wrc 6 test Test

Test de WRC 6 : le retour en grâce de la série ? [PS4]


Fiche jeu

Après un premier opus au bilan mitigé, Kylotonn Games (enfin KT Racing) est de retour avec Bigben Interactive pour une seconde tentative. WRC 6 est donc le cru 2016 du Championnat du Monde des Rallyes en jeu vidéo. Depuis le début, le studio parisien affirme avoir écouté les retours des joueurs pour concevoir ce nouvel épisode. Simple discours marketing ou véritable volonté de faire mieux ? Après avoir été titré champion du monde WRC au volant d’une Hyundai i20 WRC nous vous livrons notre verdict.

WRC Plus ?

WRC 6 podiumDéjà dans WRC 5 l’atmosphère rallystique avait été plus présente qu’en quatre années de WRC par Milestone. Mais dans ce cru 2016 c’est encore plus poussé. Kylotonn Games a changé de nom pour KT Racing et veut offrir des jeux vidéo de Racing plus réalistes… à commencer par ce WRC6. Jamais depuis 2005 un jeu vidéo de rallye sous licence officielle n’avait été si bon à nous faire vivre une expérience rallystique. Ainsi les podiums font enfin leur retour après 11 ans d’absence ! Si les pilotes n’ont pas été modélisés et sont cachés par des casques dignes de la MotoGP et non du WRC, on saluera l’effort de mise en scène. Le menu du mode carrière est toujours localisé dans une assistance avec les MotorHome des équipes. Bref, on se sent dans un rallye et c’est un bon point.

De même, nous partons après le départ d’une autre voiture et nous arrivons parfois après cette voiture. Il est donc désormais possible de voir un autre concurrent au début et à la fin de la spéciale. Aussi, mais uniquement lors d’un test au début du jeu, un concurrent peut être croisé en bord de route pendant la spéciale ! Malheureusement ce détail n’est pas présent après. Étrange car l’initiation qui se lance au premier démarrage du jeu et les tests de pilotes qui s’en suivent sont très bien réalisés et font croire que l’ensemble du jeu sera de la même trempe !

Aussi, le mode carrière est identique à celui de WRC 5. Il reste bon et dans un bon esprit rallystique. On évolue du JWRC au WRC en passant par le WRC-2. Les teams nous proposent des objectifs spécifiques et possèdent un moral et une expérience différente. Suivant nos résultats il est même possible de passer dans la catégorie supérieure en cours de saison, comme en vrai. Un bon mode carrière donc, même s’il manque cruellement de nouveautés. Le déroulement des rallyes est plus logique avec 3 jours de course et plus ou moins de spéciales suivant la longueur du rallye en vrai.

Les SSS, ces spéciales atypiques souvent disputées en ville et assez courtes, font leur retour dans le jeu. Déjà vues dans WRC 2/2011, elles sont cette fois-ci modélisées à l’échelle 1/1 ! Souvent critiquée pour son absence de vraies spéciales entièrement modélisées comme en vrai, la série accueille ses premières vraies spéciales entièrement modélisées. Un réel plus et un superbe boulot de la part de KT Racing. On regrettera juste l’absence de certaines SSS dont l’une des plus célèbres, celle de Guanajuato au Mexique. Toujours en matière de réalisme, certains spots célèbres du WRC ont été modélisés dans WRC 6. Comme Colin’s Crest en Suède, le fameux saut de Fafe au Portugal, ou encore le saut d’Ouninpohja en Finlande. Mais nous reviendrons plus tard sur le réalisme des spéciales du jeu. Une preuve de plus que les développeurs ont voulu rendre leur titre plus réaliste et plus proche de la réalité. Un très bon point qu’on aurait juste aimé encore plus poussé.

WRC 6 PS4

Licence oblige on retrouve les 14 rallyes du Championnat du Monde des Rallyes 2016 ainsi que tous les pilotes officiels en WRC et en JWRC. Les développeurs nous proposent une sélection de pilotes en WRC-2 et chez les privés en WRC. Des choix parfois surprenants, comme celui de mettre Nasser Al-Attiyah en WRC-2 alors qu’il a mis de côté le rallye cette année, ou encore de ne proposer que la 208T16 de Hubert Ptaszek alors qu’il a plus roulé avec sa Skoda Fabia R5 cette saison. Pas mal d’absents aussi, mais on imagine aisément que tout ceci est lié à WRC Promoter et non aux développeurs… Tout comme l’absence de la Drive DMACK Cup, des R1 et R2. Et aussi, l’absence de voitures historiques. Comme par le passé WRC 6 n’offre pas un casting automobile très étoffé, licence oblige ?

Enfin, tout n’est pas forcément réaliste. Ainsi, « l’entry list » d’une bonne partie des rallyes est assez fantaisiste (on va trouver certains pilotes du WRC-2 spécialistes terre sur toutes les manches asphalte). De même, le championnat personnalisable ne tient plus compte du calendrier à respecter dans chaque catégorie. Un recul sur ces deux points par rapport à WRC 5. Dommage. De plus, il arrive parfois que la moitié des spéciales d’un rallye se dispute de nuit… alors qu’en vrai les spéciales de nuit sont une minorité. Les résultats de l’IA sont aussi assez surprenants… KT Racing ne semble pas aimer Eric Camilli qui peine à marquer des points alors que Yazeed Al-Rahji arrive à truster régulièrement le top 10. Sébastien Ogier semble imbattable (13 victoires sur 14 lors de notre championnat) alors que cette saison il est clairement désavantagé par le nouveau règlement du WRC qui l’oblige à ouvrir deux jours sur trois. Etc, etc… plein de petits détails qui cassent un peu la volonté d’offrir une expérience réaliste. Dommage car les développeurs ont su fournir beaucoup d’efforts pour améliorer leur copie. Etonnant aussi car certains de ces points négatifs étaient mieux abordés dans WRC 5.

Colours in the Dark.

WRC 6 FABIA R5Visuellement WRC 6 fait également mieux que WRC 5. Alors oui, le jeu est toujours assez loin des standards du genre. Oui le Kt Engine HD n’offre pas un rendu aussi propre que l’Ego Engine par exemple. Mais n’oublions pas que les budgets ne sont pas les mêmes. Les spéciales sont plus détaillées que dans le précédent opus et les effets de lumières encore plus poussés. Gros problème sur le 5e opus, les spéciales de nuits et en début/fin de journée sont moins sombres. C’est surtout sur consoles que ce changement se voit. Sur PC, tout dépendra de votre écran. On notera une certaine downgrade graphique lors des replays. Ce qui frappe aussi ce sont les nouveaux menus. Plus propres, plus modernes et plus lisibles. Toujours en adéquation avec la charte graphique du WRC+. Un superbe travail a été fait de ce côté là, indéniablement. En course, le menu pause contient beaucoup d’informations. Ainsi, on sait tout de suite sur quelle spéciale on est, le nombre de kilomètres et des informations sur la note annoncée avant d’appuyer sur Start sont proposés. Un véritable plus afin d’apprendre le langage du copilote aux novices. Une très bonne idée en somme.

Côté réalisme, KT Racing a su écouter les joueurs. Les spéciales sont plus étroites, parfois plus longues, et plus techniques. Les développeurs offrent quelque chose de plus réaliste donc. Et comme expliqué plus haut, certains « passages célèbres » sont reproduits dans le jeu : Colin’s Crest en Suède, le saut de Fafe au Portugal, ou encore le saut d’Ouninpohja en Finlande. Des points positifs qui viennent compenser un défaut déjà présent l’an dernier : l’aspect similaire des rallyes. On retrouve toujours un certain relief, et quasiment toujours des bottes de terre et/ou des rochers sur le bord des routes. Un défaut présent dans les WRC de Milestone et qui casse pas mal le réalisme. D’une part les rallyes se ressemblent plus facilement mais ressemblent tout de suite moins à ce qu’on voit en vrai. En plus, il arrive souvent que ces bas-côtés deviennent de véritables pièges… Et pendant ce temps là il n’y a toujours pas de fossés, de véritables cordes sur les rallyes asphalte, etc.. C’est vraiment très regrettable et sûrement l’un des plus gros point négatif du jeu visuellement parlant. On retrouve également une grande similitude dans les objets décoratifs utilisés : arbres, bottes de pailles, véhicules, … d’un pays à l’autre ça ne change pas forcément.

De leurs côtés, les véhicules sont bien modélisés et même encore mieux que l’an passé. Les développeurs de KT Racing ont su peaufiner les voitures et retravailler certains problèmes de proportions soulevés par la communauté l’an passé. Preuve que la volonté de mieux faire est bien là. Reste, encore une fois, un manque de détails sur les pièces mécaniques (suspensions, moteurs) et tout ce qui se situe en dessous de la voiture. L’habitacle est plus détaillé également et plus réaliste. Il fait beaucoup moins jouet que sur Sébastien Loeb Rally Evo par exemple. Un bon point donc. Quelques petits détails agréables comme les flemmes à la sortie du pot d’échappement ou la rougeur des freins sur certains freinages assez chauds.

Ce qui reste dans le négatif, comme l’an passé, c’est la modélisation des dégâts. Certes elle a été retravaillée et est, désormais, localisée. Mais elle est toujours assez loin d’être réaliste et de ce qu’un jeu vidéo en 2016 pourrait offrir. De plus, les voitures se déforment bien moins facilement que l’an passé. Et les impacts ne reflètent pas la force du choc. D’ailleurs, la gestion des dégâts est beaucoup plus permissive que sur WRC 5. Il devient plus difficile de détruire une voiture même si votre chère et tendre vous prouvera le contraire dès sa première spéciale. On est donc toujours à la recherche d’un jeu vidéo capable de nous proposer une déformation et une gestion des dégâts un minimum poussée et travaillée, plus proche de la réalité. Les casses mécaniques sont également aux abonnés absents, à l’inverse de l’an dernier. En 3 saisons (JWRC, WRC-2 et WRC) et avec les dégâts au maximum nous n’avons jamais eu la moindre panne ou casse mécanique. C’est bien malheureux car la voix-off nous annonce, lors de l’initiation au début du jeu, qu’une panne mécanique entraînera l’absence de notes.

A noter que les crevaisons font leur grand retour dans la série WRC. Absentes depuis 11 ans, KT Racing a su les remettre sur le devant de la scène. Étrangement, elles ne sont présentes qu’en mode carrière… De plus, elles sont visuellement peu convaincantes. Et, avec une R3 surtout, se ressentent peu sur la conduite quand elles interviennent à l’arrière. Mais au moins, on notera l’effort de les proposer et de les gérer. D’autant plus qu’elles influencent le cours d’une spéciale car nous avons la possibilité de changer notre roue. Pas d’animation spécifique, juste une ligne dans le menu pause afin de de changer son pneu et de relancer la voiture sur la route avec une crevaison réparée. Sympathique mais qui aurait gagné à être plus travaillé.

WRC 6 feat Martin Prokop.

A l’image de Martin Prokop, engagé en WRC à titre privé, KT Racing compose avec ses moyens tout en offrant un beau spectacle. On ne le répétera jamais assez, mais visiblement beaucoup de joueurs s’imaginent l’inverse, la licence WRC n’a jamais été une simulation et s’attendre à ce que WRC 6 soit aussi réaliste que DiRT Rally ou Richard Burns Rally est une hérésie. Dès lors que l’on accepte cette donnée, un gameplay plaisant et pas si arcade que certains le disent s’offre à nous. Le vrai concurrent de ce nouveau WRC ? Sébastien Loeb Rally Evo. On retrouve ici de l’arcadesim sauf que KT Racing offre quelque chose de bien plus plaisant que dans le titre de Milestone. Les sensations sont meilleures et bien plus grisantes. Mais pour autant une erreur est très vite arrivée. Quelques aides et paramètres sont également là pour rendre le jeu plus ou moins accessible et plus ou moins facile.

Les développeurs ont peaufiner leur gameplay par rapport au 5. Le tout bénéficie surtout d’une nouvelle dynamique et d’un transfert de masse plus élaborés et plus plaisants une fois le pad en mains (ou le volant). Il faut vraiment apprendre à maîtriser chaque véhicule et chaque catégorie pour pouvoir obtenir de bons chronos. Comme en vrai au final ! De même, il convient d’être attentif aux notes et à la route. Une erreur de jugement et la sortie est vite arrivée. Un bon point en somme.

Autre bon point, le multijoueurs, et surtout le multi offline. Si le mode HotSeat est là (jusqu’à 8 joueurs chacun son tour) c’est avant tout le mode écran partagé qui intéresse. ENFIN, enfin un développeur de jeux de racing qui propose ce mode. Et Kt Racing l’a plutôt bien fait puisque le jeu reste fluide et graphiquement quasi-identique au mode un joueur. Un véritable atout que l’on adore et qui devient un argument de vente également. On regrettera juste le décompte de 30s qui oblige à terminer la spéciale une fois qu’un joueur a passé la ligne d’arrivée, frustrant. Pour le multi online, on est sur du très classique (spéciale rapide, rallye). En journée il vous faudra de la patience pour trouver d’autres concurrents qui ne se déconnectent pas à la moindre défaite annoncée… Reste l’eSport WRC qui fera son retour, gratuitement cette fois-ci, pour une saison 2. Mais on attendra d’avoir plus de détails sur cette Saison 2 pour en parler.

L’an passé, la sortie de WRC 5 avait été marquée par un gros couac au niveau de la compatibilité avec les volants. Cette année, KT Racing a travaillé en collaboration avec Thrustmaster et une grande partie des volants actuels sont compatibles. De plus, le résultat est convaincant. Plus besoin d’aller en salle de musculation, WRC 6 devrait vous faire les bras et les poignets. Au volant le jeu s’avère plutôt exigeant et physique, sans non plus vous priver du plaisir de jeu. Un autre bon point.

Comme l’an passé, l’IA est facile voire très facile à battre. Jusqu’en difficile elle ne vous donnera pas vraiment de fil à retordre. Mais en mode expert, c’est autre chose. Elle semble avoir pris des cours avec Loeb et Ogier et dégoupiller non-stop tout en évitant les erreurs. De plus, elle n’abandonne jamais. Dommage. Bref, au final le jeu demeure assez facile et manque un peu de dosage et de challenge dans sa difficulté.

Les pénalités se chargeront de vous obliger à attaquer pour rattraper du temps perdu. Elles tombent bien trop facilement (12 à 15s si vous faites un tout droit dans le public, souvent mal placé d’ailleurs). Sans compter que certains chocs avec des bottes de paille vous régénère automatiquement sur la route et vous offre quelques secondes de pénalité. Un changement de roue et hop, 30s de pénalité. Mais dans ce cas c’est plus réaliste. On vous conseille d’ailleurs de terminer les spéciales (surtout les SSS) quand vous crevez. Une bonne partie du temps c’est le meilleur choix. Les coupes sont aussi soumises au pénalité. Mais pourquoi diable aller mettre des pénalités lorsque l’on prend certaines cordes ?? (en Pologne notamment). Rageant. Bref, comme l’an passé, les pénalités sont mal gérées.

Pour le reste du côté technique, WRC 6 est plutôt bon. Les bugs sont peu nombreux, du moins nous n’en avons pas vu beaucoup durant notre test. Pas de récidive du côté de l’ES2 du Tour de Corse, ouf ! Quelques collisions fantaisistes cependant. Enfin, les chargements sont assez rapides.

Terminons avec la partie sonore du jeu. Critiqués depuis des lustres dans la série, les sons moteurs ont été retravaillés. C’est mieux que l’an passé mais ce n’est pas encore parfait, surtout pour les WRC. Le petit côté aspirateur de certains moteurs est toujours là, malheureusement. Néanmoins on sent une évolution positive, parfois minime sur certaines autos, mais bel et bien là. Allez, ce sera bon pour WRC 7 !?;)

Comme l’an passé, le copilote n’est pas un exemple de qualité. Si la voix est meilleure que l’an dernier, le résultat global reste robotique. Les notes s’enchaînent mais sans véritable lecture. Un peu comme si votre PC lisait les notes. Toujours élaborées avec Sébastien Chardonnet (Champion WRC 3 en 2013), elles manquent encore de détails et de précision. Pourtant KT Racing offre deux niveaux de notes (facile et détaillé) et bien plus d’informations que dans WRC 5. C’est un bon point, mais encore une fois beaucoup de dangers et de pièges ne sont pas signalés. Pourquoi annoncer un rocher qui ne se loupe pas et pas annoncer que le vide nous attend à l’extérieur d’un virage à l’aveugle ?? Certains virages, moins que l’an dernier, sont encore sur-notés ou sous-notés. Une fois de plus on ne peut pas faire 100% confiance au copilote, mais c’est déjà mieux que l’an passé. Gros coup de gueule sur l’absence d’un doublage féminin du copilote… pourtant présent dans WRC 5 !! Alors que cette saison, et dans le jeu, il y a pas mal de copilotes femmes (dont Ilka Minor bien connue des amateurs de WRC) il n’y a pas de copilote femme dans le jeu ! Une véritable honte/déception. D’autant plus que l’an dernier, LA copilote était meilleure que LE copilote.

Ilka Minor est dans le jeu, mais elle est doublée... par un homme !

Ilka Minor est dans le jeu, mais elle est doublée… par un homme !

Pour ce qui est des autres bruitages, le réalisation sonore est assez identique à celle de l’an passé. En somme, c’est plutôt bon mais pas assez détaillé. Aussi, le bruit des graviers peut vite finir par taper sur les nerfs. De plus, le tout manque de raisonnance et de puissance. En vue cockpit on a pas forcément l’impression d’être dans une WRC. Enfin, pour ce qui est des musiques… et bien il n’y en a presque pas, juste un main theme quasi invisible. Encore pire que l’an dernier en somme donc. On est loin de la bande son d’un DiRT 2 ou d’un WRC II Extreme, sur Playstation 2.

WRC 6 paddock

Au final, que penser de ce WRC 6 ? Il est clair qu’il ne fera pas l’unanimité, d’autant plus que la « mode » est à la simulation. Son principal défaut et problème reste que WRC 3-4-5 sur Playstation 2 étaient plus réalistes et un poil plus complets sur certains points, et que DiRT Rally est sorti cette année sur consoles. Si l’on met de côté ces points, WRC 6 est une bonne surprise. Il prouve que KT Racing n’a pas fait comme Milestone avec WRC3/4 c’est à dire un simple copier/coller. Le studio parisien a revu sa copie et a su la retravailler en écoutant les retours faits sur WRC 5. Un bon point à saluer donc. L’atmosphère rallystique est plus poussée et plus travaillée. Le retour des podiums est un plus. Les spéciales ont été retravaillées et sont plus réalistes. L’arrivée des vraies SSS de la saison 2016 est un gros plus également. WRC 6 est donc le meilleur WRC sorti depuis 11 ans. Malheureusement il souffre encore de défauts, parfois bien trop importants. A commencer par le doublage du copilote, certains détails annoncés dans l’initiation mais absents du reste du jeu, et une réalisation visuelle qu’on souhaiterait plus actuelle. KT Racing est peut-être limité dans ses moyens pour proposer quelque chose de plus poussé, mais il est indéniable que ce nouveau jeu vidéo WRC est meilleur que son prédécesseur et que les productions de Milestone. Un bon jeu de rallye en somme, mais pas le plus marquant.

Points positifs

  • Gameplay
  • Le retour des podiums
  • Atmosphère rallystique plus palpable
  • Licence WRC
  • Les SSS
  • Mode carrière
  • Durée de vie
  • Enfin du 2 joueurs en écran partagé !

Points négatifs

  • Plutôt facile
  • Notes du copilote qui manquent de précision
  • Pas de copilote femme !
  • Réalisation graphique inférieure aux standards actuels
  • Absence de nouveautés en mode carrière
  • Gestion/modélisation des dégâts

Note

Graphismes 65%
Bande-son 61%
Prise en main 75%
Plaisir de jeu 77%
Durée de vie 75%
Technique 72%
Réalisme 62%
Conclusion

WRC 6 est le meilleur jeu vidéo sous licence WRC depuis 11 ans. Pas exempt de défauts, le jeu de KT Racing a su bénéficier de l’expérience acquise sur WRC 5 pour s’améliorer. L’atmosphère rallystique est plus présente que par le passé et le jeu est plus réaliste, notamment grâce à la modélisation exacte des SSS. Reste que le jeu pêche par un manque de contenu, une réalisation un peu dépassée, une gestion des dégâts peu poussée et un copilote trop robotique. Mais le studio parisien est sur la bonne voie et offre un bon jeu de rallye.

Note finale 70%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *