Test

Test de LEGO Marvel Super Heroes 2 : batailles d’alter LEGO


Fiche jeu

La franchise de jeux LEGO est comme le Beaujolais : chaque année il en sort un nouveau (voire deux comme cette année avec LEGO Ninjago) et tout le monde lui trouve un petit goût de banane. Pourtant, les jeux tentent de s’améliorer par petites touches et qui sait, peut-être un jour aboutirons-nous à la formule parfaite ?

Le cross-over ultime ?

Les jeux LEGO ont couvert les plus grosses franchises cinématographiques : Star Wars, Indiana Jones, Harry Potter, Pirates des Caraïbes, Jurassic Park, l’univers DC Comics, les Avengers… D’ailleurs ce sont ces derniers qui sont de retour pour cette aventure au scénario inédit. Car oui, d’habitude l’histoire se repose sur celle des films et en suit plus ou moins la trame, mais pour l’occasion TT Games joue la carte du scénario original.

Un super-méchant du nom de Kang, armé d’une dangereuse machine qui peut traverser les époques, décide de mettre le boxon en mélangeant Manhattan avec l’Egypte Antique, le Far West, etc. L’occasion idéale pour rassembler tous les super-héros (de premier rang ou seconds couteaux) et leurs némésis dans un fourre-tout hors du commun.

L’aventure commence avec les Gardiens de la Galaxie, clairement mis en avant dans cet opus, qui se verront très vite rejoints par Iron Man, Thor, Spider-Man et consorts. C’est un fait établi depuis plusieurs années maintenant mais nos petites briques sont douées de parole et les vannes fusent dans tous les sens. Les plus jeunes se délecteront des petites piques pleines d’humour que s’envoient les personnages à tout bout de champs.

Côté scénario donc, rien de surprenant : un méchant met l’univers sens dessus dessous, les héros sont débordés et semblent incapables de gagner. L’un d’eux a une idée géniale, ils remontent la pente et finissent par botter le derrière du vilain pour que tout rentre dans l’ordre. Mais saluons l’effort du studio de nous sortir une histoire originale qui s’éloigne des derniers films sortis.

De briques et de blocs

Dans sa construction, le jeu respecte ses propres canons et vous aurez donc à disposition un monde ouvert qui regorge d’activités. Quêtes annexes, PNJ à aider, petites énigmes, courses, briques dorées à collectionner, combats… Tout cela est bien sûr optionnel mais comme à chaque fois, les jeux LEGO s’adressent aux personnes atteintes de collectionnite aigüe et qui veulent tout récolter.

Tout cela vous prendra du temps et si vous ne vous en occupez pas et que vous ne faites que l’histoire principal en ligne droite, vous serez surpris de voir que vous aurez fini le jeu à à peine 30% de ce qu’il a à offrir. Car oui, si les quêtes annexes sont optionnelles ainsi que les personnages à débloquer et les minikits à récolter, passer à côté de ça c’est passer à côté de ce qui fait l’essence du jeu.

Car comme un acheteur compulsif qui voudrait avoir chez lui absolument tous les paquets de petites briques danoises, le joueur de LEGO va vouloir tout faire. C’est-à-dire les 18 niveaux du jeu en mode Histoire puis en mode jeu libre pour y récupérer tous les collectibles. Ensuite, rincer chaque région du jeu pour y ramasser tout ce qu’il y a de possible afin d’atteindre le précieux Graal des 100% et du trophée de platine.

En ce sens le jeu est en contenu et il contentera aussi bien les joueurs casuals qui y verront une succession de niveaux plutôt bien fichus, à l’exception des passages sous l’eau, avec des personnages sympathiques. Les joueurs assidus, eux, prendront leur pied à tout chercher. Et tout le monde est content.

C’est le même, mais en différent. Mais c’est le même. Mais différent.

Comme nous l’avons dit en intro, le jeu évolue par petites touches et certaines des améliorations ne sont pas visibles pour celui qui n’achète qu’un jeu LEGO de temps à autre. Voyons ce que cette mouture propose de différent par rapport aux autres.

Déjà par rapport au précédent LEGO Ninjago, on est revenu à un monde ouvert à parcourir intégralement sans temps de chargement entre les quartiers. Par contre, Marvel Super Heroes 2 a hérité de la barre de vie au-dessus de certains ennemis. Plus résistants, invulnérables à certaines attaques, ils demanderont de switcher à un autre personnage qui dispose des capacités capables de l’affaiblir.

Pareil pour les boss qui se voient dotés d’une barre de vie conséquente et qui se baisse moins vite que dans les jeux précédents. Taper comme un sourd sur sa manette ne suffira pas et il faudra réfléchir un peu avant d’envoyer son super-slip dans la mêlée. Sous peine de se voir démonter et perdre de précieuses briques monétaires.

D’ailleurs, certaines énigmes demandent l’utilisation de talents particuliers que le personnage que vous incarnez ne possède pas forcément. Il faut donc fouiller parmi vos bonhommes débloqués (à la fin vous en aurez plus de 200) pour trouver qui sera le plus utile. Petite nouveauté bien pratique : si vous le possédez, le jeu vous sélectionnera automatiquement le personnage à même de résoudre l’énigme. Pratique !

Autre héritage du récent LEGO Ninjago, les mini-jeux en arène qui permettent de jouer jusqu’à 4 joueurs en multi local via un écran splitté. Les affrontements sont sympas et permettent des moments de détente entre deux niveaux du mode histoire, jouables aussi en coop’ bien entendu.

Nouveauté également : en appuyant sur L3 (sur PS4) il est possible de faire apparaître une bulle d’aide qui vous indiquera la prochaine étape à réaliser pour progresser. Bien utile quand vous ne savez plus où aller, elle permet de savoir où s’orienter sans avoir à aller chercher de l’aide sur une soluce.

Petite variante : les briques rouges qui débloquent des bonus dans le jeu (multiplicateur de score, invincibilité, déguisements, etc.) sont dorénavant roses pour coller au personnage de Gwenpool. Qui est-elle ? Ce n’est pas Gwen Stacy (l’ex de Spider-Man) ce n’est pas Deadpool : c’est une lectrice de comics de notre univers qui se retrouvent dans ses livres, qui a donc conscience d’être un personnage (comme Deadpool) et qui du coup connaît les identités secrètes de tout le monde. Et qui s’habille en rose.

Un peu plus près des étoiles, mais peut mieux faire

Mis à part ça on retrouve le bon vieux jeu LEGO qu’on aime détester avec ses défauts qui perdurent depuis la nuit des temps. Comme par exemple une caméra qui vit sa propre vie et qui a tendance à rendre l’action pas tout le temps lisible.

Le découpage des niveaux en zone a disparu, et c’est bien dommage. Cela oblige à se retaper un niveau entier quand on veut débloquer les collectibles, plutôt que seulement la portion où il nous manque quelque chose. Il faudrait nous dire pourquoi ça a été enlevé, c’était plutôt pratique.

Les voix françaises ne sont bien évidemment pas les voix officielles mais il faut avouer que les doubleurs font bien le boulot. Les personnages principaux sont dans le ton de leurs homologues cinématographiques et même Baby Groot reste attendrissant.

Même si le moteur graphique a été amélioré par rapport aux premiers jeux on sent quand même qu’il n’est plus tout neuf et quelques petits problèmes de clipping apparaissent de temps en temps.

La maniabilité des véhicules et en vol laisse à désirer et il faudra un peu d’entraînement pour prendre le coup de main. Notamment en voiture où les premières virées ressemblent plus à du flipper qu’à de la conduite.

Mais malgré tout ça, écoutez, LEGO Marvel Super Heroes 2 est attachant. Comme une paire de pantoufles qu’on enfile, un pull de Noël qu’on ressort chaque année et qui prend un petit coup de vieux à chaque fois : on l’aime parce qu’on est bien dedans.

On prend son pied à suivre les sympathiques aventures de nos amies les briques, on se promène partout pour débloquer le plus obscur des super-vilaines apparu dans une case d’un comics sorti en 1972… Le jeu se parcourt avec plaisir malgré ses défauts et le plus important : il est accessible aux plus jeunes et permet de passer un excellent moment avec ses enfants devant un jeu. Et après il ne reste plus qu’à casser son PEL pour courir au magasin le plus proche et acheter tout un tas de briques pour vivre ses propres aventures IRL.

Points positifs

  • Un scénario original et sympa
  • Un nombre hallucinant de personnages
  • Tout ce qu'il y a à collecter
  • Les arènes coop

Points négatifs

  • Toujours pas de coop online
  • Les problèmes de caméra vieux de 1000 ans
  • Une action parfois illisible

Note

Graphismes 71%
Bande-son 72%
Prise en main 71%
Plaisir de jeu 76%
Durée de vie 81%
Conclusion

LEGO Marvel Super Heroes 2 n’est pas une mauvaise cuvée mais n’apporte pas le souffle de renouveau qu’on attend tous. Et quand on dit ça on parle de la technique, pas des franchises utilisées. Les défauts sont les mêmes que l’on rabat depuis plus de 10 ans et le moteur se fait un peu vieillissant. Malgré ça on s’amuse comme un petit fou à traverser les niveaux. Le contenu est gargantuesque si on cherche à tout ramasser et les développeurs ont tenté de diversifier les quêtes annexes. Enfin, dans le paysage vidéoludique actuel, LEGO Marvel Super Heroes 2 constitue un excellent titre à jouer en famille, notamment avec les nouvelles arènes jouables à 4.

Note finale 74% Fun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *