Test

Test de Captain Toad Treasure Tracker : le champi(mi)gnon magique de la Switch


Fiche jeu

Sorti sur Switch il y a de ça 3 ans, Captain Toad a connu un succès plutôt confidentiel malgré ses nombreuses qualités. Dérivé de l’univers de Mario, il met en scène un Toad transformé pour l’occasion en explorateur, accompagné de Toadette, son pendant féminin. Bien décidé à faire comprendre au public que son titre a du potentiel, Nintendo a décidé de ressortir son titre pour accompagner votre été.

A croquer

Si on a l’habitude de commencer par le scénario, ici il tient sur un timbre-poste découpé en 4 : Toadette (puis Toad) a été kidnappée par un oiseau géant et il va falloir traverse une vingtaine de niveaux (70 en tout) pour les sauver. Rien de bien original jusque-là, mais là où le titre se démarque c’est par son exécution. En effet, chaque niveau est composé d’un seul et unique diorama à parcourir pour trouver l’étoile de fin de niveau.

Dans l’esprit cela ressemble un peu au hit mobile Monument Valley. En effet le diorama est pivotable à 360° afin que le joueur puisse voir tous les petits trous, les entrées, les cachettes, etc. Pour cela une pression sur les gâchettes de la Switch et vous changez de côté à l’écran. Avec le stick gauche vous déplacez votre Toad dans le niveau comme bon vous semble à ceci près qu’il ne peut pas sauter. Et oui, nous ne sommes pas devant le héros légendaire et moustachu mais avec le sidekick un brin froussard et pas débrouillard pour un sou.

Sans saut, pas d’attaque et pour vous débarrasser des quelques ennemis qui peuplent les niveaux vous aurez le choix entre la fuite et déterrer des navets pour les lancer. Afin d’être plus précis n’hésitez pas à presser la touche X qui permet d’alterner entre les trois niveaux de zoom du titre : lointain pour avoir un aperçu global du niveau, moyen pour être plus précis dans ses déplacements et en gros plan pour encore plus de minutie. La vue éloignée est sympathique pour profiter des graphismes colorés du jeu, la vue grand zoom est trop proche pour appréhender tout ce qui se passe au tour. Au final on préfèrera jouer avec la vue médiane, bien plus pratique pour vivre l’aventure de nos amis fongiques.

Chasse aux trésors

Concrètement, comment se déroule un niveau ? Notre ami Toad (ou Toadette) spawn dans un niveau et votre objectif principal est de récupérer l’étoile située à l’autre bout du niveau. Pour ça il va falloir progresser en faisant bouger des plateformes, en évitant des pièges, des ennemis… Dans l’ensemble le jeu est très simple, il a été pensé pour les plus petits à la base. Mais pour ceux qui veulent se donner un peu plus de mal, le jeu propose d’autres petits objets/objectifs à ramasser afin de gonfler la durée de vie du jeu.

Tout d’abord sachez que dans chaque niveau il y a en plus trois diamants à récupérer. Ils se cachent dans le décor, sous terre, sont détenus par des ennemis… Bref, il va falloir fouiller, explorer, casser et détruire si vous voulez récupérer l’intégralité de ces diamants. Ils ne vous apporteront rien à part un sentiment de complétion satisfaisant en remplissant la check-list de chaque niveau.

En plus de cela il y a toujours un objectif secondaire par niveau, que l’on ne découvre qu’une fois celui-ci terminé, ce qui oblige à le rejouer. Dans de rares cas vous le débloquerez lors de votre premier passage mais la plupart du temps vous devrez refaire un p’tit tour de manège. Pas d’inquiétude à avoir, les collectibles se cumulent au fil de vos passages donc vous n’aurez pas à tout récupérer à chaque fois. Egalement, de temps en temps apparaîtra un ticket d’or qui viendra se glisser entre les pages du livre de l’histoire. Il s’agit de pass vers des niveaux bonus dont le but est de récolter un maximum de pièces.

Enfin, petite fonctionnalité qui se débloquait via un amiibo sur la version Wii U du jeu : le cache-cache avec un Toad pixellisé. Vous relancez donc chaque niveau déjà parcouru et là il faudra y découvrir un Toad en aplat pixelisé collé quelque part sur le niveau. Pas besoin de tout reparcourir, il suffit de se rendre à des endroits stratégiques, visuellement parlant, et de faire pivoter la caméra pour débusquer le petit bonhomme. Bref vous l’aurez compris, tout est fait pour gonfler un peu la durée de vie du titre.

Quelques défauts pardonnables

Et ce n’est pas du luxe car le jeu est relativement court. Si la promesse de 70 niveaux peut paraître alléchante sur le papier, dans la réalité il en va autrement. Les premiers niveaux se terminent en moins d’une minute, les derniers ne dépassent pas les cinq minutes. La version Switch annonce également des niveaux supplémentaires issus de Super Mario Odyssey. Là aussi, ça vend du rêve quand on connaît l’ampleur des niveaux du hit de Nintendo. Sauf qu’en fait, les niveaux sont au nombre de quatre. Vous les débloquerez après avoir fini le jeu principal ou en utilisant les amiibos des mariés.

Ce qui fait que le contenu est un peu chiche, aussi plaisant soit-il. C’est un vrai plaisir de retrouver l’univers coloré de Mario et d’incarner Toad, personnage un peu sous côté de la saga. Les quelques combats de boss, s’ils ne sont pas difficiles, sont sympathiques à faire. On apprécie de traverser des niveaux issus des univers Mario (le manoir de Luigi’s Mansion, etc.) même si le tout à un petit goût de trop court. Le titre propose un mode deux joueurs qui permet au second joy-con de lancer des navets sur les ennemis et de débusquer des pièces dans le décor. Pas franchement jouable ni fun, on le laissera vite tomber pour jouer seul.

Quelques bonnes idées de gameplay apparaissent dans certains niveaux, comme le dédoublement de Toad qui demande de jouer en mode miroir pour résoudre les énigmes du jeu. Il y a aussi les volants à tourner pour faire pivoter les plateformes ou encore les blocs à toucher pour les déplacer et dégager un chemin. Le must restant quand même les passages en wagon où le jeu devient l’espace de quelques secondes un rail shooter de navets. D’ailleurs le jeu utilise plutôt bien le tactile et le gyroscope de la console dans son maniement.

En conclusion, Captain Toad Treasure Tracker était un hit sur Wii U et le reste sur Switch. Mignon, plaisant quoiqu’un peu trop facile, on le parcourt avec plaisir grâce notamment aux objets à récolter et aux Toad à trouver. Même s’ils sont courts, les niveaux au nombre de 70 sont variés, que ce soit dans leur structure ou dans leur design. C’est donc un renouvellement perpétuel pour les yeux, avec un gameplay aux petits oignons dont seul Nintendo a le secret. Bref, la petite pépite de l’été pour se relaxer au soleil.

Points positifs

  • Les dioramas super mignons
  • L'univers Mario bien réutilisé
  • La prise en charge des atouts de la Switch

Points négatifs

  • Les ajouts par rapport à la version Wii U, bien maigres
  • Trop facile...
  • ... et du coup trop court !

Note

Graphismes 80%
Bande-son 75%
Prise en main 80%
Plaisir de jeu 85%
Durée de vie 65%
Conclusion

Captain Toad Treasure Tracker est incontestablement une bonne pioche. Si vous n’avez jamais approché le jeu sur Wii U, il fait partie des incontournables de la console. Même s’il est plus orienté « jeunesse », il réserve de bons moments pour tout le monde. Facile d’accès, avec des décors variés et des bonnes idées de gameplay, il constitue une récréation efficace et un divertissement de premier ordre. Les dioramas sont un véritable régal pour les yeux et y retourner pur dénicher 100% des bonus est un régal. Reste que cette version Switch n’apporte pas beaucoup de contenus en plus par rapport à la Wii U et c’est un peu dommage.

Note finale 77% Du bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *