Reportage

The Sinking City : un lancement frais !


Ce mardi 25 juin avait lieu à Paris un événement pour le lancement de The Sinking City, le nouveau jeu d’enquête saupoudré de mythologie lovecraftienne signé Frogwares et BigBen.

The Sinking City, la ville qui prend l’eau

Bravant la canicule nous nous sommes donc dirigés vers le lieu où se trouvait l’événement. Nous y avons découvert un superbe mur végétal pour nous accueillir sous lequel s’étalaient des consoles afin de tester le jeu. Le décor était agrémenté de superbes petites statues d’inspirations lovecraftiennes et au centre de la pièce trônait une PS4 custom aux couleurs du jeu.

Avant de suivre la présentation du jeu, nous nous installons pour une petite demi-heure de jeu sur l’une des PS4 présente. L’occasion pour nous de prendre en main le début du jeu et faire nos premiers pas dans la ville imaginaire d’Oakmont. D’entrée de jeu le ton est donné : la ville suinte littéralement, baigne dans une ambiance sordide et est victime d’une inondation aux origines surnaturelles. Notre personnage, en proie à des visions qui le font plonger lentement mais sûrement dans la folie, débarque dans ce décor et commence à mener son enquête.

D’une, il veut se débarrasser des visions qui le hantent, de deux il veut savoir ce qui arrive à Oakmont. Chemin faisant il fera la connaissance de PNJ aux allures plus ou moins humaines (signe qu’il n’a plus toute sa tête ? Ou est-ce autre chose ?) qui vont lui confier différentes tâches et enquêtes. De ce que nous en avons vu le joueur est libre de ses mouvements et peut enquêter comme il le souhaite. Il n’y a pas de grosse flèche rouge pour vous indiquer quoi faire, tout juste un radar en haut de l’écran qui vous indique les lieux où enquêter. Vous découvrirez la map en parcourant Oakmont et ne commencez le jeu qu’avec les lieux principaux pour un enquêteur : la bibliothèque et le poste de police.

Tout est donc à faire ! Nous nous lançons dans notre première enquête soudainement interrompue par le début de la présentation du titre. Nous allons donc dans une autre pièce et prenons place sur des chaises pour écouter les différents intervenants.

Parmi eux Christophe Thill, auteur du Guide Lovecraft, nous parle de la vie de l’auteur, bien éloignée de ce que l’on en sait. Il nous raconte les inspirations de l’auteur, sa vision de la littérature et en quoi elle diffère des classiques du genre. Suivent deux psycho-sociologues qui nous font un exposé très intéressant sur la peur, qu’elle soit dans les jeux vidéo ou ailleurs. Ces deux interventions étaient très intéressantes et nous ont mis dans le bon état d’esprit pour jouer à The Sinking City !

La présentation étant terminée, nous retournons dans la salle principale où l’on nous apprend que le Ice Bar a ouvert ses portes à l’étage. L’occasion pour nous, en cette matinée où le thermomètre avoisine les trente degrés, d’enfiler… une doudoune ! Et oui, ce lieu si particulier en plus de servir des boissons fraîches se maintient à une température de -20° ! Autant vous dire que perdre 50° d’un coup ça fait quelque chose ! Le lieu est superbe, tout y est fait de glace et les invités arborent un look des plus contrastés, notamment ceux qui comme moi ont opté pour le short et se retrouvent en short/doudoune des plus chics.

Une fois rafraîchi, retour à la salle principale où nous croisons une jeune femme qui se fait maquiller intégralement pour ressembler à l’un des monstres du jeu. Nous ne verrons malheureusement pas le résultat final, ce genre de performance demandant des heures et des heures de travail. Mais le peut que nous en avons vu semblait réellement impressionnant. Nous nous réinstallons sur l’une des machines pour poursuivre l’aventure puis c’est la fin de notre petite aventure, il est temps de retourner à la maison.

Nous ne rentrons pas les mains vides puisque l’on nous remet un sac à dos frappé au nom du jeu contenant quelques petits trésors :

  • Le jeu, que nous allons nous empresser de tester
  • Le livre de Christophe Till, « Le Guide Lovecraft »
  • Des plaques militaires au nom du jeu dans lesquelles se trouvent les assets de celui-ci
  • Un artbook
  • Un carnet de notes
  • Une superbe statuette de Cthulhu comme décrite dans les romans de H.P. Lovecraft

Rendez-vous ici dans quelques temps pour notre avis complet sur le titre qui a su nous séduire avec ce que nous en avons vu ce matin là !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *