Test

Test de Little Nightmares Complete Edition : elle préfère la mort en mer sur Switch


Fiche jeu

Petit jeu indé qui a su marquer les esprits lors de sa sortie en avril 2017, Little Nightmares sort sur Switch un an après. Dans une version nommée « Complete Edition », on y retrouve l’aventure originale de Six ainsi que les trois chapitres additionnels mettant en avant le fugueur, un autre personnage qui a son propre pan de l’histoire. Alors, que vaut cette mouture sur l’hybride de Nintendo ?

I want your Six

Little Nightmares est un jeu d’aventure avec quelques notions d’horreur qui vous place dans le ciré jaune de Six. Il s’agit d’une jeune fille affamée qui se retrouve sur un cargo peuplé de créatures humanoïdes plutôt effrayantes. Armée de son briquet, elle devra tenter de se frayer un chemin et de rester vivante à travers les différents étages du bateau.

Le jeu est un plateformer auquel se rajoutent des énigmes liées à l’environnement ainsi que quelques passages sous pression lorsque vous êtes poursuivie. Il faut donc faire très attention où l’on met les pieds. Pour cela vous pouvez dégainer un briquet qui fera apparaître un halo lumineux autour de vous afin d’y voir un peu plus clair et croyez-moi vous en aurez bien besoin.

Dans les faits vous allez évoluer dans des environnements relativement sombres et glauques. Si vos yeux trainent un peu sur les décors, vous y apercevrez des détails peu ragoûtants. Par exemple : un tabouret renversé par terre ? La caméra recule et vous apercevez des pieds qui balancent du plafond… Et le jeu est plein d’images comme ça qui viendront vous hanter et vous faire comprendre l’horreur dans laquelle évolue Six.

En plus de ça le bateau est rempli d’êtres humanoïdes à l’aspect répugnant, à mi-chemin entre Beetlejuice et L’Etrange Noël de Mr Jack. Vous devrez les éviter pour survivre et il va falloir faire preuve de dextérité ainsi que de rapidité. Mais parfois, le jeu ne va pas vous faciliter les choses.

Où vais-je, dans quel état j’erre ?

Si le jeu a déjà été testé dans sa version PS4 ici, voyons un peu ce que nous offre la version Switch. Tout d’abord l’intégralité de l’aventure, c’est normal, avec deux masques en DLC afin de remplacer la capuche jaune de Six. Ceux-ci n’apportent rien si ce n’est un petit plus esthétique. Vous pouvez même en débloquer un autre en posant l’amiibo Pac-Man sur votre console. En plus de ça, et c’est le plus intéressant, vous avez droit à l’aventure du Fugueur, un personnage inédit qui va traverser des niveaux originaux et croiser Six lors de son périple.

Si ce DLC est sympathique quoique court (comptez 3h environ pour en venir à bout), il offre une extension agréable à cet univers angoissant. Seulement voilà, encore faut-il avoir envie d’y revenir quand on a affaire aux quelques problèmes qui viennent entacher le titre. Commençons tout d’abord par le souci qui était reproché au jeu lors de sa sortie en général : les check-points. Ceux-ci sont placés à des endroits qui paraissent aléatoires et surtout extrêmement frustrants. En effet, il arrive plus d’une fois qu’on réussisse à passer un endroit compliqué, on sort, on tombe dans un autre piège et… On revient avant le passage compliqué.

Ce qui nous amène à un autre point noir du jeu : les temps de chargement. Comme vous l’aurez compris, le titre est assez punitif et la mort survient souvent. Que ce soit un saut mal dosé, ou juste le temps d’explorer afin de comprendre ce que le jeu attend de nous : bref, on meurt souvent. Et là, viennent les temps de chargement qui vous ramènent à un checkpoint mal fichu (en plus). Et croyez-moi, mais lorsque vous dépassez trois ou quatre tentatives pour un seul passage et que le temps de chargement est plus long que le temps de jeu, l’envie de poser la console se fait grande.

D’ailleurs l’une des causes principales de la mort du jeu, pour ma part en tout cas, a été les sauts mal dosés. La faute à une caméra immobile qui empêche de bien juger de son placement sur une planche étroite, un tuyau, etc. Le tout entouré de vide. Du coup, le moindre petit coup de joystick et hop, c’est le plongeon fatal. Et c’est extrêmement frustrant, notamment lorsqu’on est persuadé d’être bien placé et que l’on chute, entraînant un temps de chargement pour un respawn à perpète.

Bref, les trois défauts de Little Nightmares fonctionnent de concert et rendent l’expérience pas aussi immersive qu’on le souhaiterait. C’est vraiment dommage car le titre a tout pour plaire avec son univers glauque à souhait, sa direction artistique unique et son ambiance sonore dérangeante. Pour ce qui est de la durée de vie, le jeu et le DLC ensemble remontent un peu la moyenne générale. Du coup cette Complete Edition est un bon investissement si vous n’avez pas fait le jeu ailleurs et que vous souhaitez vous embarquer sur le petit train fantôme de Tarsier Studios.

Points positifs

  • Une ambiance glauque à souhait
  • Un univers sonore immersif
  • Le DLC gonfle la durée de vie du titre

Points négatifs

  • Trop sombre en mode tablette
  • Respawn mal fichu
  • Perspective des sauts à revoir
  • LES
  • TEMPS
  • DE
  • CHARGEMENT

Note

Graphismes 74%
Bande-son 77%
Prise en main 65%
Plaisir de jeu 68%
Durée de vie 66%
Conclusion

Little Nightmares est passé à pas grand chose d’être un vrai petit chef d’oeuvre. Certes il n’est pas à jeter en l’état et il propose même une aventure hors norme où le frisson et le plaisir sont de mises. Cette mouture Switch n’apporte rien de supplémentaire en terme de gameplay et les DLC sont les bienvenues car l’aventure originale en elle-même se boucle en 5/6h grand max, morts y compris. Malheureusement le titre est plombé par des temps de chargement interminables, des points de respawn frustrants et une luminosité trop faible notamment en mode portable. Toutefois, si vous n’avez jamais touché au jeu cette édition est une très bonne affaire : proposée à moins de 30€ elle vous offre une aventure unique qui ne vous laissera pas indemne.

Note finale 70% Presque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *