Test

Test de Péril sur Gorgone, le 1er DLC de The Outer Worlds sur PS4


Fiche jeu

Souvenez-vous, il y a un peu mois d’un an, Le Mag Jeux High Tech passait un excellent moment sur The Outer Worlds. Ce RPG par Obsidian Entertainment nous emmenait aux confins de la galaxie vivre des aventures rocambolesques, avec de l’action, de l’humour et beaucoup de cynisme. Nous vous invitons à retrouver notre test complet pour vous rafraîchir la mémoire, car cela ne sera pas de trop avant de vous lancer dans Péril sur Gorgone, le premier DLC de The Outer Worlds qui nous ramène vers Halcyon. Un an après, la formule fonctionne-t-elle toujours ? Verdict.

Péril sur Gorgone : bienvenue sur la planète astéroïde

Avant toute chose, j’espère pour vous que vous avez conservé une sauvegarde du jeu original avant la ligne droite finale (point de non-retour). Sinon vous êtes bon pour recommencer le jeu jusqu’à avoir complété la mission « Radio Libre Monarque » pour accéder à Péril sur Gorgone. De même, nous vous conseillons au minimum un niveau 25 si vous ne souhaitez pas finir en pâté pour sprats. Pour commencer la mission, vous devez vous rendre sur Edgewater, où vous recevez un paquet contenant un bras qui tient un message destiné à l’ancien capitaine du vaisseau dont vous avez usurpé la place au début du jeu.

Direction donc Gorgone, une planète-astéroïde au Nord-Est de la carte (si tant est qu’une telle direction existe dans l’espace). Vous commencez par faire un premier arrêt dans un manoir abandonné où une femme, Minnie, va vous expliquer la mission. Sur Gorgone, Spacer’s Choice (une des entreprises phares de l’univers du jeu) a mené des expériences plus ou moins légales sur les locaux. Et forcément : ça a mal tourné. Minnie veut que vous retourniez sur les lieux, abandonnés, pour retrouver le journal de sa mère qui était aux commandes de tout ça.

Vous atterrissez donc sur Gorgone et commencez vos pérégrinations pour une durée d’environ 5/6h. En plus de la quête principale, vous avez quatre missions secondaires. Le jeu augmente le niveau maximum à 33 (il était de 30 précédemment). Et il vous fait découvrir de nouvelles armes à dénicher dans les environnements que vous allez découvrir. La formule ne change pas, vous allez dézinguer à tout va ou tenter de régler les choses par le dialogue, si tant est que vos compétences soient suffisantes. D’ailleurs, petit conseil tardif : n’essayez pas de faire un personnage équilibré. Montez une compétence particulière (crochetage, persuasion, intimidation, etc.) au maximum pour vous débloquer de nouvelles voies. Et le DLC vous propose deux fins différentes en fonction du choix que vous ferez au cours de la dernière mission. Si vous souhaitez voir les deux, n’hésitez pas à sauvegarder avant.

Fusillade, temps de chargement, rebelote

Pour ce qui est de sa construction, Péril sur Gorgone est en tout point similaire au jeu que vous avez déjà parcouru. Des PNJ vous donne des missions, souvent des quêtes FedEx. Vous allez sur les lieux, éliminez toute résistance (ou tentez l’infiltration), récupérez ce que vous êtes venu chercher et allez le rendre au commanditaire. On vous octroie une récompense et vous partez vers votre nouveau point d’intérêt. Nous avons bien aimé dans ce DLC sortir de Gorgone à deux reprises pour aller effectuer des quêtes dans d’anciens lieux du jeu. Un an après, cela ne fait pas de mal de se rafraîchir la mémoire.

Si nous avons aimé découvrir de nouvelles armes, il n’y avait pas de nouvelles compétences ou compagnons à débloquer. Tout au plus vous pourrez demander à des PNJ de vous aider sur certaines séquences. Mais cela s’arrête avec la fin de la mission, ou leur mort. Le ton du jeu est toujours aussi décalé. Vous pouvez jouer un capitaine de l’Imposteur très investi de sa mission tout comme un mercenaire sans foi ni loi. Qui conclut chaque dialogue par un doigt d’honneur et un crachat au sol. Sachez que cette dernière action est généralement suivit par une fusillade.

Le nouvel environnement bénéficie d’une géographie sur deux niveaux. Ainsi, vous allez devoir explorer Gorgone dans ses moindres recoins afin de trouver comment atteindre les lieux les plus élevés. Chaque lieu important débloque un point de voyage rapide. Vous pouvez alors aller sur la carte et vous y déplacez au prix d’un temps de chargement interminable. Et c’est un point que nous avions oublié depuis The Outer Worlds, mais les temps de chargement sont d’une longueur sans nom et surtout omniprésents. Dès que vous entrez dans un bâtiment : chargement. Voyage rapide : chargement. Vous mourrez ? Chargement. Entrer ou sortir du vaisseau ? Chargement. C’est vraiment le gros point noir de ce DLC qui nous replonge avec plaisir dans le monde décalé de The Outer Worlds, que l’on aime malgré ses quelques défauts.

Points positifs

  • Le ton, l'humour et l'action sont de retour
  • Le plaisir de découvrir un nouvel environnement
  • Des gunfights bien corsés

Points négatifs

  • Un peu compliqué de trouver où lancer le DLC
  • Les temps de chargement, insupportablement longs et nombreux
  • Quelques textures qui ont du mal à apparaître

Note

Graphismes 80%
Bande-son 75%
Prise en main 70%
Plaisir de jeu 72%
Durée de vie 60%
Conclusion

Péril sur Gorgone nous permet de nous replonger avec plaisir dans l’univers barré de The Outer Worlds. Toutefois, une année a passé et le retour peut être compliqué. Déjà, pour trouver où lancer le DLC. Si vous êtes à la fin du jeu, n’y comptez pas, il faut une sauvegarde avant le point de non retour. Ensuite, rien ne vous indique qu’il faut aller à Edgewater pour déclencher le premier événement. Et il n’y a pas moyen de le lancer indépendamment depuis le menu principal.

Donc la quête commence à partir du moment où vous réinstallez le jeu. Ensuite, après quelques minutes, on reprend ses marques et il vaut mieux, car les gunfights ne tardent pas. Et les ennemis sont plutôt coriaces, même si vous êtes niveau 30. On reprend vite le rythme et les 6h nécessaires à compléter le DLC avec ses quêtes secondaires passent très vite. Sauf si on use et abuse des déplacements rapides qui engendrent des temps de chargement interminables et beaucoup trop nombreux. Mis à part cela, le titre est fidèle à son univers original et nous attendons avec impatience le suivant.

Note finale 71% Sympathique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *