Test

Test : Bayonetta 2, angélique ou démoniaque ? [Switch]


Fiche jeu

  • Editeur:Nintendo, SEGA
  • Developpeur:PlatinumGames
  • Supports:Nintendo Switch
  • Genres:beat'em all
  • Nombre de joueurs:1-2 local et en ligne
  • Date de sortie:16/02/2018

Alors que la trilogie Bayonetta vivra son dénouement d’ici peu, avec Bayonetta 3 (exclusivement sur Nintendo Switch), PlatinumGames propose une session de rattrapage aux néophytes. Ainsi, pour une cinquantaine d’euros, vous allez pouvoir découvrir le premier et le second opus. Et bien que les nouveautés soient timides, l’excellent résultat déjà constaté sur Wii U se confirme sur la machine hybride. Mais à quel point ? Réponse dans ce test de Bayonetta 2.

Bayonetta 1 et 2 : une bonne affaire, sur Switch !

Avant toute chose, sachez que, si la jaquette Switch est bel et bien à l’effigie de Bayonetta 2, un code de téléchargement compris à l’intérieur vous permettra de récupérer l’épisode 1. Concernant ce dernier, pas de surprise, s’agissant de la copie conforme de la version Wii U (lui même adapté de l’opus Xbox 360 avec quelques bonus en plus). A savoir, un bon beat-them-all parfois un peu fouillis avec une visibilité loin d’être optimale. Surtout, visuellement, le soft a pris un petit coup de vieux. Néanmoins, si vous envisagez de vous investir pleinement dans la série, il serait dommage de ne pas utiliser votre code. Car Bayonetta premier du nom demeure une valeur sûre. Par contre, évidemment, nous vous conseillons de jouer et finir ce premier opus avant de passer aux choses sérieux, c’est à dire Bayonetta 2. Le chemin inverse pourrait être douloureux, notamment pour vos mirettes…

Bayonetta 2 : plus profond, plus riche

Ce deuxième opus permet, tout d’abord, de découvrir notre charmante sorcière avec…des cheveux courts ! La longue crinière si emblématique de notre « witch » adorée n’est donc plus. Sacrilège pour certains, signe de maturité pour d’autres, chacun choisira son camp. Côté histoire, c’est à la suite d’une séance de shopping que notre héroïne est victime d’une attaque des forces du mal. Etonnant pour celle qui cohabite parfois amicalement avec certaines de ces créatures…Pire, son amie, Jeanne est attaquée à son tour (image ci-dessous), perdant son âme au passage. Voilà une excellente raison de repartir en guerre !

Par rapport au premier opus, Bayonetta 2 joue d’avantage la carte des bonus et différents objets, armes, accessoires, sorts et autres techniques à récupérer. Car, si le jeu se termine en une dizaine d’heures, en venir à bout à 100% rallongera la durée de vie de manière non négligeable. D’autant que cette quête secondaire  « des bonus » apporte un vrai plus côté gameplay. En effet, Bayonetta peut combiner plusieurs armes et en porter jusqu’à quatre simultanément.

Outre les différents guns et autres sabres divers et variés, notre sorcière peut aussi chiper l’arsenal abandonné par les boss qu’elle anéanti régulièrement. De plus, de nombreuses techniques de combats sont à déverrouiller et à acheter dans la boutique. Ces dernières sont très nombreuses et font l’objet de combinaisons de touches propres. Ainsi, outre la variété visuelle (loin d’être négligeable, côté spectacle), cela offre pas mal de perspectives de gameplay et autant de plaisir de jeu. En clair, Bayonetta 2 ne cesse d’évoluer, au fil de la progression.

Techniquement toujours au sommet ?

Alors pour profiter d’une telle richesse, encore faut-il disposer de commandes intuitives. Rassurez-vous, cela est 100% le cas. Si la Wii U avait déjà fait très fort en la matière, la Switch s’y adapte avec d’avantage d’aisance, encore. Ainsi, quelle que soit votre expérience de la série, vous trouverez très rapidement vos marques pour enchaîner coups basiques, combos, punitions (fessées à prévoir !!) attaques spéciales et autres « finish move » avec une facilité déconcertante. Intuitif serait le mot le plus adéquate. Clairement, l’action en devient ultra-jouissive. Si vous ne connaissez pas la licence, vous allez en prendre plein les yeux du début à la fin (et vous le redécouvrirez avec plaisir si vous la connaissez déjà !).

Car le rythme effréné imposé par ce second opus ne vous laissera pas indifférent d’autant que, techniquement, cette adaptation Switch assure grave. Les graphismes y sont plus fins, plus clairs, moins flous aussi. Et pour ce qui est de l’animation, sur socle comme en mode nomade, le framerate de 60fps tient toutes ses promesses. Le jeu est très fluide et mouline à la perfection dans tous les cas de figure. Les décors restent très jolis, bien que le soft commence à dater, si bien qu’on a quasiment le sentiment d’avoir à faire à un titre « new-gen ». A part sur quelques textures un peu ternes, mais rien de récurent, ni de régulier.

« techniquement, cette adaptation Switch assure grave »

Appréciables aussi, les séquences alternatives, comme ces scènes sur l’eau ou encore, dans les airs (Kid Icarus inspiration !?), toujours réalisées avec intelligence, c’est à dire, jamais redondantes. Clairement, les gars de PlatinumGames ont fait preuve d’une grande maîtrise, afin de maintenir le joueur en haleine à chaque instant. Côté gameplay, Bayonetta dispose de plusieurs pouvoirs lui donnant le loisir de se transformer en de multiples animaux sachant que vous devrez, aussi, incarner d’autres personnages au cours de l’aventure. Aspect qui, une fois encore, permettra de renouveler l’expérience.

Bref, plus on avance dans Bayonetta 2 plus on se dit que PlatinumGames avait diablement bien travaillé ! Car, si la perfection était déjà de mise dans l’original, ce remake conserve ses qualités initiales…tout en profitant de quelques « aménagements » !

Qu’apporte la « witch », sur Switch ?

Dans le domaine du challenge, les trois niveaux de difficulté permettent à tous les types de joueurs de s’y retrouver. Mais globalement, la progression est plutôt aisée, bien que quelques boss puissent, de temps à autre, poser problème. A noter aussi, le lien entre la « campagne » (mode histoire) et le nouveau mode « double apothéose ». Car votre progression conditionnera la disponibilité des personnages jouables, ennemis, tenues et autres objets pour ce mode. Lequel étant accessible en local comme en ligne, à deux joueurs (joueur humain ou I.A). Un ajout loin d’être superflu, car offrant une raison supplémentaire de terminer l’histoire à 100%.

Toujours dans le registre des nouveautés, des contrôles adaptés à l’écran tactile de la Switch ont été imaginés. Une bonne chose sur le principe mais, en pratique, vous choisirez probablement le jeu via les joy-con et/ou la manette classique. Plus confortable mais aussi, plus intuitif. Notons, enfin, grâce aux Amiibo, l’apparition de tenues inédites dédiées aux personnages de Nintendo (Zelda, Metroid, Starfox, etc.), certaines s’avérant assez sexy.

Hémoglobine, sorcellerie, luxure : Bayonetta est vraiment vilaine !

Car, sachez-le, Bayonetta 2 est aussi un jeu très axé sur la séduction, tout en suggestion, avec une héroïne qui apparaît régulièrement dans des tenues carrément légères et qui multiplie les paroles, gestes et postures (aie,aie,aie…) pour le moins…coquins ! Vous être prévenus, et vos concubines également ! Ce qui nous amène à évoquer un autre atout de ce deuxième opus, l’atmosphère générale.

Entre cet aspect « sexy » évoqué plus haut et cette ambiance mystique mariant des créatures divines avec des démons abjectes, le tout saupoudré d’abondantes gerbes de sang, décapitations, torture et autres scènes de cannibalisme entre « méchants », Bayonetta 2 ne manque pas de personnalité. D’autant que la bande sonore y est orchestrée avec talent. On y trouve des musiques « gentillettes », limite un peu « girly » mais aussi, des compositions à l’orgue, qui correspondent parfaitement à cette thématique gothique 100% assumée. Délicieux et toujours justement intégré, du grand art, une fois encore. De leur côté, les effets de lumière contribuent également à cette atmosphère si particulière. Mention spéciale pour certaines séquences de nuit, de toute beauté.

Non, décidément, Bayonetta 2 assure sur strictement tous les tableaux…Voilà qui met, aussi, PlatinumGames sous pression. Car tout le monde attendra de Bayonetta 3 une copie irréprochable, à tous points de vue…

Points positifs

  • Toujours très joli (et un peu amélioré sur Switch), malgré le poids des années
  • 2 Jeux pour le prix d'un
  • Contenu pléthorique
  • Framerate sans failles
  • l' atmosphère générale
  • Gameplay poussé, prise en main intuitive
  • Excellente durée de vie (Bayonetta 2)
  • Le mode "Apothéose" (coopération)

Points négatifs

  • Bayonetta 1 : une paresseuse adaptation, sans nouveautés
  • D'avantage de nouveautés (Bayonetta 2), cela n'aurait pas été un luxe...

Note

Graphismes 93%
Bande-son 95%
Prise en main 100%
Plaisir de jeu 97%
Durée de vie 93%
Conclusion

A l’arrivée, Bayonetta 2 reste bel et bien la référence absolue du genre ! Plusieurs années après son apparition sur Wii U, ce remake Switch n’a rien perdu de ses -nombreuses- qualités. L’expérience est même, sur console hybride, légèrement plus fine. Entre le lifting graphique, l’apparition de nouvelles tenues et l’ajout d’un mode coop, le soft pourrait même, convaincre ceux ayant joué à la version Wii U de remettre le couvert…

Il faut dire que l’aventure se vit avec toujours autant de plaisir, grâce à la réalisation sans faille, à la maniabilité intuitive mais aussi, au gameplay riche et profond. Doté par ailleurs d’une excellente durée de vie avec un vrai capital rejouabilité (et le premier opus compris dans la boite !!), Bayonetta 2 profite d’un contenu suffisamment important pour captiver de longues heures.

Divin sur Wii U, Bayonetta 2 s’inscrit définitivement au panthéon du beat-them-all, sur Switch. Evidemment incontournable…

Note finale 96% Orgasme vidéoludique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *