motorsport 7 au premier coup d’œil ! Malheureusement, les menus ne sont pas toujours des plus clairs. Ainsi, on peut se perdre facilement ou ne pas forcément faire ce que l’on voudrai faire. Comme pour la course rapide, où le choix du circuit n’est pas des mieux indiqué. Il faudra donc être vigilent pour éviter de tourner en boucle à Dubaï (le seul nouveau circuit du jeu qui est mis en avant).

De même, le HUD (ATH, Affichage Tête Haute) a été bien repensé. Il est, lui aussi, beaucoup plus moderne. Très appréciable. De plus, il n’est pas trop invasif à l’écran et, au pire, reste totalement désactivable.

Forza Motorsport 7, vitrine graphique de la Xbox One.

Alors que la Xbox One X sortira dans un mois avec une version réhaussée de Forza Motorsport 7, le jeu offre déjà une réalisation au top sur la Xbox One « classique ». Turn10 a su améliorer graphiquement son jeu et offrir l’un des plus beaux jeux automobiles jamais vus. Peut-être que Playground Games et son Forza Horizon 3 ont pu aider, mais le résultat est époustouflant par moment. FM7 a, d’ores et déjà, remporté la bataille face à Project Cars 2 et Gran Turismo Sport, du moins sur le plan graphique.
Les développeurs offrent une copie de très haute volée. Bon, certains circuits manquent de finitions ou ont des décors plutôt grossiers, mais c’est assez rare. Le nouveau circuit, Dubaï, offre un rendu impressionnant. On se croirait dans l’un de ces AAA d’action/aventure qui éblouissent la rétine des joueurs. L’évolution dynamique météorologique en course offre aussi une palette visuelle de grande qualité. Des évolutions visuelles frappantes et très bien rendues. Un excellent travail a été fait là dessus. On chipotera en disant que DriveClub a une pluie plus réaliste, que la neige n’est pas là (à l’inverse de Project Cars 2), que les éclairs ne zèbrent pas le ciel comme en vrai, mais le rendu visuel est vraiment impressionnant.

La nuit est juste magnifique et réaliste. Piloter avec rien que vos phares et quelques choses d’assez délicat, surtout quand on est au volant d’une voiture de série. Dès lors, la connaissance du circuit devient primordiale. De même, en vue cockpit, les reflets sont très réalistes et on peut être gêné par les phares des autres concurrents ou les reflets de lumières sur les tableaux de bord. Bref, une excellente chose. D’ailleurs, les deux vues cockpit sont excellente. La « plus proche » est la plus réaliste, mais après c’est au joueur de choisir. Dans de longues courses, on peut être gêné par un pare-brise sale. Malheureusement, contrairement à des jeux comme DiRT 4 ou WRC 7, on ne peut activer soi-même les essuie-glaces. Dans certains moments, cela aurait été vraiment, mais vraiment utile. Heureusement, ils s’activeront d’eux-mêmes sous la pluie.

La pluie, c’est vraiment l’un des points forts de ce Forza Motorsport 7. La piste évolue avec les conditions météorologiques, et la pluie a son rôle à jouer dans le déroulement des courses. Si, contrairement à un F1, on ne devra pas repasser au stand pour changer de pneus, le comportement de notre auto changera. De plus, visuellement parlant, le rendu des pistes trempées est extra. Les flaques sont visibles et très réalistes… et elles sont également un sacré piège en course.

La modélisation des véhicules est excellente également. Turn10 est toujours très doué pour reproduire à merveille les voitures utilisées dans leurs jeux, même quand elles sont 700 ! D’ailleurs, le mode ForzaVista vous permettra d’explorer et de contempler ces versions virtuelles des voitures que, parfois, l’on connaît bien. Les développeurs ont vraiment, une fois de plus, soigné la modélisation des autos. Un rendu de très bonne qualité qui reste époustouflant tant, par moment, on peut se demander si on est devant un jeu vidéo ou un replay d’une vraie course.

Graphiquement, en dehors des détails/circuits un peu moins beaux, on regrettera que le mode photo ne soit pas aussi poussé et excellent que celui de Project Cars 2. La caméra est trop « fixe », et les effets moins poussés et variés que dans le jeu de Slightly Mad Studio.

Enfin, la modélisation des dégâts est on ne peut plus sommaire. Presque indigne d’un jeu de courses en 2017. Quelques rayures et petites déformations, mais rien de plus. Vraiment, une grosse déception ! A ce niveau, Project Cars 2 fait mieux.

Forza Motorsport 7, la meilleure simulation accessible ?

Maintenant, évoquons le gameplay de ce Forza Motorsport 7. Si Forza Horizon pointe plutôt vers l’arcade, le jeu de Turn10 tend plutôt vers la simulation. Mais, pas une simulation aussi dure qu’un Project Cars 2 ou aussi réaliste qu’un Assetto Corsa ou un rFactor. Le studio américain a toujours voulu proposer une simulation « accessible à tous ». A l’instar de Gran Turismo sur Playstation. Les aides sont assez nombreuses pour permettre aux joueurs de personnaliser leur expérience de jeu. Suivant votre niveau, vous pouvez activer ou non des aides, et avoir un pilotage plus ou moins aidé. Sans aucune aide, le jeu offrira un sacré niveau de simulation et s’adressera donc aux plus pilotes les plus experts. Mais Turn10 souhaite que (presque) tout le monde puisse apprécier son jeu, ainsi avec les aides activées, Forza Motorsport 7 est une simulation avec un goût d’arcade. A l’inverse des jeux d’arcade, le freinage sera (même avec les aides) ultra-déterminant ! Il faut bien négocier ses virages et, surtout, freiner à temps. Ici, si vous blindez les freins au dernier moment, c’est le tout droit assuré, à l’inverse d’un Need For Speed. Un bon point qui permet au jeu d’être pointu tout en étant accessible. Et si c’était ça la simulation ultime ? Un jeu avec un gameplay et une expérience de jeu personnalisables et qui s’adresse à tous les types de joueurs.

Bien sûr, certains mouvements de caisse et certaines réactions (avec les aides) font vraiment arcade. D’ailleurs, d’une manière générale, le jeu est un poil plus simple à prendre en mains qu’auparavant. Mais, dans le même temps, les développeurs proposent quelque chose de plus pointu et difficile en mode « simulation pure ». Par contre, l’arrivée des 4×4 dans le jeu ne se fait pas avec brio. Avec l’absence de pistes terre, on se retrouve à rouler sur circuits avec des véhicules totalement inadaptés à cette pratique. Le rendu est décevant, et on a l’impression de rouler avec un rocher à 4 roues qui glisse. Frustrant. A l’opposé total du reste du jeu. En effet, Forza Motorsport 7 est vraiment jouissif tout en étant une simulation. Les sensations, les effets de vitesse, et le plaisir de jeu sont optimums. En plus, les développeurs proposent une conduite au pad au poil. Tout est ultra précis et facile à prendre en mains. Grandiose. Le revers de la médaille ? Les joueurs préférant l’utilisation du volant seront peut-être un peu déçu du résultat. En somme, c’est un peu l’inverse de Project Cars 2. Mais, comme dans un très grand nombre de domaines, c’est la majorité qui l’emporte. Et, en jeux vidéo de racing, la majorité des joueurs joue au pad ! Évoquons aussi une caméra dynamique un peu inspirée par Need For Speed mais moins exagérée que dans le titre d’EA. Un autre bon point qui renforce le plaisir de jeu et le dynamisme du jeu. Top !

Du côté de l’IA, on regrettera qu’elle ne soit pas plus « humaine ». On est toujours face à des Drivatars qui suivent une trajectoire précise et qui ont du mal à en être délogés. D’ailleurs, lors des contacts, on a l’impression de se frotter à d’énormes blocs de béton sur 4 roues. Aussi, cette année, l’IA est vraiment inconstante. Par exemple, sur des pistes ovales, mêmes en difficile il est assez facile de battre l’IA. A l’inverse, sur un circuit avec plus de points de décélération, l’IA peut se révéler très douée même en intermédiaire. Dommage. De plus, l’IA est assez agressive, même par défaut. Elle n’aime pas se faire déloger de sa trajectoire et n’hésitera pas à tout défoncer si vous êtes sur son chemin. A propos de défoncer, si visuellement les dégâts ne sont pas top, mécaniquement parlant ils se ressentent bien et correspondent au lieu de l’impact et au type d’impact. Un autre bon point.

L’IA dans Forza ça ne passera pas…

Du côté de la réalisation sonore, le jeu de Turn10 Studios est aussi de très bonne qualité. Chaque auto à son propre bruit moteur, ce qui se passe sur le circuit a une réelle incidence sonore, et les contacts ne font pas « jouets » comme dans Project Cars 2. Après, d’un véhicule à l’autre, le réalisme sonore n’est pas forcément très poussé. Mais, dans l’ensemble, c’est très bon. L’ambiance sonore globale, sur les circuits, est assez sobre. On est loin d’un F1 ou d’un FIFA (côté réalisme sonore et ambiance). Le main theme musical est excellent mais le reste du jeu est bien trop sobre musicalement parlant. Dommage.

Enfin, techniquement parlant, Forza Motorsport 7 est également très bon. Les courses se font (en solo ou en ligne) jusqu’à 24 pilotes mais le framerate ne faiblit pas. Les bugs sont très peu nombreux et le jeu ne crashe pas. Néanmoins, on soulignera le fait que les chargements sont, en général, assez longs. L’absence de mini-cinématiques de présentation renforce la longueur des chargements. Et, même si les menus permettent d’aller ajouter des mods, ou régler certains détails, durant les chargements, ces derniers restent longs. Enfin, il y a quelques rares couacs visuels. Comme une décoration qui est plus haute que la voiture, ce genre de choses. Mais rien de grave.

Points positifs

  • Plus de 700 voitures !!!
  • Le système de collection
  • Le comportement des voitures
  • Accessible à tous
  • Très beau
  • Mode carrière repensé
  • Ambiance sonore
  • Les vues cockpit
  • La météo dynamique
  • Jouable à deux en écran splitté

Points négatifs

  • Temps de chargements un peu longs
  • Un seul nouveau circuit
  • Menus peu intuitifs
  • L'IA
  • Modélisation des dégâts

Note

Graphismes 91%
Bande Son 84%
Prise en main 90%
Plaisir de jeu 90%
Durée de vie 95%
Technique 84%
Réalisme 81%
Conclusion

Au final, ce Forza Motorsport 7 frappe fort face à une concurrence très intense cette année. Si ce nouvel opus ne renouvelle pas la licence et n’apporte pas grand chose de neuf, les développeurs n’ont pas fait la même erreur qu’avec le 5. Ici, le contenu est colossale, et les améliorations sont frappantes. Le mode carrière, les menus et le HUD ont été repensés afin d’être plus modernes, plus dynamiques et plus flatteurs. Le gameplay, 70% simu, 30% accessible, est extra et offre beaucoup de plaisir. La réalisation visuelle de haute volée prouve que la Xbox One « classique » en a encore beaucoup dans le ventre. Enfin, le garage gargantuesque de 700 véhicules est impressionnant. Et si c’était le jeu de Turn10 Studios la simulation de l’année ?

Note finale 88% Une must have !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *